Deux mots pour le dire

Deux mots qui veulent dire la même chose, sont des synonymes. Deux mots pareils pour des choses différentes, sont des homonymes1. Cela paraît clair. On a fait le tour de la question.

On en déduit que le plus simple, n’est-ce pas, c’est d’éviter l’un et l’autre, et d’avoir des mots différents pour des choses différentes. Très bien. Mais que faire du mot ‘chose’, alors ? Et du mot ‘mot’ ! Il existe un livre antique qui commence par cette question.

Continuer la lecture de « Deux mots pour le dire »
  1. Littré : « Qui a même nom. Grammaire : Mots homonymes, mots qui se prononcent de même, bien que l’orthographe ou l’origine du mot diffèrent. Chêne et chaîne sont homonymes. » []

Le risque et le danger

Depuis les années 1970, on voit le mot ‘risque’ remplacer le mot ‘danger’. Je vais d’abord raconter la différence de sens entre les deux mots. On pourra avoir l’impression, dans cette première étape, que je « fais la leçon » en disant ce qui revient à chacun. Mais on verra vite que ce n’est pas de cela qu’il s’agit.

L’histoire du lexique est rarement seulement l’histoire des mots, elle implique le sens que nous leur donnons.

Continuer la lecture de « Le risque et le danger »

Mots de la couleur

Les visiteurs de ce carnet semblent avoir aimé ‘Le Double jeu de la couleur’, où j’essayais de montrer le partage entre les couleurs pour lesquelles nous avons en français des adjectifs bien connus, et les couleurs de notre environnement, surtout extérieur, pour lequel ce sont souvent des mots de matériaux qui nous viennent à l’esprit, quand nous voulons décrire.

Aujourd’hui, je voudrais développer un peu ce qu’on peut dire, en comparant avec d’autres langues, de nos “adjectifs de couleur”.

Continuer la lecture de « Mots de la couleur »

La Femme adultère

Voici un billet léger comme un caillou. Le Nouveau Testament veut se distinguer des milieux juifs qui ont fait son berceau. Un reproche qu’il fait est que la Bible est pleine de choses écrites, ce qui est indéniable. Mais cet entassement d’écritures n’empêche ni le bon sens ni la sincérité, et d’autre part il existe un épisode où Jésus écrit aussi.

Les quatre évangiles, comme on sait, sont tantôt d’accord et tantôt s’ignorent. Le plus divergent du lot est celui de Jean1, et c’est celui qui contient l’épisode qui nous intéresse.

Continuer la lecture de « La Femme adultère »
  1. C’est aussi le seul qui nomme son auteur []

Sur la piste de Roméo

Au départ, un romeo, c’est un pèlerin qui va à Rome1. Roméo était de Limoges ; parti vers Rome, il meurt en route à Lucques (Lucca, en Toscane). On ne sait pas qui c’est, on décide de l’appeler ‘Romeo’. On lui rend un culte, son “nom” devient un prénom. Nous sommes au XIVe siècle. Le nom va bientôt changer de sens.

Shakespeare fait Romeo & Juliet. Il s’inspire d’un poème d’Arthur Brooke, The Tragical History of Romeus and Juliet (1562). C’est une traduction d’une histoire de Pierre Boaistuau ‘De deux amants dont l’un mourut de venin, l’autre de tristesse’ (1559).2

Or, Boaistuau traduit une des novelle italiennes de Matteo Bandello, ‘Giulietta e Romeo’ (1554). Lequel l’emprunte à son tour à Luigi da Porto, qui publia (1530) une Giulietta e Romeo.

Qui nous dira d’où vient Roméo ?

Continuer la lecture de « Sur la piste de Roméo »
  1. Comme en français Romeux ou dans le village de Font Romeu, dans les Pyrénées catalanes []
  2. Le savant américain Richard A. Carr en fit en 1977 une édition. []