Lamentation sur l’Y

‘Y’ pour les pavillons et sémaphores.

L’Y est tout petit. Un des trois mots d’une seule lettre : a, à, y. Et des trois, c’est le plus rare, comme nous allons le voir.

Maintenant, parlons de la lettre Y. C’est aussi la plus rare de toutes. Bon, je sais bien qu’il y a K1 et W qui sont encore plus rares, mais est-ce qu’ils comptent ? Avant 1789, personne n’aurait imaginé qu’on les mette dans l’alphabet – mais Y, on l’emploie depuis des siècles. Triste vie, que celle de l’Y !

Acte 1. La plus petite des vraies

Si vous soutenez que W est français sous prétexte qu’on a adopté wagon et wapiti, water (Queneau : ouatère), et walhala – eh bien nous sommes d’accord. Pourquoi la langue française ne serait-elle pas accueillante comme les autres ? Mais reconnaissez que la lettre W n’est pas des plus communes. C’est même la plus rarissime. Pour vous convaincre, ouvrez un roman au hasard, par exemple Les Trois mousquetaires. Sur les 500 000 premiers caractères (sans les espaces) du roman, vous trouverez K 66 fois, mais W seulement 15. Et c’est parce qu’il y a Windsor, et que d’Artagnan, un peu pressé pour récupérer les ferrets de la reine, assassine le duc de Wardes. Mais il est vrai que K n’intervient que dans Buckingham.

Rentrons au pays. Justement : pays. Dans les Trois mousquetaires, la lettre « vraiment française » la plus démunie, plus que l’X, plus même que le Z, c’est l’Y. Pour être bien net, dans le roman de Dumas, nous avons trois sortes d’Y. (1) l’Y en fin de mot, qui ne se trouve que dans des noms propres, gens ou lieux : Vitray, Bois-Tracy, Beaugency, Montmorency, Bondy, Blangy, Chantilly et d’autres – n’oublions pas milady !

(2) Une bonne proportion en milieu de mot, souvent entre voyelles, par exemple : appuyai, ayant, croyais, effrayé, employait, envoyé, essuyer, moyen, paye, soyez, voyez ; en début de mot, seulement : yeux ; mais aussi quelques mots d’origine grecque : mystère, physionomie, système, tyrannie.

(3) le mot « y ». Dans mon extrait (105 868 mots), il y en a 281. La part des formulations en il y a (ou d’autres temps et modes) est d’une centaine. Pour le reste, on trouve ce mot « y », toujours devant un verbe, avec toute une gamme de significations entre l’indication de lieu véritable et des indications plus diffuses. Pour le 1er cas : n’avez-vous un si beau baudrier d’or que pour y suspendre une épée de paille ? Et pour le second : Vous pouvez vous retirer, nous y consentons.

Pourtant, l’Y a connu des jours meilleurs. Dans leur Introduction à l’histoire de l’orthographe (française), Yvonne Cazal et Gabriella Parussa ont consacré plusieurs pages à notre Y. Elles expliquent que dans les textes écrits, il y a toujours eu des Y. Mais qu’au début, dans les manuscrits de la Chanson de Roland par exemple, ils étaient plus souvent dans les noms propres : Symeon, Dyonisias ! A partir du milieu du XIVe siècle, qui est un moment clé pour les habitudes graphiques en français, on voit commencer une mode de l’Y. Une mode sauvage, dévorante, où l’Y cherche à manger tous les I.

Et en effet, au moment où l’imprimerie commence à se répandre, dans le dernier tiers du XVe siècle et au XVIe siècle, l’Y fait fureur. On le trouve spécialement virulent dans deux contextes : en position de 2e voyelle, et en fin de mot.

La position de 2e voyelle, comme dans ay, oy, uy (au lieu de ai, oi, ui) est très puissante parce qu’elle est fréquente. Montaigne écrit ‘i’ay’ (pour notre j’ai), ‘fay’ (fais), ‘tomberay’ (tomberai), ‘quoy’ (quoi), ‘loy’ (loi), ‘moy’ (moi), ‘roy’ (roi), ‘luy’ (lui), ‘celuy’ (celui). Mais en fin de mot, même quand il ne s’agit pas d’une 2e voyelle, on trouve souvent Y : ‘Henry’, ‘icy’, ‘sorty’, ‘ny’, ‘amy’ et bien sûr de nombreux noms propres qui conserveront ce Y jusqu’à nos jours : ‘Ligny’, ‘Guy’, ‘Aubigny’ – car c’est de cette époque qu’ils le tiennent.

On s’est demandé d’où était sortie cette mode étonnante. Elle commence donc avant l’imprimerie. D’ailleurs les humanistes – dont on pourrait attendre qu’ils défendent un Y grec ! n’y étaient pas toujours favorables, loin de là. Ronsard, par exemple, était pour l’I : c’était un ennemi de l’Y. Mais dans ses livres, cette animosité n’est pas toujours respectée. C’est vrai que dans l’écriture manuscrite, on voit bien mieux la fin de mot (et donc le mot) s’il est clos par un Y souvent splendide, que par un I rabougri.

Acte 2. Hauts et bas de l’Y

Cette mode, malgré ses ennemis, a duré longtemps. Montaigne, en fin de mot, a autant de Y que de I. Quand Madeleine de Scudéry commence à publier Artamène ou le Grand Cyrus (1650), la situation est la même. Mais à la fin du siècle, avec bien sûr des variations selon les auteurs et les imprimeurs, la situation va basculer. La Bruyère publie en 1688 la 1re édition des Caractères de Théophraste, et il utilise les -y :

J’ay admiré souvent, & j’avoüe que je ne puis encore comprendre, quelque serieuse reflexion que je fasse, pourquoy toute la Grece estant placée sous un même ciel, & les Grecs nourris & élevez de la mesme manière, il se trouve neanmoins si peu de ressemblance dans leurs mœurs. Puis donc, mon cher Policles, qu’à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans où je me trouve, j’ay assez vêcu pour connoistre les hommes ; que j’ay veu d’ailleurs pendant le cours de ma vie toute sorte de personnes, & de divers temperamens, & que je me suis toûjours attaché à étudier les hommes vertueux, comme ceux qui n’estoient connus que par leurs vices ; (…)

Mais quand Pierre Bayle publie la 1re édition de son Dictionnaire (1697), la mode a passé2 :

J’avois dessein de composer un Dictionaire de fautes : la perfection d’un tel ouvrage demande que toutes les fautes, petites & grandes, y soient marquées ; car ce seroit sans doute une perfection dans un Dictionaire de géographie & dans une carte, si tous les bourgs & tous les villages y étoient marqués. Puis donc que la meilleure manière d’exécuter mon projet eut été la plus exposée aux murmures du public, car elle eût multiplié les observations peu importantes, j’ai dû conclure à l’abandon du dessein ; j’ai dû croire que, vu le goût qui étoit à la mode, il y avoit dans le plan même de mon entreprise un vice réel, que l’exécution n’auroit jamais pu guérir.

On le confirme quand l’Abbé Prévost publie les Aventures du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut (1731) : les voyelles de 2e position ou de fin de mot sont des I, et non plus des Y – devenus dix fois moins nombreux que ceux qu’ils avaient égalés. Et, en fin de mot, Alexandre Dumas, nous l’avons vu, n’a plus que des noms propres… et bien sûr le mot « y ».

Cela signifie que dans les manuscrits des écrivains du XIVe siècle, nous avons toute chance de trouver notre Y, mais que si l’on peut consulter des textes plus anciens, nous allons trouver I.

Ainsi dans la plupart des manuscrits de La Conquête de Constantinople, de Villehardouin.3

Dans son édition, Faral a suivi le manuscrit O4. L’illustration ci-dessous montre les détails nécessaires des manuscrits A et B, qui, comme on peut le voir, sont légèrement différents. Le ms. A (à gauche) utilise I : « mainte lerme / i fu ploree », tandis que le ms. B (à droite) a déjà l’Y : « maī / te lerme y fu ploree »5. Remarquez que dans les deux cas le pronom « y » est écrit collé au mot qui suit.

Acte 3. L’Y est là.

Notre mot y, comme dans j’en viens mais j’y retourne, pour sa forme est donc un résultat de la « mode de l’Y » dont on vient de parler. Tandis que d’autres mots, la mode passée, sont retournés à l’I, le pronom, comme beaucoup de noms propres, a conservé l’orthographe ornée de l’Y – sans doute afin de n’être pas trop invisible !

Nous allons maintenant conserver notre objet, mais changer le regard. Cet « y » signifie « à cet endroit », étant entendu, comme nous l’avons dit, que « endroit » peut être pris au sens réellement local, ou dans un sens beaucoup plus général de référence. Nos deux mots français « y » et « où » (deux mots d’une voyelle !) forment un couple depuis l’époque du latin.

En latin, ubi est le mot de question : Où es-tu ? et ibi le mot de réponse : J’y suis ! Les deux peuvent s’articuler dans une seule phrase avec deux propositions, auquel cas ubi devient le pronom relatif de lieu, et ibi le pronom démonstatif antécédent. Ainsi dans la réponse que César prête au chef des Hélvètes, Divico, dans la Guerre des Gaules (I, 13) :

Si pacem populus romanus cum Helvetiis facret, in eam partem ituros atque ibi futuros Helvetios ubi eos Caesar constituisset atque esse voluisset.
« Si c’était la paix que le peuple romain faisait avec les Helvètes, les Helvètes iraient à l’endroit et seraient LÀ (ibi) OÙ (ubi) César les placerait et voudrait qu’ils soient. »

En latin les deux mots sont faits avec une sorte de suffixe -bi, de même que deux autres mots, unde (« d’où ? ») et inde (« de là ») sont faits avec un suffixe -nde. Dans les deux couples de mots, ubi / ibi et unde / inde, le cœur du mécanisme, si l’on peut dire, est dans l’articulation de u- et de i-. Or, notre français en dans j’en viens provient du mot latin inde – et on le trouve en effet écrit int en 842 dans les Serments de Strasbourg le premier texte en vieux français, qui est plus exactement un texte bilingue francique et français. On y trouve aussi une forme très ancienne de « y », iv, témoignant aussi de son origine latine dans ibi.

Dans la version en langue romane, après le serment de Louis le Germanique, nous avons la réponse des hommes de Charles le Chauve, qui s’expriment chacun en leur nom. Leur serment est très contraignant, parce qu’il vise, en cas de conflit de leur prince contre l’autre, à ne pas aider leur prince contre l’autre. Ils disent à peu près : « Si Louis tient son serment à son frère [Charles, notre prince], mais que Charles ne s’y tient pas, et que je ne peux pas l’en détourner [pas détourner Charles de son erreur], ni moi ni aucun autre que je pourrais en détourner, aucune aide contre Louis je ne lui y apporterai. »

Le manuscrit des Serments de 842. En bas, les segments 4-5 du tableau :
l-int pois . ne-io ne neuls cui eo returnar

Conclusion

En français, nous savons ou sentons bien la symétrie qui unit les deux petits mots y et en : on y va et on en revient.

Mais l’un comme l’autre ont des sens plus larges, par exemple dans je n’en pense rien ou  je n’y pense jamais. En réalité, ils sont devenus comme des formes contractées de à cela et de cela. Car les verbes qui réclament la préposition de peuvent résumer leur complément avec en comme dans je me souviens d’elle : je m’en souviens. Tandis que ceux qui veulent la préposition à résument leur complément avec y comme dans je pense encore à elle : j’y pense encore.

Ainsi, pris autrefois dans plusieurs jeux de symétrie, en latin entre ubi et ibi (la question et la réponse) ou encore entre ibi et inde (j’y suis et j’en viens) , notre mot « y » est aujourd’hui devenu plutôt un élément, central mais discret, de cette complémentarité entre à et de qui structure une partie importante de la construction des phrases en français !

NOTE sur les images, et ensuite sur les manuscrits. (1) Les deux signaux au début proviennent le d’article Wikipedia Y. Mais je les a superposés, ce qui est contre-indiqué ! (2) est la couverture d’une édition récente (2018, Pocket, coll. Classiques) du roman de Dumas ; l’illustration est un détail d’un tableau de Meissonnier, Sur la terrasse. (3) est le manuel dont je parle dans le texte : Yvonne Cazal & Gabriella Parussa, 2015, Introduction à l’histoire de l’orthographe, Armand Colin, coll. Cursus. Nos auteurs consacrent un mini-dossier à l’Y, p. 157-162, mais d’autres questions qui concernent mon billet sont abordées ou discutées à d’autres endroit de leur livre. (4) Nicolas Buat & Evelyne Van den Neste, 2016, Manuel de paléographie française, Les Belles Lettres. Ce manuel, nourri de nombreuses illustrations, comporte même des exercices. Il peut se compléter du Dictionnaire de paléographie française. Découvrir et comprendre les textes anciens (XVe-XVIIIe siècle), rédigé (2016 aussi) par les mêmes auteurs chez le même éditeur. (5) Madeleine et Georges de Scudéry, 2005, Artamène ou le Grand Cyrus. Extraits choisis et présentés par Claude Bourqui et Alexandre Gefen. Flammarion, coll GF. (6) Marc Arabyan, 2012, Des Lettres de l’alphabet à l’image du texte. Recherches sur l’énonciation écrite, Lambert-Lucas. L’auteur a rassemblé, dans ce livre illustré, 18 petits essais où il étudie de façon simple comment les écritures sont des objets graphiques remarquables, et comment elles sont mises en scène.
Les trois manuscrits dont on peut voir ici de tout petits morceaux sont tous accessibles sur Gallica. A la fin de l’Acte 2, pour la Conquête de Constantinople de Villehardouin, on voit à gauche le ms. A, le BNF fr. 4972 (2e moitié du XIVe siècle), qu’on peut feuilleter ici. Notre détail est au fol. 5r. A droite, on voit le ms. BNF fr. 2137 (XIIIe siècle), qu’on peut feuilleter ici, et notre détail est fol. 55r. Enfin, le manuscrit principal de l’oeuvre de Nithard où sont copiés les Serments de Strasbourg est le BNF latin 9768, aller voir là. Sur Nithard, voir Bernard Cerquiglini, 2018, L’Invention de Nithard, Ed. de Minuit.

  1. Pour K, voir le billet du 31 mars 2019. []
  2. Déjà dans le Dictionnaire de Richelet en 1680. Mais le Dictionnaire de l’Académie reviendra là-dessus. []
  3. Le texte et la traduction sont de l’édition d’Edmond Faral, 1938 : Villehardouin, La Conquête de Jérusalem, Les Belles Lettres, vol. 1, p. 51-52, §§ 47-48. []
  4. Oxford, bibl. Bodléienne Laud. misc. 587. []
  5. La petite barre sur le I de mai en fin de ligne correspondant souvent à un N ou un M. On le voit souvent dans le manuscrit A, à gauche, par exemple à la dernière ligne chevauchiere[n]t. Cet usage a été d’abord connu, en latin, à partir du IVe siècle pour les fins de ligne. Voir le manuel classique de B. Bischoff, 1993 (1985 en fr.), Paléographie de l’Antiquité romaine et du Moyen âge occidental, Picard, p. 170-71. Dans les papyrus grecs, une petite barre au-dessus de la dernière lettre signalait simplement que le mot était abrégé ou, au-dessus d’une lettre, en signalait la valeur de chiffre. Voir par exemple les indications brèves et claires dans le manuel de Kenyon: Grederic G. Kenyon, 2019 (1898), The Palaeography of Greek Papyri, Alpha Editons, p. 32-33. La bibliographie récente sur ce sujet se trouve dans Roger S. Bagnall (ed.), 2009, The Oxford Handbook of Papyrology, OUP ; y voir l’article de Nikolaos Gonis, Abbreviations and symbols, p. 170-78. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.