Migrer, migrant, migration

L’apparition en français du mot migration (adapté du latin) date du XVIe siècle, où il a servi à décrire l’important mouvement de Français vers les Antilles, la Louisiane, la Guyane, et bien sûr le Canada.

Les Français n’étaient pas seuls à migrer : les Espagnols et Portugais, les Anglais – et d’autres : beaucoup de gens d’Irlande et d’Allemagne, plus tard des dizaines de milliers d’Italiens ont remodelé en un siècle la démographie des deux Amériques : le Nouveau Monde. En Amérique du Nord, la plupart des cultures amérindiennes sont alors devenues des objets de musée.

Le mot a une histoire intéressante dès l’époque romaine.

Acte 1. Migrations romaines

Le mot ‘migration’ est en effet latin. Et Claudia Moatti rappelle que la célèbre expression de Cicéron « de toutes les villes, il y a une route qui mène à Rome » a d’abord signifié qu’il existait des voies pour accéder à la citoyenneté1.

Le premier auteur connu à avoir employé le mot est Lucrèce, mais sans rapport avec les mouvements de population. A propos de la couleur des atomes qui constituent les objets du monde, il dit que les atomes bleu ciel (caeruleum)2

numquam in marmoreum possunt migrare colorem
« Jamais ne peuvent changer leur couleur pour celle du marbre »

On trouve en effet le thème ‘migratoire’ en latin pour une vaste gamme de situations. Pline explique3 que le faux crabe nommé Bernard-l’ermite, quand il grandit, migrare in capaciores ‘migre dans des [coquilles] plus grandes’, qu’il trouve. Il emploie aussi ce terme quand on transplante des végétaux4. La signification fondamentale est donnée : changer d’habitat. C’est un thème que nous avons rencontré déjà dans Caramel, quand les petits poissons devenaient grands, et qu’il fallait les changer d’habitat.

Pour d’autres auteurs, il s’agit d’êtres humains. Par exemple quand l’historien Tite-Live5 fait dire à Camille que, malgré la destruction de Rome par les Gaulois, il ne faut pas Veios migrare ‘migrer à Véiès’, qui est une ville proche. Plus loin dans son Histoire de Rome, l’historien décrit les procédures punitives organisées par les Romains en Italie, et raconte que le Sénat donna la ville d’Atella aux gens de Nucera, tandis qu’on forçait ceux d’Atella à Calatiam migrare ‘migrer à Calatia’6. Mais à un autre endroit7 le mot migrare ou son dérivé immigrare signifie ‘s’installer dans une autre pièce’ dans une maison ; il signifie parfois ‘changer d’habitation, déménager’8.

Le mot a donc un sens assez large, mais celui de ‘changer de résidence’, surtout pour les humains, est le plus fréquent.

Acte 2. Une migration spéciale

Dans un passage célèbre de ses Métamorphoses9, Ovide raconte que les âmes ne sont pas propres à un corps,

sed in varias doceō migrāre figūras
« mais j’enseigne qu’elles passent dans des figures diverses »

Elles vont successivement dans des corps différents, même dans des corps d’animaux, et il faut craindre, en tuant des animaux, de tuer ses anciens parents. Cicéron rappelait que pour les Romains d’autrefois le respect des sépultures s’explique par la croyance que la mort ne nous anéantit pas tout entier, mais que c’est10

« pour ainsi dire une sorte de migration, de transformation de la vie, celle-ci devant conduire au ciel les hommes et les femmes illustres, tandis que chez tous les autres elle était retenue au sol où elle subsistait néanmoins. »

Cette opinion n’appartient pas qu’aux Romains d’autrefois, puisqu’on la retrouve chez Sénèque, au début de la période impériale11. Le mot fait une image forte quand on admire que tel personnage semble non pas tant mourir que migrare ‘changer de maison’.12.

Acte 3. Migration clandestine

L’historien romain Tite-Live rapporte un cas intéressant13. En 177 AEC, des représentants des groupes d’Italie alliés de Rome viennent se plaindre au Sénat : ‘certains des nôtres se sont installés à Rome, ou sont allés habiter ailleurs, et on nous impose pourtant les mêmes charges en soldats !’ comme si nous étions aussi nombreux qu’avant.

Le Sénat ouvre une enquête. En principe, il était possible à une personne, parmi les alliés italiens, de s’installer à Rome si sa famille restait dans la ville d’origine. Mais ces gens faisaient venir leurs enfants à Rome – c’est ce que nous appelons le regroupement familial -, en les faisant adopter par un citoyen romain qui s’engageait à les affranchir à leur majorité. Et plus tard, un laxisme s’installa qui permettait à des gens sans enfants de se faire inscrire ‘pour migration’14. Les députés des cités alliées de Rome ne sont pas contents, et réclament que ces abus cessent, car leurs villes se vident tandis que leurs charges demeurent aussi lourdes. Le Sénat accède à leur demande.

Dans ce cas, la migratio est devenue un concept légal, et on voit parfaitement que la Capitale absorbe une population « illégale ». Pas plus qu’à Rome autrefois, on n’a construit de mur, aux XVIIIe et XIXe siècle, pour interdire Paris, Londres, Rome, Amsterdam aux gens qui voulaient y habiter. Pour ce qui concerne la Rome antique, cela ouvre un précédent intéressant sur la question de la migration provinciale vers la capitale.

Dans son récent ouvrage, Le Choc démographique, Bruno Tertrais rappelle15 que de nos jours :

« Les migrants sont beaucoup plus souvent des urbains scolarisés que des ruraux analphabètes. »

Car les migrants vers la Capitale, qu’il proviennent de la province ou du Tiers Monde16, sont presque toujours des gens qui veulent réussir dans leur nouveau milieu, et pensent être en mesure de le faire. On peut penser qu’il en allait de même dans l’Antiquité – même si ces migrations ont aussi leur aspect urbanistique et social : ces gens qui arrivaient de province ou de plus loin, où logeaient-ils ? dans quels quartiers ?

Une conclusion en forme de souvenir

Ma mère, née en 1931, nous a raconté que pendant la Guerre, son père étant prisonnier en Allemagne et sa mère morte peu de temps auparavant, elle avait été recueillie par une sœur de sa mère, à Puteaux. Cette femme était concierge dans un immeuble qui était à l’époque un des plus hauts de la région parisienne. L’immeuble a disparu quand on a construit le Quartier de la Défense. Pendant la Guerre, la tante et son mari ont été en prison quelques mois pour trafic de tickets de rationnement. Ma mère, qui avait douze ou treize ans, a donc fait office de concierge pendant quelques mois, nettoyait l’escalier, et des habitants de l’immeuble lui donnaient à manger.

Elle raconte aussi que dans ces années-là, le centre de Paris, l’Île Saint-Louis notamment, était misérable. De très pauvres gens vivaient-là. Comme ç’avait été le cas des juifs du Marais avant qu’ils ne soient déportés et assassinés. Il ne faut donc pas oublier que la migration a de nombreux aspects. Il y a bien sûr les régions d’où viennent les gens. Mais ce n’est qu’un aspect de la question, car il y a aussi les endroits où ils peuvent survivre « au bout du voyage », et la géographie urbaine a beaucoup à nous raconter sur ce sujet, aujourd’hui comme hier ; à Rome, à Paris, à Tokyo et ailleurs. Car ces grandes métropoles sont faites, dans une large mesure, par « ces gens-là ».

NOTE sur les images. (1) est une photo de bardiglio, le ‘marbre bleu’. L’image provient de la page Wikipedia en italien, mais il existe des mines en France. (2) L’image du Coenobita perlatus vient de ce site. (3) Cette photo a été prise en septembre 2020.

  1. Voir la vidéo de son exposé au Collège de France, sur l’invitation de François Héran, 4 mars 2020. []
  2. Lucrèce, La Nature, 2, 775. []
  3. Histoire Naturelle, 9, 51. []
  4. Hist. Nat. 17, 12. []
  5. Tite-Live, Ab Urbe condita, 5, 53. Dans ce discours, Camille est supposé utiliser aussi transmigrare. []
  6. Tite-Live, Ab Urbe condita, 27, 3. []
  7. En 39, 14. []
  8. Cicéron, Familiares, 9, 8 ; Apulée, Apologie, 58, 9. []
  9. Ovide, Métamorphoses, 15, 172. []
  10. Cicéron, Tusculanes, 1, 12, trad. de Jean Humbert, coll. des Universités de France. Quasi migrationem commutationemque vitae, quae in claris viris et feminis dux in caelum soleret esse, in ceteris humi retineretur et permaneret tamen. Aussi Tusculanes, 1, 41. []
  11. Sénèque, Lettres à Lucilius, livre 17, 108 § 19. []
  12. Ainsi Cornelius Nepos, ch. 25, à propos d’Atticus ; Velleius Paterculus, en 1, 11, à propos de Metellus. Voir aussi Jornandes, Histoire des Goths, à propos des deux filles de Stilicon, épouses successives d’Honorius, ch. 30. []
  13. Tite Live, Ab Urbe condita, 41, 8. []
  14. Tite Livre dit : in civitatem romanam per migrationem et censum transibant. []
  15. Bruno Tertrais, 2020, Le Choc démographique, Odile Jacob, p. 85. []
  16. Cette expression a presque disparu – et l’idée d’un Premier ou Second monde laisse tout le monde perplexe. L’expression Tiers monde, est due au démographe français Alfred Sauvy, dans ‘Trois mondes, une planète’, un article donné au magazine hebdomadaire L’Observateur du 14 août 1952. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.