Protéger les services publics

Lectrices et lecteurs, vous savez que depuis de nombreuses semaines, beaucoup de Français manifestent pour deux sujets qui sont liés. Le premier concerne les retraites, dont le gouvernement actuel propose une réforme profonde. Le second concerne la dégradation progressive des services publics, à commencer par les services de santé (dont les Urgences signalent la misère croissante depuis des années) et jusqu’aux services éducatifs, qu’ils soient nationaux comme les écoles et les universités, ou associatifs dans les localités.

Le gouvernement répond actuellement par des augmentations ponctuelles ou des primes (qui ont souvent cette qualité douteuse de diviser les travailleurs entre eux !), alors que tous les responsables des services publics sont d’accord : ce dont les hôpitaux, les écoles, les universités et les services sociaux ont besoin, c’est d’emplois stables, pas de CDD manipulables et réversibles.

L’inquiétude n’est pas superficielle. De nombreux Français qui ne peuvent pas manifester dans la rue, font part de leur sympathie aux grévistes et aux manifestations publiques. La surdité du gouvernement à cette inquiétude, malgré les interventions des hautes institutions de l’Etat, fait un effet désastreux.

OpenEdition, qui gère également la plate-forme d’Hypothèses, celle de nos carnets ou blogs, est un excellent service public. Les gens qui travaillent à OpenEdition, qui en ont inventé les possibilités et en maintiennent avec astuce le fonctionnement, y compris la formation des rédacteurs et le dialogue avec eux tout au long – ce personnel a souhaité manifester son soutien actif à ce mouvement de protestation. Sa direction lui a demandé, semble-t-il, de ne pas intervenir sur les carnets ou blogs sans l’accord des rédacteurs des carnets. Près de cent cinquante rédacteurs de carnet ont manifesté leur accord et ont souvent décidé de montrer directement leur soutien sur leur carnet, soit par un ajout à leur présentation ordinaire, soit par un billet spécial – comme je fais moi aussi.

Certains voudraient qu’on empêche les services publics de faire grève, sous prétexte qu’ils doivent être au service des autres… et se taire. Le droit de grève est constitutionnel et louable. Non seulement il accroît le sens de la responsabilité collective des citoyens mais il permet souvent d’éviter le pire. Car si l’on interdisait aux urgentistes, aux infirmières, aux instituteurs ou aux professeurs, aux avocats et à tant d’autres de manifester, il faudrait faire quoi ? Attendre qu’on meure dans les salles d’attente, qu’il y ait des émeutes dans les lycées ?

Nous avons en France une très saine tradition de protestation publique. Qu’il puisse y avoir des excès, de petits groupes de provocateurs en ont souvent joué pour discréditer les cortèges, on le sait bien. Mais cela n’ôte rien à cette idée que les citoyens forment un peuple responsable, qui n’a pas seulement une voix au moment de voter – mais une voix, tout court. Les linguistes, pardonnez-moi, ne peuvent pas y être insensibles !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.