Pourquoi le diable est un serpent

Eve. Venise, Palais des doges.

C’est bien connu, le diable est un serpent. Pour être honnête, c’est certain pour le serpent, moins pour le diable : car dans cette histoire biblique d’Adam & Ève, si on lit soigneusement (voir ci-dessous), il est question d’un serpent, mais pas d’un diable. Ce diable, on a dû le rajouter plus tard. Bon, disons que plus tard, on a découvert que ce serpent, c’était le diable – allez savoir comment. J’ai là-dessus une opinion que je vais vous confier. A vous seulement. Essayez de tenir votre langue.

On sait bien qu’une langue n’est pas identique selon les gens qui la parlent. Certains ont un accent slave, d’autres celui de Ménilmontant. Mais quand même : chez des gens qui parlent la même langue, on se comprend assez bien. On peut donc en profiter pour ne pas être d’accord sur quantité de choses. Les gens se déchirent avec application sur des sujets divers qu’ils comprennent assez bien pour ne pas être d’accord.

On hésite : est-ce magnifique (cela prouve qu’ils se comprennent bien) ou détestable (cela prouve qu’ils s’entendent mal) ?

Je crains d’insister : il y aura peut-être des lecteurs qui m’accuseront de ne pas respecter le droit des autres à être contre. Pourtant, je suis pour. Je veux dire que je suis pour le droit d’être contre. D’ailleurs, si j’étais contre, ce serait pareil. Donc autant être pour : on se sent mieux ensemble. Il est vrai qu’on va alors m’accuser de n’être pour que pour être pour, alors qu’au fond je serais contre ! Quelle erreur, je suis vraiment pour être contre. D’ailleurs, suis-je pour ?

Tout cela est pour rendre sensible même aux indifférents une vérité douloureuse. C’est que quand on parle des langues différentes, et qu’on n’a pas de langue en commun, on ne peut même pas ne pas être d’accord. Ne pas être d’accord est un luxe, un privilège – presque un passe-droit.

Source de l’image1

Mais il est certain que, comme tous les privilèges, on en abuse. Dès que je saisis ce que tu me racontes, je vois bien que tu as tort : quelle aubaine ! Non seulement, je te comprends, mais je te contredis ! Dès que nous parlons la même langue, nous nous empressons d’en faire deux.

C’est pourquoi le diable est un serpent : sa langue est fourchue.

Note accessoire sur l’histoire biblique du serpent.

Au début du chapitre 3 de la Genèse, on lit ceci : « le serpent, il était rusé », ha-naḥaš hayah ‘arûm. Et à ce moment-là Rachi intervient (dans le commentaire en bas de page) et dit : « quel rapport avec ce qui précède ? » Bon, laissons Rachi s’indigner et revenons à notre serpent, naḥaš. Ce serpent parle à la « la femme », ha-iššah (peut-être que l’homme était parti surveiller la distribution d’eau dans le jardin), puis la femme répond au serpent, puis celui-ci à celle-là : « mourir, vous ne mourrez pas ». Et on voit bien par la suite de l’histoire qu’il avait raison, ce serpent. Du moins, ils ne sont pas morts tout de suite : fusillés par le fruit défendu. Ils sont morts plus tard. La Bible nous dit à quel âge Adam est mort (930 ans), mais pour Eve on ne sait pas. Les commentaires se sont souciés de cette question, avec raison. Quand Dieu soudain s’aperçoit de ce qui se passe (lui aussi avait dû aller surveiller les fontaines, les quatre fleuves), l’homme dit que c’est la femme qui lui a dit de manger, et la femme dit que c’est le serpent : ha-naḥaš hiššîa-nî, wa-okél ‘le serpent m’a incitée, et j’ai mangé’. Après quoi Dieu punit le serpent, puis la femme et l’homme. Dans tout cet épisode, il a été question question du « serpent », oui, mais jamais de « satan » ni de « diable ».

  1. https://img.20mn.fr/UvhVy-iBQNSYwRWJdYxOtw/310x190_serpent-probablement-cueilli-mecaniquement-temps-haricots.jpg []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.