L’O de tréseaur

Il y a beaucoup d’O célèbres, outre celui de la Marquise d’O. Un O graphique amusant est eaue qui était souvent l’orthographe de ‘eau’ (le mot étant grammaticalement féminin), aux XVe et XVIe siècle. C’est un cas peut-être unique en français d’une succession de quatre voyelles graphiques. Mais un de mes préférés est phonique.

Au début de l’Oeil du monocle, de Lautner (1962), avec Paul Meurisse, une voix off explique avec un accent plus ou moins allemand : « A la veille du débarquement allié, les communications étant difficiles, un commando de nageurs de combat de l’armée allemande reçut l’ordre de dissimuler dans une grotte sous-marine un tréseaur. » Le o fermé /o/ de ce tréseaur,1 est toujours réjouissant.

Il montre qu’il suffit d’un rien pour être drôle, mais d’un rien aussi pour « faire étranger ». On assiste ensuite au massacre du commando en question, dont seul survit – nous l’apprenons maintenant – celui qui parlait off et qui nous donne obligeamment son nom : Hektor Schlumpf. L’acteur est Paul Mercey. Les dialogues sont de Jacques Robert.

Qu’il suffise d’un écart de ce genre pour passer de vie à trépas, nous le savions bien. C’est le principe même du ‘shibbolet’, un mot qui veut dire « épi de blé ». Un passage dans la Bible2 dit que dans un conflit, les uns jugeaient si vous étiez ennemi ou non selon que vous prononciez le mot ‘sibbolet’ ou ‘shibbolet’. Les malheureux qui ne savaient pas prononcer ‘sh’ (en français aussi ‘ch’), mais seulement ‘s’, étaient tués sur le champ. 

A vrai dire, les possibilités de variations à l’intérieur d’un domaine linguistique sont telles, qu’on trouvera toujours un critère pour se trouver différent. Vous dites « septante », il dit « soixante-dix » ; elle prononce « rose » avec un ‘o’ comme « trésor » ou un ‘o’ comme « tréseaur ».

Les façons dont on peut ou l’on veut se faire différent sont très étonnantes. On pourrait se demander si l’on a pas inventé l’habillement uniquement pour pouvoir l’orner par les modes, afin de se distinguer3, et – forçons le trait : le langage uniquement pour parler autrement ! 

J’exagère sans doute. L’intérêt du vêtement est aussi ailleurs, surtout en hiver comme aujourd’hui. L’intérêt de se parler est aussi ailleurs. Mais on voit si souvent des cas où la parole n’est qu’un prétexte… qu’on se dit qu’on est heureux qu’elle serve aussi à se comprendre. Et on se demande si les facultés dont l’espèce humaine est si fière, ne sont pas nées autant du désir d’être différent que d’y comprendre quelque chose. Peut-être fallait-il installer la différence au dedans de soi, pour désirer vouloir comprendre ?

D’ailleurs, dans l’histoire de l’épi de blé dont j’ai parlé, du ‘shibbolet’ ou ‘sibbolet’, le plus étonnant est que le garde armé et le fuyard sans armes se comprenaient très bien. Voici un extrait plus large de l’historiette :

« Lors donc qu’un des fuyards d’Ephraïm disait « Je veux passer ! », les hommes de Galaad lui disaient « Es-tu d’Ephraïm ? » Et s’il disait « Non ! », ils lui disaient « Prononce donc ‘shibbolet’, et il prononçait ‘sibbolet’. »4

C’est donc dans le cadre où l’on se comprend, qu’on peut le mieux repérer les situations où l’on diverge. On ne sait pas très bien si c’est rassurant ou non.

  1. Par opposition au o ouvert /ɔ/ de la norme parisienne. []
  2. Juges 12, 4-6. []
  3. Nombreux ouvrages sur la question : Georg Simmel, 1905, ‘Philosophie der Mode’, puis 1911 ‘Die Mode’ dans Philosophische Kultur, plusieurs traductions en français. Roland Barthes, 1967, Système de la Mode. Pierre Bourdieu, 1979, La Distinction. []
  4. Traduction Dhorme, Gallimard, collection Pléiade. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.