Quatre points cardinaux

Les premières « roses des vents », au XIVe siècle, ont huit directions : les noms des vents utiles aux marins. Mais les quatre points cardinaux, qui les emploie ? En France, si vous guidez un touriste, vous indiquerez ‘à gauche’, ‘à droite’ – mais en Chine on vous dira souvent ‘au nord’, ‘au sud’, et ce sera bien utile.

Les Quatre points sont aussi souvent pris au figuré : le Nord du pays s’opposant au Sud (mais on dit aussi ‘le Midi’), et l’Est ou l’Ouest ont un sens politique en Europe. Nos Quatre points sont pourtant utilisés dans les topoguides et en montagne !

En ANNEXE : deux témoignages de lectrices.

Oseriez-vous sortir sans ?

Point 1.

Les points sont, dans le sens des aiguilles d’une montre, Nord Est Sud Ouest1. Il y en a quatre, et l’on peut les combiner, par exemple dans ‘nord-est’. Mais l’orientation, historiquement, apparaît sous la forme de ‘rose des vents’ dans les premières cartes marines. La première en date (illustrée en tête de ce billet) se trouve sur l’Atlas catalan, un portulan « mondial » réalisé vers 1375 – donc sans les Amériques.

À cette époque chez les marins et chez les voyageurs, on n’utilise pas les points cardinaux. Voici les noms qui figurent sur la Rose de l’Atlas catalan d’Abraham Cresques – ce sont aussi à peu près ceux qu’employait Marco Polo.

Ce sont des noms de vents italiens, comme le montre le nom de tramuntana ‘au-delà de la montagne’ des Alpes, donc au nord pour un Italien. Ils sont parfois empruntés au grec comme pour anatzodi, qui est anadoli – dont nous reparlerons. Les mots de levante ‘le levant (du soleil)’ et ponente ‘le ponent’ (l’ancien mot pour ‘le couchant’) ont été longtemps en usage. Du reste, ni l’Europe ni le Moyen âge ne sont seuls à utiliser les noms des vents comme repères.

Voici les noms plus anciens, et plusieurs ont très bien survécu. Certains sont des adaptations du grec (‘V’ donne le nom du vent) :

En latin nous trouvons orient et occident, qui signifient ‘se levant’ et ‘se couchant’ (comme en grec anatolē et dusis) et font référence au mouvement solaire apparent. Aussi septentriōnes ‘sept étoiles’2 pour la constellation de la Grande Ourse (en grec arktos ‘ourse’), dont une étoile célèbre indique presque exactement le nord, d’où notre mot arctique. Enfin meridiēs ‘milieu du jour’, notre français midi, qui correspond au grec mesēmbria3. Dans notre usage, ce sont ces mots qui sont restés, plus que les noms des vents – alors qu’en grec d’aujourd’hui, les noms des points cardinaux peuvent provenir des noms des vents.

L’Aurore, joli papillon répandu de l’Europe à la Chine.

Saluons le mot aurore, du latin aurōra, homologue du mot grec heōs. Nous aurons à en reparler.

Point 2.

Pourtant, nos points cardinaux, ce sont quatre mots tout différents. Ils sont d’origine germanique, et ont « conquis l’Europe » ! Du moins une partie.

Des langues romanes en haut, des langues germaniques en bas. Parmi ces langues actuelles, j’ai ajouté le vieil-anglais dont il est question dans le texte.

L’ancienneté des quatre mots en germanique est certaine. Les termes du vieil anglais, norð ‘nord’ et sūð ‘sud’ se trouvent déjà dans le poème du Beowulf, vers le VIIIe siècle EC4. Le terme ēastan ‘depuis l’est’ s’y trouve aussi – et les linguistes ont montré que ce terme ēast était homologue du mot grec heōs, ou du radical aur- du mot latin aurōra ‘aurore’5.

les mots en vieil-anglais pour ‘sud’ et ‘nord’ dans le seul manuscrit du poème du ‘Beowulf’.

Ce vocabulaire des Quatre points n’est pas très ancien en français et au début il n’était pas très courant. Le mot ouest , par exemple, apparaît au XIIe siècle (d’abord écrit west). C’est un emprunt au lexique nautique des populations du nord. Comme les autres noms de points cardinaux, il est resté longtemps confiné à l’emploi maritime ou scientifique. L’usage courant utilisait orient ou levant, couchant ou ponant, septentrion ou midi.

Les Quatre mousquetaires sont restés longtemps dans l’ombre de la Rose des vents ! C’est seulement au XIXe siècle, quand le lexique scientifique, médical et technique, se répand, grâce à de nombreuses publications pédagogiques et aux écoles, que les Quatre l’emportent peu à peu.

Ils ne l’emportent pas partout. Voyez les langues slaves (NB : dans les langues slaves, le « j » se lit comme un y) :

Nos quatre termes dans plusieurs langues slaves. J’ai choisi un ordre qui montre les ressemblances entre certaines d’entre elles, en bas ou en haut du tableau. Certaines de ces langues s’écrivent normalement en alphabet cyrillique.
La maquette du vaisseau Vostok-1 de Youri Gagarine, au musée du Bourget.

Ici, aucune trace des mots germaniques. Le mot vostok est connu à cause du vaisseau spatial russe, les autres sans doute moins. Nous voyons que les variantes diffèrent selon les Quatre. Par exemple pour ‘nord’, le mot sever descend le tableau jusqu’au slovène, de même que pour ‘sud’ le mot jug. Pour ‘est’, istok et ses équivalents descendent moins loin, s’arrêtent au serbe ! tandis que ‘ouest’ zapad descend jusqu’au tchèque.

Pour ‘nord’ et ‘sud’ les mots en bas du tableau utilisent pour ‘nord’ le radical -noc ‘nuit’, et pour ‘sud’ le radical -dnie ‘jour’. Pour ‘est’ et ‘ouest’ on oppose, par exemple en polonais, ‘est’ wschod et ‘ouest’ zachod qui signifient à peu près ‘en avant’ et ‘en arrière’. Dans les autres langues slaves, zapad aussi évoque l’idée de ‘en arrière’.

Mon appareil électronique quand, depuis chez moi, à l’affût des vrais repères, je vise la Tour Eiffel.

Point 3.

C’est que la carte est orientée. De nos jours, on place le nord en haut sur les cartes. C’est loin d’avoir été toujours le cas. Les mots nous disent un peu pourquoi. Voici nos mots en sanscrit et dans quelques langues de l’Inde moderne6. J’ai indiqué dans deux cas comment cela s’écrivait, plutôt pour des raisons esthétiques.

Beaucoup de ces mots ont deux significations, l’une expliquant l’autre. Le terme pūrva signifie ‘ce qui est devant, ce qui vient en premier’ ; dakṣiṇa ‘ce qui est à droite’ ; paścima ‘ce qui est en arrière, postérieur’. Il est clair que l’orientation implique quelqu’un qui regarde vers le levant, vers l’est, et qui par conséquent a le sud à sa droite, et l’ouest derrière lui.

On pourrait faire des observations semblables dans de nombreuses cultures. En mongol, par exemple, le mot baruun qui signifie ‘sud’, signifie d’abord ‘à droite’, et le mot züün ‘à gauche’, signifie aussi ‘nord’. En hébreu, on a deux mots pour ‘l’est’ : l’un est מזרח mizraḥ qui signifie Levant, comme l’arabe شَرْقٌ šarq (qui donne mašreq, l’orient, et aussi le nom du sirocco !7 ), et l’autre est קדים qèdèm qui signifie ‘devant’.

Le « haut » de la carte de Hans Rüst, vers 1480-90. Le sommet est à l’est, et on y voit le Paradis avec Adam et Ève dans un enclos, dont sortent les quatre fleuves. Et tout autour, comme dans de nombreuses cartes médiévales en Occident, le Fleuve-Océan qui ceinture la terre habitée.

Il a existé des cartes où c’est le sud qui se trouve « en haut ». Ainsi de la carte du monde conçue par le géographe arabe Idrisi, au XIIe siècle, ou encore la carte d’Erhard Ertzlaub, vers 1492, qui s’appelle der Romweg ‘la Route de Rome’. Il en existe aussi qui situent « l’est en haut », souvent quand il s’agit d’y dessiner le paradis terrestre qui, comme chacun sait, est au bout de l’Orient !

Point 4.

Les directions cardinales sont désignées dans l’abstrait par les points cardinaux postés sur un horizon imaginaire. En français cette expression de points cardinaux n’apparait dans les dictionnaires8 et l’usage qu’au XVIIe siècle. Ces « points » sont utiles aux savants, aux géomètres et astronomes, aux cartographes, aux navigateurs en mer ou dans les airs, et à tous ceux qui peuvent s’appuyer utilement sur une ligne droite imaginaire.

Pour s’orienter dans une ville européenne où toutes les rues tournent, l’indication du nord n’aide pas beaucoup. Dans une campagne où les chemins contournent champs et prairies, le repérage à la boussole ne sert qu’en prenant des visées à distance.

Un plan touristique du centre actuel de Kyoto. La ville s’appelait autrefois Heian, et a été fondée en utilisant le modèle des plans orthogonaux des villes chinoises de cette époque.

En revanche, dans certaines villes chinoises anciennes ou dans l’ancien Kyoto, ou bien dans les villes américaines « tracées au cordeau », la boussole retrouve son utilité ! C’est dû au fait (lui même très intéressant) que les urbanistes concevaient des villes « régulières » et avaient l’occasion d’en tracer des plans qui ensuite étaient respectés. C’est déjà ce qui s’était produit pour Alexandrie d’Egypte, dans l’Antiquité.

L’emprise des noms chinois des points cardinaux a été considérable. Je parle bien des noms, pas de l’écriture. Car les mots chinois pour les Quatre directions se sont imposés tant en Corée qu’au Vietnam, qui ont aujourd’hui des écritures spécifiques. En revanche au Japon, où les points cardinaux sont ordinairement écrits avec les caractères chinois (les kanji), ces caractères sont lus avec les mots japonais, tout différents.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que la prononciation des mots chinois est plus « usée » dans le Nord que dans le Sud du pays. Dans le Sud, en cantonnais par exemple, la prononciation conserve des caractéristiques qui ont disparu dans le Nord, en mandarin. Quand on examine les emprunts que les populations voisines ont faits à la langue chinoise autrefois, il est donc plus intéressant de comparer avec le cantonais qu’avec le mandarin du Nord : les rapports apparaissent mieux.

Nos Quatre mots dans deux langues chinoises9, puis en coréen (avec son écriture propre), en vietnamien (avec son écriture propre). Enfin en japonais, qui a adopté ici les caractères chinois mais n’en a pas moins ses propres mots.

Pour la direction ‘est’, il existe en chinois un caractère « ancien » 東10 et un caractère « réformé » 东 en Chine continentale. En coréen comme en vietnamien, par exemple pour ‘nord’, c’est une prononciation proche de celle de Canton qui été empruntée. L’emprunt des mots (hors de toute question d’écriture) est flagrant – exactement comme dans les langues ‘romanes’ de l’Europe.

En japonais, les mots « vraiment japonais » (dont évidemment l’histoire serait passionnante à étudier) demeurent, même si l’écriture chinoise sert à les écrire. Comme si nos Japonais étaient les Slaves en Asie : ils ont gardé leurs mots !

Conclusion

L’usage des points cardinaux traduit des faits culturels : dans l’habitat, ou dans la hauteur qu’on prend au-dessus du sol. Mais ils se détachent alors du soleil et des postures qui réglaient autrefois, à partir de son corps, à droite, à gauche, l’orientation du monde autour de soi.

Il va sans dire que dans la réalité au ras du sol, bien souvent, les habitants conservent ou inventent leurs propres repères, en fonction de ce qui est frappant, célèbre, ou bien visible. Les Quatre mots, comme on voit par l’exemple du français où ils sont devenus « la norme », ont donc une histoire moins simple qu’il n’y paraît : à cause de l’histoire des mots, et à cause de l’histoire des hommes !

ANNEXE : témoignages.

Deux témoignages, l’un sollicité, l’autre spontané, à propos de ce caramel.

A/ Sawako François : quelques exemples au Japon (14 janv. 2021). Je remercie Sawako, que j’avais priée de me donner des exemples au Japon, et qui s’est prêtée à l’exercice.
« Par exemple, dans le quartier de Shinjuku à Tokyo, on dit plus facilement nord/sud à cause de la gigantesque gare de Shinjuku qui a la sortie sud, la sortie ouest, etc. A Kobe, on dit plus souvent 山手 (côté montagne) / 海手 (côté mer), car la ville est construite sur une pente entre la mer et la montagne. A Kyoto, on utilise 上ル(vers le haut = en s’approchant de  御所 = vers le nord) / 下ル (vers le bas = en s’éloignant de 御所 = vers le sud) / 西入ル (vers l’ouest) / 東入ル (vers l’est). »

B/ Anne Jacquesson, l’une de mes sœurs, passionnée d’architecture et d’urbanisme, m’écrit ceci (17 janv. 2021) :
« Je voudrais ajouter une remarque à la façon dont on construit notre géographie intime, nos repères personnels dans l’espace et l’utilisation des points cardinaux. Il peut y avoir des perturbations importantes entre l’enseignement scolaire de l’orientation sur les cartes modernes de ces points et la cartographie historique locale qui nous imprègne malgré nous. Prenons l’exemple de Reims :  dans certaines, voire nombreuses, représentations cartographiques de la ville, le nord n’est pas en haut. Même dans des cartes relativement récentes (voir l’exemple ci-dessous de 1930) où la ville est représentée « vue du ciel », la carte est orientée comme si on regardait la façade de la cathédrale. Cela provient sans doute des anciennes représentations de la ville.

Plan de la ville de Reims, 1930. [En haut à droite, la flèche indique que le plan n’a pas « le nord en haut ». La forme ovale à gauche (que j’ai soulignée) représente le centre ancien, où l’on voit la célèbre cathédrale des sacres. Mais sur la droite se trouve l’important faubourg de Saint-Remi, avec sa belle église romane. Les deux « noyaux » sont reliés depuis des siècles par une route essentielle à la ville. (FJ)]
Plan de Reims, 1622. [On y voit très clairement, à gauche le centre ville, à droite le faubourg de Saint-Remi. Cette orientation de la ville a persisté longtemps et, comme l’explique Anne, influe aujourd’hui encore sur la façon dont les gens du cru « vivent la ville » (FJ)]

A cause de cela, pendant très longtemps, je n’arrivais pas à exprimer une direction dans Reims selon les points cardinaux. Si j’avais parlé mongol, ç’aurait été plus facile ! Aucun problème, par contre, dès que je sortais de Reims, car ma géographie intime des autres lieux correspondait forcément aux cartes récentes qui m’avaient servi à la construire. La construction des repères dans l’espace n’est donc pas seulement une histoire de géographie intime à partir de ce qui est visible dans la réalité ou de la situation particulière des villes ou des quartiers (au bord de la mer pour reprendre un de tes exemples). Elle se construit peut-être aussi dans une histoire locale imprégnée de représentations cartographiques particulières, d’images puissantes ? Le portrait « au naturel » du plan de 1622, m’imprègne et perturbe ma boussole. »

NOTES sur les images. (1) La Rose des vents de l’Atlas catalan est ici tirée du site Gallica, puisque le document est conservé à la BNF. (2) est une boussole prise au hasard. (3) Cette image d’Anthocharis cardamines, ‘Aurore’, vient de la page Wikipedia consacrée à ce groupe. (4) Le Cotton Vitellius A XV, le manuscrit qui contient le texte du Beowulf est conservé à la British Library. On peut le consulter. (5) ce cliché de la copie du musée du Bourget vient de l’article Wikipedia sur Gagarine. (6) est une image bleue, pour changer de l’image verte. (7) La carte de Hans Rüst est consultable en entier ici. Sur le problème particulier de la représentation du Paradis sur les cartes, voir Virginie Ortega-Tillier, 2006, Le Jardin d’Eden. Iconographie et topographie dans la gravure (XVe-XVIIIe siècles), Editions Universitaires de Dijon, coll. Art & Patrimoine.

  1. Comme on sait, le cercle de la boussole est divisé en 360° : 4×90. Nous nous moquons souvent des Britanniques avec leurs ‘miles’ et le Brexit semble spécialement conçu pour protéger le ‘mile’ menacé par le mètre, à mon avis. Mais ce cercle de 360° ne paraît pas bien mieux. On a essayé d’y substituer un cercle de 400 grades – sans grand succès. []
  2. A l’origine le mot triōnes désigne des ‘boeufs de labour’, comme l’expliquait Varron qui ajoutait ‘Ces sept étoiles, les Grecs comme Homère les appellent hamaxa ‘le chariot’, et le signe voisin ils l’appellent boōtē ‘le bouvier’.’ Varron, De lingua latina, 7, 74-75. []
  3. Avec mesē ‘moitié, milieu’ et ēmera ‘jour’ []
  4. ‘Nord’ et ‘sud’ sont employés en Beowulf 858, ēastan ‘from the east’ en Beowulf 569. On trouve ces mots avant ou en même temps dans des noms de personnages latinisés, repérables dans les textes et les archives. []
  5. Les indianistes protesteraient si je ne citais pas le mot sanscrit ushās ‘aurore’, un homologue aussi, et pas moins célèbre en Inde qu’aurore en France. []
  6. Sur ces mots, on peut consulter le Comparative Indo-Aryan Dictionary de Turner, aux n° 1767, 8343, 6119 et 8007. Ajoutons que les translittérations données dans le tableau, qui correspondent à des graphies traditionnelles, ne donnent qu’une idée approximative de la prononciation réelle aujourd’hui. []
  7. Le nom de ce vent terrible s’écrit en français sirocco, mais il est clair que c’est un emprunt à l’italien scirocco, qui est lui-même un emprunt à l’arabe. Le même mot arabe est sans doute la source des mots occitans comme le provençal ancien exalot ou castillan jaloque – qui figure dans notre rose des vents de 1375 pour ‘sud-est’. Tous les cinéphiles se souviennent, dans Mort à Venise de Visconti, de l’évocation du scirocco. []
  8. Dans le dictionnaire de Richelet, en 1680. []
  9. Je me suis permis de ne pas écrire ici les tons des mots cantonnais. []
  10. Qui est normal par exemple à Hong Kong ou au Japon. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.