Le genre des noms

Les noms ont-ils un sexe ? La réponse est non. Question suivante : En français, les noms ont-ils un sexe ? La réponse est encore non.

Comment ! Le dictionnaire dit que chaise est « n. f. », et que fauteuil est « n. m. ». Même notre regretté Alain Rey l’écrivait (ci-contre) !

Alain Rey et les autres lexicographes ont raison, mais « f. » ou « m. » visent le « genre grammatical », pas le sexe. Et c’est très différent…

Acte 1. sexe

Les biologistes nous expliquent que beaucoup d’organismes naturels se reproduisent sexuellement. Nous-mêmes, les humains, avons cette intéressante propriété. Mais nous sommes obligés de convenir avec les biologistes que non seulement les singes et les cerfs, mais les otaries et même les poissons sont traversés par ce phénomène. Ce qui ne nous rajeunit pas.

C’est une occasion inespérée de rappeler que certaines plantes comme le noisetier différencient les fleurs mâles et femelles. Le gingko de nos parcs et jardins différencie les arbres mâles et les arbres femelles, qui portent des sortes de fruits (en fait des ovules – photo ci-dessus). Et, si l’on veut instruire les enfants, on peut exhiber une fleur, et indiquer que le pistil est mâle et les étamines femelles. Bon, laissons là ces divagations osées.

Toutes ces bizarreries ordinaires sont sexuelles. Le mot sexe a été emprunté fin XIIIe siècle, par des francophones indélicats, au mot latin sexus. Du mot latin nous avions un terme français assez rare qui s’écrivait ses. Peut-être n’était-ce pas assez clair ? Ce mot latin est vraisemblablement lié au verbe secare qui signifie ‘couper, séparer’ – comme dans sécateur. Ce qui n’est pas rassurant1.

Revenons à nos moutons. Rien de tout cela n’implique les mots ni les objets inertes, seulement les êtres vivants, affectés par la tâche de se reproduire. Mon avis est que c’était une bonne idée, car au début de l’histoire biblique, Dieu est obligé de tout faire. Le troisième jour, il a une étonnante initiative2 :

Elohim dit : ‘Que la terre produise du gazon, de l’herbe émettant de la semence, des arbres fruitiers faisant du fruit selon leur espèce, qui aient en eux leur semence, selon leur espèce’.

C’était astucieux. Depuis, ça marche tout seul. Ou à peu près.

Françoise Héritier

Acte 2. Genre

Notre mot genre aussi a été emprunté au latin ; le mot normal était gendre3, mais la langue française a des crises irrégulières de pillage de latinité. Le mot gendre, puis genre, malgré son origine sexuelle aussi (comme dans engendrer, génération) s’est stabilisé surtout avec le sens de ‘catégorie, classe’, et c’est pourquoi les naturalistes ont pu l’employer comme une catégorie supérieure à celle ‘d’espèce’4 ; en français le mot signifie couramment ‘sorte de’ – sans parler de l’amusant emploi générationnel actuel : Alors i’ m’dit, genre, t’as pas vu Jade ?5

Dans la tradition grammaticale gréco-latine, qui reste d’une façon générale encore en vigueur, on distinguait (en grec) huit classes de mots : nom, verbe, participe, article, pronom, préposition, adverbe, conjonction – tous ces termes bien connus datent de l’adaptation scrupuleuse en latin, dans l’Antiquité, des catégories grecques6. Les noms, selon les grammairiens grecs, avaient trois genres7 : arsenikon (sic !)8, thēlukon, oudeteron – ce qui signifiait ‘mâle’, ‘femelle’, ‘ni l’un ni l’autre’. Les grammairiens latins ont traduit ce classement par masculinum, femininum, neutrum – d’où en français grammatical : masculin, féminin, neutre.

Pourquoi les grammairiens grecs avaient-ils choisi des dénominations sexuelles pour les genres des noms ? C’était aussi absurde en grec ancien ou en latin qu’en français, puisqu’en grec aussi on avait des noms comme trapeza ‘table’ dits féminins et d’autres comme ophthalmos ‘œil’ dits masculins. La raison est simple : c’est une analogie pour aider la mémoire des élèves. Les noms de femme, comme Athéna ou Sappho ou sexuellement féminins comme ‘mère’, ‘sœur’, appartenaient ordinairement à un seul des 3 groupes de noms, et les noms d’homme comme Socrate ou Alexandre ou ‘père, frère’ à un autre groupe. Cela faisait image, et on a appelé ‘masculin’ le groupe où se trouvaient les noms d’hommes, même avec ‘œil’, et ‘féminin’ le groupe où se trouvaient les noms de femmes, même avec ‘table’.

Pourtant, sur l’ensemble des noms du vocabulaire grec, dans un dictionnaire par exemple, les noms de personne représentent une petite minorité ! Oui, mais dans l’usage courant, ils sont en réalité très fréquents – en grec comme dans d’autres langues. Les grammairiens, qui étaient des enseignants, ont donc convenu que, par facilité, on appellerait ‘masculins’ les noms de cette catégorie, et féminins ceux de l’autre. Restait d’assez nombreux noms, le 3e groupe, pour lesquels cette convention ne valait rien, et qu’on a piteusement appelés ‘ni l’un ni l’autre’. Quand, dans d’autres langues comme le français, cette 3e catégorie n’existait pas (mais elle existe en allemand comme en russe), on se retrouvait avec un système binaire « sexuel »… Vous imaginez l’imbroglio.

Acte 3. Querelle

La technique des pédagogues grecs et latins n’avait rien de « sexiste » au sens où elle n’impliquait aucun privilège du masculin sur le féminin, ou inversement. Mais elle avait le grand tort de faire croire que les mots étaient « genrés », et les blagues n’ont pas manqué. Les mots eux-mêmes n’y sont pour rien : ce ne sont pas eux qui faisaient les blagues.

Simone de Beauvoir (image ci-dessus) publie en 1949 son enquête-analyse Le Deuxième sexe. En pays anglo-saxon les gender-studies se développent dans les années 1970. Gender est en anglais un terme grammatical, un terme savant donc « propre » et n’effarouche personne ; il est « culturel » et permet de désigner la perception sociale des rôles sexués. Ces publications sont d’abord uniquement en anglais, langue où l’expression grammaticale du sexe est très limitée puisque la plupart des noms n’ont pas de genre, et que ni les adjectifs ni l’article ne « s’accordent en genre ». Transposée en français, l’étiquette de gender-studies prenait une autre allure, parce que là, le genre grammatical était omniprésent.

L’anglais ancien était comme l’allemand : les noms se rangeaient dans trois catégories, et les noms de femme se groupaient dans l’une, les noms d’hommes dans une autre, et il en existait une troisième. Mais l’ensemble des autres noms se rangeait dans l’une quelconque des trois puisque le partage, en fait, n’avait rien à voir avec le sexe. Le démonstratif-article avait trois formes (ici en ‘West-saxon’), M sē, F sēo, N ðæt. Dès le XIIe siècle, l’atrophie des voyelles en fin de mot, quand elles ne portaient pas d’accent tonique, s’accompagne de la transformation complète de l’article, et on a assez vite une situation comparable à celle de l’anglais moderne : les trois ‘genres’ ne subsistent que dans quelques pronoms et adjectifs personnels (he, she, it ; him, her, it, ; his, her, its)9.

Elisabeth Badinter

En Angleterre, les suffragettes obtinrent pour certaines femmes un premier droit de vote en 191810, à l’issue des hécatombes de la Guerre. Signalons qu’en France Hubertine Auclert a fondé en 1876 le premier groupe suffragiste français et que Ferdinand Buisson, un des principaux constructeurs de la laïcité, dès avant la 1re Guerre mondiale a déposé un rapport dans le même sens, à chaque fois repoussé au Sénat. En 1919, par 344 voix contre 97, l’Assemblée vote en faveur du vote des femmes, mais le Sénat bloque la loi en 1922.

En 1925, des femmes se présentent et sont élues, mais les élections sont annulées par les préfets. En 1936, le Front Populaire nomme trois femmes sous-secrétaires d’Etat, dont Irène Joliot-Curie. Le vote des femmes fut acquis en avril 1944. En 1945, 33 femmes sont élues députées, sur 586 sièges. Les premières lois sur la parité, qui cherchent à compenser le fossé entre théorie et pratique par une sorte de « discrimination positive », datent de 1999.

Conclusion

La plupart des langues du monde n’offrent guère de terrain à la « bataille symbolique » sur ce plan. Mes collègues ne m’en voudront pas de reproduire ici la carte que dressa Greville G. Corbett pour le World Atlas of Language Structures. Une sorte d’inventaire y est fait par des points colorés placés à l’endroit où les langues correspondantes sont parlées.

blanc : pas de distinction de genre. Exemple : finnois.
jaune : 2 genres. Exemple : français.
orange : 3 genres. Exemple : allemand.
rouge : 4 genres. Exemple : bourouchaski, en Himalaya occidental.
noir : 5 genres ou plus. Ce sont les langues ‘à classes’, bien représentées en Afrique.

Une carte comme celle-ci, surtout sans son commentaire (disponible sur le site), est nécessairement simplificatrice. Elle indique par exemple « 3 genres » en anglais, alors qu’ils ne sont pas référencés pour l’ensemble des noms mais pour les humains, et seulement par un jeu de pronoms.

Parler de « masculin » et de « féminin » en grammaire est un abus de langage, hélas installé dans l’usage, mais qu’il faudrait réformer. Cela clarifierait les choses, et nous ramènerait peut-être aux enjeux véritables.

NOTE sur les images. (1) est le début de l’article ‘Chaise’, dans le Dictionnaire historique de la langue française, publié par Alain Rey et son équipe. (2) est ue image de gingko femelle. Elle provient du site Wikipedia français, page ‘gingko biloba’. (3) Est une image de sécateur, même provenance, mais à la page ‘sécateur’. (4) est une photo de Françoise Héritier prise lors d’un entretien accordé au périodique Le Point. (5) est une photo de Simone de Beauvoir (1908-1986). (6) La photo d’Elisabeth Badinter est issue de la page Wikipedia qui lui est consacrée. (7) est ue couverture ancienne du livre de Marina Yaguello, paru d’abord en 1978, et constamment réédité. Le dessin de couverture m’a tout l’air d’être de Claire Bretécher (1940-2020), non ? (8) est la carte tirée du chapitre ‘Number of genders‘ dans le World Atlas of Language Structures. Pour obtenir la carte, cliquer en haut à droite sur related map. La page d’accueil de cet atlas en ligne est à https://wals.info/.

  1. Comparer aussi avec le préfixe latin se- ‘à l’écart’ qu’on trouve par exemple dans segregare et dans le mot français segrégation. []
  2. Genèse 1, 20, trad. Dhorme []
  3. Le terme gendre pour le mari de la fille est étroitement lié au terme plus courant de ‘genre’. En latin, le ‘gendre’ est gener, accusatif generum ; l’accent tonique était ensuite sur le premier -e- et la contraction a donné genru, mais le contact -nr- produit souvent une sonorité /d/ intercalaire. Un phénomène semblable a eu lieu pour l’autre mot… quand il a perdu son ‘genre neutre’. []
  4. Dans la hiérarchie des catégories naturalistes : embranchement, classe, ordre, famille, genre, espèce. []
  5. En 2019 en France, le prénom le plus donné aux filles est Jade ou Louise dans le nord de la France, Emma dans le sud. Chez les garçons, Gabriel est le plus donné, ensuite Léo et Raphaël. Si l’on attribue la phrase à des jeunes gens nés en 2005, les prénoms masculins à la mode étaient Enzo, puis Lucas, les féminins Emma, puis Léa. Voir le site de l’Insee. []
  6. Les mots grecs correspondants étaient : onoma, rhēma, metokhē, arthron, antōnumia, prothesis, epirrhēma, sundesmos. Voir notamment La Grammaire de Denys le Thrace, traduite et annotée par Jean Lallot, CNRS Editions, 1998. []
  7. En grec genos, en latin genus – le mot d’où vient le mot français gendre ou genre []
  8. La forme courante est arrhenikon, qui est un dérivé de arrhēn, au neutre arrhen, qui lui aussi peut être utilisé comme terme grammatical. []
  9. L’attribution du féminin, en dehors des femmes, n’est requise, de façon plus fantasmée qu’on ne dit, que dans les cas des bateaux et des chats []
  10. A ce moment, le droit de vote des femmes à l’âge de 30 ans, tandis que celui des hommes est à 21 ans. L’égalité ne sera atteinte que dix ans plus tard, en 1928. Aux E.U., les femmes « blanches » obtiennent le droit de vote en 1920, mais l’ensemble des femmes seulement en 1965. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.