La concurrence et la science

Des collègues1 discutent d’un chercheur américain qui a truqué son « nombre de citations ». Qu’est-ce que cela signifie ? Que, si votre article sur le ‘Théorème du Lampion’ a été cité 10 fois par des collègues, vous allez faire croire qu’il a été cité 20 fois.

Plus rusé : vous allez vous insérer dans les groupes où il sera susceptible d’être cité davantage, vous allez favoriser les « projets » où il puisse être cité, vous allez exiger de vos doctorants qu’ils vous citent (vous allez donc chercher à avoir beaucoup de doctorants), et dans les « évaluations » anonymes que vous faites pour des revues savantes, vous allez dire du mal des articles qui ne vous citent pas. Ces pratiques sont fréquentes. Pourquoi ?


A cause de la concurrence entre universitaires que le ministère français a peu à peu encouragée, et voudrait maintenant imposer, malgré les résistances des milieux scientifiques.

Acte 1. La productivité malade de son image

Quand vous n’avez pas de poste, et qu’il s’en trouve un, et que vous êtes cent candidats, presque aucun jury ne lira vos publications savantes, mais tous vont les compter. Evidemment c’est absurde, car vous pouvez avoir écrit dix fois à peu près le même article, comme dans le cas stupéfiant analysé par Michel Charles2, ou avoir écrit cent fois des bêtises. Mais on retiendra que vous avez été « productif » : un bon point ! Vous avez écrit un article très original qu’une revue a accepté de publier ? Un seul article : un mauvais point.

Quand vous avez un poste, la situation est meilleure, et la concurrence moindre. On aura peut-être le temps de vous lire (au moins les titres). C’est pourquoi les adeptes du marketing concurrentiel vont essayer de vous piéger quand même. Ils vont d’abord essayer de vous opposer les uns aux autres : par des primes, des promotions, des honneurs. Le système est ancien, bien sûr, et souvent efficace.

 Très souvent à l’étranger, et parfois en France, votre recrutement dans l’Université de Blop ou dans le Comité de Plug dépend de votre « indice de citations ». Les dégâts opérés par cette technique sont considérables.

Supposez que vous soyez un biologiste passionné par un groupe de papillons boliviens pratiquant un mimétisme fascinant. Cela n’intéressera pas les industriels, et guère les protecteurs de la Nature. Vous allez publier un article par an, avec de la chance, parce que ce n’est « pas porteur », et les revues spécialisées dans ce qui vous passionne n’étant « pas porteuses » non plus, on aura coupé leurs crédits. Comme vous êtes passionné par votre sujet, et que vous ne passez pas votre temps à publier n’importe quoi, vos articles seront passionnants. Ils seront lus par deux collègues, peut-être cinq, et leur « indice de citation » sera presque nul.

Le plus misérable des spécialistes de l’infection chinoise ou des conflits du Proche-Orient, à qui on réclame un article par jour, vous doublera sans problème pour la conquête des crédits-sur-projet, et pour la « visibilité »3. Lui, c’est porteur. Même s’il n’est porteur que de l’image qui le porte.

Acte 2. Le contrôle à double sens

Sauf que c’est vous, la science. Car la science véritablement conquérante est celle qui explore ce que personne n’avait vu, et qui va là où personne ne croyait utile d’aller. Il y a dans l’activité scientifique fondamentale non seulement une part d’audace (que pendant longtemps personne ne comprend), mais même une part louable de vagabondage intelligent (dont peu de gens admettront l’importance, pourtant de premier ordre).

La science fondamentale, ce n’est pas celle qu’on voit dans le journal, ou même dans les ministères compétents ; c’est l’autre. Et c’est pourquoi le véritable scientifique, ce n’est pas nécessairement celui qui reçoit des sommes « sur projet » du ministère ou des industries privées ; c’est l’autre : celui qui a des curiosités auxquelles personne n’avait songé. Celui qui n’est pas « porteur » du tout !

C’est exactement pour cette raison qu’il faut une Université d’État, et un CNRS d’État, avec des fonds récurrents et des emplois constants. C’est la seule façon de mener une recherche qui soit à l’abri des pressions politiques ou des intérêts financiers. Cela implique bien sûr que les gouvernements n’exercent eux non plus aucune pression. Sinon, cela signifierait qu’ils sont des instruments, avoués ou non, des lobbys multiples installés dans les couloirs. Mais un État stable et démocratique, comme l’est la France, a normalement des institutions nationales qui veillent à ce que les gouvernements successifs ne se transforment pas en tyrannies gouvernant par décrets.

Osons le dire : la vraie science est impossible sans l’indépendance du chercheur. Non seulement pour qu’il soit indépendant des « revues internationales », des « sujets télécommandés » et des « agences de financement », mais indépendant jusque dans les caprices de sa curiosité. Un chercheur en titre n’est pas un pantin auquel on va imposer des manies.

C’est d’ailleurs pourquoi les organismes qui veulent imposer leurs sujets porteurs n’aiment pas les chercheurs en titre. Car ceux-ci peuvent les envoyer promener, et expliquer que le pétrole et les éoliennes, c’est magnifique, mais que les papillons boliviens sont intéressants aussi. Très mauvais point ! Ah, comme la vie des industriels sera plus simple, quand les gouvernements auront mis tous les chercheurs en CDD, et leur auront imposé des quotas et des rendements : allez hop, à la chaîne les chercheurs !

Darwin avant sa promenade à Down, chez lui. Il a 72 ans.

Acte 3. Où Darwin revient par la fenêtre.

Evidemment, à ce moment-là, plus personne n’aura confiance dans la recherche, puisqu’elle sera payée pour dire ce qu’on a voulu qu’elle trouve. Plein de médicaments merveilleux, oui, mais les études d’effets secondaires seront dans le secret des entreprises ou des labos « sous contrôle ». Comme en temps de guerre. Recherche indépendante, circulez !

On comprend donc que le chercheur, qui en France est encore indépendant, soit regardé avec méfiance par les patrons d’entreprise qui veulent que la science « serve à quelque chose », c’est-à-dire à eux. C’est beaucoup mieux si le chercheur se sent contrôlé, s’il doit accumuler des points de bonne conduite, et des articles au kilomètre. Et que pour ses points et sa prime, il comprenne vite qu’il existe des sujets plus « porteurs » que d’autres. En fait, cela ressemblera à une sorte de soviétisme repeint.

Les personnages qui veulent imposer dans la recherche scientifique la loi de la concurrence, travestie en darwinisme pour faire chic – mais en darwinisme de comptoir !4 – ces personnages ne se sont apparemment pas demandés, outre ce qu’était le darwinisme en vrai, pourquoi on avait inventé le chercheur indépendant et la recherche fondamentale.

Darwin était indépendant parce qu’il avait de l’argent sur lequel il n’avait pas de comptes à rendre, pour faire son tour du monde et pour en ramener ses caisses d’échantillons et de notes, pour étudier dans sa campagne tous ses pigeons, pour avoir le temps de correspondre avec des dizaines de savants comme lui, et aussi d’écrire ce qu’il pensait. Cela ne signifie pas qu’il ne subissait pas de pressions : il vivait dans une société où, avec beaucoup de variantes selon les individus, on croyait par exemple que Dieu avait créé le premier homme (même si Voltaire disait qu’il ne devait pas être très propre) et, pour certains encore, que le monde avait été créé 5199 ans avant la naissance du Christ, même si Buffon et les géologues avaient beaucoup perturbé cette vérité incontestable.

Darwin, parce qu’il était indépendant jusqu’à un certain point, n’avait pas besoin d’écrire un article dans Future tous les mois. Il n’avait pas le goût de créer le buzz en publiant son premier livre, ni le second, dont il savait bien qu’ils allaient susciter beaucoup d’émotion. Il les a publiés parce qu’il croyait à la valeur de ce qu’il y avait dedans, et il n’a pas été relu par un Comité d’éthique, qui l’aurait désavoué, ni peer-reviewed5 par des pairs masqués qui l’auraient probablement insulté – parce que l’anonymat n’aide pas les bonnes manières.

Conclusion

Il n’y a aucun autre moyen, pour voir si un article ou un livre est bon, que de le lire – de préférence soigneusement. Et encore : votre avis peut ne pas être celui de votre collègue, ce qui donne lieu à des débats intéressants et fructueux. Voilà, c’est cela la portée d’un livre ou d’un article scientifique : le débat véritable.

Mais attribuer des notes aux articles, les cumuler par des calculs, classer avec cela les collègues selon leur prétendu « succès », est manifestement très bête. Pour au moins deux raisons. D’abord parce que c’est avantager les secteurs à la mode, et la mode est rarement scientifique ; le secteur presque inconnu, les papillons boliviens de mon exemple, sera privé de crédits de recherche, et donc d’étudiants pour l’avenir. Au lieu de chercher quels secteurs rares il faudrait aider, ce système de marketing se borne à abonder dans le sens du déjà-vu. C’est donc le contraire de la recherche scientifique.

Mais aussi parce que cela asservit le chercheur, qu’on veut opposer à ses collègues, isoler sous prétexte de travail en équipe, affaiblir en le soumettant à des contrats précaires, et faire travailler sur ordre. Rien n’est plus contraire à l’intelligence en général, et à la recherche en particulier.

NOTE sur les images. La première et la dernière sont des lampions. Le premier est rouge, pour attirer l’attention, et pour qu’on ne confonde pas ce billet avec un train de marchandises. Le dernier est bleu. Le blanc, que vous attendiez, aurait été presque invisible sur fond blanc, mais le cœur y est. (2) Stephen Jay Gould, 1991 (1978), Ever since Darwin, Penguin Books. Le biologiste Stephen Jay Gould a consacré de nombreuses chroniques au darwinisme ; presque toutes ont été réunies en livres et traduites en français. (3) Janet Browne a publié une biographie de Darwin en deux gros volumes, ici le premier, 1995, Charles Darwin: Voyaging, Princeton University Press. (4) un détail d’une photo de Darwin âgé, reproduite dans The Autobiography of Charles Darwin, with original omissions restored, with Appendix and notes by his grand daughter, Nora Barlow, Collins, 1958. (5) Un autre ouvrage de S. J. Gould, 1983, La Mal-mesure de l’homme. L’intelligence sous la toise des savants. Traduit de l’américain par Jacques Chabert, Ramsay. (6) est une édition Penguin récente de The Descent of Man (1871).

  1. Je suspends pour une réflexion d’actualité le second volet papillon : il sera posté bientôt. []
  2. Dans un article passionnant de la revue en ligne Fabula en 2014, Michel Charles décrit soigneusement le cas d’un nommé Barnett qui a copié, pratiquement à l’identique, 19 articles d’auteurs, pour les publier sous son nom dans diverses revues, et souvent plusieurs fois. Par exemple, il a proposé trois fois en modifiant le titre, en 2008, 2009 et 2011, dans trois revues différentes sous son nom de Barnett, un article sur Cioran publié en 2001 par Pierre Nepveu. Les trois revues ciblées ont accepté l’article « de » Barnett. Au total, Barnett a ainsi publié 35 articles « de lui ». Je dois dire qu’en commençant à lire l’article de Michel Charles, j’ai d’abord cru à une blague, à une fiction soigneuse destinée à nous faire comprendre la portée réelle d’un cas imaginaire. A mesure que je poursuivais ma lecture, je me convainquais que le cas étudié était véridique et comme l’auteur donne toutes les références nécessaires, j’ai contrôlé plusieurs des plagiats qu’il signale. Le plus effarant est que, si certains des textes intégralement copiés par Barnett ont été ôtés de certaines revues, d’autres les ont laissés sans signaler la fraude. A vrai dire, on a du mal à situer le plus effarant dans cette histoire, mais il est clair que la manie du « calcul des points » crée et encourage constamment de pareils scandales. []
  3. Sur ce thème, voir Nathalie Heinich, 2012, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines. []
  4. Sur le ‘darwinisme social’, voir Jean-Marc Bernardini, 1997, Le Darwinisme social en France (1859-1918). Fascination et rejet d’une idéologie, CNRS Editions. []
  5. Le ‘peer-reviewing’ est un système d’origine anglo-saxonne qui consiste à faire ‘évaluer’ par des tiers les articles ou les livres à publier. Les articles ou livres sont en principe ‘évalués’ (euphémisme pour ‘jugés’) par des collègues (les fameux ‘pairs’, adaptés dans l’anglais peer) de l’auteur. Le plus souvent, les auteurs ignorent qui a ‘évalué’ leur article et en principe le nom de l’auteur n’apparaît pas lors de l’examen. Cette technique peut se justifier si l’auteur est un débutant, car il peut être adroit de le protéger par l’anonymat comme dans un examen classique, par exemple si ses juges sont ses anciens professeurs. Lorsqu’il s’agit de collègues jugeant des collègues, l’anonymat est souvent très transparent et, à mon avis, ignorer à qui l’on parle n’est, qu’on soit juge ou jugé, ni collégial ni scientifique. Une dérive grave s’est en outre généralisée : au départ, on avait recours à l’avis des tiers quand le Comité de lecture de la revue ou de l’éditeur n’avait pas de spécialiste compétent dans ses rangs. On prenait alors des avis extérieurs, que le Comité de lecture utilisait à sa façon, puisqu’il est le seul à savoir comment concevoir la revue ou la collection en cause. Or, on a constaté que le Comité de lecture est aujourd’hui souvent aphone, et que non seulement on prend systématiquement l’avis de tiers, mais on les suit sans discussion pour se « couvrir », c’est-à-dire pour ne pas prendre ses responsabilités d’éditeur scientifique. []

Une réflexion sur « La concurrence et la science »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.