Caramel

Il s’agit de présenter, sous formes de billets irréguliers des réflexions et des références commentées sur le rapport entre les sciences du langage et les littératures, en essayant d’éclairer les unes par les autres, dans les deux sens, et avec des exemples. Soit à l’occasion de parutions d’ouvrages remarquables (à mes yeux) de collègues divers, ou bien de publications d’ouvrages littéraires en langue originale ou en traduction, soit quand telle ou telle lecture d’ouvrages plus anciens me suggère des remarques.
Les carnets des laboratoires particuliers ne se prêtent pas toujours à des réflexions “transversales” puisqu’ils demeurent – quand ils ne sont pas que des agendas – des lieux d’exercice et de réflexion encadrés par la tradition d’une discipline universitaire. Lorsqu’il s’agit de confronter les réflexions que permettent les sciences du langage (qu’il s’agisse de langues rares, de structure morphosyntaxique des langues, d’apprentissage, de sémiotique etc.) à la variété des littératures, à leur histoire ou leur actualité, ou au “fait littéraire” lui-même avec ses variations, il me semble qu’il vaut mieux réserver ces billets à un blog plus personnel – même si nous restons dans un cadre universitaire de réflexion et d’expression.
Le nom de “caramel” n’a pas d’autre but que d’amuser, puisque l’étymologie du mot semble impliquer le “calame” avec quoi on écrit – mais avec un goût.