Le Virtuel et l’actualité

Avec, dans le texte, un ajout du 10 mai.

Les cérémonies du 8 mai, qu’on n’ose pas dire « dégradées », montrent à quel point le Virtuel, qui bombait le torse en se présentant comme le sauveur de la Civilisation « confinée », n’est qu’un ersatz.

Non pas parce que l’image serait un art mauvais. Mais simplement parce que l’art n’est pas la vie. Il n’est d’ailleurs pas fait pour ça, et quand on croit qu’il peut la remplacer, ce n’est plus « de l’art », mais une insidieuse colonisation du monde.

Plaque en haut de la Tour Eiffel.
Ici, le 25 août 1944, aux ordres du capitaine Sarniguet, les sergents Henri Duriaux, Pierre Noël, le caporal Charles Rouard, les sapeurs Marcel Conversy, André Taillefer, du régiment des Sapeurs-pompiers de Paris, ont hissé le drapeau tricolore dans la capitale encore occupée.

Acte 1. 8 mai 1945

Nous étions le 8 mai 2020. Ce même jour, voici 75 ans, la 2e guerre mondiale prenait fin officiellement. Bien sûr, cette date officielle est un tampon temporel qui est là surtout pour qu’on regarde le document qu’il clôt, ou l’histoire qu’il rassemble autour de lui. La libération de Paris, qui fut meurtrière – comme en témoignent les nombreuses plaques en ville rappelant les morts – a eu lieu entre 19 et 25 août 1944. Et les tickets de rationnement n’ont disparu que bien plus tard.

Boris III, le roi bulgare.

En Europe de l’Est, en Bulgarie, en Roumanie, en Pologne, la libération allait être différente. En Bulgarie par exemple, la mort du roi Boris III en août 1943, puis la prise du pouvoir par le parti pro-Moscou en septembre 44, avec les purges qui ont suivi, donnent à la fin de la guerre une tout autre allure. C’est seulement en septembre 1946 que le pouvoir organise un référendum qui abolit a monarchie. Il me semble que ces événements devraient, parmi d’autres, être racontés aux élèves des lycées. Ils aident à comprendre, et l’utilité des symboles, et l’importance d’étudier ce qu’ils recouvrent vraiment.

La guerre froide, le partage de l’Allemagne en 1945, avec la difficile réunion après 1989, l’effort pour une Europe unie qui allait se faire dans ce sillage, non sans arrière-pensées souvent, sont des éléments clés du monde d’aujourd’hui.

Acte 2. Aujourd’hui

C’est pourquoi on peut en effet se désoler que l’Union Européenne, pourtant vaillante sur bien des points, et attentive aux symboles, n’ait trouvé au moment « du virus » que l’idée la plus sotte : dresser les vieilles frontières.

Au journal d’Arte, le 8 mai 2020. La conservatrice du Musée, faute de pouvoir accueillir des visiteurs dans le musée, organise une expo en plein air.

On a évoqué sur Arte le cas de communes sur la frontière franco-allemande, qui ont été « coupées en deux » soudain, après des années (parfois des décennies) d’efforts de rapprochement, sans que les gouvernements (qui en France gouvernaient alors sans rien demander au Parlement) les aient consultées, bien sûr. Entre l’Alsace et l’Allemagne, ou à Constance entre l’Allemagne et la Suisse, on a vu en quelques heures reparaître les barrières de métal. Quelle honte !

Le 8 mai 2020.

Il a fallu de très longues semaines pour s’apercevoir que « la France » vivait cette épidémie avec de très fortes disparités régionales, et que le gouvernement décide enfin d’en tenir compte avec cette fracture rudimentaire entre « vert » et « rouge » (ah, Michel Pastoureau, vous auriez certainement des mots utiles à ce sujet !), mais demeure ferme et brave sur les « frontières », comme si elles étaient en l’occurrence significatives !

Des disparités du même ordre existent bien sûr en Allemagne, et dans bien d’autres pays d’Europe, dont l’Italie et l’Espagne. Pourquoi ne veut-on pas en tenir compte et, au lieu de gérer une cartographie nuancée à l’échelle de l’Europe, prétend-on arbitrairement que « nos frontières »  seraient idéales pour vaincre le virus ?!

Je suppose que c’est parce que les moyens de contrôle locaux manquent : les tests médicaux, la gestion locale, à l’échelle des Länder ou des régions ou des départements en France. La source de ce manque est bien connue : elle est dans le traitement arrogant de l’hôpital public et de la médecine publique avant l’épidémie. Rappelons-nous : les urgentistes, les médecins, les infirmiers étaient dans la rue, au long de manifestations à répétition, pour réclamer des secours. Ils avaient raison.

Ajout du 10 mai : des amis allemands me font remarquer que les propos du paragraphe ci-dessus valent surtout pour la France, car la gestion de cette crise est différente en Allemagne. En outre, un intéressant documentaire issu de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales rappelle que, fin janvier, l’Allemagne avait 28.000 lits de réanimation quand la France n’en avait que 5.000.

Est-ce qu’il aura fallu tant de morts pour confirmer le bien-fondé de leur cause, et l’importance de ne pas abandonner les biens publics ?

Acte 3. Le virtuel

Ces manifestations, que j’ai évoquées auparavant dans Caramel1, sont des biens vivants. Elles manifestaient une chaleur qui allait au-delà de la revendication elle-même. Elles manifestaient une croyance pratique dans la vertu d’être citoyen, d’avoir le souci du bien public, le goût de protéger un système médical à la française (c’est-à-dire un système social), un système éducatif à la française (aussi un système social), qui restaient, avec leurs défauts sans doute, comme des témoignages spectaculaires d’une nation attentive à elle-même.

On a essayé de nous faire croire avec ce virus que « nous sommes en guerre ». Quelle grave erreur politique ! Le soir-même de cette déclaration solennelle « gaullienne », des amis allemands m’écrivaient pour protester contre ce ton ampoulé et cette allusion trop palpable à la « vraie guerre ». Justement, par bonheur, nous n’étions PAS en guerre. Nous étions amis, au-delà des anciennes frontières que nos enfants et nos étudiants traversaient avec joie. Quel désastre, réel et symbolique, de les voir soudain reparaître !

Depuis, on a installé en France (moins en Allemagne) ce « confinement » oppressant. Les citoyens français, qu’on n’a pas consultés, ont bien voulu jouer le jeu. D’une part parce qu’on cherchait à leur faire peur (mais une politique qui s’appuie sur la peur est toujours détestable), d’autre part parce qu’ils comprenaient, quand on expliquait cette affaire « d’aplatir la courbe », qu’il fallait en effet que les soins soient étalés dans les semaines à venir si l’on voulait qu’ils soient plus efficaces. C’était concret. On était d’accord avec cet aspect concret des choses.

Mais tous ces efforts « virtuels », par écrans interposés, ont fini par devenir comme le symbole des aspects troubles de cette crise. Est-ce que la démocratie, qui semble se satisfaire d’interdire par décret les rassemblements, est meilleure « virtuellement » ? Est-ce que les classes d’élèves « dégradées », avec une partie des élèves, et lesquels, sont meilleures ? est-ce que les réunions « dégradées » entre collègues, où l’on ne se voit plus, ne se touche plus, vont désormais passer pour « la vraie vie », la « nouvelle norme » ? La « distance sociale » serait-elle comme l’affabulation grotesque du modèle de société qu’on nous propose ?

Conclusion

Excusez-moi. Caramel intervient rarement dans l’actualité. Parce que son rôle est de dire autre chose. Ce n’est pas du tout parce que le langage et les langues seraient indifférents à l’actualité, bien au contraire. Le « slogan » (un mot celtique, soit dit en passant) de Caramel fait appel au « monde contemporain ».

Le rôle de Caramel, c’est justement de montrer que le « passé » (les nombreux passés) et le « présent » (les nombreux présents) sont étroitement dépendants, et peuvent amicalement dialoguer.

D’ordinaire le moyen de montrer ce dialogue à travers le temps, n’est pas d’attirer l’attention sur l’actualité. Cette fois, j’ai pensé que si.

NOTE sur les rares images. (1) est extrait des images du Journal d’Arte, le 8 mai 2020 au soir. (2) est expliquée dans sa légende. Elle provient de l’article Wikipedia ‘Libération de Paris’. (3) est un portrait officiel de Boris III (1894-1943) qui provient de l’article Wikipedia sur ce tsar. (4) est extrait du même journal que pour (1). (5) provient du site lemonde.fr, le 8 mai. (6) est un détail d’une photographie de la manifestation du 16 janvier 2020. (7) est l’article slogan dans Walter W. Skeat, 1965 (1882), A Concise Etymological Dictionary of the English Language, Oxford, Clarendon Press.

  1. Le 14 février dans ‘La Concurrence et la science‘, le 29 janvier dans ‘Protéger les services publics‘. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.