L’envers du point

Il s’agit du « point à la ligne ». Celui-là  .

À le prendre comme ça, on se dit : mais c’est exactement la chose qui ne peut pas avoir d’envers !

C’est vrai. Mais ma question est :
que se passe-t-il quand il n’y en a plus ?

Acte 1. Quel est le point ?

Dans ‘le Chervel’, l’Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle d’André Chervel, on remarque1 que lorsqu’on a commencé à faire des dictées, au XVIIIe siècle, deux théories s’opposaient. Dans la pratique ordinaire, un bon élève scandait à haute voix le texte divisé en syllabes, et le maître reprenait s’il y avait une erreur. Dans la pratique des concours, soit pour sélectionner les maîtres, soit pour les concours de fin d’année, on lisait par exemple à Alès en 1768 un texte :

« sans indiquer aucune des lettres grandes ou petites qui  doivent entrer dans la structure des mots, aucune figure, aucun accent, aucune sorte de ponctuation, aucun alinéa. »

Ceci montre bien deux classes de faits. D’un côté, au cœur de l’exercice, l’orthographe des mots, qui apparaît avec la double difficulté de l’orthographe d’usage et de l’orthographe grammaticale2. De l’autre, en périphérie pourrait-on dire et comme autant de sciences auxiliaires, tout ce qui a trait plutôt à la typographie, à la mise en forme. Et dans cette banlieue : la ponctuation.

Lorsque Chervel décrit3, après avoir évoqué l’enquête de Nina Catach sur l’orthographe du XVIe siècle, les critères qui ont été utilisés pour repérer les changements entre 1650 et 1835, il énumère de nombreux points astucieux, mais aucun ne concerne la ponctuation. Toutefois, dans le célèbre manuel de Lhomond, les Éléments de grammaire française, dont la 1re édition est de 17804, on trouve à la fin deux pages où sont décrits 6 signes de ponctuation, avec des exemples : virgule, point-virgule, deux-points, point, point interrogatif, point d’admiration. Pour le point, on lit :

« Le point (.) se met à la fin des phrases, quand le sens est entièrement fini. »

Comme on l’a souvent fait remarquer, cela suppose que cette fin soit claire5, ce qui est loin d’être partout le cas. C’est pourquoi dans la pratique, la ponctuation est généralement explicitement signalée par le maître qui dicte.

Acte 2. Un exemple : Le début des Confessions de Jean-Jacques Rousseau

J’ai donné un numéro à chaque site de ponctuation.

Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple (1) et dont l’exécution n’aura point d’imitateur (2) je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature (3) et cet homme (4) ce sera moi (5) moi seul (6) je sens mon cœur (7) et je connais les hommes (8) je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus (9) j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent (10) si je ne vaux pas mieux (11) au moins je suis autre (12)

Le tableau ci-dessous indique les ponctuations (p point, v virgule, pv point-virgule) à ces 12 sites dans le manuscrit de la BNF et plusieurs éditions. Ce relevé n’a pas de caractère philologique pour le texte, au sens où certains de ces textes sont en fait copiés sur d’autres, tandis que d’autres, plus tardifs, peuvent avoir une tradition différente, etc. Nous voulons simplement comparer une série de textes accessibles. Les dix premiers sont sur Gallica, les deux derniers aisément accessibles en ligne.

* Les textes marqués de l’astérisque ont, à la place de ‘et dont l’exécution n’aura point d’imitateur‘, simplement ‘et qui n’aura point d’imitateur’.

Il existe des différences aux sites 3 et 7. Pour le site 3, dans une phrase peut-être longue, on a un point-virgule dans certaines éditions, plutôt qu’une virgule. Pour le site 7, peut-être pour la raison inverse, on se passe parfois de la virgule. On notera que ce sont souvent les éditions qui veulent le point-virgule en (3), qui ôtent la virgule en (7). Dans tous les cas, les éditions ont respecté le retour à la ligne après le site 5, bien visible dans le manuscrit comme dans l’illustration ci-dessous.

L’édition de 1924.

Bien sûr, nous nous sommes rendu la tâche facile en choisissant un texte moderne : à une époque où l’école existait, et l’imprimerie aussi. Il est vrai que les Confessions n’ont pas été publiées du vivant de l’auteur, mais Rousseau les avait écrites pour qu’elles soient publiées. Le manuscrit de la BNF est très propre, très facile à lire. Ce n’est pas un brouillon, ni un de ces manuscrits « de travail » sur lequels l’auteur intervient comme nous en avons pour Montaigne, Flaubert, Proust ; c’est une « copie au propre ».

Ce que montrent ce manuscrit et notre tableau – à la différence de ce que donnerait l’étude de la ponctuation d’un texte dans des manuscrits médiévaux6 – c’est que nous sommes en pays familier. D’abord, ce sont les mêmes « signes de ponctuation ». Ce sont ceux dont parlait Lhomond, à la même époque, et dont les rééditions successives de son manuel ont montré le succès au moins jusqu’au milieu du XIXe siècle. Ensuite, c’est la même hiérarchie de base, de la virgule au point en passant logiquement par le point-virgule. La fréquence des signes, elle, change d’une époque, d’un auteur, et d’un genre littéraire à un autre. Et depuis Lhomond ou Rousseau, de nouveaux signes se sont faits fréquents : les parenthèses et les tirets (comme au début de ce paragraphe) notamment, qui sont de nos jours fréquents dans la prose romanesque.

Non, ce qui est spectaculaire, ce n’est ni le matériel de base, ni même sa structure informative, si l’on peut dire. C’est l’emploi « pervers » que Rousseau fait de la ponctuation.

Acte 3. La prose et la coordination

Au XIIIe siècle, les manuscrits en français ancien nous transmettent à la fois des textes en prose et des textes en vers. Les œuvres en vers sont très peu ponctuées, parce que le rythme du vers permet de comprendre où sont les coupes des phrases.

Nous pouvons regarder par exemple dans le Cligès, de Chrétien de Troyes7. Vous avez ci-dessus l’image d’une partie de page du plus célèbre manuscrit de Chrétien, le ‘manuscrit Guiot’, du nom de son copiste : aucune ponctuation. Et vous avez ci-dessous le même passage mais d’après un manuscrit légèrement différent, avec le texte ancien à gauche, et une traduction à droite, dont j’ai respecté les détails :

On peut en effet lire le vieux texte sans ponctuation aucune. Le traducteur en français, qui a suivi très soigneusement chaque vers, a ajouté de la ponctuation, mais presque toujours en fin de ligne. Il a pris soin aussi de ne pas ajouter de coordination : le seul ‘et’ est dans le texte ancien, et il a voulu négliger le dernier, grâce à des « : » de son invention. Le jeu des propositions subordonnées poursuivant la même phrase est très clair en ancien français, où, s’il fallait vraiment ponctuer, on ne pourrait le faire qu’à la fin de 1, de 6, 7, 9 et 11, à chaque fois en fin de vers.

Cette clarté du découpage syntaxique dans les œuvres en vers est la raison pour laquelle, lors de l’écriture des premières œuvres en prose au XIIIe siècle, les écrivains, qu’ils soient ou non les auteurs, étaient « soudain » privés de ce cadre très formel, avec peu d’outils pour innover. Bien sûr, beaucoup d’entre eux écrivaient aussi en latin, où l’écriture en prose avait traversé les siècles. Mais on constate avec le début des œuvres en prose française, au XIIIe siècle, une surexploitation du mot ‘et’, qui sert constamment de ‘cheville’ entre les phrases ; ou encore, l’un n’excluant pas l’autre, une ivresse à se lancer dans des phrases très compliquées dont la mode ira jusque Boccace. Voici un exemple du premier aspect des choses, la surexploitation de la coordination. Il s’agit d’un des premiers romans en prose française, La Mort du roi Arthur. Dans le passage choisi, Lancelot blessé et Hestor (Hector) se rendent à un ermitage8.

Cette orgie de « et » est au croisement de deux circonstances : l’audace de se jeter dans un récit en prose où la puissance syntaxique de la versification a disparu, et l’absence de ponctuation.

Les écrivains du XIIIe siècle n’avaient pas le recours de la ponctuation solide qui fleurira plus tard, si importante jusqu’à nos jours. Que sa présence graphique soit discrète, c’est une chose : des petits points dans des lignes, plus petits que des lettres ; mais c’était pour se faire accepter dans un texte qui longtemps avait été écrit comme il se prononçait.

On raconte qu’en venant visiter Diderot enfermé au fort de Vincennes, Rousseau apprend la question mise au concours par l’Académie de Dijon. Il revient chez lui, à Paris, tout ébloui de ses idées sur la question. Il remportera la palme, et deviendra célèbre.

Conclusion : Pourquoi « pervers » ?

À la fin de l’Acte 2, j’ai parlé de l’emploi « pervers » que Rousseau aurait fait de la ponctuation. Mais oui, réfléchissez : si coordination et ponctuation ont la même fonction, au moins au niveau des phrases, alors il est normal qu’ils s’excluent l’un l’autre, et qu’une ponctuation solide chasse les coordinations inutiles. C’est ce qu’ont fait les instituteurs, de façon raisonnable, quand ils proscrivaient les ‘et’ en début de phrase, ou après une ponctuation intérieure. C’est certainement ce qu’on vous a enseigné.

Or, que fait notre Rousseau national, panthéonisé depuis le 11 octobre 1794 ? Il place deux fois une virgule devant ‘et’ ! Je sens mon cœur (7) et je connais les hommes, oui, pourrait-on bêtement ironiser, mais connais-tu l’orthographe ? Du reste, plusieurs éditions ont retiré la virgule au site 7. Et dans le début : (1) et dont l’exécution n’aura point d’imitateur, oui-da : personne n’a osé toucher la virgule sacrée ! A vrai dire, il n’y aurait pas besoin de lire beaucoup de pages pour trouver de nombreux exemples.

Quel est donc ce nouveau tournant ? Cette ère nouvelle qu’annonce, à travers l’émotion de sa personne offerte en sacrifice au genre humain, notre Jean-Jacques ? Le linguiste le sait bien : c’est le rythme de l’oral qui court sous l’écrit, le gonfle, l’exténue, le distend et souvent, paraissant au grand jour de l’imprimé par-dessus les conventions critiques, s’élève une voix.

NOTE sur les images. La première est extraite du court-métrage d’animation muet ‘Feline Folllies’ (1919, 4’14 ») de Pat Sullivan, où apparaît pour la première fois celui qui s’appellera Félix le Chat (‘Felix the Cat’). ‘Feline Follies’, qu’on trouve aisément sur la toile, est un film astucieux et sombre. Il emploie 6 cartons, de plus en plus courts, mais apparaissent en renfort des cadres avec les paroles des personnages. L’ensemble est ponctué, si l’on ose dire, de nombreux ?? et !! Mon détail préféré est la souris noire qui devient blanche à mesure qu’elle vide la bouteille de lait. (2) André Chervel, 2006, Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle, Retz, 831 p. (3) Le manuscrit autographe des Confessions conservé à la BNF est visible sur Gallica, ici. (4) l’édition de 1924, sur Gallica ici, avec des illustrations de Paul Baudier et Émilien Dufour. (5) Chrétien de Troyes, 1994, Romans, La Pochothèque, coll. Classiques modernes Cette édition reprend, comme Michel Zinc l’explique au début, divers textes & traductions publiés dans la collection ‘Lettres gothiques’, en l’occurrence celle de Charles Méla et Olivier Collet. (6) Le bas de la 1re colonne du BNF fr. 794 ‘manuscrit Guiot, fol. 67v, visible ici sur Gallica. (7) Décrit dans la note. (8) Cette page de titre, dûment tamponnée, du Discours sur les Sciences et les arts, se trouve par exemple là.

  1. P. 177. []
  2. Sur cette distinction, voir Chervel p. 204 sqq. La distinction remonte à Pierre Restaut, 1732, qui séparait ‘orthographe de principe’, qui avait trait à la grammaire qu’il rapportait à l’étude des parties du discours, et ‘orthographe d’usage’, que les règles ne pouvaient suffire à expliquer et pour quoi, en termes modernes, le recours au dictionnaire est indispensable. []
  3. P. 97. []
  4. Consultable sur Gallica, ici. Les dernières éditions, selon le Catalogue de la BNF, semblent dater de 1859 ; la ponctuation y est traitée de façon identique, mais les exemples sont parfois différents, pp. 63-64. []
  5. Mais Chervel fait remarquer (p. 323-24) que la dictée, selon les manuels qu’on trouve à partir de 1830, a d’abord été faite de phrases distinctes, sans lien entre elles. Ensuite, on a fabriqué des recueils de textes faits sur mesure pour traiter divers problèmes d’orthographe, et dont les phrases successives faisaient plus ou moins un tout. Les dictées « d’auteur » s’installent à partir des années 1870. []
  6. Sur ce sujet, on peut lire les contributions résultant d’un colloque : Alexei Lavrentiev (dir.), 2007, Systèmes graphiques de manuscrits médiévaux et incunables français. Ponctuation, segmentation, graphies, Université de Savoie. []
  7. Le texte analysé dans le tableau vient de : Chrétien de Troyes, 1994, Romans, La Pochothèque, coll. Classiques modernes, p. 398, vv. 3545-3555. Cette édition reprend, comme Michel Zinc l’explique au début, divers textes & traductions publiés dans la collection ‘Lettres gothiques’, en l’occurrence celle de Charles Méla et Olivier Collet, d’après le manuscrit BNF fr. 12560. Le manuscrit sur l’image au-dessus est le BNF fr. 794, le « manuscrit Guiot » du nom de son copiste. Dans l’édition qu’Alexandre Micha en avait faite (1965) chez Champion dans la coll. des CFMA [Classiques Français du Moyen Âge], notre passage est aux vv. 3549-3559. Laurence Harf-Lancner a publié un texte avec trad. et notes en 2006. []
  8. La Mort le roi Artu, édition de Jean Frappier 1964, Droz coll. TLF, § 75, p. 96. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.