Quel cochon !

Les langues sont souvent « conservatrices » : des expressions ou des mots demeurent, pour des réalités disparues. Ou presque.

Quand ‘Me too’, un mouvement d’origine étatsunienne, a trouvé écho en France, curieusement une adaptation de la formule a été ‘Balance ton porc’ – ce qui était plus violent parce que moins orienté vers la fraternité, mais aussi plus étrange, car la majorité des francophones n’a jamais vu un porc. Le porc est ici le cliché ou l’image-type de l’animal immonde. Ce qu’il n’est pas toujours en Europe car « Dans le cochon, tout est bon », comme le chantait Juliette (voir Appendice J à la fin de ce billet).

Comme foyers rémanents du Covid19, des abattoirs en Allemagne ont été mis en cause. On y abat surtout les porcs. Pour ‘sensibiliser’ les citoyens à ce danger, on a d’abord mis en avant la protection des animaux, ensuite celle des gens qui travaillent dans ces industries. (Voir Appendice A).

Acte 1. Porc cochon

Michel Pastoureau, qui raconte comment les images anciennes continuent de structurer l’imaginaire contemporain, a consacré plusieurs ouvrages au cochon, et je ne peux qu’y renvoyer (voir Appendice M). Il a expliqué avec acuité que si le porc est haïssable, c’est parce que :

le porc, c’est nous !

Physiologiquement, les tissus du porc sont parmi les plus aptes à se substituer, pour certaines greffes, aux nôtres. La proximité vient aussi de ce que cet animal est omnivore comme nous. Et si dans le cochon ‘tout est bon’, c’est qu’il était, comme on disait aussi, ‘un garde-manger sur pattes’ : un seul animal était une assurance contre la faim.

Sa réputation de se vautrer dans sa bauge (terme qu’il contribue régulièrement à sauver de l’oubli !1 ) est peut-être à l’origine de la réputation de l’animal2 – et de l’usage qu’on en a fait récemment : le mâle humain serait un porc – même si bien sûr on jette un voile sur les manières supposées de la truie.

La richesse du lexique, à propos des porcs, est stupéfiante. Nous avons en français le porc et la truie, mais pour la version sauvage nous avons le sanglier, la laie, les marcassins, même la hure – et je crois que la plupart des francophones ont, un jour ou l’autre, lu ou entendu ces mots. Je ne connais aucun autre animal pour lequel on dispose d’un tel éventail dans le vocabulaire3. Nous avons un vocabulaire riche pour le cheval, mais il n’oppose pas le domestique et le sauvage.

En tout cas, 80 % des francophones, sans doute davantage, n’ont jamais vu un porc ou une truie autrement qu’en image. Depuis la renaissance des voyages à pied, sur les chemins de randonnée, nos concitoyens ont probablement vu plus souvent des sangliers que des porcs. Les porcs que j’ai vus étaient presque toujours dans des pays étrangers. C’est le cas de ceux que vous voyez sur la plupart des images de ce billet, photographiés dans diverses régions de l’Inde.

On doit s’étonner de la différence de traitement entre l’animal sauvage, qui a plutôt bonne réputation, et l’animal domestique qui est chargé de tous les défauts – sans doute pour qu’on puisse l’égorger sans remord ! Car quand on regarde les images européennes d’autrefois, jusqu’au XVIIe siècle au moins il n’y a rien qui ressemble autant au sanglier, que le porc. Très longtemps, le porc domestique a conservé la couleur, les poils, les défenses de son alter ego sauvage. Il était enfermé ou parqué, voilà tout.

Acte 2. Qui est le porc ?

Le sanglier est un animal noble ; les Ardennes s’en targuent, et en ont. Puisqu’il est « naturel », sauvage et fier, tout paraît l’opposer à son versant esclavagisé, le porc, à qui l’on attribue toutes les tares : veule, plaintif, peu mobile, pas assez svelte pour la mode ; on le dit accoutumé à sa prison, dépendant de la pâtée qu’on lui sert4, et destiné à monter la femelle avec des grognements obscènes. La truie, bien sûr, n’est pas moins énorme, loin de là, pas moins plongée dans la bauge, pas moins nourrie en vue du destin consumériste et des boudins, et pas moins coupable dans l’obscénité. A moins qu’on ne la suppose uniquement soumise, craintive, virginalement terrifiée quand s’approche le mâle hideux, dont on voit clairement qu’il sourit comme un porc entre ses défenses protubérantes.

Bref, on ne cesse de s’étonner du transfert de responsabilité ou « d’image », que le malheureux animal a subi sans qu’on lui demande son avis. Il n’est que trop évident que, puisqu’il est depuis des siècles en Europe un des animaux domestiques les plus utiles et les plus nourrissants, on a reporté sur son compte nombre de fantasmes qui ne sont que les nôtres.

Une image extraite du Journal d’Arte (voir Appendice A).

D’autre part, il est à craindre que les militants de ‘Balance ton porc’ voient d’un mauvais œil cette curiosité pour la métaphore : pour eux, le porc, l’animal, n’a aucune importance. C’est juste une image-choc, un groin sur la photo.

Chacun veut qu’on comprenne son « message » comme il l’a conçu, et parfois tolère assez mal qu’on vienne en discuter les mots. Cependant, excusez-moi, le linguiste est intéressé par les mots qu’on emploie. Il n’en fait pas la finalité de la vie contemporaine, mais il observe que si la vie contemporaine a recours à de telles images…

Acte 3. Cochon

‘Porc’ est le mot noble, c’est le mot latin, celui qui a servi à construire les dérivés savants, par exemple ‘porcin’ dans ‘la filière porcine’, ou ‘porcherie’. Mais le vrai mot, c’est ‘cochon’ – mot sur lequel tous les experts s’accordent : son origine est obscure5.

Si le slogan avait été « Balance ton cochon », je crois qu’il aurait été instantanément ridicule : tout le monde aurait trouvé cela drôle. Le sérieux réclame ‘le porc’ – un mot qu’on emploie entre gens bien nés, en contexte religieux, mondain ou prudent : « est-ce que vous mangez du porc ? » De là la réplique latine et hautaine : nihil habeo cum porcis ‘je n’ai rien à voir avec ces galapiats.’6

Sur le marché, le boucher crie : « il est bon mon cochon ». S’il crie « Mon porc est honorable », tout le monde va s’esclaffer. Je ne veux pas dire que le monde est pur et beau, que les cochons et les cochonnes sont une vue de l’esprit, et que tout le monde ira au paradis.  Non, non.

Ce qui m’intéresse, même s’il faut « heurter » un peu les friands de porc et les effrayés du cochon, ce sont les traces que laissent ou que suivent les mots, et de voir que certains mots sont pris très au sérieux à cause d’un contenu parfaitement fantasmé. Le porc-cochon est la licorne de notre temps : un objet fabuleux et redoutable.

Celui qui abhorre le porc, tellement il est vil car il a le sabot mal fourchu ou la queue en tire-bouchon, trouvera le sanglier très convenable, et sans rapport avec la bête abominable qu’on voudra recouvrir d’un épais silence. Un ami à moi, linguiste émérite qui a longtemps travaillé dans l’est du Népal, où les cochons-porcs ne sont pas trop bien vus, m’a raconté qu’un jour les Anciens voient venir une bête abattue, qui ressemblait assez à la bête immonde, mais qu’on a finalement préféré classer comme ‘phacochère’ – ce qui la sortait de l’opprobre. On a pu la manger.

Conclusion

Il est devenu « délicat » de parler du porc ou du cochon. On ne veut pas « heurter les sensibilités ». Je crois que la vérité du sentiment est ailleurs que chez Tartuffe, que les vraies souffrances qui nous atteignent, quelle que soit notre religion déclarée ou la façon dont nous la pratiquons, sont d’un autre ordre, et d’une autre portée. Je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas parler du cochon.

Il ne s’agit pas de faire manger à son voisin ce qu’il n’aime pas. Ce ne serait certainement pas du bon voisinage. Respectons les usages de sa maison, ses lubies, ses fantasmes, comme il respecte les miens, qui sont peut-être aussi drôles. Nous baissons radios et télés assez tôt dans la soirée, afin de ne pas passer pour des gens mal-élevés. C’est bien. C’est une façon parmi d’autres de religion commune, qui nous rapproche utilement. Quand nous nous croisons le lendemain, ou un autre jour, nous nous arrêtons avec plaisir pour parler.

Nous pouvons même parler religion, voire du cochon ! Cela ne nous effraie pas, parce que quand le quartier acquiert sa tranquillité propre, les différences de culture suscitent la curiosité aimable.

Appendice A (Arte Journal 26 juin 2020, Dorothée Haffner)

(5’19) C’est un sommet spécial qui s’est tenu aujourd’hui à Düsseldorf. Au menu, le danger sanitaire que représentent les abattoirs. Pour la ministre allemande de l’Agriculture, et les représentants des Länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Basse-Saxe, il est l’heure de tirer des leçons. 1500 employés testés positifs au Covid19 dans le plus grand abattoir d’Europe, et le reconfinement dans la foulée de deux communes voisines. Le tout, à cause de conditions d’exploitation déplorables.

Comment le Coronavirus est devenu un révélateur de drames socioéconomiques et sanitaires, dans l’industrie de la viande Outre-Rhin, on voit ça avec Annalina Ebert. (5’53)

Annalina Ebert

(5’54) Des prix cassés, des promotions permanentes. L’industrie allemande de la viande fait depuis longtemps l’objet de vives critiques. Une ère peut-être bientôt révolue. Au terme d’une réunion avec les représentants du secteur, la Ministre de l’Agriculture a annoncé les premières décisions, à commencer par le prix. La viande va augmenter. Probablement sous la forme d’une taxe pour le bien être des animaux. Julia Klöckner, Ministre allemande de l’Agriculture : « La viande ne doit pas devenir un produit de luxe, réservé aux riches. Mais elle ne doit pas être bradée non plus. Il faut garder à l’esprit que la pression sur les prix en rayon a forcément des répercussions. Il faut envisager d’interdire pour des raisons éthiques les promotions sur la viande. » L’enjeu, c’est le traitement des animaux. Mais aussi celui des employés des abattoirs. Souvent originaires d’Europe de l’Est, ils vivent à plusieurs dans des logements exigus, où les règles de distanciation et d’hygiène ne peuvent être respectées. Résultat : certains abattoirs se sont transformés en foyers de contamination du coronavirus. Si, il y a deux jours, le Ministre du Travail a annoncé l’interdiction de la sous-traitance à partir de 2021, pour les syndicats, ce point n’a pas été suffisamment discuté. Anja Piel, Comité exécutif de la Confédération allemande des syndicats, DGB : « L’interdiction des contrats détachés dans l’industrie de la viande est un moyen de mettre un terme à cette situation. Mais s’assurer de la décence des logements est un autre point très important. Tout est sur la table. Si l’on n’aborde pas franchement cette question, je ne comprends pas le but de cette rencontre. » Si aucune mesure concrète pour les salariés n’a été annoncée, les industriels de la viande se disent prêts à ne plus recourir à des sous-traitants. Reste à savoir comment les conditions de travail des employés vont être améliorées, et à quelle échéance. (7’38).

Appendice J : Juliette parle du cochon

Je me permets de reproduire ici un petit morceau d’un entretien que la chanteuse Juliette avait donné en 2011. L’ensemble de l’entretien est sur le site de L’Express, consulté le 26 juin 2020 : https://www.lexpress.fr/culture/musique/juliette-tout-est-permis-dans-une-chanson_993910.html

« Juliette : (…) Puis j’ai écrit des chansons plus personnelles. Une petite cassette a été envoyée aux Découvertes du Printemps de Bourges, en 1985. Et tout s’est enclenché. 

Gilles M. A l’époque, vous chantiez ‘Tout est bon dans l’cochon’. Pourquoi ?

Juliette : C’est une chanson con comme j’ai pu en commettre par la suite (Chanson, con !, 2008). Un ami, patron de café-théâtre toulousain et grand amateur de cochonnailles, avait décidé de produire un album, Un porc, Export, avec des artistes du coin. Tout est bon dans l’cochon a déclenché des réactions stupéfiantes lors de son passage sur Europe 1. J’ai reçu de ces lettres ! « Avez-vous pensé à la souffrance des cochons dans les abattoirs ? » Oui, tous les matins en me rasant. Ou encore : « Comment quelqu’un avec un nom arabe peut-il célébrer la gloire du porc ? » A part le mot « cochon », cette chanson n’avait aucune prétention, sauf de déclarer qu’il y a un homme dans chaque porc. » 

Appendice M : Principales publications de Michel Pastoureau sur le cochon :

M.P. (en collaboration avec Jacques Verroust), 1987, Le Cochon. Histoire, symbolique et cuisine du porc, Ed. Sang de la Terre, 256 p.

M.P., 1989, Couleurs, images, symboles. Etudes d’histoire et d’anthropologie. Ed. Le Léopard d’or, 292 p. L’ouvrage comprend une soixantaine de pages sur l’histoire et la symbolique du porc.

M.P., 2001, Les Animaux célèbres, Arléa, 303 p. Nos animaux font l’objet de quatre essais. 1/ ‘Le cochon de saint Antoine’, 92-101, où est analysé le rôle symbolique de la métamorphose du sanglier en porc ; 2/ ‘Le cochon régicide’, 118-123, dont le thème trouvera un développement beaucoup ample dans le livre de 2015 ; 3/ ‘La truie de Falaise’, 160-171, qui montre l’importance des procès officiels faits aux animaux, et à la place primordiale qu’y a tenu le porc ; 4/ ‘Les truies de Vauban’, 201-213, avec beaucoup d’indications sur le développement de l’élevage du porc en Europe.

M.P., 2004, Une Histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Seuil, coll. La Librairie du XXIe siècle. Chercher dans l’index à ‘porc’. L’animal apparaît notamment dans l’étude sur ‘Les Procès d’animaux’, p. 29-48 (publié d’abord dans Les Cahiers du Léopard d’Or, 9 (2000), p. 173-200.

M.P., 2009, Le Cochon, histoire d’un cousin mal aimé, Gallimard, coll. Découvertes.

M.P., 2010, Les Couleurs de nos souvenirs, Seuil, coll. La Librairie du XXIe siècle. Dans l’index, chercher à ‘porc’.

M.P., 2011, Bestiaires du Moyen Âge, Seuil, 237 très grandes pages. Dans l’index, chercher à ‘cochon’, ‘porc’, et ‘sanglier’.

M.P., 2013, Le Cochon, avec une préface de Jean-Pierre Coffe, Gallimard, 128 p.

M.P., 2015, Le roi tué par un cochon. Une mort infâme aux origines des emblèmes de la France ? Seuil, coll. La Librairie du XXIe siècle, 233 p.

M.P., 2017, Une Couleur ne vient jamais seule, Seuil, coll. La Librairie du XXIe siècle. Dans l’index, chercher à ‘cochon’.

  1. La soue, qui serait le terme plus adapté, puisque ‘bauge’ est en principe l’antre du sanglier, est moins bien connue. []
  2. Voir dans Pastoureau 2001, cité dans l’Appendice M, la citation de Buffon, p. 211-212. []
  3. Le vocabulaire de la vénerie peut être étendu pour d’autres animaux sauvages, mais il est rare, en français, que ces mots soient connus plus largement. []
  4. Ce qui est relativement nouveau, comme l’explique Pastoureau à propos des porcs ‘gyrovagues’, qu’on laissait manger les ordures dans les rues des villes. []
  5. Il semble qu’au début de sa carrière, le mot ‘cochon’ désignait plutôt le petit de l’animal. []
  6. Mot-à-mot : ‘je n’ai rien (en commun) avec les cochons’, expression souvent comprise comme méprisante à l’égard des paysans ou, par extension, des « basses classes ». Mais elle ne paraît pas avoir existé dans l’Antiquité latine. On trouve dans le théâtre de Plaute (Mercator, 988) l’expression habete vobis cum porcis cum fiscina ‘je vous cède tout, les porcs et le panier’ trad. Ernout (Ed. Les Belles lettres, 1936), qui n’a pas le même sens. Il semble que l’expression ne soit pas antérieure à Joseph Andrews (II, 14), le roman anglais de Henry Fielding. Fielding raconte la visite du pasteur Adams au pasteur Trulliber, qui élève des cochons (hogs). Trulliber croit qu’Adams vient acheter un cochon et l’emmène dans la porcherie (stye), et Adams tombe dans la fange (mire). Afin d’expliquer à l’autre qu’il est pasteur et pas acheteur, Adams s’écrie en latin Nihil habeo cum porcis ‘Je n’ai rien à voir avec les porcs’. []

Une réflexion sur « Quel cochon ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.