Pauvre, politique, prolétaire, élections

Nous sommes en temps d’élections. Dans les discours, on constate des promesses – qui font des effets de théâtre, comme les Miracles du Moyen âge. On constate aussi de fermes oppositions souvent rhétoriques, puisque nos dirigeants, du moins ceux que nous élisons, depuis des décennies conduisent les affaires de façons de moins en moins différentes. Et que ceux qui prétendent sortir de cette voie étroite, une fois au Pouvoir, s’alignent curieusement sur leurs prédécesseurs.

Nous sommes dans une époque, donc, où l’on fait confiance aux mots, où l’on en dit beaucoup, en les espérant « forts », en les proclamant « clairs », en assurant qu’ils sont « sincères », mais dont la surenchère, et l’expérience, nous montrent la faiblesse et l’emphase.

Caramel, fidèle à sa mission, va revenir sur quatre mots compliqués.

Le mot possède une gamme de significations qui va du sens concret ‘qui n’a pas d’argent, pas de revenus’ aux sens moraux comme dans « les pauvres gens ». Le mot n’est jamais simple, parce que ceux qui l’emploient ne sont généralement pas des pauvres.

Techniquement, le mot est d’origine latine, où il appartient à un groupe de mots dont la base est le mot qui signifie ‘peu, pas beaucoup’. En italien on dit povero, en espagnol pobre ; en roumain, on peut dire sirak, mot qui en bulgare ou en serbe signifie ‘orphelin’. En effet, sirakŭ en vieux slave signifiait ‘orphelin, abandonné’.

L’association de ces deux sens, ’pauvre’ et ‘abandonné’ est récurrente dans la littérature, très tôt, bien avant Hector Malot, parce qu’elle est récurrente dans la vie. La pauvreté est un drame non seulement parce que presque tout vous est impossible, mais parce que vous êtes de plus en plus seul. Dans la littérature grecque ancienne, où il y a des mendiants, contrairement à ce que l’on croit peut-être, on disait ‘ptōkhos’ et le dictionnaire de Bailly introduisait le terme en expliquant : « Qui se blottit ou se cache, d’où humble, par extension : pauvre, mendiant ». Mais c’est alors la misère, comme dans la chanson d’Aznavour1 :

Emmenez-moi au bout de la terre,
emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère,
serait moins pénible au soleil

En français, on distingue soigneusement entre la ‘pauvreté’ et la ‘misère’. Dans ce clivage essentiel pour ceux qui le vivent, la ‘pauvreté’ est un dernier rempart ; on reste présentable. La misère est un effondrement, comme le montre l’emploi du mot misérable : oui, il veut d’abord dire ‘digne de pitié’, mais il est le plus souvent une insulte.

Le mot est, pour le moins, en demi-teintes. Bien sûr il devrait être noble et de bon aloi. Le mot est d’origine grecque et c’était un adjectif : politikos signifiait ‘qui est du ressort de la cité (polis, en grec), de la vie publique et de son organisation’.

L’histoire du droit, des principes juridiques par lesquels on essaie de sortir les hommes de leurs rancœurs et de leurs vengeances tout en établissant la compensation des agressions, est plus ancienne que la Grèce. C’est ce que démontre par exemple l’existence du Code d’Hammurabi – dont un magnifique exemplaire (ci-contre) est au Louvre. Nous sommes vers 1750 AEC.

Mais l’idée d’une organisation de la vie publique au moyen d’institutions dont l’existence est réglementée et explicite, c’est bien plus tard. On comprend facilement que les tyrans ne tiennent pas à suivre un ensemble de règles, mais seulement leurs intérêts, et au gré de méthodes personnelles. C’est pourquoi l’exposé d’une Constitution est en soi un fait démocratique. On ignore ce qui s’est passé dans beaucoup de villes d’autrefois, car il a fallu attendre l’époque d’Aristote (384-322) pour qu’on décrive une Constitution – et beaucoup de chance ensuite pour que de tels documents parviennent jusqu’à nous.

Le papyrus Oxyrhynchus 131. La Constitution des Athéniens.

Le livre ‘La Constitution des Athéniens’ (Athēnaiōn politeia) est d’Aristote et de ses élèves. C’est un ouvrage d’histoire, où l’on nous décrit l’évolution du régime politique de la ville d’Athènes. L’ouvrage était bien connu dans l’Antiquité, mais on ne l’avait plus – sans doute parce que ce genre de soucis n’intéressait plus personne ? On l’a retrouvée en 1891 sur un rouleau de papyrus, dans les fouilles d’une ville en Egypte.

Quand, à l’époque d’Alexandre le Grand et ensuite, à l’imitation de l’Empire perse, les régimes locaux ont dû de gré ou de force se soumettre à des pouvoirs impériaux, ces constitutions qui représentaient des trésors d’ingéniosité et de savoir-faire humains ont disparu, et on est retombé dans le « Fait du prince », avec divers accommodements intéressants.

Le mot empire provient du latin imperium et du verbe latin imperare ‘commander’. Ernout et Meillet, dans leur Dictionnaire de l’histoire des mots latins, racontent une histoire remarquable. Ils expliquent que ce imperare est composé de in- et de parare ‘préparer’. Au départ, le mot signifie seulement ‘mettre en forme’ ; c’est seulement par une sorte de conséquence qu’il vient à signifier ‘commander’. Ils font observer qu’il est arrivé la même chose avec le verbe français ordonner, qui au départ signifie ‘mettre en ordre’…

Personne ne niera qu’il faut préparer les événements, autant qu’on peut. Mais il est utile de réfléchir à la concordance des moyens et des fins, comme on dit. Si l’anxiété des ‘préparatifs’ dissimule les buts de l’action, nous voilà mal partis !

On a déjà évoqué le mot prolétaire dans Caramel2. C’est encore un mot latin qu’on a emprunté au latin écrit dès le XIVe siècle, d’abord en se trompant : on l’a écrit prolectaire. Au XVIe siècle, on s’y prend mieux et l’on écrit (1578) prolétaire. Augustin d’Hippone, le saint Augustin chrétien en avait rédigé une définition3

les prolétaires, ainsi nommés parce que trop pauvres pour porter les armes, ils avaient pour fonction d’engendrer des enfants.

Notez qu’Augustin ne vise pas les femmes, mais une classe de gens, qui n’est pas encore exactement une classe sociale. L’explication remonte à ce que disait Cicéron dans son traité La République (II, 22), quand il raconte l’organisation financière ancienne de l’Etat romain, et les réformes entreprises par le roi Servius Tullius :

Il appela les riches les imposés, parce qu’ils fournissaient l’impôt ; et ceux qui ne possédaient pas plus de quinze cents as [nom d’une monnaie], ou qui même n’avaient à déclarer au cens [le service des impôts] rien de plus que leur tête, il les nomma prolétaires, pour faire voir que la république attendait d’eux en quelque façon une race (proles), une postérité.4

On voit que les soucis du « repeuplement de la France », sans parler des mécanismes réels ou supposés du « remplacement » petit ou grand, ne sont pas d’aujourd’hui. Mais les Romains n’avaient jamais eu le souci de la pureté d’une « race endémique » quelconque, et avaient explicitement formulé la mixité originelle dans l’Enéide de Virgile. Toujours est-il que ceux qui étaient « trop pauvres » pour être utiles à autre chose devaient au moins fournir la main d’œuvre de l’avenir – comme l’avait génialement conçu (selon Cicéron) ce grand roi Servius Tullius.

4. Élection(s)

Le latin eligere signifiait ‘élire’, certes. C’est un dérivé d’un verbe très courant, legere, qui avait au départ un sens concret : ‘ramasser, cueillir’. De là, à la fois ‘rassembler’ (comme dans ramasser) ou ‘choisir’ (comme dans cueillir) ! Le dérivé eligere se range dans la deuxième nuance : ‘choisir’, mais au début sans aucune idée de quoi ni comment.

Les nombreux exemples d’emploi du verbe, aussi bien en français (surtout autrefois) qu’en latin, montrent l’amusante variété des gens ou objets qui peuvent être ‘choisis’ – on n’ose pas dire ‘élus’. L’élection, au singulier, a lui aussi les emplois les plus divers – l’un des plus curieux étant l’expression ‘vase d’élection’ appliqué à Paul, dans le livre des ‘Actes des apôtres’ (IX, 15), dans le Nouveau Testament. C’est du moins une traduction française fréquente. La Traduction Œcuménique (chrétienne) de la Bible (2010), plus prudente, dit ‘cet homme est un instrument que je me suis choisis’ – mais le grec du texte original est en effet skeuos eklogēs, et cette eklogē est exactement le latin ēlectio.

Toujours est-il que nous sommes là loin de nos élections, surtout si le Seigneur, qui est celui qui parle à Ananias dans une vision, dans notre phrase des Actes, a choisi Paul tout seul et pour lui-même.

Bien sûr, nous utilisons encore le mot élection au singulier, même en politique. On peut dire avec le même sens ‘Quel est le résultat de l’élection ?’ ou ‘Quel est le résultat des élections ?’, mais la première formule suggère que l’élection porte plutôt sur un seul choix, un seul individu. Depuis 1900, en gros, le mot est plus souvent au pluriel qu’au singulier, avec des creux remarquables pendant les deux Guerres mondiales.

Gallicagramme. ‘élection’ en bleu et ‘élections’ en rouge entre 1900 et 1950.
Les effets de sape des deux guerres (avec le retour du singulier en tête pendant la seconde) sont spectaculaires.

Il ne manque pas (même avant les résultats !) de gens pour critiquer le principe des élections. Le plus souvent, on entend que “ma voix vaut plus que celle des autres” (les autres étant généralement les illettrés, les pauvres, les gens de peu). C’est bien certain, et on ne peut qu’approuver ! Comment voulez-vous que les autres votent mieux que vous ?!

Les gens instruits peuvent se consoler en pensant que leur instruction leur permet d’intervenir utilement dans les débats ; qu’ils sont influents. C’est parfois une très maigre consolation, vu le nombre énorme des gens influents.

Une chose certaine, est que le pouvoir de voter qu’ont maintenant tous les citoyens (les femmes seulement depuis 1944, rappelons-le) réactive à coup sûr leur souci des activités publiques.

NOTICES des images. (1) Sans famille est certainement le roman le plus célèbre d’Hector Malot (1830-1907). Publié en 1878 chez Dentu, l’image (source Gallica) est celle de l’édition de 1888. (2) la partie haute antérieure de la stèle, au Musée du Louvre, photo juin 2023. (3) Cette image, retouchée, provient de la page Wikipedia sur la Consitution des Athéniens. (4) Le schéma est obtenu à partir de l’outil Gallicagram.

  1. Dans Emmenez-moi. []
  2. Notamment dans le vocabulaire à la fin de ‘Les pauvres et les Jeux olympiques’. Voir aussi l’Index. []
  3. Augustin, Cité de Dieu, III, 17. La phrase complète est (la traduction suit) : Tum vero tam multa bella ubique crebruerunt, ut inopia militum proletarii illi, qui eo, quod proli gignendae vacabant, ob egestatem militare non valentes hoc nomen acceperant, militiae conscriberentur. ‘En ces temps-là, d’ailleurs, les guerres se multiplièrent partout à ce point qu’en raison de la pénurie de soldats on appela sous les drapeaux les prolétaires, ainsi nommés parce que trop pauvres pour porter les armes, ils avaient pour fonction d’engendrer des enfants’. Traduction de de G. Combès, Ed. DDB, coll. Bibliothèque augustinienne. Voir Cicéron, De Republica, II, 22. []
  4. Traduction de la coll. Nisard. Qui cum locupletis ‘assiduos’ appellasset ab asse dando, eos qui aut non plus mille quingentos aeris aut omnino nihil in suum censum praeter caput attlulissent, proletarios nominavit, ut ex iis quasi proles, id est quasi progenies civitatis, expectari videretur. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (29 juin 2024). Pauvre, politique, prolétaire, élections. Caramel. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wmj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search