Roland sans Roncevaux

Quand je suis retourné en Sicile, en février, une raison était les marionnettes. C’est un art plein d’intérêt, mais à bout de souffle même en Sicile. La prochaine édition du Festival international des marionnettes, à Charleville, sera en septembre 2020, et j’espère qu’elle aura lieu.

L’art des marionnettes est répandu dans de nombreux pays du monde, sous des formes diverses bien sûr, comme on peut voir à Palerme au Musée Pasqualino.

Mais ce que je voudrais raconter aujourd’hui, c’est le paladin Roland.

Acte 1. Roland à Roncevaux.

Pour les Français, le paladin Roland est celui qui, avec son ami Olivier, est mort au col de Roncevaux avec l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne. Cerné par l’ennemi, avant de mourir il a essayé de briser son épée Durandal. Et avec ses dernières forces, assis contre le tronc d’un pin, il a soufflé dans son cor pour avertir Charlemagne. Il en est mort.

Le comte Roland est couché sous un pin
Il a tourné son visage vers l’Espagne.
Il se prit à se souvenir de bien des choses,
De tant de terres qu’il avait conquises en baron,
De la douce France, des hommes de son lignage,
De Charlemagne son seigneur, qui l’avait nourri.

Cette histoire est très célèbre1, mais pas depuis si longtemps. Elle est racontée dans la Chanson de Roland, qui est un poème en ancien français, de 4000 vers à peu près. On a retrouvé dans les années 1830 un manuscrit ancien, du milieu du XIIe siècle, et dont on pense qu’il porte un texte composé vers la fin du siècle d’avant, vers 1080. Avant les trouvailles de manuscrits, c’était qui, Roland ?

Dans cette Chanson de Roland, qui n’est pas tellement une chanson, Roland est un des princes qui font la guerre pour Charlemagne. Comme Charlemagne est un empereur franco-allemand, on est surpris de voir que Roland a fait l’essentiel de sa carrière dans le Sud.

Un Sarrasin.

Acte 2. Roland est en voyage

Dans un récit en latin du XIIe siècle, attribué (faussement) à l’archevêque de Reims Turpin, l’aventure espagnole prend des allures de propagande. Charlemagne conquiert (à peu près) l’Espagne et exalte Compostelle. On en déduit que la cité du pèlerinage aimait la publicité. Mais en allant, Roland trouve des compagnons nouveaux, par exemple Rodomont et Astolphe, qui à vrai dire porte souvent le nom bizarre d’Estultus. Et surtout, on a inventé l’épisode fabuleux du combat entre Roland et le géant babylonien Ferracutus ‘fer-aigu’. Roland réussit à le vaincre. Ouf.

Une des pistes d’entrainement favorites pour les récits de paladins devient au XIVe siècle l’Italie du nord2. On a retrouvé une épopée franco-vénitienne (mais oui !), l’Entrée d’Espagne, qui est en deux parties3. La première se passe en Espagne. Mais comme Roland, après avoir vaincu le géant, est allé conquérir la ville de Noble sans demander la permission de Charlemagne, ils se fâchent. La seconde partie raconte les voyages de Roland à travers le monde, plus ou moins inspirés de Marco Polo – mais, c’est dommage, une partie de ce voyage manque dans le seul manuscrit de cette histoire.

Traduction de Lesage, 1717.

Il existe aussi des versions vraiment en italien. Et c’est de là que Boiardo tirera la matière de son grand roman en vers, Orlando innamorato ‘Roland amoureux’, au XVe siècle. A cette date, Roland (Orlando) est un paladin dans un monde plein de fontaines magiques, de magiciennes, et de femmes superbes. C’est un roman avec beaucoup de femmes, y compris guerrières en armures, et elles ont un rôle essentiel.

On pourrait dire que c’est un monde à trois étages. En bas, les plus bêtes sont les paladins qui ferraillent les uns contre les autres et sont amoureux sans manières. Au milieu, il y a les femmes qui tirent les ficelles mais sont souvent amoureuses aussi. En haut, c’est moins clair : il y a l’empereur Charles et son rival mahométan, mais ils se ressemblent beaucoup, et peut-être quelques magi-ciens et -ciennes assez sagaces. L’intrigue générale, le conflit entre les bons chrétiens et les méchants païens, a disparu dans le décor.

Acte 3. Roland furieux, Roland guéri.

Au début du XVIe siècle, un grand génie reprend toute cette matière, s’appuie sur ces personnages et ces intrigues ébouriffées, et en fait un chef d’œuvre, l’Orlando furioso ‘le Roland furieux’4. L’Arioste (c’est lui, le génie) décide que la plus belle femme du monde, qui est Angelica, fille de l’empereur de Chine, et dont tous les paladins sont amoureux, va tomber amoureuse d’un vague soldat sans gloire qu’elle a trouvé blessé sur un champ de bataille. Il s’appelle Médor5.

Le centre de Palerme, 1896.

Angélique et son Médor sont très amoureux. Médor écrit sur tous les troncs de la forêt où il est en convalescence (tous deux ont été recueillis par un couple de bergers) leurs noms enlacés, plus un poème en arabe. Car Médor est arabe, ce qui ne l’empêche pas de comprendre Angelica, qui parle peut-être en chinois. Roland est comme tout le monde amoureux d’Angélique, mais comme il est le grand Roland, il est amoureux en grand. Passant par là, il tombe sur les troncs inscrits, les noms enlacés. Il devient fou furieux, se met tout nu, déracine les arbres, et fait mille folies.

Dans le roman de l’Arioste, il sera plus tard guéri par Astolphe qui est allé chercher dans la Lune, avec l’aide de saint Jean, l’esprit évaporé du paladin. Il réussira à remettre l’esprit à sa place, non sans mal. Cette intrigue, que bien sûr j’ai beaucoup résumée, a un succès fou. On en a fait des pièces de théâtre, des chansons, des opéras pendant tout le XVIIIe siècle. Vivaldi en a fait au moins trois sur ce thème6.

Si le roman était plutôt pour des lecteurs instruits, cependant l’intrigue, les personnages, les détails amusants ou sentimentaux vont nourrir une quantité incroyable de spectacles de rues. Au milieu du XIXe siècle, Giusto Lo Dico écrira en reprenant tout ce « matériau » la Storia dei paladini di Francia, long roman populaire, ensuite allongé par son éditeur à Palerme, qui est la source majeure de tous les scénarios de marionnettes qui ont trait à Roland – et je peux vous dire qu’il y en a beaucoup.

Conclusion

Si vous êtes d’esprit chagrin, vous allez vous formaliser : « comment, direz-vous, notre Roland à nous, mort héroïquement le cor aux lèvres, en appelant son maître, est devenu le fantoche de ces dames, un joujou un peu fou, et guéri dans la Lune ! Quelle décadence ! »

Excusez-moi, mais la décadence, comme le dit le mot, c’est de tomber de haut en bas. Or, quand Astolphe va dans la Lune (et bientôt Cyrano suivra), ce n’est pas déchoir. Et quand ce brave Roland retrouve ses esprits, dans l’opéra de Vivaldi (en 1727), ou dans celui de Haendel (en 1733), sa première pensée est pour encourager les amours de Médor et d’Angélique.

NOTE sur les images. (1), (4) et (10) sont des marionnettes du Museo Pasqualino, à Palerme. la marionnette en (1) figure Charlemagne, celle qui est en (4) figure un sarrazin. (2) est un tableau de Gustave Doré illustrant le mort de Roland. Il se trouve dans un collection particulière à Paris (j’ignore laquelle), et est reproduit dans l’article Wikipedia ‘Roland‘. (3) est le texte du manuscrit Digby 23 (Bibliothèque bodléienne, Oxford), édité et traduit par Gérard Moignet, Bordas, 1969. (5) l’épopée franco-vénitienne, dans l’édition d’Antoine Thomas (voir la note 3) a été republiée avec une introduction par Marco Infurna, à Florence chez Olschski, en 2007 en 2 vols. (6) les œuvres de Matteo Boiardo et de Ludovico Ariosto ont eu un succès prodigieux en Europe. Est figurée ici l’édition moderne, par Denise Alexandre-Gras, 2001, du Roland Amoureux, la traduction de l’oeuvre de Boiardo par Alain-René Lesage, très connu pour son roman Histoire de Gil Blas de Santillane (1715-1735). L’ouvrage a été publié aux Publications de l’Université de Saint-Etienne, qui ont choisi pour la couverture un tableau familier aux lecteurs de Caramel. (7) est un détail de Médor & Anélique, 1716, de Sebastiano Ricci, conservé au Musée Brukenthal de Sibiu (Roumanie). Les représentations d’Angélique avec Médor en train d’écrire sont très nombreuses. Il en existe au Louvre. (8) est un détail du plan du centre de Palerme, dans le Guide Baedeker Italie méridionale, 1896. (9) est la couverture du tome XI, édité par Felice Cammarata, de la Storia dei Paladini di Francia, Celebes Editore, 1971, Trapani (Sicile).

  1. La Chanson de Roland indique que les ennemis sont les Sarrasins, c’est-à-dire les musulmans. En fait, les annales historiques du temps de Charlemagne ou ensuite montrent que Charlemagne, en 778, était allé aider le gouverneur de Barcelone, Yaqzan ibn al-Arabi, en révolte contre Abd er-Rahman, l’émir de Cordoue. []
  2. On peut consulter Aline Laradji, 2008, La Légende de Roland. De la genèse française à l’épuisement de la figure du héros en Italie, L’Harmattan. []
  3. L’édition du texte par Antoine Thomas, 1913, en deux volumes, se trouve sur Gallica. []
  4. On trouvera des indications sur la façon dont ce roman est fait, ainsi qu’un résumé détaillé de l’intrigue, dans ‘Combattre l’Arioste: le plan du Roland furieux‘. []
  5. En France de nos jours, Médor est un nom de chien, même si en réalité on ne le donne plus beaucoup aux chiens ; c’est donc un nom « emblématique ». C’est un nom de chien au moins depuis le célèbre Médor de la révolution de 1830. Lors des Trois Glorieuses, que célèbre la Colonne de Juillet sur la place de la Bastille, il y eut plusieurs assauts populaires pour entrer au Louvre, qui communiquait avec les Tuileries où logeait le roi. L’un des assaillants fut tué, fut enterré au bout de la colonnade du Louvre avec les morts de la journée. Et son chien, inconsolable, resta là. On lui fit des chansons ; voir par exemple ici et l’épisode de Karambolage qui lui est consacré. []
  6. J’ai traité la question des remaniements de l’intrigue de l’Arioste, quand elle venait aux mains des librettistes, dans ‘Orlando et les livrets d’opéra‘. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.