Le carré blanc

Il est carré (1961) puis rectangulaire (1964), et blanc. Le ‘carré blanc’, sorte de mini-voile symbolique, apparaît sur l’écran de télévision pour prévenir les parents d’un contenu éventuellement immoral ou choquant. Son but explicite est d’aider à protéger les enfants.1

La télévision est un passeur, un media : elle trie les contenus en amont, mais suggère aussi un tri en aval, par le public, et manifeste sa réticence devant la censure ; la même ‘médiation’ s’observe dans le choix de plages horaires décentes.

En 1961, plus de 10% des foyers français ont la télé. Elle était en noir & blanc : le carré était blanc. Lui et ses successeurs en couleurs accompagnent la censure au cinéma, mais tiennent compte d’un fait nouveau : le spectacle est désormais « dans la famille ».

Acte 1. La censure, un problème difficile

On n’a évidemment pas attendu la télévision pour inventer la censure. Outre qu’elle existe partout sous une forme plus ou moins formalisée dans les comportements sociaux, elle a pris assez brutalement une forme officielle avec ‘l’Index’ inventé par l’Église catholique au moment de l’Inquisition. Il s’agissait d’une liste de livres interdits ; elle a été publiée pour la 1re fois en 1564, et n’a perdu son caractère obligatoire qu’en 1966 – les années du carré blanc. Pendant 400 ans, l’Église romaine a fait disparaître des livres, poursuivi les libraires, les imprimeurs et les auteurs. On se doute qu’il ne s’agissait pas de décence. Du moins pas au sens où nous comprenons le mot aujourd’hui.

La méthode n’a pas disparu. L’Église romaine n’a plus vraiment le pouvoir d’empêcher des publications : c’est du ressort des États2, et beaucoup d’entre eux ne s’en privent pas. Ni d’imposer leurs choix aux médias. Dans cette perspective, on comprend l’ouverture que représente finalement le fameux ‘carré blanc’ : d’abord, il refuse de s’occuper de politique, il veut ne s’occuper que de l’enfance ; ensuite, il laisse la porte ouverte.

Mais on pourrait dire aussi qu’en concentrant l’attention sur la ‘décence’, le Carré blanc divertit l’attention de la possible censure politique. Et qu’on a interdit des films ou des reportages, parce qu’ils « risquaient de choquer » – sans que l’endroit du choc soit toujours précisé.

Un cas célèbre est celui du film de Jacques Rivette, La Religieuse, adapté du roman de Diderot, terminé en 1966. Les associations catholiques se mobilisent (sans avoir vu le film – il semble que la réputation de Diderot ait suffi ?), obtiennent une interdiction aux moins de 18 ans. Le ministre de l’Intérieur, arguant de menaces de troubles à l’ordre public, l’interdit complètement. Pourtant, le film sort à Cannes, est soutenu par une partie des intellectuels, y compris catholiques, et l’interdiction est ramenée aux moins de 18 ans, qui ne sera levée qu’en 1975. Dans ce cas précis, la décence avait un sens très complaisant.3.

Acte 2. Maturité et majorité

Se juxtapose à tout cela la question de « l’âge adulte ». Un adulte, au sens biologique, est un individu capable de se reproduire, après une étape dite « puberté », dont l’âge varie un peu selon des paramètres divers, et selon les individus. En France de nos jours : entre 8 et 13 ans chez les filles, entre 9 et 14 chez les garçons.

La majorité civile est un concept plus récent ! En ce moment, elle varie entre 16 et 21 ans selon les États4. En France, elle était à 21 ans entre 1792 et 1974, à 18 ans depuis5. Cette majorité civile est donc en principe différente de la capacité de se reproduire, et il existe un écart important entre les deux maturités, biologique et politique.

Cet écart pourrait trouver son explication dans l’âge parental. Si l’on considère que des individus qui élèvent des enfants ne sont plus « des ados », mais sont amenés à une maturité d’expérience, il est raisonnable de leur donner le droit de vote. L’âge de 21 ans peut alors trouver une logique. Mais à vrai dire, l’âge moyen du 1er accouchement, en France, était de 24 ans environ dans les années 1960 (il est vers 30 ans aujourd’hui). Et l’abaissement de la majorité civile à 18 ans rend cette hypothèse paradoxale, au moment où justement les jeunes gens font des enfants plus tard.

La majorité civile correspond souvent à l’âge de voter, quoiqu’on doive souligner que les femmes n’ont acquis le droit de vote que très tardivement6. Lorsqu’en 1974, les législateurs adoptent la majorité à 18 ans7, ils tiennent compte aussi de la question de la majorité pénale – l’âge auquel un individu est jugé entièrement responsable de ses actes – qui n’est pas fixée en France par une seule barrière d’âge8. Il y a évidemment un lien entre la « responsabilité » et l’accès libre à l’information.

En France, les mineurs ‘capables de discernement’ sont pénalement responsables, mais on applique une graduation dans la typologie des sanctions. Pour les mineurs de moins de 10 ans, on a recours à des mesures éducatives ; après 10 ans à des sanctions éducatives, inscrites au casier judiciaire ; à partir de 13 ans, des poursuites pénales sont possibles mais avec des conditions particulières. Entre 16 et 18 ans, les délinquants multirécidivistes ne bénéficient plus de l’excuse de minorité. Le juge conserve une grande part d’initiative dans l’appréciation des cas9.

Acte 3. Moralité en couleur

La « moralité » est un sujet délicat, mais c’est un sujet dont on ne peut pas sortir par une pirouette – ce qui n’empêche nullement une raisonnable légèreté dans la façon d’en parler. Entre 1996 et 2002, on a observé10 en France un système gradué à 5 niveaux de recommandations aux familles, par logos colorés apposés sur le « petit écran », en général au début d’une émission. Il a été adopté ensuite dans plusieurs pays. Il a été remplacé en France, en 2002, par un système à 4 symboles jugés plus explicites, et moins colorés.

En Italie, on a (peut-être sagement) reculé devant la classification « par tranche d’âge », et l’on suit un système à 3 niveaux : vert tous publics, jaune orientation parentale, rouge réservé aux adultes. Ces typologies se sont installées au motif de la « protection de l’enfance ». Ce qui est différent de la « protection des mœurs », mais jusqu’où ?

L’attention portée à la Religieuse de Diderot, qu’il s’agisse du film de Rivette ou de la reprise (en 2013) par Guillaume Nicloux, avec Isabelle Huppert, est évidemment tout autre aujourd’hui. La critique des institutions religieuses a pris une allure différente à la suite des affaires de pédophilie ou d’exploitation sexuelle des religieuses. On pourrait se demander si, du point de vue des principes moraux, ce n’est pas un recul par rapport au problème posé par Diderot ? La question importante, mais particulière, de la contrainte sexuelle s’est substituée à la question plus large de la liberté de penser et de mener sa vie.

Conclusion

Mais c’est aussi par les cas particuliers que nous gagnons un accès meilleur aux problèmes généraux qui sont posés. Ici aussi, j’ai disposé – en partie par souci de détendre un peu l’atmosphère sérieuse – des illustrations plutôt d’ordre « érotique » que d’ordre « violent ». Ce sont toutes des détails de photos que j’ai prises au Musée du Louvre. J’aurais facilement pu choisir des décapitations, des supplices.

L’attitude des artistes (donc aussi des réalisateurs de films ou d’émissions soignées conçues pour la télévision… ou les blogs !) varie beaucoup selon les époques à l’égard de la nudité et de l’érotisme dont toute la finesse est dans la relation entre explicite et implicite. La vie courante abonde en exemples. Une visite au Louvre ou dans un autre grand musée permet de se rendre compte facilement de la même « ambiguïté constitutive » à travers les siècles et les pays – encore que le Louvre, lui aussi, ait fait un tri en amont. Les Musées d’art, comme les bibliothèques, ont leurs « enfers ».

Mais le goût des artistes n’est jamais exactement celui du public. Bien sûr, l’artiste tient compte du public, et pas seulement parce qu’il veut « vendre ». Mais s’il veut captiver son public, et le retenir, il ne faut pas qu’il lui serve ce qui lui ressemble trop.

NOTE sur les images. (1) Photo prise en mars 2008 : le Musée faisait des travaux. (2 et 3) sont des signes de la signalétique télévisuelle mise en place pour succéder au ‘Carré blanc’ : elle était très colorée, et cherchait à y combiner des formes simples, peu ou pas « évocatrices ». Le carré blanc sur fond rouge était la catégorie 4 : ‘Public adulte ou interdit au moins de 16 ans’ ; le losange blanc sur fond vert à la catégorie 1 : ‘Pour tout public’. Voir par exemple l’article Wikipedia ‘Signalétique d’avertissement‘. (4) ‘Flore’ (vers 1540) de Paris Bordon(e). Voir la notice du Louvre. (5) ‘Lucrèce se poignardant’ (vers 1533) de Joos van Cleve ; une autre version avait été vendue à François Ier. Celle-ci était au Louvre pour une exposition (déc. 2017) et provient du Kunsthistorisches Museum de Vienne (Gemäldegalerie, inv. 833). (6) Il s’agit de Marie Madeleine, un détail de la Descente de croix (1500-05) du Maître de saint Barthélémy. (7) détail de deux émaux de Limoge, Ariane & Vulcain, attribués à Pierre Penicaud, 2e moitié du XVIe siècle. Le Musée les montre en entier. (8) Je vais chercher ! 31 juillet : J’ai retrouvé. Antoine Coysevox, Nymphe à la coquille, 1683-85. Voici la notice du Louvre : ‘Antoine Coysevox s’est inspiré d’une copie en plâtre d’un marbre antique de la collection Borghèse, aujourd’hui au Louvre, pour exécuter cette figure de nymphe recueillant l’eau d’une source dans sa coquille. L’oeuvre a été érodée par son séjour dans le parc du château de Versailles, où elle a été remplacée par une copie au XIXe siècle.’ (9) est une partie des Scènes de la vie de saint Jérôme, par Sano di Pietro, 1444. Jérôme de Stridon, l’un des artisans majeurs de la traduction de la Bible hébraïque en latin (fin du IVe siècle EC), a raconté que tout ce latin mal fichu qu’il lisait le ramenait à rêver des grands auteurs de l’époque ancienne, Cicéron et tant d’autres. Tiraillé entre son amour des lettres et son christianisme, il en faisait des cauchemars. Ici, on représente un de ses rêves, qu’il a lui même raconté : le Christ ordonne de la faire fouetter pour le punir d’avoir lu Cicéron. (10) voir ci-dessus à (2-3). (11) est un détail de Vénus et l’Amour, un tableau de Lambert Sustris (vers 1550), dans la salle des Etats.

  1. Voir l’article d’Hélène Duccini ‘Carré blanc et signalétique télévisée en France, 1961-1998‘. []
  2. C’est une des choses que montre le livre d’Olivier Roy, 2019, L’Europe est-elle chrétienne ?, Ed. du Seuil, coll. Points, 195 p. []
  3. L’étude la plus informée et la plus adroite sur la Religieuse de Rivette et les remous suscités en profondeur est dans le livre de Jeanne Favret-Saada, 2017, Les Sensibilités religieuses blessées. Christianisme, blasphème et cinéma, 1965-1988, Fayard, pp. 29-173. []
  4. Voir par exemple une carte ici. []
  5. Elle a tendu à baisser partout dans le 2e moitié du XXe siècle, mais elle est remontée de 18 à 19 ans en Algérie en 2014. []
  6. Finlande 1906, Allemagne 1918, EU 1920 pour les femmes « blanches », Royaume-Uni 1928, Espagne 1931 mais ce droit disparaît sous Franco entre 1936 et 1975, Turquie 1934, France 1944, Inde 1950, Grèce 1952, E.U. 1965, Arabie saoudite 2011. []
  7. Code civil, article 414, voir le site Legifrance ici. []
  8. Détails sur le site du Sénat ici et sur le site du Ministère de la Justice ici. []
  9. Détails sur la page Wikipedia ‘Justice des mineurs en France‘. Il s’agit d’un article d’encyclopédie, pas de commentaires juridiques comme tels. []
  10. source : Wikipedia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.