Langage, langue, dialecte

Quelle est la différence ? ‘Langage’ oriente vers l’abstrait : la capacité de s’exprimer. On peut concéder aux animaux un langage ou décider qu’il y a un ‘langage des fleurs’… mais cette fois il s’agit plutôt d’un code.

Une langue, c’est humain. Elle permet de communiquer, y compris avec soi-même. C’est un arsenal sonore, assez complexe et plein d’histoire(s)1 – qui dans quelques cas a pris une forme écrite. Les langues humaines sont anciennes (plus de 100.000 ans) tandis que les écritures sont récentes (6.000 ans). L’immense majorité des langues n’a jamais été écrite2.

Et les dialectes ?

G. Meli nota des fables dans son parler de Sicile. Ici, une édition en sicilien avec traduction en italien.

Acte 1. Dialecte et langue

Dialecte est une notion ambiguë. Ce qui est réel, ce sont les façons locales de parler, les parlers locaux, qui diffèrent parfois sensiblement d’un village au suivant. Quand on dit ‘sensiblement’, cela signifie qu’on peut s’en apercevoir, et donc qu’on comprend assez le parler des autres pour apercevoir à la fois la communauté et les différences. C’est souvent régional : si l’on se promène, on entend des parlers similaires de proche en proche. Cette variation géographique permet à la fois de comprendre quelqu’un et de situer d’où il vient. La variation est constante si l’on se déplace (et on s’habitue à cet effort) mais on n’a pas de rupture nette.

Dans sa BD, Fiamma Luzzati (ici à gauche) utilise une écriture inventée pour faire comprendre qu’elle ne comprend pas !

Normalement, une langue différente est une langue qu’on ne comprend pas – sauf si on l’a apprise, bien sûr. Un francophone qui n’a pas appris l’allemand, ou le berbère, ou le chinois (pour en rester à ABC), n’y comprend rien : ce sont des langues distinctes.

On a donc en principe une différence bien claire, non pas tant entre « langue » et « dialecte », mais entre « deux langues entre elles » (on n’y comprend rien) et « deux dialectes entre eux » (on comprend beaucoup). Pourquoi introduire cette subtilité ? Parce qu’il arrive que dans une région où les dialectes varient de proche en proche, par exemple de Tac à Trac et de de Trac à Troc, puis de Troc à Proc, puis de Proc à Prop, si au lieu d’aller à pied vous prenez le train et passez de Tac à Prop, eh bien vous ne comprenez plus rien ! Donc, ce qui de proche en proche est une variation dialectale, si vous « enlevez le proche » devient une distinction de langue.

A vrai dire, les différences d’un parler au voisin, d’un dialecte à l’autre, varient en nuances : parfois c’est « presque comme chez soi » avec des différences amusantes, parfois c’est plus difficile. Les différences sont difficiles à ramener à un baromètre unique, parce qu’elles peuvent porter sur des mots étranges, mais aussi sur des tournures inattendues, des manques, des prononciations presque impossibles avant qu’on ne s’habitue, comme le québécois pour les Français-de-France.

Enfants à l’école primaire.

Acte 2. Dialecte et norme nationale

Les dialectes allemands (au sens linguistique, pas au sens politique), par exemple, débordent la définition territoriale de l’Allemagne d’aujourd’hui. On trouve des parlers « allemands » (au sens large) en France, notamment en Alsace ; en Suisse ; en Autriche ; et sous forme de « poches » d’immigrations anciennes dans d’autres états, ainsi en Pologne ou en Roumanie. Toutefois, ces régions diverses, comme d’ailleurs à l’intérieur de l’Etat allemand actuel, ne parlent pas vraiment de la même façon. Il existe donc de nombreux « dialectes » allemands3.

Pourtant, notamment grâce à l’enseignement scolaire, s’est répandu un « allemand standard », disons une « norme allemande » qui est comprise et souvent parlée par la plupart des gens dans les régions que je viens d’évoquer. Cela signifie que les gens qui sont allés à l’école, surtout quand ils ont poussé un peu leurs études, sont « bilingues » : ils parlent le « dialecte local », bavarois, autrichien, suisse etc., et ils parlent aussi l’allemand de l’école et de la télé. Ces deux langues ne sont pas aussi différentes entre elles que, disons, l’allemand et le français – mais quand même, elles sont nettement distinctes et reconnaissables. Un Allemand de Hambourg sait très bien quand il parle « le dialecte » et quand il parle « l’allemand ».

Il existe donc deux niveaux distincts dans l’appréciation des « façons de parler ». D’une part, il existe des parlers locaux, dont les frontières sont variables, et variablement perçues. Ces parlers locaux ne présentent pas de frontières très strictes, mais ils sont en général « reconnus » parce qu’ils permettent l’identification (parfois fantasmée) de l’origine du locuteur. D’autre part, se superposant à ce premier niveau sans l’annuler, nous avons maintenant des « langues nationales » qui se sont élaborées à des époques un peu différentes selon les régions. Plus anciennement pour la France du Nord, plus récemment pour l’Allemagne et l’Italie. Ces langues nationales, qui ont été le plus souvent explicitement répandues par un enseignement spécialisé, sont des faits politiques… et linguistiques puisqu’on les parle !

La Grande-Bretagne (attention : Brexit !), où l’on affecte de ne pas intervenir dans la façon dont chacun parle, n’impose pas moins que les autres Etats d’Europe une norme linguistique. Outre que ses grandes universités normatives sont aussi anciennes qu’en France, Italie ou Allemagne, le rôle de l’imprimerie y a été aussi décisif qu’ailleurs pour la norme écrite, et le film et la télé pour la norme orale.

Dans tous les cas, nous avons donc la superposition d’une norme « savante », celle de l’Ecole et des Media nationaux, et d’un parler local ou dialecte qui peut être celui qu’on parle en famille et avec les proches ou les voisins d’une région plus ou moins étendue.

Acte 3. Langue et société

La description schématique ci-dessus convient partout, sauf dans les villes. Or, les villes se font de plus en plus nombreuses et plus grandes – comme chacun sait.

Les villes sont à la fois des réceptacles de communautés immigrées (au sens large : des campagnes ou des pays étrangers) et des transformations de ces micro-sociétés. Ces milieux urbains, à la fois fusionnels et défensifs, hypersensibles sur les traditions apportées et très perméables à de multiples jeux d’influences, le sont aussi pour les langues. Ils sont à la fois des lieux-refuges et des lieux-transfuges.

Cela n’est pas nouveau. Déjà au XVIIIe, puis surtout au XIXe siècle, les quartiers urbains à la fois « étaient comme des villages » mais étaient en réalité autre chose. Et bien sûr, pas seulement en Europe, les guerres, les déplacements de populations, les migrations pour travailler, ont transformé le « paysage » linguistique. En outre, les milieux urbains, comme les milieux scolaires ou professionnels, tendent à faciliter les jargons, les argots, les mots voyants ou les mots cachés !

En un sens, la ville produisait une « géographie » complètement nouvelle, on devrait plutôt dire une topographie, car chaque rue peut devenir un microcosme social. Il existe des exemples célèbres. La rue Krochmalna (à Varsovie) des romans yiddish d’Isaac Bashevis Singer, ou les rues de New York détaillées dans les BD étatsuniennes de Will Eisner4, avec leur linge et leurs échos. Dont bien sûr les rues de Naples ou les quartiers de Rome sont à la fois les ancêtres et les descendants. Les rues du Paris populaire ne sont pas en reste.

Et les langues ? En France jusqu’en 14-18, et même plus tard, la bourgeoisie restait plus traditionnelle parce qu’elle retournait une partie de l’année (puis s’est développée la réalité du « week-end ») dans ses terres d’origine, la région souche. En revanche, la population moins nantie ou qui avait rompu ses attaches géographiques (qu’elles soient en Auvergne ou en Afrique), restait dans son quartier, et ce sont ces quartiers qui ont inventé une large part du français « standard » contemporain. La différence entre le dialecte régional et la norme nationale, que les milieux plus mobiles avaient bien conservée, s’est donc « recomposée ». Pour beaucoup d’entre nous, elle est devenue une négociation assez savante entre des normes polies (où l’influence de l’écrit est fondamentale) et des habitudes courantes. Mais les choses changent, bien sûr.

Conclusion

Langage est un mot très général, et donc facile à utiliser dans de nombreux sens qui n’ont pas grand grand chose à voir avec les paroles humaines – comme dans ‘langage informatique’. Pour les linguistes, le mot ‘langage’ désigne plutôt la ‘faculté de parler’.

Langue et dialecte sont des mots liés l’un à l’autre, mais qui se complètent : ils ne s’opposent pas. Un dialecte N’EST PAS « une langue qui ne s’écrit pas » puisque, répétons-le, il existe des milliers de langues qui ne s’écrivent pas – et bien plus encore qui ont disparu sans avoir jamais été écrites.

Un dialecte, c’est une langue vue sous un éclairage local au lieu d’être vue sous l’angle institutionnel national. Et il n’est pas exact qu’une « langue est composée de dialectes », puisque par exemple les formes locales très variées de l’allemand ou de l’italien ne sont certainement pas « de l’allemand » ou « de l’italien » si l’on entend par là les normes nationales de ces deux langues. Ce sont des variétés d’allemand ou d’italien si l’on veut, mais ces deux mots ont pris alors un sens « générique » et plus du tout « national ».

NOTE sur les images. (1) et (8) sont deux illustrations d’un extraordinaire traité d’arpentage en provençal, rédigé au tout début du XVe siècle par Bertran Boysset. Ce livre, conservé dans le manuscrit 327 de la bibliothèque de Carpentras, a fait l’objet d’une traduction et d’une étude : Bertran Boysset, 2011, Manuscrit 327 de l’Inguimbertine dit ‘Traité d’Arpentage’. Transcription, traduction du provençal, notes et commentaire de Magdeleine Motte. Presses Universitaires de la Méditerranée. Mes illustrations sont des détails de la page 489. (2) Sara Favarò, 2018, Favole siciliane di Giovanni Meli, trascritte e tradotte [Fables siciliennes de Giovanni Meli, transcrites et traduites], Di Girolamo, Trapani. (3) Une des cases de la planche 2 de la BD de Fiamma Luzzati dans ‘Parlez-vous deori ?‘, le dernier épisode de son blog scientifique du journal Le Monde. (4) Un détail d’une photo de Robert Doisneau ‘La Pendule’, 1957. (5) Une des images (en 4e de couverture) de Daniel Durandet, 2015, Illustrations scolaires, Massin, coll. Les Essentiels du patrimoine. (6) Will Eisner, 2006, New York, the Big City, Norton & Company. (7) Isaac Bashevis Singer, 1991, Le Petit monde de la rue Krochmalana, trad. de l’anglais par Marie-Pierre Bay, Denoeël, coll. Folio.

  1. Voir le billet ‘Le récit est le propre de l’homme‘. []
  2. Des dizaines de milliers de langues ont disparu depuis longtemps. Elles n’ont jamais été écrites et il n’en existe aucune trace. Celles qui ont été écrites avant l’an 1 EC se comptent sur les doigts de quatre mains. Celles qui ont été (plus ou moins) écrites ces derniers 2000 ans sont une minorité. Sur l’ensemble des langues qui ont été parlées, les langues écrites sont bien moins d’une sur 1000. []
  3. Voir le billet ‘Tant de langues différentes‘ du 14/07/2019, et aussi pour l’alémanique et l’alsacien ‘Annele et la chasse aux sorcières‘ du 17/07/2019. []
  4. Sur Will Eisner, voir le billet du 17/02/2019. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.