Jaune, Rouge : couleur de peau ?

‘Les Jaunes’, se dit encore un peu, mais à propos des non-grévistes. Plus rien à voir avec ‘le Péril Jaune’. Avec ‘les Rouges’ on est aussi dans le politique, accent vintage. Rien à voir avec les Peaux-Rouges.

Les ‘Jaunes’ pour les Asiatiques, ne se dit plus ; les ‘Rouges’ pour les Indiens d’Amérique, ne s’est jamais dit : on disait ‘les Peaux-Rouges’. Et en France, ‘Peau-Rouge’ a presque toujours été flatteur.

La couleur de la peau est devenue un sujet délicat, mais ne l’a pas toujours été. Qu’est-ce qui gêne avec la peau ?

Gallicagramme n°1. ‘les jaunes’ entre 1800 et 2000. Presse française dans Gallica

Ci-dessus, avec ‘les jaunes’ on culmine à 0,00025, ce qui ne fait pas une grosse fréquence. Plus intéressant : cette pointe est au début du XXe siècle, avant 1914. Allons voir :

Gallicagramme n°2. ‘les jaunes’ entre 1895 et 1915 (mois par mois).

Les sources (accessibles avec Gallicagram) montrent qu’il s’agit de la Presse commentant les non-grévistes à Montceau les Mines1. Pas des Asiatiques.

Dans le Gallicagramme n°1, après le creux de 14-18, on a un plateau vers 0,0001, un instant creusé par la 2e Guerre mondiale mais reprenant, avant de tomber dans les années 1950.

GG n°3. ‘les jaunes’, 1945-1955.

Des fréquences autour de 0,0001 représentent très peu d’occurrences ; on n’en sortira pas des lois à graver dans le marbre. Mais il est intéressant de voir que, pour la 1re fois depuis longtemps (depuis août 18152 ), en 1952 on n’a plus de Jaunes ! Et depuis lors, guère.



*

En italien, I Gialli ‘les Jaunes’, ce sont surtout des romans policiers. Le nom vient de la collection de l’éditeur Mondadori, publiée à partir de 1929, chaque semaine. La couverture était jaune, avec des histoires policières le plus souvent traduites de l’anglais.3

Les Jaunes menaçants, c’était un peu avant.

Sax Rohmer.

Un repère est celui des romans de Sax Rohmer (1883-1959), avec le terrible Dr Fu Manchu et la secte des Sifan ! Le premier titre de la série, en 1912-1913, est devenu collector pour les Modernes, ceux qui n’ont jamais connu le téléphone à cadran. Il a été traduit en français en 19314. Sax Rohmer ne s’est pas borné aux Chinois. Au début de sa carrière, il écrivait des pièces de théâtre, par exemple The Eye of Siva (1923) ou Secret Egypt (1928). Il a aussi créé un génie du crime féminin, cette fois plutôt japonaise, nommée Sumuru – ‘génie féminin du crime’ serait plus exact.

Avant et avec Sax Rohmer, nous avons eu ‘le Péril jaune’. Les premiers frémissements dans la Presse, selon les relevés dans la Presse française scannée sur Gallica, sont de 1888 et proviennent d’Australie. D’abord dans L’Économiste français du 7 juillet5, sous le titre ‘L’Immigration chinoise en Australie’ sous la plume de Joseph Chailley.

L’IMMIGRATION CHINOISE EN AUSTRALIE. Le Chinois émigre volontiers. La loi religieuse l’en blâme et a loi de l’Etat ne l’y encourage pas. Mais son instinct l’y pousse. Il fuit ce pays vaste et riche mais, dans ses parties les plus fertiles, surabondant de population, et d’une population presque partout industrieuse, presque partout également douée du génie des affaires, de patience et de ténacité.

Texte 1 : L’Economiste français, 7 juillet 1888, p. 5-7.

Il part, ne laissant rien que le tombeau de ses ancêtres, s’il en a, mais bien décidé à revenir un jor restaurer, plus pompeux, le culte qu’il leur doit, et à prendre, dans la société, une autre place que celle qu’il quitte ; car le plus souvent, même presque sans exception, l’émigrant chinois est un pauvre hère, à qui la constitution même de la société n’offre dans sa patrie aucune perspective encourageante. La carrière officielle, si honorée, lui est fermée, car il est illétré. Celle des affaires ne lui présente, en dépit des associations si fréquentes, que peu de chances (…)

L’article commence en décrivant les qualités ‘du Chinois’, forcé à l’émigration par la pauvreté. Chailley est élogieux à l’égard des Chinois migrants, de leurs capacités, de leur courage. Il décrit de façon détaillée les étapes du voyage, les coûts, les salaires à l’arrivée. Puis l’évolution du phénomène au plan social.

Tant que ces pays où le Chinois émigre sont dans l’enfance et n’ont, pour mettre en valeur leurs vastes espaces libres, qu’une main-d’oeuvre insuffisante, ils acceptent très volontiers et au besoin sollicitent sa coopération. Mais bientôt une région fertile, surtout une colonie, fille d’une grade puissance, peuplée de citoyens intelligents et aventureux, qu’aide une foule de coolies rompus à toutes les fatigues, ne tarde pas à passer de la médiocrité à l’aisance et de l’aisance à la richesse. Les colons enrichis appellent leurs compatriotes ; toutes les classes fournissent des émigrants, ils visent des artisans et des ouvriers plus que des capitalistes ; il en vient tant que les Chinois, même les plus pauvres, rencontrent des rivaux parmi les Européens.

Gravure (1866) illustrant l’arrivée d’immigrants chinois en Australie.

Ce qui était jusqu’ici chez eux une vertu et une force, leur frugalité, leur endurcissement à la fatigue et leur aptitude au travail, leur sont maintenant imputés à crime et donnent lieu à des persécutions. On leur reproche de vivre de rien et d’économiser sur les plus minces salaires. Finalement on réclame l’exclusion de rivaux si redoutables, et la législation ne tarde pas à accueillir et à sanctionner ces désirs nés de l’impuissance et de la haine.

L’auteur décrit alors les conflits qui viennent de se produire en Australie. Il les décrit avec le même soin, ainsi que les lois prises en Australie à cet égard depuis 1867. Voici la fin de son article :

Tout est bien qui finit bien. La conférence de Sidney eut lieu en effet le 12 juin. Les colonies y étaient représentées presque toutes par un membre des divers cabinets. L’esprit de conciliation fut le plus fort. Les colonies se déclarèrent prêtes à rapporter les lois spéciales antichinoises récemment adoptées ; en échange, elles demandèrent que le gouvernement anglais entamât des négociations avec la Chine, afin d’en obtenir un traité analogue à celui qu’elle a conclu avec les Etats-Unis.

Tout se réduit donc à une question diplomatique, laquelle du reste ne sera pas si facilement réglée. La Chine a depuis quelques années pris l’habitude de parler ferme aux puissances européennes. Elle se sent forte de leurs divisions, elle a conscience de leurs ambitions et de leurs rivalités ; elle est pour eux le Péril jaune, représenté aujourd’hui par l’invasion pacifique de ses nationaux, en attendant que ce soit, dans quelques siècles, par la puissance de ses armes.
Joseph Chailley.

Signalons, avant de poursuivre, que l’Australie est aujourd’hui et surtout depuis les événements de Tian An Men en 1989, l’un des pays le plus accueillants aux immigrants chinois.

L’article dont on vient de parler semble avoir eu, de proche en proche, un retentissement considérable. Trois jours plus tard, le 10 juillet 1888, Le Petit Parisien6 évoque la conférence de Sidney et se fait l’écho de la ‘menace’ dans un article non signé sous le titre ‘Les Chinois en Australie’. Le ton est différent. J’en sors deux passages :

Le ‘péril jaune’ comme on l’appelle en Angleterre, est assurément le plus grave de tous ceux qui menacent à cette heure l’indépendance et la prospérité du Nouveau-Monde.

Et à la fin :

Ce n’est pas l’Australie qui absorbera la Chine : c’est la Chine qui tôt ou tard se superposera à l’Australie, et fera d’elle une colonie chinoise, égale en superficie aux quatre cinquièmes de l’Europe. Les Australiens ont raison de se méfier : le grand mal de leur pays, c’est le ‘péril jaune’.

On ne va pas en rester là :

GG n°4. ‘Péril jaune’ dans la Presse française, 1885-1900.

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir apparaître le Péril Jaune dans tout son éclat. Comme on l’a vu, le conflit a d’abord été australien et, l’Australie étant alors une colonie britannique, ce sont ces derniers qui ont tenté de calmer le jeu. Le ‘péril jaune’ est une traduction de Yellow Peril.

Grâce à notre machine à voyager dans le passé, focus :

GG n°5. ‘Péril jaune’ 1890-1920, mois par mois. Gallica : Presse française.

Les années 1890, si maigres sur la gauche du gallicagramme, sont celles qui vont donner les grandes lignes du Péril Jaune, et expliquent largement à la fois sa portée, les critiques qui ont été faites au concept, et sa relative brièveté en France.

On trouve en 1890 dans la Presse régionale, sous le titre cette fois ‘Le Péril jaune’, un article étonnant7 qui donne une clé de la fascination qui s’exerce. La menace avait été décrite en termes économiques et plus lointainement militaires. L’article qu’on va voir en fait le rappel en prévoyant que quand le chemin de fer reliera l’Europe et et la Chine…

La Chine sera à nos portes. Il faudra alors aviser, comme l’ont fait les prévoyants Américains, afin de défendre nos chantiers contre la concurrence jaune. On y arrivera certainement (…)

Mais vient un autre thème, inattendu , apparemment léger, mais qui va provoquer une répugnance de longue portée.

Mais il est un troisième péril jaune, jusqu’ici insoupçonné, contre lequel on est à peu près sans défense. Il a pour complice, pour soutien, la coquetterie féminine. C’est le consul anglais de Canton qui le signale. Il paraîtrait que dans le cours de la seule année 1889 il a été expédié de Canton quatre-vingt mille livres de cheveux ! D’où proviennent donc ces provisions capillaires qui parent en suite de charmantes têtes d’Européennes ? (…) Ce sont les chevelures des suppliciées et celles mortes de maladies contagieuses (…)

*

Dans l’Europe hygiéniste, surtout en Europe du Nord où le pureté du corps est une affaire sérieuse, Guillaume II va bientôt saisir ce flambeau. Il est aussi, sinon l’inventeur8, du moins un propagateur du naturisme. En 1895, il commande au peintre Hermann Knackfuss un tableau dont on va tirer des gravures qui vont circuler dans toute l’Europe. Voici la version du Harper’s Weekly.

En bas en anglais : The Yellow Peril : After a sketch by his Majesty Emperor William II. of Germany, King of Prussia, executed by H. Knackfuss, 1895. (C’est le texte illisible dans l’angle en bas à gauche de la gravure)
A gauche “Nations européennes ! Défendez vos biens sacrés !”
A droite “Nations of Europe ! Join in the defence of your faith and your home !”
Au milieu “Völker Europas, wahret eure heiligsten Güter”, signé Guillaume II.

Cette étonnante image-tract montre au centre l’ange Gabriel avec une épée flamboyante désignant l’ennemi qui avance ; on voit l’incendie qui se rapproche des villages civilisés et une sorte de Bouddha assis au dessus de noires nuées, symbolisant le Péril Jaune, die gelbe Gefahr. Sur l’éperon montagneux, sept femmes9 dans des tenues antiques symbolisent les nations surprises, mais valeureuses : au-dessus d’elle, la Croix veille.

Le pic le plus impressionnant, dans les gallicagrammes décrivant ‘péril jaune’, est celui de 1906. Il est dû en partie au succès d’une pièce de théâtre, Le Péril jaune, de MM. Bisson et Saint-Sabin. Du moins en février. En janvier, un ‘papier’ dans Le Gaulois (22 janvier 1906) a eu pour titre ‘Le péril féminin’. Nous connaissons le thème.

Deux ans auparavant, dans Le Figaro du 29 février 1904, le ton était plus sérieux. Un article signé Emile Beer, sous le titre ‘Blancs et jaunes’, commentait un livre (1897) de Jacques Novicow10, L’Avenir de la race blanche. L’article du Figaro évoque d’abord la menace désormais bien connue :

On nous dit : “Prenez garde. L’homme jaune est prolifique ; l’homme jaune est sobre ; l’homme jaune travaille pour rien. Le jour où, grisé par le sentiment de sa puissance, cet homme aura résolu d’entrer en concurrence avec l’ouvrier d’Occident, c’en est fait de notre industrie, de notre commerce, de notre main-d’œuvre ; c’en est fait de tout.”

Dans son ouvrage, Novicow11 s’efforce, non sans humour, de cerner la fameuse ‘menace’. Il vivait à Odessa et souvent à Paris ; il a publié en 1897 en français Le Péril jaune et L’Avenir de la race blanche, en s’efforçant de calmer ces terreurs toutes neuves, agitées par le Kaiser dans les années 1890. Novicow était un européen convaincu, et un pacifiste qui trouvait le racisme détestable.

Il n’aimait pas l’idée de ‘lutte des classes’, qu’il voyait comme une adaptation du darwinisme social dont l’influence grandissait, en rapport avec l’eugénisme ambiant. Il voyait dans la ‘lutte des races’ promue par le darwinisme social un des ferments les plus clairs du racisme.

*

Dans ces mêmes années, Anatole France écrivait les parties qu’il allait rassembler en 1904-1905 dans Sur la pierre blanche, où l’on trouve des lignes célèbres (p. 213 sqq) :

Il ne paraît pas toutefois, à première vue, que le péril jaune, dont les économistes européens s’épouvantent, soit comparable au péril blanc suspendu sur l’Asie. Les Chinois n’envoient pas à Paris, à Berlin, à Saint-Pétersbourg, des missionnaires pour enseigner aux chrétiens le foung-choui et jeter le désordre dans les affaires européennes. Un corps expéditionnaire chinois n’est pas descendu dans la baie de Quiberon pour exiger du gouvernement de la République l’extra-territorialité, c’est-à-dire le droit de juger par un tribunal de mandarins les causes pendantes (…).12

Mais ce sont dans ces mêmes années (1903-1905) qu’on imprimait le ‘Protocole des Sages de Sion’, qui déclarait que les Juifs et les Francs-Maçons possédaient un Plan secret pour conquérir le monde…

Il était bon d’avoir des gens à la tête froide pour ne pas céder à ces “périls” dont on était, disait-on, de toute part menacé.

Acte 3. Peaux-Rouges

En suivant les épisodes bibliographiques d’un livre de René Thévenin (1877-1967), on peut assister à l’extinction lexicale des Peaux-Rouges. Le livre le plus connu de Thévenin, avec des illustrations de Paul Coze, était (1928) Mœurs et histoire des Indiens Peaux-Rouges. Thévenin et Coze étaient de grands défenseurs des Peaux-Rouges.

Le livre a eu un succès continu, mais pas le titre. En 1977, puis en 1981, d’après le catalogue de la BNF, une réédition s’appelle Mœurs et histoire des Peaux-Rouges. Puis, à partir de 1992 (puis 2004, 2017) Mœurs et histoire des Indiens d’Amérique du Nord.

Voyons ce qu’il en est de ‘Peaux-Rouges’ dans la Presse.

GG n°6. ‘Peau Rouge’ en bleu, et ‘Peaux-Rouges’ en rouge, 1800-2000. Même source.

Toutes les occurrences antérieures à 1826 utilisent ‘peau rouge’ pour désigner une peau teinte en rouge, par exemple pour le dolman d’uniforme. Les premières occurrences dans la Presse désignant les Indiens d’Amérique du Nord sont au pluriel, ‘Peaux-Rouges’, dans une publication chrétienne, les Annales de l’Association de la Propagation de la foi (1er mars 1826), où l’on cite des missionnaires vivant en Amérique du Nord. La façon qu’a l’article d’employer ‘peaux rouges’ (sic) est peut-être protectrice mais amicale et pacifique.

GG n°7. Même chose, 1885-1895, mois par mois.

Le pic est vers décembre 1890. Le spectacle de William Cody ‘Buffalo Bill’, qui a tourné pendant environ trente ans aux E.U., est venu en France en 188913. Le tableau de Rosa Bonheur est de cette année-là et, comme on sait, les deux personnages sont devenus amis. Le spectacle a eu en France un succès prodigieux, et la grimpée des ‘Peaux-Rouges’ dans les curiosités et dans la Presse est en conséquence. Ceux qui iront sur Gallicagram lire les extraits de presse qui expliquent notre “pic” verront que la plupart s’indignent du sort fait aux Indiens.

Dans ces articles, on verra aussi l’importance de la vogue des romans de James Fenimore Cooper (1789-1851)14. Tout le monde, y compris Balzac et Hugo, lisait ses romans, en particulier ceux qui faisaient revivre la “frontière” américaine, que l’auteur avait bien connue par le rôle de son père auprès des Iroquois. Les premiers romans traduits en français sont L’Espion et Les Pionniers (1823). Le Dernier des Mohicans est traduit en français dès sa parution en anglais en 182615. C’est dans cette traduction, par Auguste Defauconpret, qu’on lit les expressions ‘Peaux rouges’ et ‘visages pâles’, dont Marcel Pagnol disait encore avec jubilation le succès dans La Gloire de mon père.

Les dernières occurrences de peaux rouges, en 2013-14, sont des citations. Le maigre ‘pic’ de 1977 résulte de 18 mentions, 11 de la Bibliographie de la France concernant des ouvrages anciens, et quelques autres à destination des enfants.

GG n°8. ‘amérindien’ en bleu, au pluriel en rouge, 1940-2020. Mêmes sources.

Le terme ‘Amérindien’, ci-dessus, inventé et popularisé par les anthropologues, est une lente création de l’Après-Guerre, avec l’appui de Claude Lévi-Strauss. Adapté à la vaste enquête des Mythologiques16, qui va de l’Alaska à la Terre de Feu, il est différent de ‘Peaux-Rouges’ puisqu’il concerne tous les Américains indigènes, du Sud comme du Nord.

Conclusion. La peau ?

Pour les “Jaunes” les deux aspects, racial et ouvrier, se croisent dans le cas fondateur australien, de façon sévère. Les affres du Péril Jaune n’ont pas l’air d’avoir produit en France de tels ravages, peut-être grâce à des ouvrages bien informés.

Les Peaux-Rouges ont été largement anéantis aux Etats-Unis. Au début de leur livre, Thévenin et Coze citent une lettre du général Sherman à Buffalo Bill, en 1887. Sherman approuve d’abord le massacre des bisons, et ajoute :

[En 1862] il y avait environ 165 000 Pawnies, Sioux, Cheyennes, Kiowas et Apaches, dont l’alimentation annuelle dépendait de ces bisons. Eux aussi sont partis (‘are gone‘) et ont été remplacés par le double ou le triple d’hommes et de femmes de race blanche, qui ont fait de cette terre un jardin et qui peuvent être recensés, taxés et gouvernés selon les lois de la nature et de la civilisation. Ce changement a été salutaire et s’accomplira jusqu’à la fin.

La couleur de la peau n’était qu’un prétexte. Mais le prétexte paraissait excellent aux “Blancs”, pour qui ces Peaux-Rouges étaient par nature inférieurs. Beaucoup de citoyens des Etats-Unis ont changé d’avis17.

En France et en Europe méridionale, les couleurs de peau n’ont pas eu cette portée discriminatoire. Faut-il importer ces exclusions dangereuses ?

NOTICES des images. (1) En tête du billet, une photo d’Edward Curtis, ‘Two Strike’, dans The North American Indian, vol. III, 1908. L’image vient d’une réimpression faite en 2001 (p. 161) chez l’éditeur Taschen. J’ai cherché dans l’exemplaire scanné du vol. 3 de 1908, sans trouver l’image. (2) La couverture de L’Affare d’Arblay’, le n°33 des Gialli Mondadori, 1931. Ce monsieur en costume pataugeant dans un marécage illustre une sorte de trilinguisme. Il s’agit de la traduction italienne d’un roman anglais (1926) dont le titre est français. L’image vient d’ici. (3) Cette photo de Sax Rohmer vient de la page de couverture des Collected Works, chez l’éditeur Delphi, coll. Classics. (4) la gravure provient de l’article Wikipedia ‘Sino-Australiens‘. (5) La gravure ‘Volker Europas’ se trouve dans la plupart des articles Wikipedia ‘Péril jaune’. (6) La couverture de l’édition actuelle (Petite bibliothèque Payot, coll. Payot-Rivages). Les ‘planches documentaires’ avec les dessins de Paul Coze sont à la fin du volume.

  1. Sur le ‘jaune transgressif’ et les syndicats jaunes, voir Michel Pastoureau, 2019, Jaune. Histoire d’une couleur, p. 186 et suiv. []
  2. L’examen des citations antérieures à 1815 montre que le mot en cause est rarement ‘jaune(s)’ et que quand c’est lui, il s’agit de peinture ou de jaune d’oeuf. []
  3. On peut consulter la liste des premiers volumes ici. []
  4. Un des tout premiers traducteurs fut Henri Thiès (1892-1963). []
  5. Accessible ici. []
  6. Dans Gallica ici. []
  7. Dans l’Avenir de Seine-et-Marne, 10 septembre 1890. Accessible sur Gallica ici. Il est possible que l’article ait été diffusé dans plusieurs journaux. []
  8. Souvenons-nous du rôle d’Elisée Reclus, plutôt côté anarchiste ! []
  9. Dont une avec un bouclier portant les croix de saint Georges et saint André, désignant l’Empire britannique. []
  10. Jacques Novicow (1849-1912) était un sociologue de grande renommée ; il a publié plusieurs livres discutant des relations internationales. Le Péril jaune est de 1897, de même que L’Avenir de la race blanche, critique du pessimisme contemporain, publié chez Alcan dans la ‘Bibliothèque de philosophie contemporaine’. Le livre est accessible sur Gallica. []
  11. Jacques Novicow, 1897, L’Avenir de la race blanche, critique du pessimisme contemporain, []
  12. Il est vrai que de nos jours les autorités chinoises ordonnent qu’on efface le mot ‘Tibet’ des cartels des musées parisiens qu’ils contribuent à financer, et que musées français s’exécutent. []
  13. Il reviendra en 1905. []
  14. Fenimore était le nom de sa mère, Cooper celui de son père. []
  15. 1826 est, comme nous l’avons montré plus haut, la première apparition des ‘peaux rouges’ dans la Presse française. []
  16. Quatre volumes, publiés de 1964 à 1971. []
  17. Voir par exemple, en 1906, la lettre d’éloge de Th. Roosevelt à Edward Curtis. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (6 juillet 2024). Jaune, Rouge : couleur de peau ? Caramel. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11yk0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search