Stigma, la tache

Depuis quelques années, le terme ‘stigmatiser’ se fait plus fréquent, souvent avec le sens de ‘marquer d’infamie’ quelque chose ou quelqu’un, parfois banalement avec le sens ‘d’insulter’. C’est un terme « chaud », susceptible de conflits et d’incompréhension. Il est lié au déni et au drame, à la pitié ou la gloire. Se dire « stigmatisé » est parfois devenu une façon d’attirer l’attention, car celui qui est « stigmatisé » peut y trouver une sorte nouvelle d’immunité.

Le terme a donc un parcours contemporain intéressant. Il a aussi une histoire au long cours qui, comme souvent, éclaire l’objet qui semble tout nouveau.

Acte 1. Europe

Le mot stigma a des répercussions différentes selon les langues d’Europe. En allemand1, le terme Stigma est compris de beaucoup de gens, il signifie ‘une marque honteuse’, un ‘signe de mépris’. Il évoque une nébuleuse d’exemples, mais on tombe assez vite sur le cas dramatiquement exemplaire de « l’étoile jaune », souvent marquée Jude.

En France, le mot stigma n’est généralement pas compris, sauf des médecins peut-être, et des historiens de différentes disciplines. En revanche, le verbe stigmatiser, comme l’allemand stigmatisieren ou l’anglais stigmatize est maintenant courant. Il est ancien, mais a été longtemps un terme technique, théologique ou médical, avant – sous l’influence de l’anglais américain – de devenir moral et « sociétal ».

Dans le Dictionnaire historique de la langue française, coordonné par Alain Rey avec son équipe, il n’y a pas d’entrée stigma, mais il y a une entrée stigmate, qui décrit d’abord les marques concrètes, au besoin au fer rouge, sur la peau des reprouvés autrefois et jusqu’aux galériens du XVIIIe siècle. Dans les Trois mousquetaires, d’Artagnan s’aperçoit que Milady porte sur son épaule la marque infamante2.

« Il faisait alors presque grand jour. D’Artagnan la retint par son peignoir de fine toile des Indes pour implorer son pardon ; mais elle, d’un mouvement puissant et résolu, elle essaya de fuir. Alors la batiste se déchira en laissant à nu les épaules, et, sur l’une de ces belles épaules rondes et blanches, d’Artagnan, avec un saisissement inexprimable, reconnut la fleur de lys, cette marque indélébile qu’imprime la main infamante du bourreau. »

Giotto. Saint François recevant les stigmates. Louvre.

En contexte chrétien, il s’agit des cinq marques des blessures que François d’Assise aurait reçues à l’imitation de Jésus, et qu’on aurait constatées sur son corps à sa mort. Nombreux sont les tableaux, dès l’époque de Giotto, où l’on voit un Francesco dans un paysage sauvage, les bras écartés, recevant cinq rayons en provenance d’un archange-Jésus : aux mains et aux pieds, et pour la plaie du côté. C’est ce que le lexique technique de l’Eglise appelle ‘stigmates’ et ‘stigmatisation’. En l’occurrence, si l’origine historique des blessures est infamante (puisque le supplice de la crucifixion était celui qu’on réservait aux esclaves), le contexte chrétien lui donne au contraire un statut exalté : recevoir les stigmates, être stigmatisé, devient une preuve d’un contact exceptionnel avec Jésus.

Acte 2. Grec

Le mot stigma est grec. Sa notoriété en Europe vient donc de l’exemple ambigu des plaies de Jésus, car le Nouveau Testament chrétien est écrit en grec, et c’est de là que le mot s’est répandu. A vrai dire, le mot ne vient pas des Évangiles, où il n’est jamais question des cinq plaies de Jésus, mais indirectement d’un autre texte du Nouveau Testament, où le mot apparaît3 pour les marques des coups reçus par Paul de Tarse. Mais les commentateurs4 ont voulu prendre l’expression de Paul, ta stigmata tou Christou ‘les marques (subies au nom) du Christ’ à la lettre.

Le papillon ‘Paon du jour’, Aglais io L.

Le mot stiktos signifiait simplement ‘tacheté’, comme le pelage du faon illustré en tête de ce billet, par exemple, mais aussi de la hyène ou même du paon. Un stigma était une tache, ou une marque – mais il s’agissait normalement de la peau, ou de la fourrure, ou bien du plumage : lié au corps d’un animal. En soi, la marque n’avait rien de honteux.

Elle l’est devenue quand il s’est agi d’une tache non naturelle, ajoutée comme une ‘marque’ – quelque chose en plus, d’anormal. C’est le sens que les linguistes et les sémioticiens donnent au ‘terme marqué’ dans une situation binaire dissymétrique. Par exemple au ‘féminin grammatical’ dans certaines circonstances en français. En français, si vous dites un enfant le sexe n’est pas indiqué, tandis qu’il l’est si vous dites une enfant : le masculin grammatical est donc (ici) neutre, tandis que le féminin est significatif. La ‘marque’, dans ce contexte, est significative et s’oppose à une situation neutre. L’alternative n’est pas « blanc ou noir » ni « oui ou non », elle est entre une situation sans indication et une situation indicative.

Or, le mot grec stigma, qui avait le sens de ‘tache’ normale sur la peau ou le pelage, mais aussi le sens de ‘marque’ significative sur un animal, par exemple pour en identifier le propriétaire, a pris un sens particulier quand on marquait au fer un homme jugé coupable d’un crime. Le mot prenait alors le sens particulier de ‘tache, tatouage, stigmate’. D’autres mots proches n’avaient pas ce contexte infamant du tout, par exemple stigmē qui désignait une piqûre ou un point, par exemple une ponctuation dans un texte.

 Le mot stigmatiser se trouve en français depuis le XVIIe siècle, époque où l’on adapte dans la langue courante certains termes grecs puis latins. Descartes, en France, écrit à cette époque certaines de ses œuvres philosophiques ou scientifiques en français. Le terme a d’abord signifié au sens propre ‘apposer une marque honteuse’, ou médicalement ‘marquer d’une marque indélébile’ quand il s’agit d’une blessure et de la marque qu’elle laisse.

L’emploi figuré moderne date du XIXe siècle, et l’on peut certainement le lier au développement de la grande presse. Le TLF nous rappelle un emploi dans Flaubert (1881), où la cible est encore abstraite5 :

M. de Faverges stigmatisa ces œuvres où l’on bafoue les choses les plus saintes, la famille, la propriété, le mariage ! 

Chez Flaubert, le terme est précieux, et ici ironique quand il est mis dans la bouche d’un apôtre des vertus.

Acte 3. Stigmatiser aujourd’hui

L’emploi contemporain est tout différent, voire opposé puisque le mot se rencontre de plus en plus fréquemment dans des contextes où c’est le fait de « stigmatiser » qui est mauvais, et non plus le fait « d’être stigmatisé ». Le terme ‘stigmatiser’ prend alors un sens protectionniste, en considérant que c’est le fait de stigmatiser qui est honteux, et que ce sont ceux qui sont stigmatisés qui doivent, de ce fait même, être protégés ou défendus. Il est un écho net du communautarisme étatsunien.

Le Grand Paon de nuit, Saturnia pyri D.& S.

La vogue du terme « communauté » est en raison directe de son imprécision apparente. A l’inverse du syndicat, par exemple, qui rassemble des gens en fonction d’un but, la notion de « communauté » aux Etats-Unis est liée à la notion de « racines ». La notion est souvent « racialiste », c’est-à-dire que la communauté est définie en amont de l’individu par sa « race », son appartenance ancestrale. Les Noirs ne se mêlent pas aux Blancs, vivent dans des quartiers distincts, et réclament d’être « reconnus ». C’est l’inverse, à certains égards, de la mixité raciale qui a construit l’Amérique du Sud, où le métissage est normal.

Il existe des explications historiques à cette façon inhabituelle de considérer les individus. Aux Etats-Unis, les Noirs, ou les Portoricains, ou les Chinois etc. ont été longtemps considérés comme des races inférieures par « les Blancs » et cela continue de nos jours, comme le montrent les drames qui ont déclenché le mouvement Black lives matter. Ces gens en ont assez d’être pris pour des sous-hommes, et leur manifestation passe par la nécessité d’être reconnus comme « humains ».

Mais à la différence de ce qui s’est passé en Europe, où les ‘Droits de l’homme’ se sont imposés comme une plate-forme où tous les humains étaient égaux en droit, aux Etats-Unis il semble (sans doute à juste titre, au vu des résistances qu’on leur oppose) aux citoyens non-Blancs que le premier verrou à faire sauter pour accéder à l’égalité réelle, est de se faire reconnaître en tant que Noirs, ou Portoricains, ou Chinois. Sinon, on continuera de leur dire : oui, tu es égal, mais tu es Noir. Ou on ne leur dira pas, mais on le pensera très fort.

C’est donc le ‘stigma’ dit ou non-dit, souvent « racial », qui est aux yeux de nombreux citoyens des Etats-Unis (ou d’autres pays anglo-saxons) le verrou essentiel. A l’inverse de ce qui se passe chez nous où l’égalité est difficile dans les faits, mais définitive dans le principe, leur vision de la libération n’est pas acquise. Elle passe par ce qui fait frein : les marques d’infamie qu’ils voient dans le regard des Blancs Protestants Riches, les wasp’s6.

Les citoyens d’Amérique du Nord, et souvent les gens de culture anglo-saxonne, ont du mal à comprendre que ces manières paraissent primitives aux Européens. Pour les citoyens de Etats-Unis, il faut défendre son « identité », et donc surveiller tout ce que les autres vont dire de vous : voir si l’on est stigmatisé. Mais pour la plupart des Européens, c’est une folie, parce que c’est s’inventer un nouvel esclavage : celui du regard d’autrui !

La grandeur des Droits de l’Homme est d’avoir libéré les gens du regard d’autrui, et de les libérer des citadelles communautaristes, de sorte qu’on peut dire : « tu as beau faire le malin, je suis un homme autant que toi ». Et le but des sociétés modernes en Europe a souvent été de donner « l’égalité des chances », notamment à travers les soins et l’enseignement. Que ce combat-là ne soit pas terminé, on le voit tous les jours.

Conclusion

Notre époque a donc connu une évolution intéressante du ‘stigmate’. A l’origine, le stigma est un signe remarquable mais naturel. Ensuite, appliqué en fonction de critères juridiques et sociaux, il devient une marque d’infamie. Le terme n’est jamais employé comme une distinction honorable alors qu’en fait, en toute rigueur, il l’aurait pu – mais là, en français, on parle plutôt de ‘distinction’.

Le christianisme entretient avec cette marque une attitude ambiguë, puisque les stigmates de Jésus sur la croix, supplice infamant, finissent par être une rare marque d’honneur.

L’influence des manières des Etats-Unis, où la crise raciale est fréquente, a provoqué en Europe des essais de transposition. L’affirmation de soi passe alors non plus par le fait d’être d’abord humain, mais d’être Noir, ou Jaune etc. : appartenir à une communauté agressée. Dès lors, l’attention portée à la stigmatisation devient une sorte de veille aux créneaux. Le fait d’être stigmatisé, comme chez les Chrétiens traditionalistes, devient une fierté.

Pourtant, cette citadelle peut aussi enfermer les gens au moment même où elle prétend les protéger. L’inversion de la stigmatisation ne vous en libère pas. Il convient certainement de conserver l’intrépide nécessité du regard extérieur sur soi-même, au lieu de l’abandonner à autrui ou de se replier sur soi.

NOTE sur les images. (1) L’image du faon provient d’un site belge de scoutisme. (2) est un détail de l’image de couverture de l’album de BD d’Agnès Maupré Milady de Winter, tome 1. (3) Le tableau de Giotto, au Louvre, date de la toute fin du XIIIe siècle. Il était dans l’église San Francesco de Pise, et a fait partie des pillages napoléoniens. Lorsqu’une grande partie des biens culturels volés en 1813 fut rendue à l’Italie, celui-ci resta au Louvre. (4) Cette photo de la face dorsale d’un Paon du jour provient des collections du Musée d’Histoire Naturelle de Toulouse. Elle figure dans l’article Wikipedia ‘Paon du jour’. Les étonnants dessins circulaires sur chacune des ailes, et qui ressemblent à des yeux ouverts, sont appelés ‘ocelles’ par les naturalistes. (5) Le Grand Paon de nuit, Denis & Schiffermüller, était connu de Linné qui l’a nommé Phalaena pavonia : la paon était déjà dans pavonia, car le paon se dit pavo en latin. C’est le plus grand papillon de nuit d’Europe. L’image vient d’un service de la ville de Bourges. (6) Les premières phrases du Contrat social de Jean Jacques Rousseau. D’après l’édition de 1772, sur Gallica.

  1. Je remercie ma collègue Agnes Korn pour ses recherches. Pour mesurer la fréquence du mot en allemand, elle a utilisé le DWDS, qui donne en outre un graphe historique. []
  2. La rencontre avec Milady a lieu pendant le siège de La Rochelle, soit entre sept. 1627 et nov. 1628. Trois Mousquetaires, chapitre XXXVII. []
  3. Epître aux Galates, 6, 17, voir 2e épître aux Corinthiens 11, 23-25. []
  4. Notamment Adamantius, au IVe siècle, qui écrit ‘les marques du Christ, dont vient notre salut’, etc. []
  5. Flaubert, Bouvard & Pécuchet, fin du ch. 5. []
  6. Le sigle WASP est courant en anglais : White Anglo-Saxon Protestant ‘Protestant anglo-saxon blanc’. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.