Caramel et la traduction

J’ai appris qu’aux Pays-Bas, l’éditeur d’un grand journal avait récusé une traductrice pour des raisons raciales.

———-

L’affaire est dans la presse. Lors de l’investiture du nouveau président des États-Unis, une jeune poétesse, Amanda Gorman, a lu un de ses poèmes. Comme il s’agit des États-Unis, le fait que l’auteure est afro-américaine a un poids particulier. Le poème va être traduit dans diverses langues. Aux Pays-Bas, l’éditeur Meulenhoff a confié le travail à Marieke Lucas Rijneveld, traductrice connue.

Mais une journaliste néerlandaise a protesté, affirmant que la traduction du poème d’une Noire aurait dû être confiée à une Noire. Au lieu de souligner le racisme d’une pareille affirmation, ou de ne rien dire, l’éditeur a obtempéré, et a renvoyé la traductrice qu’il avait choisie.

André Markowicz a publié dans Le Monde (11 mars) un article excellent (qui décrit aussi les circonstances) où il montre le scandale et le danger de cette bouffonnerie. Il dit avec talent que la traduction, ce n’est certes pas une affaire de race ou de religion ou « d’identité », mais en somme de compétence et de talent. Je viens de voir que Delphine Horvilleur, dans un entretien donné au même journal (14 mars) à propos de son dernier ouvrage, note aussi que « Tout l’objet de la traduction, c’est précisément qu’elle doit être faite par quelqu’un qui n’est pas vous. » Il serait difficile de mieux dire.

Ce caramel n’est pas ordinaire. Il n’y a pas d’images ; j’en ajouterai plus tard, si j’en trouve qui convienne. Mais c’est un vrai caramel, fidèle à sa description : sciences du langage et monde contemporain.

Si l’on peut pousser la bêtise jusqu’à réserver la traduction d’Homère à un Grec de Chios (mais Homère était de bien des endroits…), ou la traduction du Dit du Genji exclusivement à une Japonaise kyotoïte de bonne famille, pourra-t-on jamais décider qui doit traduire les Mille et une Nuits, dont une bonne partie est adaptée du persan ou, d’ailleurs, le livre de Babur, écrit en turk par Babur lui-même et installé en Inde ?

Et les Fragments of Ancient Poetry que MacPherson inventa plus ou moins, de qui sont-ils, et qui osera les traduire dans le respect de « l’identité » ? Quand Hugo écrivit la Légende des siècles, il a demandé à chaque siècle son autorisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.