Les mots petits vieux

En mémoire du prince de Ligne

Julien Vinson (1843-1926), dont la famille était installée à Pondichéry, fut un linguiste enthousiaste, et l’introducteur de la langue tamoule aux Langues’O. Il a rédigé et publié en 1903 un manuel de cette langue, et dans l’introduction1 il dit ceci :

« A en juger par les mots les plus simples de leur vocabulaire, ces populations dravidiennes étaient relativement peu civilisées ; elles avaient un langage assez pauvre et probablement monosyllabique, car il est remarquable que les mots les plus importants n’ont qu’une syllabe, (…) :
âl ‘homme’, péṇ ‘femelle’, vây ‘bouche’, kai ‘main’, kâl ‘pied’, mûk ‘nez’, il ‘maison’, ‘feu, mal’, nîr ‘eau’, â ‘vache’, pâl ‘lait’, âr’ ‘rivière’, ‘roi’ (…) »

On ne peut pas soupçonner Vinson d’avoir méprisé les Tamouls, dont il fut au contraire en France le soutien constant ; ni leur langue, qu’il enseigna à partir de 1879 et jusqu’à sa mort.

Les grands responsables de ces sottises sont deux philosophes allemands, Hegel et Wilhelm von Humboldt2. Car à cette mesure, nos voisins anglais, avec man, girl, mouth, hand, foot, nose, house, fire, cow, milk, king – monosyllabes tout aussi « primitifs » pour la plupart des mots cités plus haut, seraient très tamouls, ou les Tamouls très anglais. Il est clair que beaucoup de langues d’Extrême-Orient (mais le japonais pas du tout) ont un penchant pour les monosyllabes, tandis que les Inuit du grand Nord ont des mots qui font des kilomètres et gagneraient certainement le concours de civilisation, s’il fallait suivre le critère de Julien Vinson.

Or, Julien Vinson était loin d’être bête. Comment a-t-il pu imaginer un critère aussi … primitif ? C’est qu’on croyait que les langues du monde actuel témoignaient très bien des étapes du passé : oui, certaines avaient disparu (comme l’étrusque ou le gaulois), mais qu’en somme la diversité du monde d’aujourd’hui était une image satisfaisante de l’histoire du genre humain. C’était une erreur profonde – encore très répandue de nos jours. Car il faut s’y résigner : l’immense majorité des langues qui furent un jour parlées a disparu corps et bien depuis longtemps. Le fait que des centaines de langues continuent de s’effacer de notre temps, cela devrait nous rendre ce fait plus sensible et plus évident, au lieu de l’occulter.3

Or, si vous croyez que les langues d’aujourd’hui témoignent authentiquement du monde d’hier, un critère limpide est de croire que les petits mots sont plus anciens que les grands, et que les langues qui sont pleines de petits mots sont plus anciennes que les autres.

D’où peut-on sortir cette idée ? Eh bien, du fait que les mots composés (comme chauve-souris ou même bibliobus) ou dérivés (comme composés < posés, authentiquement < authentique) sont nécessairement plus tardifs que les éléments dont ils sont composés. Malheureusement, cela n’est pas vrai toujours, et il existe une grande quantité de mots dont on ne peut pas prouver qu’ils sont faits à partir d’autres, comme un jeu de construction.

C’est vrai que si l’on veut « composer » et « dériver », on va forcément le faire à partir d’éléments plus courts, mais cela ne prouve pas que tous les mots soient faits de cette façon. En outre, cela ne prouve pas que l’élément de base soit « très ancien ». En français nous avons bluffant, qui est clairement fait sur bluffer, et celui-ci sur bluff, qui est – via la mode du poker – emprunté à l’anglais vers 1840.

Maintenant, vous vous demandez sûrement avec impatience : D’accord, d’accord, mais que vient faire cette épigraphe (doit être comme une sorte d’épingle sur la cravate verticale du billet de carnet ?) au prince de Ligne ? Il était tamoul ?

Non, il n’était pas tamoul. Mais, pour rembourser une dette de jeu (entre autres activités fort diverses), il avait composé un poème en monosyllabes, assorti d’une lettre également monosyllabique. Je résiste à l’envie de vous le ou la ou les citer entiers, seulement le début du poème4 :

Tous les cœurs sont à vous, mais mon or est à moi,
Si je le perds tant pis, mais du jeu c’est la loi.
Quand on en sait si long, on en sait trop je crois
(…)

N.B. Toutes les photos illustrant ce billet ont été prises à Mahabalipuram en février 2018.

  1. Julien Vinson, 1903, Manuel de la langue tamoule, Imprimerie Nationale, Ernest Leroux. La citation est p. XX. []
  2. Voir ‘Les Premiers temps de la typologie linguistique à https://www.academia.edu/12521253/. Georg W. F. Hegel (1770-1831) a répandu une théorie selon laquelle l’humanité passe par des stades progressifs, mais que beaucoup de peuples restent en arrière dans la course au progrès. C’est le fondement du colonialisme. Dans son idée, les Chinois, qui parlent une « langue monosyllabique » sont les plus primitifs ; les Turks sont un peu moins sauvages ; et au sommet de la pyramide, on trouve les Allemands blancs et chrétiens, surtout s’ils ne sont pas catholiques comme les gens suspects du Sud de l’Europe. Wilhelm von Humboldt (1767-1835) répandit ces notions chez les linguistes européens en en faisant des stades de la morphologie linguistique. []
  3. Cela ne signifie pas que les causes de la disparition des langues aient été uniformément les mêmes. Voir ‘Les langues qui meurent’ à https://www.academia.edu/38004601/ []
  4. Charles-Joseph Prince de Ligne. 2006. Oeuvres. Edition présentée par Roland Mortier. Editions Complexe, vol. III, p. 369-71. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.