La cause des femmes est à 15 h 40

La méthode qui consiste à parquer une cause noble dans une journée anniversaire, est parfois embarrassante. Je comprends bien que depuis que l’autorité des saints du calendrier chrétien a décliné, la place est libre pour de nouvelles sanctifications : c’est une façon de « squatter le calendrier ». Mais le calendrier se transforme ainsi en catalogue de (grandes) causes, et on a donc parfois l’impression d’une sorte d’agenda de la moralité. Peut-être finalement n’a-t-on fait que de changer subtilement de religion ?

J’aime bien les fêtes et ai donc une attention pour le remplissage du temps, mais sans y être attaché. Il n’est pas mauvais de les regarder passer avec intérêt : les fêtes passent, Noël, Pourim, Pâque(s), Shavu’ot, Pentecôte etc. quel magnifique jeu de cartes du temps ! et comme j’aime les histoires qu’on raconte, les fêtes sont un temps heureux, dévolu ou propice aux histoires.

Dans les pays d’Europe de l’Est, le 8 mars, journée des femmes, on offrait une fleur aux femmes. C’était un usage agréable et sérieux. Beaucoup de jeunes hommes convenables, de vieux hommes convenables, et divers personnages sans qualification particulière et qui n’en demandaient pas tant, se promenaient en ville avec une fleur à offrir, et l’offraient. L’usage n’avait rien de sexy ni de sexiste : c’était comme ça, et c’était plutôt bien. Je me souviens – comme disait Pérec.

Maintenant, le PDG de notre CNRS nous envoie un message assez embarrassé, en expliquant que ce jour-là, il y a une « action symbolique » : « comme celle de quitter son poste de travail le 8 mars à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes commencent à travailler gratuitement. » Ce sont ses mots. La phrase est si bizarre qu’on n’est pas sûr de l’avoir bien comprise : cela veut-il dire qu’après 15h40 ce jour-là, les femmes peuvent continuer de travailler sans être payées ?

Je pense que la formulation de la phrase est tellement étrange que personne ne peut affirmer en avoir saisi la pensée. Et pourquoi « 15h40 » ? Il y avait une comète, une conjonction astrologique ? Non, il doit y avoir une raison, transparente pour l’auteur, obscure pour moi – mais que la phrase n’éclaire pas. Abandonnons le sujet ; il est possible que notre PDG ne se soit pas trop relu : tant de fêtes, tant de messages, tant d’injonctions ministérielles, et tant de causes à défendre – toutes heureuses, toutes valables…

« Les femmes », qui forment non seulement la moitié d’entre nous, mais un massif sensible dans l’accession de notre temps aux libertés véritables, ont donc été traitées un peu comme la Saint Valentin. Notre PDG a fait un geste.

PS : Le passage cité est un extrait. Le message entier est ci-dessous – mais la phrase reste incompréhensible.

« Chères et chers collègues,

La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain !
Attirer plus de femmes dans les carrières scientifiques est indispensable. Leur permettre des carrières analogues à celles de leurs collègues masculins tout autant.
Nous avons déjà pris des mesures concrètes (parité dans les attributions des médailles du CNRS, promotion de chercheuses au prorata, au moins, du pourcentage de femmes promouvables).
Cette nécessaire prise de conscience passe aussi par des actions symboliques comme celle de quitter son poste de travail le 8 mars à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes commencent à travailler gratuitement.
Mais il appartient bien sûr à chacun et chacune d’entre vous de s’associer à cette démarche.
Bien à vous tous et toutes.

Antoine Petit
Président-directeur général du CNRS »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.