La lune, ses côtes, ses plages

J’ai déjà défendu la lune contre les invasions (le 15 février). Mais je me réjouis qu’on ait republié La Lune (1re éd. 1970)1, un guide de voyage. L’éditeur indique sagement, et avec toute mon approbation, qu’il n’est pas fanatique de ces récentes mises en orbite de piétons lunaires.

En effet, le volume est plein de cartes anciennes et d’explications raisonnables. Il avait été rédigé par Peter Baumgarten, qui2 avait aussi contribué au Baedecker sur les ‘Côtes turques’. Je ne sais pas si c’est monsieur Baumgarten qui a eu l’idée de ce guide de la lune, ou bien si les Sélénites sont intervenus au moyen de leurs ambassadeurs, mais l’affaire est pleine d’intérêt.

Pendant que nous voyageons en plein ciel, mais avec prudence aux carrefours, signalons ce classique moderne qu’est le livre de Yaël Nazé, Astronomies du passé. De Stonehenge aux pyramides mayas, Belin, 20183. Dans le chapitre maya, j’ai trouvé avec étonnement un trou vertical4. On y repère, dit l’auteure, les moments où le soleil est au zénith. Là, nous serrons fraternellement la main des vieux astronomes mayas, car Strabon autrefois expliquait5 qu’à Assouan il existait un puits célèbre6:

« A Syène [Assouan] se trouve aussi le puits qui indique le solstice d’été ; c’est que cette région s’étend sous le cercle du tropique et que les gnomons ne projettent pas d’ombre à midi. En effet, si partant de notre pays, à savoir la Grèce, nous avançons vers le sud, c’est à Syène que le soleil pour la première fois sera juste au-dessus de nos têtes (…) Au moment où le soleil est juste au-dessus de nous, il lance ses rayons dans les puits jusqu’à atteindre l’eau, si profonds qu’ils soient. »

Or, Héliodore, dans ce qui est à mon avis le plus réussi des romans grecs de l’Antiquité, Les Ethiopiques, a repris cette anecdote scientifique7 :

« Ils [les prêtres] lui montrèrent aussi leurs cadrans solaires dont les aiguilles ne font pas d’ombre à midi, car, dans la région de Syène, les rayons du soleil, au solstice d’été, tombent perpendiculaires et éclairent de tous les côtés le gnomon qui ne peut projeter aucune ombre. C’est pour la même raison que le fond des puits est éclairé directement par le soleil. »

Savants et romanciers, Grecs, Egyptiens et Mayas, sont d’accord. Ce qui prouve assez que la science est universelle, comme le tropique. Mais je voudrais aussi parler d’un autre voyage, encore plus imaginaire que pour la lune. Il s’agit du pays des géants.

François Place est un auteur-illustrateur bien connu d’albums pour la jeunesse. Je suis tombé sur Les derniers géants (2008). Je l’ai ouvert, ai tout regardé-lu (car je suis d’accord avec mon amie Cécile Boulaire : comme dire quand il y a texte & images ? “visiter” ?), ai été assez charmé par l’histoire-dessins, qui joue habilement sur divers registres, et j’ai été surpris-séduit par la fin que je ne vous dirai pas, mais qui touche profond dans la réalité de mon métier, qui est aussi un métier d’exploration, avec moins de risques dans les voyages, mais tout autant dans les conséquences.

  1. Le guide Nagel, à l’occasion de l’exposition du Grand-Palais. []
  2. Si j’en crois des catalogues certainement incomplets. []
  3. L’ouvrage avait eu une première édition un peu différente en 2009. []
  4. Illustration 6, p. 151, voir aussi p. 152. []
  5. Géographie 17, 48. []
  6. J’utilise la traduction de Pascal Charvet dans : Strabon, 1997, Le Voyage en Egypte. Edition de Jean Yoyotte, Pascal Charvet et Stéphane Gompertz, Nil Editions, p. 181. []
  7. Héliodore, Les Ethiopiques, 9, 22. traduction de J. Maillon. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.