Will

Un bon manuel pour comprendre comment on fait des histoires, un bon manuel de « narratologie » comme disent ces pédants d’Européens, c’est celui de Will.

Je sais, je sais, et déjà je soupire : les Européens croient qu’il s’agit de Shakespeare.

Denis Kitchen

Il s’agit de Will Eisner, né à Brooklyn en 1917, et mort en Floride à 87 ans.

Un « passeur de culture » nommé Denis Kitchen a fait traduire en français, par Arthur Clare, et publier chez Delcourt le Comics and Sequential Art (1985), puis Graphic Storytelling and Visual Narrative, puis Expressive Anatomy for Comics and Narrative. En français, les trois volumes sont devenus :

Tous les lycéens, et même 66% des étudiants, devraient étudier ces albums. Peut-être Joann Sfar les fait-il étudier à l’Ecole des Beaux-Arts ?

Comme les Japonais avec les manga, Eisner était asservi au noir et blanc. Il y a quelque chose d’insensé dans ce monde parallèle, ce parc où les réflexes séculaires du graveur ont été conservés, avec les rayures pour les ombrages. Pour ses vues de New York, c’est vrai, les colorisations ultérieures paraissent parfois factices, comme dans les films de Von Stroheim si on y mettait du rose. 

L’image ci-contre est la 4e de couverture de ‘Un Pacte avec Dieu’ (1978 en anglais), traduit par Janine Barusha pour Delcourt et publié en 2004.

Les trois volumes des « Clés de la Bande dessinée » sont en réalité dévolus aux comics. Les exemples sont tirés pour l’essentiel des œuvres de Will Eisner lui-même.

Eisner. Les Clés de la Bande dessinée, vol. I, p. 111. 2009.

Beaucoup de recommandations sont simples. Par exemple la planche du volume 1, p. 111, qui présente un « micro-dictionnaire des gestes ». Will Eisner a enseigné, assez longtemps, dans diverses écoles et cet enseignement lui a fait, les années passant, fabriquer des photocopies, des cours, des dessins, des bouts collés, bref : ce qui ressort dans les trois volumes dont je parle. C’est une sorte de bricolage professoral adossé au travail d’un grand professionnel, et remanié en profondeur, certes, pour l’édition contemporaine, mais où l’indifférence totale aux références culturelles a quelque chose de provocant en Europe.

Richard Brautigan, lui aussi, n’a-t-il pas « enseigné l’écriture » quelque part ? Brautigan est l’écrivain fin et triste de « Il pleut en amour » et du « Journal japonais » et de ce dernier petit livre étrangement allègre et émouvant qui s’appelle en français (les Français sont cultivés) « Cahier d’un retour de Troie », mais en anglais An Infortunate Woman – ce qui me semble être (?) un titre totalement anglais.

Will Eisner avait lu Dickens. Ce qui, quand on le considère, n’est pas franchement étonnant. Il a dessiné un « roman » pour expliquer que, au rebord de Oliver Twist, le roman de Dickens, Fagin « le juif » avait des raisons. Dans Oliver Twist, il y a un juif nommé Fagin qui est un personnage méprisable. Cette situation a embarrassé Eisner.

Je trouve ce respect explicite à l’égard de la littérature émouvant. A l’époque de Eisner, à l’époque où il a dessiné Fagin (2003), il y avait certainement aux Etats-Unis plus de gens pour lire Eisner  que pour lire Dickens. Enfin, c’est certainement ce qu’on dirait dans ce pays prompt aux légendes. Mais Eisner savait que (c’est une façon de parler, d’accord ?) au regard du Seigneur, Dickens venait en premier.

Will Eisner

Beaucoup d’Américains sont très européens, finalement. Un ami autrefois m’expliquait que Broadway, c’était l’opérette européenne transfusée par paquebot. Ce n’est peut-être pas une définition suffisante, mais quand on regarde (fasciné) Radio days de Woody Allen, on se sent tellement chez soi !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.