Tullio De Mauro

Je n’aime pas les choses funéraires, avant du moins qu’elles ne deviennent un jardin. Tullio De Mauro est mort. Et je ne sais pas parler des grands hommes de mon temps : ils sont « grands » parce qu’ils me touchent, aussi. Cela alourdit la langue.

Je ne l’ai pas connu. Mais ce n’est pas grave. Aujourd’hui personne n’a serré la main unique de Cervantès, l’une ou l’autre de Max Sebald, ni serré dans ses bras l’affectueux Anatole France. Nous nous promenons dans ce vaste jardin. Et je voudrais parler de De Mauro.

Acte 1. Eclats d’un oeuvre.

Tullio de Mauro (1932-2017) est un linguiste, un observateur très fin et un activiste très renseigné des langues. Il a été ministre de l’éducation quelques mois dans son pays, dans une rare fenêtre où les gouvernements de l’Italie donnaient la parole aux érudits actifs. Son moment d’activité me rappelle toujours ce passage au début de ‘Le Professeur et la sirène’, l’extraordinaire nouvelle de Tomasi de Lampedusa, où le narrateur explique qu’en Italie, on a une sorte de respect instinctif pour les grands savants qui connaissent l’Antiquité : ils surplombent nos morts.

Il n’a pas été longtemps ministre, parce que les gouvernants, le plus souvent, préfèrent les ministres qui vont faire gagner des voix aux élections suivantes. De Mauro, qui venait de loin, préférait voir loin.

Un de ses livres les plus célèbres est un gros livre avec des notes et des appendices qui s’appelle ‘Histoire linguistique de l’Italie unifiée’ – c’est un livre complètement italien, plein d’un savoir simple et prodigieux sur l’histoire des dialectes italiens, sur l’histoire sociale des populations italiennes, de la nation italienne. Les livres de De Mauro sont très italiens – et c’est pourquoi ceux qui nous les ont traduits en français méritent double éloge.

A travers la langue, les langues, constamment De Mauro voit les gens. C’est pourquoi un livre français tout récent qui, à travers de nombreuses collaborations, essaie de décrire l’oeuvre de De Mauro s’appelle Les Langues dans la vie. C’est aussi pourquoi De Mauro a traduit le Cours de linguistique générale, de Ferdinand de Saussure, en italien. Non seulement c’est une belle traduction, mais il lui écrit un si belle introduction que c’est cette introduction qui accompagne aujourd’hui très souvent, traduite en diverses langues dont le français, les nombreuses éditions du Cours de Saussure.

En réalité, très longtemps, les étudiants français n’ont connu le nom de De Mauro que comme ça : c’était le monsieur qui avait fait cette introduction au Cours de linguistique générale, qu’on lit dans l’édition Payot. Ce monsieur De Mauro était donc français, peut-être suisse, comme Saussure ?

Acte 2. Une vie

Non, il était italien et, par un grand bonheur, il a raconté des étincelles de son enfance et de sa jeunesse, dans deux petits livres magnifiques que Pierre Escudé vient de traduire en français. Le premier livre (2006, l’introduction est de 2003) est divisé en 46 petits chapitres, des petites nouvelles plutôt qui, chacune autour d’un mot ou d’une expression, ressuscite un épisode ou un aspect de son enfance. Le second (2012, préface de 2011), en 55 brillantes évocations de sa jeunesse, nous dresse à la fois un portrait et autre chose. L’homme (aucun homme) ne se confond pas avec son temps, mais les temps (des aspects du temps) s’illustrent à travers lui s’il sait les dire.

De Mauro est un historien de la société et de la langue italienne. Mais pas seulement. A travers ce qu’il apprenait de lui-même, avec une sensibilité qui était tout sauf l’ennemi de la clairvoyance, il manifestait qu’il fallait agir. Il a écrit de nombreux pamphlets, livres pédagogiques, articles, dont plusieurs ont été récemment (2018) réunis par Silvana Loiero et Maria Antonietta Marchese sous le titre L’Educazione linguistica democratica.

Cette caractéristique, le profond engagement, scientifique et politique, de Tullio De Mauro dans la société et la langue italiennes, l’ont longtemps « isolé » des Français, ou du moins des Français qui ne lisent pas l’italien. Mais De Mauro était un Européen convaincu, un Européen d’esprit. Son engagement italien n’était pas provincial, mais au contraire une façon de considérer que les villages valaient considération autant que les grands pays – ce qui est très différent pour l’aujourd’hui et pour l’avenir. Il n’était pas du tout un confiseur de dialectes : son respect des parlers locaux ne l’empêchait nullement de voir et de dire quelle horreur a été longtemps la misère économique et morale des campagnes.

A la fin de sa vie, il est revenu sur toutes ces questions, avec brio et beaucoup de charme, dans une discussion célèbre avec son comparse Andrea Camilleri – un des auteurs italiens les plus connus chez lui et les plus traduits à l’étranger, grâce à la verve, l’imagination puissante, et la subtilité tonale de ses intrigues policières. Pierre Escudé a traduit avec talent cet entretien des grands jours.

C’était une traduction très difficile à faire, parce que beaucoup des sujets, politiques, littéraires, historiques, qu’abordaient les deux compères étaient italianissimes. Mais le traducteur a su trouver le ton juste dans des notes en bas de page que l’éditeur a eu le bon sens de ne pas rejeter en fin de volume ! Le lecteur francophone qui ne voit pas tout de suite l’enjeu de telle réplique est donc guidé pas à pas, peut saisir le relief de telle affaire, la musique de telle histoire. De sorte que ce petit livre, grâce aux deux auteurs et au traducteur, est une « leçon d’Italie ».

Acte 3. Langue & société

Mes curiosités linguistiques ne me portaient pas vers l’oeuvre de De Mauro. Mon attirance pour les langues et la linguistique, dans mon jeune âge et ma jeunesse, étaient très « structuralistes ». C’était, comme pour beaucoup de gens, la grammaire et les mécanismes qui me passionnaient, et j’ai eu la chance de rencontrer un grand professeur, Claude Hagège, qui a su comprendre cette « passion mécanique » et la modérer, l’orienter d’une façon plus intelligente.

Encore aujourd’hui, je dois dire que je ne prends la mesure de mon intérêt pour la société des langues, les faits sociaux des langues ou les faits linguistiques des sociétés, que par contrepoint. Quand un étudiant écrit une thèse ou un article qui néglige les gens avec qui il a vécu pour découvrir la langue, quand il ne dit rien des structures sociales, des institutions, des rythmes de la vie, n’a aucune parole intelligente et sensible pour le milieu qui l’a accueilli, quand il n’a pas fait de photo, quand il n’a pas fait de croquis – je découvre que je suis horrifié. Je découvre que je pense profondément, même si l’étudiant avait fait une sorte de découverte technique, qu’il a perdu son temps. Qu’au fond il n’a rien appris.

Cette façon d’intégrer les langues et la vie, que certainement je dois à des maîtres comme André Haudricourt et Claude Hagège, elle m’est venue sans que je m’en aperçoive. Pas du tout par théorie, ni parce que j’aurais suivi des cours qui m’indiquaient ces principes, mais parce que la vie est comme ça quand on y fait attention. Il vaut beaucoup mieux, je crois, le découvrir par soi-même que dans des principes – fussent-ils universitaires. Et c’est pourquoi les générations de linguistes qui se sont formés « sur le terrain », lointain ou moins lointain, ont acquis une expérience humaine qui enrichit leur science, et inversement.

Conclusion

Or, c’est ce que j’ai vu chez Tullio De Mauro – alors même qu’il parlait de son propre pays, moins uniforme linguistiquement que la France, il est vrai.

Et c’est justement ce qui est utile pour les francophones : l’exemple ou, si l’on y tient, la spécificité italienne, qui est justement dans une diversité tout à fait irritante et séduisante pour les Français. Nous autres, nous avons vraiment tendance – malgré mille exemples criants à Paris, autour de Paris et dans diverses provinces frontalières ou non – à voir le français, le nôtre, le vrai, le pur, comme « une langue ».

Et l’on voit très bien, depuis quinze ou vingt ans, combien divers pays d’Europe qui s’estiment mal compris ou minorisés, défendent bec et ongle l’unité de leur langue comme celle de leur drapeau. Ils ne voient pas du tout pourquoi ils devraient « respecter leurs langues minoritaires » ou leurs « dialectes », comme le veut la bienveillante doxa du politically correct, alors que devant l’oubli où ils estiment qu’ils sont, le mépris où ils se voient et dont parfois ils s’abreuvent avec une désastreuse aigreur, le seul propos politique qui guide leurs dirigeants est l’obsession identitaire.

Les écrits de Tullio De Mauro, beaucoup plus qu’en France, montrent sinon des solutions, du moins une attention subtile et compréhensive à de tels problèmes – qui sont en effet ceux de l’Europe.

NOTE sur les images. (1) Tullio De Mauro, 2006, Parole di giorni lontani, Il Mulino. (2) Tullio De Mauro et Andrea Camilleri, 2017, La Langue bat où la dent fait mal, traduit de l’italien par Pierre Escudé, préface de Tullio De Mauro, avant-propos de Pierre Escudé, Ed. Lambert-Lucas. (3) Tullio De Mauro, 1970 (1963), Storia linguistica dell’Italia unita, Ed. Laterza. (4) Ferdinand de Saussure, 1972, Cours de linguistique générale. Edition critique préparée par Tullio De Mauro (trad. de Louis-Jean Calvet), Payot. (5) Marc Arabyan, Jean-Paul Bronckart et Pierre Escudé (dir.), 2019, Les Langues dans la vie. Hommage à Tullio De Mauro, Ed. Lambert-Lucas. (6) Tullio De Mauro, 2020, Les Mots des jours lointains, suivi de Les Mots des jours un peu moins lointains, traduit de l’italien par Pierre Escudé, Ed. Lambert-Lucas. (7) Tullio De Mauro, 2012, Parole di giorni un po’ meno lontani, Il Mulino. (8) Tullio De Mauro, 2014, In Europa son già 103. Troppe lingue per una democrazia? Ed. Laterza. (9) Andrea Camilleri e Tullio De Mauro, 2013, La lingua batte dove il dente duole, Ed. Laterza. (10) Tullio De Mauro, 2009, In Principio c’era la parole? Il Mulino. (11) Tullio De Mauro, 2014, Storia linguistica dell’Italia repubblicana, Ed. Laterza. (12) Tullio De Mauro, 2010 (2004), La cultura degli Italiani, a cura di Francesco Erbani, Ed. Laterza. (13) Ferdinand de Saussure, 1962, Corso di linguistica generale, introduzione, traduzione e commento di Tullio De Mauro, Ed. Laterza. (14) Tullio De Mauro, 2018, L’educazione linguistica democratica, a cura di Silavana Loiero a Maria Antonietta Marchese, Ed. Laterza.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.