Maria Sybilla Merian

Parmi les nombreux ouvrages d’art et de science où les images et le texte se combinent, il y a – j’en ai déjà parlé un peu – les flores anciennes, dont les beaux livres modernes ne retiennent souvent que les images.

Un des sommets du genre, en plus original, est l’ouvrage que Maria Sybilla Merian (1647-1713) écrivit, grava et peignit le plus souvent elle-même, d’après ses propres observations et exemplaires naturels, au retour de son voyage de deux ans au Suriname, dont elle revint épuisée et vaillante, à l’âge de 54 ans1.

Boris Friedewald, dans sa jolie biographie2 de Maria Sybilla, remarque que lorsqu’elle quitte avec sa fille Amsterdam pour Paramaribo, en juin 1699, c’est cent ans avant Alexandre de Humboldt3. Elle étudiait les papillons depuis son enfance – mais comme très peu de gens les étudient : elle élevait les chenilles, récoltait les plantes pour les nourrir, dessinait chaque étape de la croissance, la transformation en chrysalide avec le cocon (dans le cas des papillons à soie qui furent ses premiers sujets d’observation), et les adultes – les imago, comme disent curieusement les spécialistes.

Adolescente, elle apprit à dessiner, à graver et à peindre, de sorte qu’elle dessinait elle-même toutes ses observations, tout en prenant beaucoup de notes ; et plus tard grava elle-même et peignit (parfois avec ses filles pour cette dernière étape) la plupart des planches de ses livres – et en particulier ce trésor qu’est le Développement des insectes de Surinam, qu’elle publia en latin et en néerlandais ; sa langue maternelle était l’allemand et elle était née un 2 avril, à Francfort sur le Main.

Elle fut célèbre et respectée de son vivant et, de nos jours, je ne crois pas que, parmi les gens qui s’intéressent vraiment aux papillons de par le monde, on en trouve beaucoup qui ignorent son nom.

En haut de ce billet, l’imagette du Petit Livre de Friedewald4 montre comment on peut combiner des inscriptions et une image tirée d’un de ses livres. Ces exploits combinatoires, aujourd’hui communs, étaient autrefois réservés en effet aux planches élaborées des pages de titre. Dans le livre de Maria Sybilla Merian sur les insectes de Suriname, on trouve des feuilles peintes d’un seul côté, avec une sorte de fantôme sur le revers, et des feuilles imprimées avec le texte. Mais la combinaison n’en est pas moins importante. Pour sa planche 5, par exemple, elle écrit ceci :

« Cette racine s’appelle la cassave. On en fait du pain – nourriture ordinaire en Amérique pour les Indiens et les Européens. [Elle décrit avec précaution la manière de préparer cette nourriture]. La grande chenille noiraude, dont la tête et la partie postérieure sont de couleur sang, a en fait le corps couvert de stries noires et jaunes ; c’était, quand j’étais au Suriname, une peste terrible pour cette plante, et elle ruinait tous les champs. Au mois de décembre 1700, elle quitta sa peau pour se transformer en une chrysalide brune qui, quatre semaines plus tard devint ce papillon nocturne, ou phalène, très joliment noir et blanc avec sur le corps des taches orangées remarquables. »

Lorsque le livre parut en 1705, à très peu d’exemplaires, on ne sait pas ce que les lecteurs admiraient le plus : la finesse des observations, la précision et la beauté de l’image, les bêtes qu’on ne connaissait pas ? C’était deux ans avant la naissance de Linné, quarante ans avant celle de Johan Christian Fabricius.

Nabokov. Une édition russe du ‘Don’. Le père du narrateur, un célèbre explorateur russe de l’Asie, chasse les papillons – comme on sait bien que l’auteur le fit lui aussi. Nabokov n’a pas caché son admiration pour Maria Sybilla Merian.

Pardonnez-moi l’aspect un peu « leçon de choses » de ce billet ! Mais ce livre a beaucoup de points remarquables. Bien sûr c’est d’abord un livre de sciences naturelles : les papillons sont représentés à chacun de leurs stades successifs, souvent illustrés par dessus et par dessous, et sur leur plante-hôte.

Mais il est aussi intéressant pour les langues. En effet, au temps de Maria Sybilla, la nomenclature linnéenne des plantes et des insectes n’existait pas : elle donne souvent aux plantes leur nom local, d’après ce qu’on lui dit en créole ou dans certaines langues indiennes ; c’est donc une source pour l’ethno-botanique.

Enfin, comme vous avez vu, elle décrit ce qu’elle peint aussi avec des mots. De sorte que ses notations de couleurs, tant en latin savant qu’en néerlandais, prennent un intérêt d’autant plus grand qu’elle a elle-même vu, et elle-même peint. C’est un livre étonnant, créé par une femme extraordinaire.

N.B. Les références des images du livre de M.S. Merian sont dans les notes.

  1. Le livre dans l’édition hollandaise en couleur est consultable à https://www.e-rara.ch/bau_1/content/thumbview/1603823 . La version latine, mais en noir et blanc, est à http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll13/id/61718 . La notice Wikipedia la plus riche sur Maria Sybilla Merian est l’allemande, qui donne de nombreux liens et sources. []
  2. Boris Friedewald, 2015, A Butterfly Journey : Maria Sybilla Merian, artist and scientist, Prestel Verlag, traduit de l’allemand (2015) par Stephan von Pohl. []
  3. Op. cit. p. 77 []
  4. 19 cm x 14,5, 144 pages épaisses. []

2 réflexions sur « Maria Sybilla Merian »

  1. Petite participation à votre article : plasticienne j’ai réalisé une nouvelle série sur le thème des abeilles qui reprennent l’esthétique des planches anciennes de Maria Sybilla Merian que j’admire . Cette série aux crayons de couleur évoquant toutefois une nouvelle réalité : la mortalité des abeilles par la pollution des substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html

    Mais aussi dans le même esprit, les dessins du confinement sur le monde aquatique : https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html

    1. Chère correspondante, Merci d’avoir regardé mon billet sur Maria Sybilla, une femme véritablement remarquable. Vos illustrations d’abeilles mortes, que vous voulez rendre plus touchantes en leur donnant un nom propre, sont doublement intéressantes. A vrai dire, du point de vue plastique, je ne crois pas qu’elles soient proches des habitudes de Maria-Sybilla Merian, qui n’aimait pas (à ce qu’on peut voir) utiliser les reflets de lumière et préférait le mat au brillant, si je peux dire. Mais votre idée de « personnaliser » vos belles images par un nom arrête évidemment l’attention du linguiste ! On dirait que vous avez souhaité leur donner des noms de toutes les langues (ou presque) ! Mais pourquoi avez-vous voulu, sauf si je me trompe, leur donner surtout des noms féminins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.