Le barbouze et la marmaille

Marmaille est (plus ou moins) un dérivé de marmot, comme pour brousse et broussaille, fer et ferraille, – et pour pagaille, où est le mot de base ? Voir la fin du billet !

Barbouze, né dans l’Entre-deux-guerres, mais célébré dans le roman et le cinéma des années 1960, est un dérivé de barbe ou de barbu, mais on ne trouverait pas beaucoup de formations analogues, et elles sont toutes argotiques : tantouze, bagouze, partouze. Pour se laver de ces horreurs, la prochaine phrase est un alexandrin.

Nous allons prudemment approcher ces mystères.

Acte 1. À tout seigneur

François Villon (1431-après 1463) a écrit plusieurs ‘ballades en jargon’, longtemps à peu près incompréhensibles. Les documents d’un procès tenu en 1455 ont livré une partie de leur vocabulaire.

L’argot, diversement immémorial, a connu un sursaut de gloire dans l’Après-guerre. Il avait déjà eu auparavant la sanctification des dictionnaires1 mais les conflits brutaux, en bouleversant le millefeuille social et amenant à la lumière quelques personnalités d’habitude cachées, donnent de l’actualité à l’argot, et surtout à ce qu’il veut dire.

L’argot est distinct des parlers populaires2. Les parlers populaires sont la langue normale : celle qu’on entend. Comme toutes les langues qu’on écrit (rappelons que la plupart des langues du monde se passent d’être écrites), le français est atteint de diglossie, ce dédoublement qui oppose le style qu’on apprend à l’école, fondé dans l’usage écrit, et les usages ordinaires. Puisque ce sont les mêmes personnes qui parlent les deux langues, de nombreuses interférences apparaissent, qui colorent la langue surveillée ou inversement atteignent les parlers normaux.

Cette diglossie diffère du bilinguisme parce que l’écart entre les deux ‘langues’ peut être plus ou moins marqué, selon les milieux, et aussi selon la volonté de se démarquer ‘vers le haut’ en affectant de « parler chic » ou ‘vers le bas’ en forçant la « note populaire ».

L’argot, à strictement parler, n’est pas une langue, mais un code. C’est le jargon codé des truands qui, pour n’être pas compris si on les surveille, utilisent des mots particuliers. C’est donc un jargon professionnel. Mais à la différence du « jargon » des avocats ou des médecins, qui utilisent des mots qui ne sont pas les équivalents des mots ordinaires (et donc ne constituent pas un jargon malgré les apparences), les mots d’argot sont en principe des équivalents de mots qu’on pourrait reconnaître : fric, oseille, artiche, blé – c’est de l’argent, des sous. La plupart des méthodes pour apprendre l’argot, y compris La Méthode à Mimile3 sont surtout des lexiques avec des équivalences – mais si le novice qui les étudie espère passer inaperçu chez les durs, il risque des ennuis sévères.

Sa fonction même fait que l’argot vieillit vite. Un mot trop répété devient connu, puis reconnu au-delà de son cercle. Il faudra donc en changer. Parfois, en se diffusant au-delà du « milieu », l’argot change de fonction : il devient un jeu. Mais le vieillissement rapide demeure : l’argot chic se veut lui aussi « décalé » par rapport à l’usage, et cet écart ne dure pas toujours, car

…fillette fillette,
si tu t’imagines,
xa va xa va xa
va durer toujours
la saison des za (bis)
saison des amours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures…4.

Les argots vieillissent plus vite que les langues. Ils sont, dans les langues, ce qui vieillit le plus vite. On pourrait soutenir qu’ils contiennent leur mécanisme d’autodestruction. En outre, il n’existe pas que des argots de truands, ou d’imitation de truands. Depuis les collèges, il existe des argots de collège, ou d’écoles, qui aident les jeunes gens à croire qu’ils forment un club réservé.

Acte 2. Extension du domaine du danger

Pourtant, « parler argot » ne vise pas seulement le fait d’utiliser quelques termes cryptés pour parler entre soi. Du point de vue de ce qu’on a appelé le « bon usage » (dont la doctrine est chez Vaugelas, au milieu du XVIIe siècle)5, il y a un mauvais usage, celui qui n’est pas de la cour et – pour couper court aux nombreux débats sur la question : celui qui n’est pas surveillé. Où l’on ne se surveille pas.

C’est une question compliquée, parce que c’est vrai que quand on parle, il vaut mieux peser la façon dont on le dit – par respect pour l’interlocuteur, par exemple. Et qu’en même temps si on tourne trop longtemps sa langue dans sa bouche, on finit par dire des âneries pompeuses.

C’est aussi la raison du succès (toujours mesuré) de « l’argot » auprès des intellectuels qui veulent prendre le parti des humbles. Il leur semble que les humbles parlent autrement qu’eux, et ils cherchent des façons d’engager un dialogue – ce qui est honorable, même si, évidemment, cette bienveillance a parfois quelque chose de puant. L’argot sera-t-il un moyen d’accéder aux « classes dangereuses » ? une expression popularisée par le livre (1958) de l’historien Louis Chevalier. C’est un problème aussi douloureux que passionnant. Y a-t-il une « langue des pauvres » ? Oui en un sens, non en un autre. Surtout, il n’y en a pas qu’une : car la vraie langue, celle des gens, est toujours plus variée qu’on ne croit.

Les gens qui estiment par eux-mêmes ne pas avoir (assez) d’instruction, ont très souvent une sensibilité aiguë sur le sujet du « bon langage », parce qu’ils ressentent la façon de s’exprimer comme un lieu névralgique de la discrimination sociale. Comme le savent bien les ethnologues et linguistes-ethnologues, c’est un fait dont il est très difficile de rendre compte par écrit. Maupassant a autrefois essayé de transcrire du « parler populaire », en y ajoutant ce qui lui semblant normand, avec un succès mesuré en France, mais qui lui a valu d’être traduit largement dans les « Pays de l’Est » où on a voulu le présenter comme un porte-parole du peuple.

Louis Malle adapte ‘Zazie dans le métro’ en 1960, pour le cinéma.

Raymond Queneau a essayé (Zazie dans le métro est de 1959) avec plus de rigueur et d’adresse ; il n’a pas été autant traduit en russe que Maupassant. Calvino a traduit Les Fleurs bleues en italien. Depuis que le vêtement n’est plus (ou est beaucoup moins) un signe ostentatoire de bonne bourgeoisie, et que le chapeau melon ne s’oppose plus à la casquette, les repères sociaux se sont attachés davantage aux façons de s’exprimer. C’est dû aussi au fait que, lentement, l’Ecole républicaine a amené les gens à se parler.

mais toi ma petite
tu marches tout droit
vers sque tu vois pas
très sournois s’approchent
la ride véloce
la pesante graisse
le menton triplé
le muscle avachi
allons cueille cueille
les roses les roses
roses de la vie…

Conclusion

Eh bien, la pagaille ? Lectrice, lecteur (et surtout parmi vous les sportifs et les marins), vous serez joyeux d’apprendre que c’était au départ le même mot que pagaie. Le mot pagaie est un emprunt (fin XVIIe siècle) aux langues de la Malaisie des Îles Moluques, où pengajong ou pengayuh signifiait une rame à double pelle. Ce qui semble avoir frappé les navigateurs occidentaux est la façon d’arrêter l’esquif en plantant la pagaie verticalement dans l’eau. On disait « mouiller en pagaie (ou : pagaye) » quand on devait faire descendre l’ancre droit dessous sans prendre le temps de carguer les voiles. La manœuvre créait du remous. L’usage du mot change peu à peu mais reste longtemps propre aux marins.

Le mot, sous des orthographe diverses comme pagaïe ou pagaye, sort de l’eau, si j’ose dire, lors de la 1re Guerre mondiale, en circulant parmi les soldats. Bien sûr, on pourrait longtemps aussi considérer le marmot et le barbu.

NOTE sur les images. (1) est un détail de la couverture du DVD des Barbouzes, 1964, de Georges Lautner, scénario de Michel Audiard et Albert Simonin, dialogues de Michal Audiard. L’actrice sur l’image est Mireille Darc. (2) François Villon, 1991, Poésies complètes, édition de Claude Thiry, Le Livre de Poche, collection ‘Lettres gothiques’. (3) Couverture des Tontons flingueurs, 1963, de Georges Lautner, adaptation par Albert Simonin d’après son roman Grisbi or not grisbi, dialogues de Michel Audiard. Les acteurs sur l’image sont Lino VenturaFrancis Blanche, Bernard Blier. (4) La Métamorphose des cloportes, 1965, de Pierre Granier-Deferre, adapté par Albert Simonin du roman éponyme d’Alphonse Boudard (1962), dialogues de Michel Audiard. Les acteurs sur l’image sont Lino Ventura et Charles Aznavour. (5) Une image de Zazie dans le métro, 1950, de Louis Malle, d’après le roman éponyme de Raymond Queneau.

  1. Delvau 1864, 2e éd. 1866, Virmaître en 1894, Bruant en 1901 par exemple. []
  2. J’emploie le mot ‘populaire’ dans son sens français : ‘qui concerne le peuple’. Comme on sait, on entend maintenant un mélange avec le sens anglais du mot, ‘bien connu, célèbre’. []
  3. Cet ouvrage célèbre, paru en 1970, et qui utilisait en le parodiant à peine la pédagogie de la Méthode Assimil, résulte de la collaboration d’Alphonse Boudard, écrivain, et de Luc Etienne, professeur de mathématique. L’un et l’autre étaient des gens très sérieux. []
  4. La chanson Si tu t’imagines, écrite par Raymond Queneau, a été rendue célèbre par Juliette Gréco. []
  5. Voir Danielle Trudeau, 1992, Les Inventeurs du bon usage (1529-1647), Editions de Minuit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.