La méthode globale et le détective

Pour Pauline

Une agence de presse à Londres reçoit, le 27 septembre 1888, une lettre à l’encre rouge signée Jack the Ripper ‘Jack l’Éventreur’. Attention : to rip « déchirer » doit être prononcé ‘rip’, tandis que ripe « mûr » doit être prononcé ‘raïp’. C’est absurde : on ajoute à la fin une voyelle qui ne se prononce pas, mais cela change celle qui se prononce. Comme si, en priant saint Modeste, c’était saint Pompon qui répondait.

Lançons nos détectives sur ce coup tordu.

Acte 1. Schmilblick

L’Education nationale, les enseignants, les parents, les savants, ont été troublés pendant des lustres, en France cette fois, par l’Affaire de la Méthode globale. J’avance avec prudence car le feu couve encore sous la cendre.

En substance, devant un apprentissage de la lecture strictement syllabique B A BA, on avait remarqué que la méthode, efficace pour caramel, l’était moins pour est. Et aussi qu’en pratique certains mots étaient assez vite ‘photographiés’ par le lecteur, qui ne les analysait plus ensuite à chaque fois, au risque de prendre des vessies pour des lanternes et sexagénaire pour autre chose. Des « extrémistes » en avaient retiré qu’analyser les mots était une offense à l’enfance, et que chaque lecteur était un photographe. Le débat avait rebondi.

Il est clair qu’il est important de pouvoir analyser les mots écrits, parce que c’est le seul recours au téléphone, pour schmilblick1 ou Dwight Eisenhower. En français, où l’orthographe est royalement méprisante à l’égard de la prononciation du peuple, il est prudent de ne pas croire que ça se prononce comme ça s’écrit.

Karambolage nous indique l’inventeur du Schmilblick.

L’Affaire est donc beaucoup celle de l’orthographe, car ces avanies de la Méthode globale ne semblent pas avoir touché l’enseignement du castillan ni de l’italien – qui s’écrivent (à peu près) comme ils se prononcent. Alors, nous aurions aussi rip qui est ‘rip’ et ripe qui est ‘raïp’ ?

Sherlock parmi les cornues.

Acte 2. Hélas !

Oui, presque la même chose, puisque nous avons bon mais bonne. Avec l’Alphabet phonétique international2 : bon /bõ/ s’oppose à bonne /bon/ : là où bon a une voyelle nasalisée mais pas de /n/, bonne a le /n/ mais pas la nasalisation3. Historiquement l’orthographe est utile, car bon avait autrefois un /n/ à la fin et c’est lui qui, en position finale, a provoqué la nasalisation de la voyelle, avant de disparaître. En revanche, bonne, autrefois écrit bone, a effectivement eu deux syllabes (bo-ne), de sorte que le /n/ n’était pas en position finale et n’a donc pas produit de nasalisation ; quand le /e/ final a disparu, ce /n/ est resté. Le schéma suivant marque l’évolution des prononciations, pas celle de l’orthographe, qui a très peu évolué.

Modeste et Pompon.

bon > bõn > bõ
bo-ne > bone > bon

Ce sont en effet des phénomènes affectant la syllabe suivante (aujourd’hui disparue) qui expliquent la différence actuelle, et c’est une orthographe aujourd’hui artificielle qui nous guide (en biais !) vers la prononciation réelle. Comme dans le rip / ripe anglais. Dans aucun des deux cas, ni en anglais ni en français, on ne peut considérer que l’orthographe actuelle ne guide le lecteur qui se bornerait à déchiffrer chaque lettre, ou chaque syllabe.

Les enseignants doivent donc faire remarquer aux enfants que ON se lit souvent /õ/, et c’est ce qu’ils font4. Ce dernier exemple – enseigner la prononciation de « groupes de lettres » – montre une solution astucieuse, qui est à mi-chemin du B+A BA et du « global ». Ce n’est pas « global » puisque cela concerne des parties des mots, mais ce n’est pas non plus alphabétique au sens où deux lettres correspondent à un seul son.

Ce n’est pas vrai que pour ‘on’. De nombreux groupes de lettres doivent être abordés de la même façon : ‘ai’, ‘eu’, ‘en’ et ‘an’ et ‘aon’, ‘in’ et ‘un’ et les variantes avec ‘m’ devant ‘p’ par exemple. D’autres sont plus délicats, ainsi ‘gn’ (autrefois ‘ign’5 ) et ‘ill’ qui est tantôt comme dans bille et tantôt comme dans ville. Dans presque tous ces cas, les enseignants doivent montrer qu’il s’agit de groupes figés, à ne pas analyser lettre par lettre. Et ces figements correspondent en réalité à des prononciations anciennes  dont l’orthographe a, si l’on veut, refusé de prendre en compte l’évolution.

Whitechapel, le quartier de Londres où Jack l’Eventreur sévissait, était dans les années 1880 un endroit misérable où les plus démunis essayaient de se loger. On y trouvait de nombreux immigrants, beaucoup d’Irlandais fuyant la famine, et de juifs venus d’Europe et de Russie qui fuyaient les pogroms.

Acte 3. Conciliation

S’est ajoutée, à la Renaissance, parfois un peu avant parfois un peu après, la tendance à « corriger l’orthographe » quand on la jugeait peu respectueuse du latin. Ont été alors réintroduites, à partir de l’orthographe du latin des livres, de nombreuses lettres qui n’ont jamais été prononcées ! Ainsi pour : compté, conté, comté.

L’orthographe est un champ idéologique, destiné pour une part à montrer qui est instruit et qui ne l’est pas. Un de mes maîtres, André Haudricourt (1911-1996), un anthropologue et linguiste français, soulignait que l’orthographe était surtout faite pour afficher la « distinction » de ceux qui sont allés à l’école ; un autre grand personnage, Robbins Burling, professeur d’anthropologie et linguistique aux Etats-Unis, m’a dit avoir eu toute sa vie des problèmes avec l’orthographe (anglaise), et il a fini par écrire un livre6 sur le sujet !

Certains linguistes méprisent l’orthographe, car les langues sont d’abord orales, et la majorité d’entre elles ne sont jamais écrites. Les linguistes qui s’intéressent à l’histoire des langues et donc des prononciations sont au contraire attentifs aux traces écrites, pour ce que l’orthographe peut révéler du passé. Enfin, les enseignants qui sont chargés de l’enseigner ne trouvent pas du tout agréable qu’on la méprise !

J’avais utilisé ‘Jack the Ripper’ en introduction, à cause d’un exemple frappant, si j’ose dire, de « métagraphie ». Les linguistes appellent métaphonie ce qu’on appelle Umlaut en allemand, mais qui existe dans de nombreuses langues : une voyelle dans la syllabe 2 a modifié la prononciation de la syllabe 1, et a pu disparaître ensuite, de sorte que la seule trace de cette ancienne voyelle 2, c’est la voyelle modifiée 1. Par exemple, en allemand le pluriel de Fuss ‘pied’ est Füsse ‘pieds’. Ce -e final, autrefois un -i final, est la cause du passage de -u- à -ü-. La voyelle finale -e se voit et s’entend encore. En revanche en anglais, où le pluriel de foot ‘pied’ est feet ‘pieds’, la voyelle finale a complètement disparu (Voir la Note technique).

Conclusion

Le manuscrit unique du Beowulf en vieil-anglais : au bout de la 1re ligne, tronquée, la plus ancienne attestation du pluriel bizarre ‘feet’ !

En comparant anglais et allemand, et en étudiant les vieux manuscrits qui nous ont transmis des textes en vieil-anglais et en vieil-allemand, les linguistes ont réussi à comprendre ce mécanisme. Pourtant, à ne regarder qu’une langue aujourd’hui, par exemple l’anglais, ou l’allemand, il n’en reste que des traces. On a trouvé quand même. On a retrouvé la syllabe aujourd’hui disparue, et dont l’existence autrefois explique les faits actuels.

Souhaitons que les mystères du présent puissent être résolus. Souvent, c’est une attention astucieuse aux faits passés qui explique les choses. Et qui évite d’accuser les faux coupables : laissons vivre les pangolins !

L’histoire vraie de Jack the Ripper a provoqué de nombreux essais, nouvelles, films. Un des premiers films sur cette histoire abominable met en jeu Sherlock & Watson, de façon apocryphe, A Study in Terror (1965), en français Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur. Ce n’est peut-être pas un monument du cinéma, mais c’est un des tout premiers films où apparaît Judi Dench.

NOTE TECHNIQUE, pour les lecteurs qui veulent des détails.

Je ne veux pas dire que l’opposition, en anglais actuel, des mots écrits en -i+consonne /i/ et d’autre part les mots écrits en -i+consonne+e /ay/ (comme rip, kit, bit, lit, din, fin, Tim en face de ripe, kite, bite, dine, fine, time) possède la même origine ou la même histoire que celle du français bon et bonne. Je veux dire que graphiquement (c’est ce qui est en jeu dans l’apprentissage de la lecture) le problème est le même entre rip / ripe et bon / bonne : c’est la partie non prononcée, à la fin du mot, qui doit être lue pour que l’on sache comment se prononce le début.

Dans le cas de bon / bonne, la nasalisation de la voyelle de bon en /bõ/ résulte du -n final qui ensuite a phonétiquement disparu (mais est resté dans l’orthographe). Quand le /n/, au lieu d’être final, commençait la syllabe suivante, comme dans bonanniversaire (sic !) ou autrefois bonne dissyllabique (comme il l’est dans les parlers méridionaux), alors le /n/ ne « colorait » pas la voyelle précédente, et il est par ailleurs resté prononcé. Le fait que, dans une chaîne sonore, un son (un phonème) provoque la modification d’un phonème précédent est un fait fréquent : les organes phonatoires du locuteur anticipent la 2e syllabe dès le moment de la 1re, de sorte que celle-ci se trouve modifiée. Il arrive que cette modification devienne significative : comme dans bon, marquant le masculin, ou dans Füsse (ou feet) marquant le pluriel.

Dans le cas du mot pour ‘pied’, la question est compliquée. Il semble qu’à une date très ancienne, le mot était athématique, c’est-à-dire qu’il se terminait par /t/ ou l’équivalent. Mais dans les langues germaniques les locuteurs en ont changé la formulation pour l’associer plus facilement aux terminaisons de la déclinaison. En gotique (langue aujourd’hui disparue), le mot était fōtus, avec un suffixe qui permettait de le ranger dans une classe de mots facile à utiliser ; en vieil-allemand, on l’a rangé avec les mots à suffixe -i, et c’est pourquoi le pluriel a été en -i, puis en -e dans la norme allemande moderne ; en vieil-anglais, c’est moins clair car le pluriel est fēt (feet) depuis longtemps (Beowulf, v. 745. Ms Cotton Vitellius A XV, 149r.), mais on constate un effet analogue à celui qu’atteste le vieil-allemand.

NOTE sur les images. (1) provient de la page Wikipedia anglaise consacrée à cette lettre. (2) est un détail de la page Q de Mon Abécédaire de la maternelle au CP, Thomas Jeunesse, 2013, illustrations de Maud Simon, texte & conception de Marie Delhoste. (3) est un cliché extrait du montage présentant Pierre Dac et son schmilblick, pendant le Karambolage du 5 avril 2020 (5’ 28’’). (4) est un détail d’un photogramme (16′ 01 ») du film décrit plus loin. (5) Modeste & Pompon sont des personnages créés naguère par Franquin en 1955 dans le Journal de Tintin ; la série, poursuivie par d’autres auteurs, a eu une longue histoire. A ma connaissance, ils n’ont jamais été sanctifiés. (6) est une des intéressantes illustrations d’époque fournies sur la page Wikipedia française pour ‘Jack l’Eventreur‘. Elle a été publiée das le Illustrated London News du 13 octobre 1888. (7) Le prestige du français en Russie a longtemps survécu à la clôture du régime. En témoigne par exemple, rédigé entièrement en excellent français et publié à l’intention des étudiants en Russie : N. A. Chigarevskaïa, 1982 (1973), Traité de phonétique française, Ed. Vysshaya Shkola. (8) Le seul passage du (seul) manuscrit du Beowulf, où se trouve (coupé en fin de ligne, mais le ‘e’ est assez net, le ‘o’ est très peu probable) la graphie fe[t] dans le passage fēt ond folma ‘pieds et mains’, mais la longueur des voyelles n’est pas notée dans le manuscrit, et le ond ‘et’ est abrégé en un L la tête en bas. L’image (ici un détail) vient de l’accès en ligne au ms. Cotton Vitellius A XV, procuré sur le site de la British Library. (9) James Hill, 1965, A Study in Terror (en fr. Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur), avec John Neville jouant Sherlock, Donald Houston pour le Dr. Watson ; Judi Dench jouait Sally Young.

  1. Sur ce thème, on doit renvoyer au Karambolage du 5 avril 2020  – disponible jusqu’au 20 mars 2023. On y apprend que ce mot est au départ une création de l’humoriste Pierre Dac, en 1950, qui descend d’une famille juive d’Alsace. D’autres attirent l’attention sur Peter Schlemihl, l’homme sans ombre du roman de Chamisso – mais c’est aussi un terme yiddish. []
  2. Pour la lisibilité, je triche un peu puisqu’il s’agit de ‘o ouvert’. []
  3. On me fait remarquer que cela n’est vrai que dans les mots isolés, comme je fais ici, car dans bon anniversaire, on retombe dans le cas d’un /n/ non final. Oui : merci Anne ! []
  4. La réalité pédagogique est plus variée, parce qu’on observe diverses pratiques entre l’observation explicite du ON = /õ/, qui souffre des exceptions comme on a dit, et le recours à des mots-exemples ou ‘modèles’, qui permettent aux enfants de trouver leurs marques. []
  5. On a écrit montaigne avant d’écrire montagne, et campaigne avant campagne. []
  6. Robbins Burling, 2016, Spellbound: Untangling English Spelling. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.