Le Désespoir du peintre

Heuchera umbrosa1

L’expression « Désespoir du peintre » vise un groupe de plantes produisant des fleurettes minuscules. Dans un premier temps, j’ai appris que l’expression ne risquait pas de dater des Gaulois puisque le genre Heuchera est endémique des Montagneuses Rocheuses, chez nos voisins américains.

Un détail m’intriguait : Le genre Heuchera est suivi, dans les catalogues savants, de la lettre L., signifiant Linné (1707-1778) – le fondateur du système de nomenclature que nous utilisons aujourd’hui encore. Ma question devenait : comment Linné avait-il connu ces plantes, et donné son nom au genre ?

Dans ses grandes lignes, l’enquête n’est pas très difficile : il faut se reporter à l’édition de référence du Species plantarum de Linné, publié en 1753, qui est le point de départ de cette nomenclature. En principe, tous les noms botaniques donnés par Linné lui-même s’y trouvent. En effet, p. 226, on trouve un genre Heuchera, créé pour la plante nommée Heuchera americana, et Linné renvoie à l’un de ses ouvrages antérieurs « Hort. Cliff. », le Hortus Cliffortianus (1738).

Hartekamp aujourd’hui.2

George Clifford était un banquier hollandais, un des directeurs de la VOC, Vereenigde Oostindische Compagnie, la très puissante ‘Compagnie unie (néerlandaise) des Indes Orientales’. Ce banquier aimait les plantes et avait une propriété nommée Hartekamp, qui se visite toujours. Il y étendait sa passion pour la botanique, et y avait invité Linné en 1735-36. Linné en a rédigé le catalogue, « tant des plantes séchées que des vivantes ».

Source de l’image3

Quand on va lire ce Hortus cliffortianus, p. 82 (ci-dessus), on trouve en effet des indications sous le titre Heuchera, avec des renvois à plusieurs autres ouvrages d’autres auteurs qui ont signalé ces plantes, et aussi à un ouvrage précédent de Linné lui-même (dans le titre sous la forme « g. pl. »), son Genera plantarum (1737), p. 196.

Linné ajoute que le genre pousse en Amérique, « probablement en Amérique du Nord, puisqu’il supporte bien nos hivers » ; il explique aussi qu’il a choisi ce nom de genre en l’honneur de Johannes Heucher et de son Hortus Wittenbergensis « avec ses Suppléments, où il a montré bien des choses curieuses, intéressantes à lire. »

Heuchera elegans4

Allons-nous chercher dans le Genera plantarum de Linné, ou dans le volume de Johann Heinrich von Heucher (1677-1747) qu’il recommande ? Ici, il faudrait un enquêteur véritable car le Hortus Wittenbergensis (1711) existe bien – à la différence de la tombe de Heucher, disparue avec le cimetière dans le bombardement de Dresde, semble-t-il – mais n’est pas scanné et disponible en ligne. Le vrai chercheur le trouvera à la Bibliothèque du Museum d’Histoire Naturelle, à Paris5.

Genera plantarum, 2e édition (1742), p. 100. Le genre qui suit est la Gentiane.

Si nous revenons donc modestement à cet ouvrage beaucoup plus célèbre dans l’histoire des sciences qu’est le Genera plantarum de Linné, qui a connu plusieurs éditions dont les dernières (la 5e, notamment) ont accompagné les éditions ultimes des Species plantarum, nous y trouvons notre genre à nous, Heuchera, avec sa description (ci-dessus).

L’astérisque qui suit le titre signale que Linné a personnellement vu la plante vivante. Dans le Prologue de son livre, il donne en effet un exposé tout à fait passionnant de sa méthode, dont j’extrais le petit paragraphe ci-dessus, que voici en français :

Linné. Genera plantarum, 1763.

« J’ai distingué soigneusement. J’ai ajouté un astérisque * là où j’ai pu examiner les plantes vivantes ; et une croix † là où je ne les ai vues que sèches. Là où je n’ai rien vu, je n’ai rien dit, sauf à faire confiance aux auteurs et à leurs images, autant que j’ai pu les voir. »

Je voudrais finir ce billet en expliquant pourquoi je l’ai fait. Bien sûr, il veut donner une idée de tout un territoire extraordinaire de l’histoire des sciences. Mais ma compétence n’est évidemment pas là. Ce qui m’a poussé à l’écrire, c’est mon intérêt pour la façon dont on écrit ou dit les choses6 – y compris sous l’aspect technique : la curieuse manière des ouvrages de botanique, leur façon de segmenter l’information, de la nourrir par des références qu’il faut alors abréger, la mise en pages, le rapport avec les images.

Les textes de ces livres sont pleins d’images. On s’arrête le plus souvent (cela se comprend !) aux magnifiques illustrations de certaines flores anciennes ou récentes. Mais « l’imagerie » (comme on dit au sens large avec « l’imagerie médicale ») est souvent discrète – et la mise en page est déjà une façon de transformer un texte en image(s). Et quand arrive la volonté d’ordonner les choses, de chercher ou montrer des chemins dans l’énorme diversité du réel, alors, avec les schémas, les listes, les nombreux outils qui transforment le « simple texte », les images se glissent par tous les bouts !

P.S. Merci à Hélène pour ses remarques !

  1. Source de l’image : le site Le Jardin du Chat vert http://lejardinduchatvert.eklablog.com/desespoir-du-peintre-a144565232 []
  2. Source de l’image : Par Jane023, Travail personnel, CC BY-SA 3.0 nl dans https://fr.wikipedia.org/wiki/Hartekamp []
  3. https://www.biodiversitylibrary.org/item/13838#page/130/mode/1up []
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Heuchera []
  5. Ainsi qu’à la Bibliothèque de l’Institut de France, et à la Bibliothèque d’Histoire de la médecine de l’Université de Montpellier. []
  6. Voir ‘La Lettre contre l’image’ à https://www.academia.edu/38066819/ et aussi ‘L’Enfer des textes’, à https://www.academia.edu/36454090/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.