Les noms des petites bêtes

Le monde est plein d’objets fantastiques, mais parmi les plus étranges et (parfois) les plus beaux il y a les insectes. Ils sont nombreux, en nombre d’espèces et en nombre tout court.

Ils sont aussi – pour les humains – un sujet fascinant. Pour le linguiste (qui est un humain), s’y ajoutent leurs noms. Les insectes ont deux sortes de noms : leur nom ordinaire comme ‘coccinelle’, et leur nom savant, comme Coccinella septempunctata L.

C’est du moins ce qu’on croit au début. Promenade dans un monde exubérant.

Par ‘noms ordinaires’, j’entends les mots qu’on utilise en vrai : abeille, cafard, coccinelle, fourmi, grillon, guêpe, libellule, mite, mouche, moustique, papillon, puce, sauterelle, taon.

Les personnes plus attentives connaissent des noms de papillons : piéride (du chou), machaon, apollon, vulcain, paon du jour, petite tortue, écaille, et quelques autres ; ils font la différence entre : abeille, guêpe, frelon, bourdon ; ou entre : carabe, scarabée, bousier, lucane, hanneton, ‘gendarme’, cétoine ; ils ne confondent pas la libellule et l’agrion.  

Le problème est à plusieurs étages. On appelle par exemple ‘papillon de nuit’ des milliers d’espèces différentes, ou on nomme indifféremment ‘coccinelle’ une douzaine d’espèces distinctes en Europe. Nos ‘noms ordinaires’ sont génériques : ils désignent moins des espèces précises, que des groupes de bestioles auxquelles, pour des raisons diverses, on a jugé bon de donner un nom. L’ampleur ou la configuration du ‘groupe de bestioles’ dépend souvent de l’observateur. Plus vous êtes curieux, plus votre vocabulaire devient précis.

Un résultat de cela, est que les noms qu’on donne à ces bêtes varient non seulement d’une langue à l’autre, mais de région à région. Rita Caprini raconte comment les noms de la ‘coccinelle’ varient en Gascogne1.

« Les désignations romanes de la coccinelle présentent le taux le plus élevé de variation lexicale parmi les animaux non domestiques. (…) Une grande partie s’explique à la lumière des formulettes enfantines (parfois de véritables exorcismes) (…).un des motifs les plus communs dans ces formulettes, « l’invitation à voler », devient une des plus fréquentes dénominations de notre insecte : en domaine oïl Paris-vole, Marivole, en occitan bolo-Paoulo, en portugais joaninha voa, ou encore en italien Mariavola, vola tout-court, etc. »

L’auteure ajoute qu’on trouve en Gascogne non seulement des noms liés aux ‘formulettes’, mais d’autres noms plus obscurs comme pibole, ou des noms de femmes : non seulement Marie, mais Marguerite, Madeleine, Catherine !

Dans le numéro de La Science populaire du 16 juin 1881, on lit :

« Les coccinelles, communément appelées ‘tortues’, ‘bêtes de la Vierge’, ‘bêtes à bon dieu’ etc. appartiennent à l’ordre nombreux des Coléoptères. »

Notre coccinelle dans l’édition 1758 du Systema Naturae de Linné. Remarquez la référence à Merian.

Ce sont ces variations locales, surtout quand la petite bête a du succès auprès des humains, et des enfants humains, qui ont (semble-t-il) contraint les savants à donner un nom savant à la bestiole, où qu’on la trouve. Le moment majeur dans cette entreprise est l’initiative de Carl von Linné (1707-1778), un savant suédois qui a publié un premier catalogue de référence des noms de plantes et d’animaux. La 1re édition de son Systema naturae est de 1735, mais tout au long de sa vie, Linné n’a cessé d’enrichir son catalogue, grâce à de nombreux amis, élèves, voyageurs, correspondants étrangers et collaborateurs. Cet homme hors du commun a suscité beaucoup d’admiration : beaucoup de gens, ses amis ou non, sentaient qu’il fallait l’aider dans cette oeuvre magnifique. La 10e édition, qui a fait date, est de 1758.

C’est une date-clef dans l’histoire des sciences. Car c’est l’affirmation claire et nette que l’enquête scientifique est universelle.

Linné avait décidé de systématiser un principe : chaque espèce vivante2 sera désignée par deux mots, un nom de genre avec une majuscule et un nom d’espèce avec une minuscule. La carotte est Daucus carota, le mulot est Apodemus sylvaticus.

Cela revenait au système du prénom et du nom. Le prénom (votre nom personnel, ou nom propre) correspond au nom d’espèce : c’est votre ‘petit nom’, il a une minuscule. Le nom de famille (celui qui vous rattache à une ou des lignées) correspond au nom de genre. Mais la ressemblance s’arrête là !

Le principe du double nom, dans l’histoire des sciences naturelles et logiques, venait de loin : d’Aristote et de Porphyre, qui avaient établi que toute espèce particulière se rattache à un groupe. Cela signifiait que tous, autant que nous sommes, nous sommes quelqu’un de particulier, incomparable, et en même temps membre d’un groupe. Socrate est homme. Un marbre est un calcaire métamorphique. Le soleil est une étoile.

Pour Linné, il y aussi l’idée que les êtres vivants, les algues, les poissons, sont indépendants des noms locaux que les hommes leur ont donnés. Il faut leur en donner un autre, non moins conventionnel – et même dont le caractère conventionnel soit résolument affirmé, et la convention partagée.

On ne mesure pas toujours l’importance de cette innovation. Dans les noms que les hommes de telle société donnent aux choses, il y a souvent plus qu’un soupçon d’appropriation : le nom participe à la chose, puisqu’on le lui a donné ! Un vocabulaire produit une familiarité, une famille à soi, une tradition aimable. On finit par penser que ce nom, c’est vraiment la chose. Mais cela exclut les étrangers. Tandis qu’avec ce lexique linnéen, qui est neuf, vierge, il n’est pas question d’intimité.

Au prix de cette convention explicite, qui a des dates et des catalogues, on peut se mettre d’accord entre savants : on a sabordé les clans, les traditions, les petits mots secrets des villages. On se parle entre gens qui sommes d’accord sur le fait que les choses doivent être perçues sous le regard de l’universel. D’accord : ce n’est pas très feel-good ni cocooning.

Acte 3. Qui est quoi ?

Pourtant, même avec la volonté de voir de très haut même les toutes petites bêtes, on ne pouvait pas fabriquer des noms avec rien. Linné, au milieu du XVIIIe siècle européen, avait imposé sans difficulté que les noms ‘officiels’ des plantes et des animaux devraient être en latin… ou du moins avoir une forme latine. Cette concession à la fin a une grande importance, et était d’un grand bon sens.

En effet, des noms latins de plantes et d’animaux transmis par les sources anciennes, il n’y en avait pas tant que ça. Linné avait parfaitement vu qu’ils seraient insuffisants pour désigner les milliers de plantes et des bêtes ou bestioles qu’on allait découvrir, et en fait qu’on avait déjà découverts. Il y avait plusieurs façons d’intervenir entre les mots et les choses.

D’une part, on pouvait utiliser les noms anciens pour les genres (c’est-à-dire les plus petits groupements objectifs, les lignées si l’on veut), et utiliser pour les espèces particulières des adjectifs indiquant la taille, la provenance, ou l’aspect – comme pour la coccinelle commune : septempunctata ‘à 7 points’.

Mais surtout, on pouvait et on devrait latiniser ou fabriquer en néo-latin des noms d’animaux qui étaient inconnus des auteurs anciens, ou qui du moins ne figurent pas dans les textes arrivés jusqu’à nous.

La coccinelle par exemple devait être connue dans l’Italie ancienne, et les paysans ou les enfants avaient certainement des noms (variés d’une région à l’autre) pour le petit insecte. Mais nous ne les connaissons pas… parce que les textes qui nous sont parvenus sont ceux qui ont été jugés sérieux par les copistes ou leurs directeurs. Nous avons donc bien eu (heureusement !) l’Histoire naturelle de Pline, et certains travaux d’agronomes, et même des descriptions de la campagne, mais où figurent rarement les insectes. Et pas du tout de comptines ou fabulettes !

Alors, la coccinelle ? Il n’y a pas de carte pour « coccinelle » dans l’édition ancienne de l’Atlas linguistique de la France3, mais il y en a une dans l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Italie et de la Suisse méridionale (Accès et mode d’emploi en note ici4.). En italien ‘standard’ aujourd’hui, ‘coccinelle’ se dit coccinella. Très bien. Sauf que dans l’Atlas cité, ce mot n’est attesté nulle part. A Florence et autour, ville qui a la réputation d’avoir un italien excellent, on trouve la lucia, la pisanella, la paolina, et un peu plus loin quantité de noms amusants, mais… pas une seule coccinella ! Si les concepteurs de l’Atlas français avaient eu le temps d’étudier le mot ‘coccinelle’ dans les villages comme ils l’ont fait pour d’autres mots, on aurait eu un résultat semblable.

La vérité va maintenant apparaître dans tout son éclat. C’est que coccinelle ou en italien coccinella est en fait un mot savant qui s’est imposé dans le parler courant. Il apparaît en Première mondiale chez Linné, dans l’édition de 1740 du Systema naturae. Linné a fabriqué le mot à partir d’un mot latin coccinus qui signifie ‘rouge soutenu’5, et qui par ailleurs avait donné le nom de la cochenille. Il avait trouvé que pour l’espèce la plus commune (C. septempunctata) cela convenait. Les savants français font la publicité de ce mot nouveau dès 17546, mais c’est encore confidentiel. Le mot va gagner du terrain, notamment grâce aux tableaux d’histoire naturelle employés dans les écoles, aussi grâce aux nombreuses publications de vulgarisation, souvent bien faites, comme ce périodique La Science populaire que j’ai cité plus haut. Et il va remplacer les mots courants d’autrefois.

Conclusion

La science est certainement une entreprise multiforme, mais le vocabulaire aussi. Et ce que montre cette histoire de coccinelle, parmi d’autres, c’est que la « frontière » entre le lexique scientifique et le vocabulaire qu’on suppose ordinaire est parfois très poreuse. Des échanges se font constamment.

Il ne faut pas être si fier « d’être savant », et encore moins si l’on n’est savant qu’à cause des mots compliqués qu’on emploie ! Mais il ne faut pas non plus être si sûr « d’être normal », parce qu’on est parfois surpris d’utiliser des mots très savants comme des bonbons et des pistaches.

NOTE sur les images. (1) Helgard Reichholf-Riehm, 1984, Les Insectes, Solar (trad. de l’allemand par Elisabeth de Galbert), p. 133 (détail. (2) Gaëtan du Châtenet, 1986, Guide des coléoptères d’Europe, Delachaux & Niestlé, pl. 8 (détail). Les carabes représentés sont, de gauche à droite, Chrysotribax hispanicus F., Platycarabus fabricii Panz., Chrysotribax rutilans Gory. (3) Michel Viard, 2020, Mini-guide des insectes, Larousse. Ce tout petit livre parvient à présenter une quarantaine d’insectes plus ou moins courants. (4) Vincent Albouy et Denis Richard, 2017, Coléoptères d’Europe, Delachaux & Niestlé, p. 227. Les deux en haut (noir sur rouge et l’inverse) sont deux ex. de Adalia bipunctata L. ; au-dessous à g., Anatis ocellata L., à dr. Calvia quatuordecimpunctata L., en bas Coccinelle septempunctata L. (5) Marie-Madeleine Franc-Nohain ‘Animaux domestiques et familiers’, Larousse (sur Gallica ici), s.d. On y voit un papillon p. 11, des mouches p. 15, la fillette aux coccinelles p. 21. (6) Jacques Brosse, 1968, L’Insecte, page de couv. Ed. Delpire. (7) La page Wikipedia sur ‘Systema natuare‘ donne plusieurs possibilités d’accès aux éditions. Ici, il s’agit de la 10e éd., 1758. La classe V, celle des insectes, commence p. 339, et l’image est un détail de la p. 365. (8) (dans le titre de l’acte 2) Franz Peter Möhres, 1973, Coléoptères, Hatier (trad. et adapté de l’allemand 1963 par Roger Husson), n°107. (9) Patrice Leraut, avec photos de Philippe Blanchot, 2003, Le Guide entomologique, Delachaux & Niestlé, p. 193, où figurent une vingtaine de coccinelles. (10) Rémy Perrier, 1932, La Faune de France illustrée, VI : coléoptères, 2e partie, Delagrave, p. 112, avec quelques Cérambycidés. (11) Möhres, n°62 : cf. notice 8. (12) Paul Smart, 1975, The Illustrated Encyclopedia of the Butterfly World, Ed. Salamander, p. 252 (détail).Il s’agit d’Ithomiidae, papillons d’Amérique centrale et du Sud. (13) V. J. Staněk, 1984, Encyclopédie des insectes. Coléoptères. Artia, Prague et Gründ. Illustration de couverture : une cétoine. (14) Il s’agit d’une illustration trouvée par Jacques Brosse, voir notice n°6, p. 105. Cette fourmi provient de l’ouvrage de Redi, 1670, Experimenta circa generationem insectorum. (15) Denis Richard et Pierre-Olivier Maquart, 2019, La Vie des coléoptères d’Europe, Delachaux & Niestlé + Musée des Confluences. Illustration de couverture (détail). (16) David Carter, 1984, Les Papillons de France et d’Europe, Solar, p. 75 (détail d’une photo d’Apatura iris), ouvrage traduit de l’anglais (1982 : Butterflies and moths of Britain and Europe) par Joël Minet. (17) Elliot Pinhey, 1975, Some Well Known African Moths, Longman Rhodesia. (18) Illustration dans l’ouvrage de Jacques Brosse, voir notice n°6, p. 53. Un Scarabéidé d’Amérique tropicale. – (19) l’illustration servant de limite avant les notices est ici un détail d’une peinture de G.-D. Tiepolo, Roger sauve Angélique de l’orque, Villa Valmarana ai Nani. Près du nombril de la Belle, le peintre a peint cette punaise en trompe-l’oeil.

  1. Rita Caprini, 2019, ‘Chenilles’ et ‘coccinelles’ en Gascogne, Géolinguistique, 19 (dossier de Giovanni Depau), sur Open édition. []
  2. Il avait inclus aussi les roches, au départ, sur le principe des ‘Trois règnes de la Nature’. []
  3. Voir les références plus récentes dans l’article cité de Rita Caprini. []
  4. On trouve cet atlas en ligne ici ; ce qui vous amène à une première carte. Grâce à la bande horizontale en haut, vous pouvez naviguer par carte (chacune correspond à un ou quelques mots), ou par point d’enquête. A gauche en haut, dans la navigation par carte, vous pouvez inscrire par ex. coccinella, ce qui amène à la carte 470. Ces cartes n’indiquent les localités d’enquête que par des numéros, par ex. Florence est 523. Vous avez un déroulant avec les localités par ordre alphabétique en activant ‘Move to an AIS point’. []
  5. Ce mot coccinus est un adjectif et signifie ‘écarlate’ parce qu’il est dérivé du mot coccum qui désigne le kermès, la sorte de cochenille avec laquelle on produit de la teinture rouge. Ce mot latin coccum est un emprunt au grec kokkos ; mais en grec on a aussi le dérivé adjectif kokkinos qui avait à peu près le même sens au départ mais qui, en grec d’aujourd’hui, est devenu le mot ordinaire pour ‘rouge’. []
  6. C’est ce que dit le TLFi, consulté. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.