Les écritures, moins sages que les images.

Un morceau de feuille en tibétain.

Il y a beaucoup de sortes d’écritures – au sens de « systèmes graphiques pour noter des langues ». Mais toutes utilisent des collections de signes qu’on peut écrire. Parfois il faut beaucoup de signes différents, comme en chinois, parfois très peu, comme en français. Parfois, il n’y en pas assez, et on est obligé de distinguer des lettres différentes grâce à des petits points en plus, comme en arabe :

Deux lignes en arabe, qui se lisent de la droite vers la gauche. Coran II, 1241. Les petits traits et ronds au-dessus de chaque ligne notent des voyelles ; les points simples ou doubles dans les lignes distinguent des consonnes qu’il ne faut pas confondre.

Une autre différence entre les diverses écritures, c’est qu’elles « collent » plus ou moins à la prononciation. Car les langues, ce sont d’abord des phénomènes « parlés » avec des sons. Ce sont les sons des phrases qui permettent de communiquer, ou même de se parler à soi. Beaucoup de langues ne sont « pas écrites », parce que les gens qui les parlent n’en sentent pas le besoin. Elles n’en sont pas moins des langues, évidemment.

Un buste sur une tombe, autrefois à Palmyre. De part et d’autre de la tête, deux inscriptions semblables pour le sens, mais dans deux langues (et deux écritures) différentes : à gauche, du palmyrénien, la langue locale ; à droite du grec, la langue de grande diffusion. Musée du Louvre.

L’accession « à l’écriture » a souvent été ressentie comme un ennoblissement, l’accès à une dignité particulière. C’est vrai aussi aujourd’hui, où beaucoup de nouvelles écritures sont encore inventées. Beaucoup de populations, colonisées jusque récemment, ou qui le sont encore, réagissent contre le mépris des colonisateurs par la promotion de leur propre langue. Et un des moyens, c’est de l’écrire. Elle devient alors l’égale des autres langues écrites.

Un tesson de vase au Musée du Louvre. On lit, en ancienne écriture perse, le nom de l’empereur Xerxès.

Mais les écrire, aujourd’hui ou hier, pose des problèmes redoutables. Souvent les écritures « hésitent » entre deux possibilités inégales : noter le son, et noter le sens. Noter le sens serait plus direct, mais comment faire sans passer par des symboles, qui donnent l’accès au « sens » ?  Et puis, qu’est-ce que c’est « le sens » de mots comme « de », « avec », « depuis », « cependant » … et même « sens » ?!

Un détail d’un papyrus égyptien ancien. Musée du Louvre.

En somme, puisque le travail a déjà été fait par la tradition de la parole qui, dans une langue particulière, à chaque fois, a fait ces choix dans la trame du sens pour produire des séries sonores, n’est-il pas plus simple, et plus efficace, de noter les sons de la langue ?

Une inscription ancienne en sabéen : l’écriture et la langue de la reine de Saba ! Musée du Louvre.

Il suffit alors de « noter les sons ». La difficulté est sans aucun doute moins grande, mais elle demeure en partie. Car une langue, nous pouvons la parler de bien des façons selon la région où nous avons grandi, selon l’humeur bien sûr, et la vitesse, ou encore selon la personne à qui nous parlons. Les inventeurs des écritures, et ceux qui ont dû perfectionner ces outils, ont donc souvent dû simplifier, couper au plus court.

Dans certains systèmes graphiques, un signe (une lettre, s’il s’agit d’un alphabet) correspond à un son. Mais ce n’est pas toujours vrai, comme les francophones ou “franco-graphes” le savent bien : le son f peut s’écrire ph, et inversement ch a deux prononciations possibles, par exemple dans chat et dans chorale. Quant au son au début de chorale, il peut aussi s’écrire c dans capable ou k dans kilomètre ! Quelle simplicité… A vrai dire, ce n’est pas du tout plus simple en anglais.

Trois lignes en chinois. En noir, le texte normal. En rouge, des notes. Ce texte se lit comme en français : de gauche à droite.

L’inscription en chinois ci-dessus est le début du chapitre II d’un roman très célèbre Au bord de l’eau (ou : Les Brigands des marais)2 : “L’histoire conte que jadis, au temps de feu l’empereur Zhe-zong de la dynastie Song, bien des années après le règne du Fils du Ciel Ren-zong, il y avait à la capitale orientale, dans la circonscription Xuan-wu de Bian-liang de la préfecture de Kaifeng, certain rejeton d’une famille ruinée, franc ribaud et coquelineux, du nom de Gao. C’était le deuxième enfant de cette famille.”

En chinois, on a parfois des signes qui sont très clairs, par exemple
二 qui signifie “deux”. Mais on ne sait pas du tout, même en regardant le signe très longtemps, que cela se prononce :

Le mot chinois pour “deux” (il est prononcé deux fois).

Quant au nom propre du personnage, cette fois le signe 高 ne nous apprend rien. En fait cela signifie “Grand, Haut”, quelque chose alors comme le nom “Legrand”. Aujourd’hui en chinois, ce sont les deux signes 高的 ensemble, qui signifient “haut, grand”.

Et le japonais ? Nos Japonais, comme toujours, sont très étonnants. D’abord, leur langue est complètement différente du chinois. C’est vrai que certains signes d’écriture japonaise sont empruntés au chinois (les kanji), mais si les gens qui se servent des mêmes signes d’écriture devaient se comprendre, alors plus de problème pour nous : nous comprendrions d’un coup d’œil ce qui est écrit en allemand, en espagnol, en indonésien !

A vrai dire, les Japonais disposent de nombreux systèmes graphiques, et ils les mélangent (avec soin) dans une seule phrase écrite. Outre les kanji dont je viens de parler, ils ont une série de signes syllabiques dont ils se servent très souvent (les hiragana) pour écrire par exemple les mots grammaticaux comme “de” “à” “et”, et une autre série de signes syllabiques (les katakana), dont ils se servent pour noter la prononciation des mots étrangers : quelle ingéniosité !

N.B. Celles et ceux qui veulent en savoir plus peuvent aller lire ‘L’Alphabet et le problème de l’écriture’3 et ‘Les voyelles et l’alphabet’4.

  1. Traduction de ce verset par Kasimirski : ‘Et qui aura de l’aversion pour la religion d’Abraham, si ce n’est l’insensé ? Nous l’avons élu dans ce monde, et il sera dans l’autre au nombre des justes.’ Le Coran. Coll. Garnier-Flammarion, p. 53. []
  2. Le texte chinois est à https://zh.wikisource.org/wiki/%E6%B0%B4%E6%BB%B8%E5%82%B3_(70%E5%9B%9E%E6%9C%AC)/%E7%AC%AC01%E5%9B%9E, la traduction est celle de Jacques Dars, Gallimard, coll. Folio, tome 1, p. 61. []
  3. https://www.academia.edu/27545332/ []
  4. https://www.academia.edu/34355451/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.