Trac et pâtes

En français (mais ailleurs aussi) il faut distinguer les voyelles graphiques – ce qu’on écrit pour figurer les sons des voyelles, et ces dernières qui sont des réalités sonores. La différence est facile à voir/entendre. Nous avons d’un côté A E I O U1 : c’est graphique.

De l’autre, en français du nord, nous avons entre 13 et 16 voyelles distinctes. Pour ma part, j’en ai 14. Ce qui suit examine la différence entre le graphique et le vocal, puis décrit « mes voyelles » en partant d’exemples concrets. A la fin, je commente quelques schémas divertissants.

Acte 1. trac trec tric troc truc

TRAC : avoir le trac. Poursuivre la traque. En anglais track ‘piste’. TREC (ou TRÈC) : faire un trek, trekking (de l’anglais, mais qui l’a emprunté au néerlandais), Star trek (au Québec Patrouille du cosmos). TRIC : une trique, jouer au tric-trac. TROC : pratiquer le troc. TRUC : bidule, machin, chose, mais avec une idée de charlatanerie : truquer.

Maintenant, si l’on retire la consonne finale C, que trouve-t-on ? TRA ? drap, oui mais tra, dans tra-vailler évidemment. TRÈ : très, trait. TRI : tri, tri-, tricot. TRO : trop. TRU : dans tru-quer, tru-blion. TROU : trou – mais là comment faire ? Je n’ai qu’un seul son, mais en français il me faut deux lettres ! C’est vrai aussi pour TRON : tronc et TRAIN : train ; TRAN : trem-per, tran-scrire !

On comprend bien ce qui s’est passé. On a hérité d’un alphabet, et on a fait comme on a pu. En outre, la langue française a changé au cours des siècles, et il y a eu des réaménagements pour essayer de noter ce qu’on prononçait avec la boîte à outil assez réduite de l’alphabet.

Mais, même avec cet outil imparfait, on s’y retrouve si l’on utilise des contrastes. On entend bien, par exemple, que dans traque et trique, qui ne sonnent pas pareil, c’est le A / I qui fait la différence ; et si l’on fait lire à un francophone (et francographe) la série pas pet pis pot pou pue pan pont peint, on entend que ces 9 mots se distinguent grâce à 9 voyelles sonores – et seulement grâce à elles puisque la consonne est la même pour chaque mot et que chaque mot a un sens très différent. On voit aussi – mais cela, c’est graphique et ce n’est plus sonore, que l’orthographe de ces mots est assez compliquée : la tendance est nettement aux lettres en trop.

Que la graphie soit souvent différente quand la prononciation est la même, on le voit quand on compare faim et fin, ou bien les deux syllabes du mot enfant.

On aboutit donc à deux constats :

(1) les façons d’écrire ne sont pas un guide sûr : souvent, le même son s’écrit de façons différentes dans des mots différents.

(2) pourtant, si l’on compare la prononciation de mots différents, il est assez facile de trouver des séries de mots dont les prononciations ne se distinguent que par le son de la voyelle : ta tout ton teint, pas poux pont peint etc. C’est ce qui permet de savoir combien de distinctions sonores chacun de nous trouve indispensables pour distinguer les mots quand on parle. Et donc combien de voyelles distinctes nous utilisons dans la prononciation.

Acte 2. Moi qui vous parle

Voici les 14 voyelles que je distingue pour ma part, avec des exemples pour qu’on comprenne bien de quelles voyelles je « parle ». La 1re colonne donne le symbole de l’Alphabet phonétique international (API), la 2e propose des exemples avec la voyelle soulignée, la 3e résume ces usages graphiques.

« Mes » 14 voyelles.

Certains francophones verront que leur collection sonore de voyelles utiles est un peu différente de la mienne. Ainsi, pour ma part, je ne distingue pas les voyelles de le, de et de leur, peur, alors que certains font entendre une différence. De même, je ne fais pas de différence entre pain et un alors que certains francophones ont une prononciation particulière (notée /œ̃/ par l’API) pour les mots terminés  en -UN.

[NB : vous allez voir plusieurs symboles de l’API apparaître en plus petit, par exemple le symbole ɔ pour le ‘o ouvert’ (comme dans bol) et le symbole ɛ pour le ‘e ouvert’ (comme dans bel). C’est simplement un défaut du système d’affichage d’Open Edition.]

Mais je fais nettement la différence entre patte /pat/ et pâte /pɑt/, ce qui amuse ceux qui ne pratiquent pas cette distinction : ils croient que j’exagère, que je fais semblant ! Mais non, pas du tout : « c’est dans ma langue ! ». (voir plus loin)

A propos de voyelles qui vont par paire, on a remarqué depuis longtemps le contraste « de position » entre /o/ comme dans peau /po/ et /ɔ/ comme dans port /pɔr/ ; ou encore entre /e/ comme dans /de/ et /ɛ/ comme dans elle /ɛl/. En français d’aujourd’hui, on a très souvent /o/ et /e/, voyelles plus fermées, quand aucune consonne (prononcée) ne suit :

dos /do/, pot /po/, gros /gro/, faux /fo/, beau /bo/, tôt /to/ etc.
(bouche) bée /be/, /de/, fée /fe/, gué /ge/, les /le/, mes /me/ etc.

Si une consonne (prononcée) suit, la tendance est à une voyelle plus ouverte :

dort /dɔr/, bosse /bɔs/, (un) pote /pɔt/, hotte /ɔt/, motte /mɔt/, bol /bɔl/ etc.
bête /bɛt/, belle /bɛl/, elle /ɛl/, quête /kɛt/, dresse /drɛs/, verre /vɛr/, benne /bɛn/, aime /ɛm/ etc.

On peut trouver aussi des /ɛ/ sans consonne prononcée qui suive, mais ce sont souvent des mots écrits avec -ÈS (très, près, dès) ou -AI- (mais, frais, lait). De même on peut trouver /o/ suivi d’une consonne comme dans Beauce, mais guère avec la graphie O… sauf pour ceux qui prononcent os comme « eausse ». Il en existe, j’en ai entendu ! Quels drôles de gens !

Nous avons inventé en français les accents aigu et grave, très pratiques pour différencier é (API /e/) et è (API /ɛ/). Ce serait utile de faire la même chose avec ó (API o comme dans beau) et ò (API /ɔ/ comme dans bol.) Pour ce même problème des voyelles ouvertes ou fermées, il a existé un troisième système plutôt efficace, que les médiévistes utilisent encore : on met un point sous la lettre quand elle est prononcée fermée, mais un petit c quand elle est prononcée ouverte.

Trois méthodes pour différencier « e » et « o » selon qu’ils sont fermés ou ouverts.

Acte 2 bis nasal

Il faut dire quelque chose des voyelles nasalisées, fréquentes en français et souvent difficiles à prononcer pour les étrangers non francophones. Ces voyelles qu’on écrit ON (API õ), EN/AN (API ã) et IN/AIN (API ɛ̃).

Parce qu’elles sont absentes chez nos voisins anglo-, germano-, néerlando-, bretono-, italo-, catalano-, castillano-, basco-phones etc. (et je ne parle ici que de nos voisins les plus immédiats), nous croyons que ces voyelles bizarres sont une sorte de forteresse française, efficace contre les invasions étrangères.

Des Deori chez eux. Bordeorigaon, 2002.

Imaginez ma surprise lorsque, linguiste exploratoire dans l’Inde orientale, j’ai découvert que mes « peuplades sauvages » étaient exactement comme moi, ou moi comme elles : elles connaissaient les voyelles nasalisées. Au début, j’hésitais : était-ce moi qui rêvassais, peut-être atteint de mal du pays ? Ou bien était-ce eux, qui, voyant que j’étais gentil, décidaient de me parler comme moi ?

Chez « mes » Deori où j’ai enquêté pendant de longs mois, j’entendais qu’ils étaient même plus sérieux que les francophones parce que, presque à chacune de leurs voyelles normales, ils opposaient une voyelle qui était nasalisée – par exemple avec leur /i/, ils ont un / ĩ /, et avec leur /u/ (que nous écrivons OU en français) ils ont un / ũ /.

Bon, je ne suis pas là pour faire honte à celles ou ceux qui me lisent ! Mais enfin, les voyelles nasalisées ne sont finalement pas si rares : il n’y a pas que nous, les Portugais et les Polonais ! C’est l’avantage des voyages : au début, on est tout faraud, et on se dit qu’on va aller s’instruire chez les Sauvages. Puis, plus on voyage, et plus on se dit qu’on est assez Sauvage, nous aussi. Du reste, quand on rentre au pays, nos concitoyens sédentaires nous le font parfois sentir.

Acte 3. Graphiques amusants

Pour terminer cette histoire de voyelles de façon distrayante, je vais vous montrer des gribouillis savants.

Je reviens (je suis très dévoué) à cette triste affaire qui me rend ridicule : les deux A différents dont mes amis se moquent, et dont mes ennemis disent seulement du mal. Voici un enregistrement, héroïquement fait par moi, des phrases suivantes. (a) une paire de pattes. (b) deux pattes identiques. (c) des pattes. (d) des pâtes. (e) je vais me faire des pâtes. (f) encore des pâtes !

Il existe des machines (conçues et réalisées par des gens ingénieux) qui montrent les vibrations qui correspondent à ce que je viens de dire.

Le graphique ci-dessus correspond, à gauche du milieu aux segments (a) (b) (c), et à droite aux segments (d) (e) (f). Cela ressemble étroitement – mais en beaucoup plus petit, à ce qu’on enregistre dans un tremblement de terre. Au lieu d’enregistrer par une aiguille les vibrations du sol, cela enregistre, via un micro, les vibrations de l’air qui sortent de ma bouche. Si l’on zoome sur (a) « une paire de pattes », en l’étirant pour mieux voir, on voit ceci :

Dans la « transcription » qui accompagne le schéma des vibrations, j’ai dû dissocier les syllabes. Cela nous rappelle que le temps de la prononciation – la temporalité de l’oral, si l’on préfère – n’est pas le temps de l’écriture. L’écriture assemble et dissocie selon ses propres règles, qui sont intéressantes – et d’autant plus intéressantes quand on les compare avec les assemblages et dissociations de la parole « orale ». Ci-dessus, pour les « orthographistes » (les gens qui conçoivent la parole à travers le filtre très particulier de la norme graphique) le plus étrange est peut-être le temps relativement long qui sépare pa-ttes, à la fin.

Cette étrangeté nous porte à examiner de plus près le début du segment (b) deux pattes. Le voici sous plusieurs modes d’analyse phonétique. Ne vous effrayez pas du schéma, il n’a rien d’agressif.

En haut, nous avons les vibrations (il y en a deux parce que le système est stéréo). Au-dessous nous voyons ce qu’on appelle un spectrogramme. On voit facilement que les zones sombres correspondent aux moments où l’on a prononcé quelque chose (ce qui indique a contrario qu’il existe aussi des « vides » relatifs). Les zones sombres comme en couches superposées de bas en haut correspondent aux voyelles parce que ce sont elles qui, comme les notes de musique, produisent des vibrations organisées, avec des harmoniques. Les attaques de consonnes avec d-, p-, t- donnent ces fronts verticaux brusquement plus sombres. Mais on voit bien que pour la troisième, t-, on n’a pas de voyelle qui suit : on n’observe pas de zone sombre horizontalement striée comme pour deu- et pa-.

Comme nous sommes spécialement intéressés par la voyelle /a/ de patte, surtout pour repérer comment elle se différencie du « â » de pâte, nous allons zoomer encore plus. Vous êtes prêt(e) ?

Ce que vous avez ci-dessus est pattes dans la section (b) de l’enregistrement. On voit bien la verticale de l’attaque de la consonne /p/ à gauche, suivie des stries sombres de résonance de la voyelle /a/, puis le silence, puis le /t/ à la fin. Ceux qui ont de bons yeux voient aussi une ligne jaune (l’intensité du son) et des petits points rouges. Pour qu’on les voie mieux, je vais maintenant ôter le noir du spectre – mais, à part cette manipulation, c’est exactement la même image.

On voit donc mieux la courbe vert/jaune de l’intensité, et les points rouges. Ces points rouges sont assez bien rangés à gauche, parce qu’ils marquent les strates d’empilement sombre caractéristiques de la voyelle ; ils sont beaucoup moins rangés à droite, parce que, comme on l’a vu, il n’y a plus de voyelle à cet endroit. A gauche, on voit donc quatre rangées de points (et une cinquième tout en haut qui est un peu cachée). Ces rangées marquent ce que les phonéticiens appellent les « formants » de la voyelle. Si vous avez de bons yeux, vous voyez que l’échelle verticale à gauche le long du schéma, sur fond gris, est en Hz : 0 Hz en bas, 5000 Hz en haut. Ce Hz est le symbole ordinaire pour le hertz, qui est une mesure de fréquence. Cela signifie donc que pour cette voyelle, on repère des « fréquences favorites », et ici les rangées de points rouges nous en repèrent quatre. Les rangées ondulent un peu, d’accord, mais le programme nous calcule facilement des moyennes sur une zone donnée. Si on sélectionne une zone un peu plus courte que la durée de la voyelle (qui est ici d’environ 0,11 seconde), on obtient que le formant le plus bas (F1) est vers 640 Hz, et le second (F2) vers 1440 Hz. On est très content.

Pourquoi est-on si content ? Parce qu’on peut faire la même chose avec pâte, pour voir ! Et à la fin, dans la conclusion, je vous expliquerai pourquoi ces petites choses peuvent avoir de l’importance.

Voyons donc maintenant ce que les mêmes opérations produisent avec pâtes. Je choisis le pâtes du segment (d) de mon enregistrement, je zoome, et j’obtiens ceci.

On retrouve bien sûr les mêmes caractéristiques générales : l’attaque du /p/ à gauche, puis la voyelle /ɑ/, qui est ici nettement plus longue que la précédente : 0,16 seconde au lieu de 0,11, puis le silence, puis l’attaque du /t/ sans voyelle. Effaçons le spectre.

Pour la voyelle, nous retrouvons quatre rangées de points rouges (cette fois, la 5e n’est vraiment pas visible). Si vous comparez avec la façon dont étaient « empilées » ces rangées auparavant, vous verrez que cela a changé. Par exemple, au lieu que l’espace entre les trois premières (de bas en haut : F1, F2, F3) soit à peu près le même, ici F1 et F2 sont très rapprochées, tandis que F3 est bien plus haute. Et en effet, si l’on calcule les moyennes, on trouve ici F1 à 535 Hz et F2 à 950 (au lieu de 640 et 1440, respectivement).

Conclusion

C’est pourquoi mes amis sourient, et trouvent mes pâtes si ridicules !

Vous direz certainement : « merci bien, c’était amusant tous ces schémas, mais en fait, avec votre enregistrement, on avait déjà compris ! » Oui, c’est vrai, mais pour deux raisons. La première, c’est que l’enregistrement était fait pour cela, et rapprochait de façon presque parodique deux énoncés qui normalement ont peu de chances de se suivre. La seconde, c’est que vous êtes francophone, et que ces contrastes vous sont familiers.

Mais songez à ce qui se passe pour les étrangers non francophones, qui ne voient pas du tout qu’il y ait de quoi rire. Et inversement, imaginez que vous soyez soudain envoyé(e), par tapis volant, étudier les voyelles chez les Zombi-zombi ou les Hgvzpmf, eh bien vous auriez peut-être une idée moins arrêtée !

NOTE sur les images. Les images de spectrogrammes ont été réalisées avec le logiciel (libre) Praat. Les images de sachets ou paquets de pâtes sont de moi. La photo des Deori, aussi – je crois qu’il s’agit de gens réunis sur la « terrasse » de la maison de Byon Deuri, en janvier 2002. L’abécédaire est Mon abécédaire de la maternelle au CP, illustrations de Maud Simon, texte et conception Marie Delhoste, Ed. Thomas Jeunesse, 2013.

  1. Y est vraiment à part. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.