La Marque jaune

Pour Rosalie

Un Martien atterrit et, me rencontrant près du donjon de Vincennes, me demande : Qu’est-ce que c’est, exactement, cette marque jaune ? Evidemment, la question est très improbable, car il est prouvé depuis les pharaons que les Martiens connaissent la Marque jaune.

Essayons pourtant de répondre. L’expérience montre qu’il vaut mieux prendre les choses par l’hypothèse de l’ignorance. Si le Martien savait tout, il m’aurait dit : « ah, tu me prends pour un Martien d’opérette ? Je suis seulement un Atlante de papier. »

Acte 1.

Edgar Jacobs est, en Europe, une des figures les plus illustres de la Bande dessinée. Il est né en 1904 à Bruxelles. Il a participé dès le 1er numéro à l’hebdomadaire Tintin, conçu par son ami et rival Hergé. Il y a publié huit aventures de ses héros récurrents, Francis Blake (un officier souvent en uniforme) et Philip Mortimer (un professeur souvent en veste)1.

Pendant ses dix premières années à Tintin, 1946-1956, il a publié quatre aventures majeures, sans doute celles qui resteront. De celles-là, La Marque jaune est la 3e et la plus courte. La moins exotique aussi.

L’Espadon, planche 12.

De 1946 à 49, Jacobs publie Le Secret de l’Espadon – la plus longue de ses œuvres. Le Mystère de la Grande Pyramide de 1950 à 52 ; La Marque jaune de 1953 à 54 ; L’Enigme de l’Atlantide de 1955 à 56. A cette époque, la télévision apparaissait dans les foyers français. Elle était en noir et blanc. En 1953, Clouzot tourne Le Salaire de la peur, avec Vanel et Montand, en noir et blanc ; en 1954, Autant-Lara tourne en noir et blanc Le Rouge et le noir, avec Gérard Philipe et Danielle Darrieux. Plus tard, on a aimé la couleur pour les documentaires, et le sérieux du noir-et-blanc pour les fictions – ce qui est un des ressorts du polar. La couleur pour les enfants et les dames ; le noir & blanc pour les mâles aguerris. Comme autrefois le latin pour les hommes qui allaient au collège, et le français pour les petits.

La Marque jaune fait 66 planches. C’est peu comparé à L’Espadon de 143 planches, ou au Mystère de la grande Pyramide de 106 planches. Après la Marque jaune, l’Atlantide fera seulement 62 planches, mais elle comprendra 786 images, alors que la Marque jaune n’en a que 647. Pour comprendre la signification de ces calculs d’apothicaire, il faut voir comment les planches sont faites.

Espadon, pl. 18.

L’Espadon avait des planches à 3 rangées. Cela donnait de grandes images, avec des planches à 9 cases. Jacobs subdivise cela à sa façon et, dans les premières semaines, il donne jusqu’à 12 cases à certaines planches. Dans la fin, en 1948-49, il est plus audacieux : les rangs peuvent être divisés en 4 ou 5 images, et l’on a donc souvent des planches à 14 images (ci-contre). Il existe une planche qui monte à 16 images (vol 3, p. 26).

Pyramide, pl. 38.

La Grande Pyramide prend acte de cette évolution et est construite sur des planches à 4 rangs. On y compte 1322 images, une moyenne de 12,5 images par planche. La Grande Pyramide montre des initiatives dans la mise en page. Beaucoup de planches ont 14 images. On a plus souvent un rang coupé soit en 2 soit en 5 images, correspondant à un ralentissement ou une accélération du rythme. Dans un cas2, nous avons 18 images dans la planche.

Vous êtes en train de vous dire : Caramel a été revendu aux économistes ! On nous met des nombres dans tous les coins, et où est passée l’Aventure ?

Acte 2. Les creux et les pleins

C’est que, comme les scénaristes le savent mieux que moi, tant au cinéma qu’ailleurs (et dans les romans aussi), un récit est fait de son rythme. Si vous commencez par tout expliquer comment le grand-père du héros aimait son métier de ramoneur, et (cent pages plus loin) pourquoi votre héros aimait les gants blancs, il vous faut du génie. Si vous avez seulement du talent, il est préférable de faire croire au lecteur que vous l’introduisez dans le feu de l’action – comme le fit autrefois ce génie tous azimuts qu’on appelle Homère, pour l’Odyssée. C’est en tout cas ce que fait Balzac quand il commence TOUS ses romans par ‘Le 25 avril à 2h, on entendit au 18 rue Réaumur un pas monter l’escalier’.

Marque jaune, pl. 38, 03.

Notez que Ian Fleming commença de la même façon son roman Dr. No (1958) : Punctually at six o’clock the sun set with a last yellow flash behind the Blue Mountains, a wave of violet shadow poured down Richmond Road, and the crickets and tree frogs in the fine gardens began to zing and tinkle. – ce qui peut se traduire ‘Exactement à six heures, le soleil émit un dernier rayon jaune et se coucha derrière les Montagnes bleues. Une vague d’obscurité violette déferla sur Richmond road. Dans les jardins bien tenus, les criquets et les crapauds commencèrent à striduler et croasser.’

Marque jaune, pl.50, 01.

Le problème d’une action vivement engagée, est qu’il faut ensuite trouver les bons endroits pour en expliquer les arrière-plans. C’est un art. Sous sa forme la plus simple, cela produit les premiers récits que fit Conan Doyle pour Sherlock Holmes : l’action s’engage sur le vif, Sherlock résout l’énigme, et l’auteur, comme dans Le Signe des Quatre, consacre la seconde partie de la nouvelle à expliquer les choses ténébreuses qui s’étaient passées longtemps avant – et dont, Dieu soit loué, nous n’avons pas eu besoin pour suivre l’enquête.

La vraie technique pour « raconter des histoires », semblerait donc être de se dispenser du passé ! ou du moins de n’accorder à ce grenier des choses que des moments choisis. Ce moment, dans la Marque jaune, se produit aux planches 48-52 quand Mortimer, que son enquête parallèle a mené au repaire du Méchant, doit écouter ce dernier lui raconter ce qui s’est passé autrefois : Septimus, après qu’il avait été ridiculisé par ses pairs, avait continué en Afrique, sur le Nil bleu, une carrière de médecin. Le hasard, bon prince, lui fit rencontrer Olrik, juste sorti des hasards de la Grande Pyramide. Ainsi les épisodes de la saga sont-ils intimement connectés et le passé a-t-il la vertu de donner un effet de vérité accru au présent.

Marque jaune, pl. 33-11.

Acte 3. Jaune sombre.

Si la Marque jaune est une aventure strictement londonienne3, elle ébauche, plus que ne le font les aventures de Tintin et Milou chez Hergé, la construction d’une saga. Londres, ce microcosme du monde aux yeux de Jacobs, qui dépendait en cela d’une mythologie où s’exaltait la Ville-qui-concentre-l’Empire, est astucieusement présentée surtout par ses ombres.

La plupart des épisodes ont lieu la nuit ou en sous-sol. Les planches nocturnes (planches 30 à 45) à Limehouse Dock où la Marque jaune échoue à tuer Blake, où elle s’enfuit, rencontre Mortimer qui se met à sa poursuite, cela forme le centre de l’œuvre. L’épisode précédent, où La Marque jaune avait assailli Blake & Mortimer chez eux de nuit (pl. 22-27), et les épisodes suivants qui sont presque entièrement souterrains jusqu’à la fin de l’album, contribuent efficacement à maintenir l’atmosphère insolite d’un monde différent. La Marque jaune nous présente une sorte de version moderne du monde de Dickens : le brouillard, l’ombre, les bas-fonds, les Docks, la détresse.

Marque jaune, pl. 25, 09.

Jacobs joue habilement quand il utilise avec chaleur cette mythologie impériale et sombre encore très vivante. L’Inde n’est indépendante que depuis 1947, alors que Jacobs avait commencé l’Espadon – et ‘le fidèle Nasir’ est un héritage de l’Inde impériale. Mais Jacobs y juxtapose l’enthousiasme pour la technique et le robot, dont Olrik le Guinea pig, le rat expérimental, est exactement le produit ambigu, un homme machinisé. Il donnera toute son extension à l’avenir dans la plus audacieuse de ses créations, l’Enigme de l’Atlantide.

Marque jaune, pl. 31.

Acte 4. L’aventure et le rythme

Je ne sais pas si les gens qui conçoivent aujourd’hui des BD lisent Blake & Mortimer. Il me semble, en tout cas, que les étudiants en littérature pourraient trouver de l’intérêt à regarder comment est combinée la fin de la Marque jaune.

Les deux héros sont dissociés à partir d’un certain moment : Blake, qui a décidé de se rendre au rendez-vous de la Marque jaune, se lance dans la nuit du présent ; pendant ce temps, le professeur Mortimer reçoit la visite de l’archiviste du Daily Mail, qui lui apporte une nouvelle pièce pour le dossier du passé. Mortimer, on le voit ci-dessus, comprend l’importance de ce nouveau document pour le présent immédiat, et cherche à faire interrompre le dangereux rendez-vous.

Dès lors, le lecteur va suivre en alternance les deux héros : Blake d’un côté, Mortimer de l’autre. Ce dernier s’efforce de rejoindre le premier, ne le peut pas, rencontre (planche 42) la Marque jaune sortant des Docks. Il se lance alors à sa poursuite. Blake pendant ce temps (pl. 54) parvient à circonscrire le repère de la Marque jaune. Il engage les forces de police dans cette action nouvelle, retrouve (pl. 60-61) le chauffeur de taxi qui avait conduit Mortimer, et découvre le document qui avait guidé ce dernier. Il pénètre de force dans la demeure de Septimus, à Tavistock Square. Il découvre Mortimer par le biais d’un écran (pl. 62).

Marque jaune, pl. 62, 05.

Cet écran est un moment intéressant dans l’histoire culturelle de l’Europe. Jacobs l’a publié dans Tintin en octobre 1954, un mois avant la fin de l’Aventure. Avant cette page, je ne crois pas qu’il y ait d’exemple (dans l’histoire de la fiction) où des héros séparés sur des fils distincts de l’action, se retrouvent d’abord au moyen d’un écran. Comme stade soigneusement choisi d’une rencontre progressive de héros séparés, je pense que c’est une vraie trouvaille.

Les échanges entre le côté Blake de l’action (en surface) et le côté Mortimer (en sous-sol) sont d’abord calibrés en planches distinctes. Puis Jacobs a jugé bon de mêler plus intimement les deux côtés. Les planches 56, 57, 58, font alterner les deux niveaux, pour que le lecteur comprenne une intrigue plus dense, et sente qu’elle se précipite. La planche 61 juxtapose encore la surface et le sous-sol et c’est à la planche suivante que Blake découvre Mortimer sur écran.

Conclusion

La Marque jaune reste dans les mémoires à un double titre. D’une part, elle impose avec la force de la publicité, dont la puissance grandit doucement dans ces années 1950, et avec la puissance signalétique d’un sceau l’emblème de la Marque jaune. La BD retrouve, si l’on veut, la logique et l’énergie du blason.

De l’autre, elle ajuste avec habileté les histoires en BD aux besoins des lecteurs européens : à leur goût dédoublé du passé magnifique et du futur plein de promesses, qui correspondent intimement aux courants formateurs pour un homme comme Edgar Jacobs. L’Egypte et les neurosciences, pourrait-on dire !

Post-scriptum

J’avais décidé au moment du précédent billet, le 20 juillet, ces trois thèmes colorés. La préparation du billet sur la Marque jaune m’a amené à relire les aventures des années 1946-56. Le 25 juillet, tard, j’ai mis le billet en ligne, et je l’ai modifié le lendemain matin, dans le sens de plus de simplicité. Il restait plusieurs passages que je trouvais maladroits, mais je ne pouvais plus changer en profondeur : c’est la règle du jeu !

J’avais oublié des détails utiles. Je m’apercevais par exemple que j’avais juxtaposé la pl. 31, où l’action vient d’un livre, et la 62 où elle vient d’un écran : le chevauchement passé / présent se jouait d’une façon intéressante. J’avais souligné l’importance de cet écran, mais c’est le livre, deux fois perdu et retrouvé, qui mène successivement Mortimer, puis Blake, à la maison du Méchant médecin.

En outre, j’avais suggéré que les gens intéressés par la composition littéraire ou le montage des intrigues étudient (mieux que moi) les alternances de situation Blake / Mortimer qui donnent tout son rythme à une grande partie de l’histoire et son accélération à la fin. J’avais gribouillé des schémas, pour moi, pour comprendre comment Jacobs avait fait. Mais je me demande si j’ai eu raison. Car ce type d’alternance n’est-il pas propre aux histoires en images ? beaucoup plus qu’à la littérature disons romanesque.

Mon billet sur la Marque jaune me laissait donc insatisfait. Mais cela venait peut-être du fait que j’avais pris la chose trop à cœur. Car s’il reste quelque chose de vrai, c’est que ces billets ne sont jamais complets. S’ils sont un peu stimulants pour certains, à cause ou en dépit de cela, tant mieux.

NOTE sur deux images. Toutes les illustrations proviennent des albums de Jacobs, qui ont été publiés d’abord aux Editions du Lombard, ensuite republiés à partir de 1983 sous le logo ‘Blake et Mortimer’. Chez le 1er éditeur, l’Espadon a été publié en 1950 et 53 (2 vols.), la Pyramide en 54 et 55 (2 vols.), la Marque jaune en 1956, et l’Atlandide en 57. Les images sont identifiées ici par le titre abrégé de l’album, le numéro de la planche (qui est différent du numéro de la page), et le numéro de l’image dans la planche, quand il y a lieu. La 1re image est dans la Marque jaune, pl. 38, image 6 ; la dernière est planche 3, dernière image.

  1. Il n’a pas terminé la dernière, Les Trois formules du professeur Sato. Il était épuisé et peut-être lassé []
  2. Pyramide, vol. 1, p. 38 []
  3. Si l’on excepte l’épisode en train, planches 14-19. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.