L’enjeu de l’insecte

Une idée courante est que les petits animaux sont plus simples que les gros, et que les tout petits, quand on les coupe en deux, ça repousse. C’est rarement vrai !

La légende vient d’un fait véritable : certains insectes, ou plutôt leurs larves, semblent construits comme des suites de segments identiques. De sorte que si on coupe à un endroit, on se dit que ça n’a pas d’importance puisque le reste est pareil…

L’expérience, souvent désastreuse ! veut vérifier une présomption pleine d’intérêt : que les corps organisés sont le résultat d’une chaîne d’éléments similaires, dont certains se sont spécialisés.

C’est le sens du mot « insecte », qui se trouve ainsi au centre d’un débat passionnant.

Acte 1. Entomologie

La science des insectes, est l’entomologie. Ce mot en –logie est composé avec entomo-, le mot grec ancien ou moderne1 pour ‘insecte’. Ce mot entomo est fait sur un verbe tomein ‘couper’, comme dans le mot français tome pour une œuvre qu’on a dû couper en tomes pour la publier. De ce fait, entomon signifie ‘découpé’. L’inventeur du mot est Aristote, comme on va le voir.

Une illustration dans le traité d’Aldrovandi, 1602.

En latin, ‘couper’ se dit secāre, comme dans notre sécateur. Pline l’Ancien a copié le grec en-tomon pour en faire en latin in-sectum ‘découpé’.2 Il explique l’idée (HN XI, 1.) :

Tous ces animaux ont été appelés avec raison insectes (insecta), à cause des divisions qui les coupent tantôt au col, tantôt à la poitrine et à l’abdomen, en segments réunis l’un à l’autre seulement par un conduit ténu.

Une partie de la version de Monet. Que d’insectes écrasés !

*

La chasse aux papillons est passée de mode. Beaucoup de gens y sont hostiles, dans l’idée que cela détruit la Nature. Certaines chasses ciblées détruisent des espèces, c’est vrai, à cause des prix offerts par des collectionneurs sans scrupules. Mais en marchant dans les bois, on en écrase un grand nombre sans même s’en douter. Les joyeux convives du Déjeuner sur l’herbe de Manet (ou celui de Monet, ou celui de Renoir) ont fait beaucoup plus de morts chez les insectes qu’un chasseur de papillons ordinaire – qui est le plus souvent un humain attentif et respectueux de la Nature.

*

Ocelle du revers d’une aile postérieure de papillon. Caligo teucer L., Pérou.

Aristote a parlé des Insectes dans ses livres sur les animaux. Il est un des très rares savants à l’avoir fait, en Europe, avant le grand naturaliste de Bologne, Ulisse Aldrovandi, dans la seconde moitié du XVIe siècle, lequel s’exclamait3 :

Il existe des quantités de sortes de papillons [qu’il illustre par plusieurs planches commentées ensuite], mais dans l’Antiquité on n’en a décrit  aucun !

C’est pourtant Aristote qui a inventé le mot entoma, comme on l’a dit plus haut.4

J’appelle insectes (entoma) les animaux dont le dos présente des segments (entomas), soit sur le dos, soit sur le dos et le dessous du corps.

Il revient sur leur cas dans un autre ouvrage, Les Parties des animaux (IV, 5 et 6), avec la fameuse idée du « découpable ». Elle se trouve dans un passage où Aristote cherche à situer de principe régulateur de l’organisme5 :

Un mille-pattes, cruellement coupé en deux par l’image.

Pour les insectes (entoma), le segment [porteur] de ce principe (…) est entre la tête et le creux autour de l’intestin. Ce segment, chez la plupart, est unique, mais chez d’autres il est multiple, comme pour les mille-pattes (…). C’est pourquoi, coupés au milieu, ils survivent.

Les insectes sont l’ensemble le plus spectaculaire parmi l’embranchement des Arthropodes, qui se caractérisent par une série de segments (les métamères) plus ou moins différenciés. La succession des segments est visible dans les formes « archaïques » comme les nombreux Trilobites fossiles, dont on a une image ci-contre à droite.

Schéma chronologique des “sorties de l’eau” : plantes, crustacés et insectes hexapodes, tétrapodes.

La possibilité récente d’examiner l’ADN des cellules du corps des animaux montre que les Insectes sont plus proches des Crustacés primitifs que des Myriapodes comme les mille-pattes dont parlait Aristote. Toutefois, le principe demeure : les uns et les autres semblent résulter de la spécialisation fonctionnelle des éléments répétés. Quand on veut examiner cette répétition afin d’en dégager un plan ou un programme, on constate que dans tous les cas, l’individu croît au cours de son existence, et que cela a un impact sur la façon de considérer la répétition des éléments.

Chrysiridia ripheus, détail de l’aile postérieure.

Or, un clivage important parmi les Insectes différencie ceux qui subissent au cours de leur croissance des transformations complètes comme les papillons, chez qui l’adulte ne ressemble pas du tout à la larve, de ceux où ces transformations sont progressives, de mue en mue, par exemple chez les criquets et sauterelles.

Chez les insectes à transformation complète, l’aspect segmenté du corps des larves, clairement divisé en anneaux successifs comme dans les chenilles des papillons, disparaît chez l’adulte au profit de segments fonctionnellement individualisés : tête, thorax pourvu de 3 paires de pattes (et pourvu d’ailes), abdomen.

Exemples d’insectes à transformations complètes ou bien progressives.

On retrouve là, si l’on veut6, l’adage de Haeckel, selon lequel « l’ontogénie récapitule la phylogénie », c’est-à-dire que les stades successifs de la croissance d’un individu parcourent ( avec beaucoup d’exceptions !) les stades successifs qu’a connus l’évolution de l’espèce. La chenille du papillon serait « plus primitive » que le papillon adulte sorti de sa chrysalide.

Chenille de bombyx disparate, Lymantria dispar. Photo de Didier Descouens.

On ne peut pas nier, pour beaucoup d’insectes, la surprise que provoque la stupéfiante métamorphose qui, au terme, met à jour l’imago, l’adulte. Réaumur a employé, dès le 1er volume7 de ses Mémoires sur les Insectes en 1734 le terme grec de métamorphose, qui traditionnellement s’employait dans l’Antiquité, notamment dans le recueil d’Ovide, pour désigner la transformation d’un humain en animal ou en végétal.8 Mais Maria Sibylla Merian, par exemple, l’avait déjà imposé en latin en 1705.9

Lymantria dispar, l’adulte femelle.
Une reine de fourmis Acromyrmex versicolor vient de ses débarrasser de ses ailes.

Essayons de retrouver notre point de départ : les entoma d’Aristote, les insecta de Pline, étaient décrits sous ce nom parce qu’ils étaient, ou plutôt paraissaient “sécables”.

Mais cette description s’appuyait sur deux niveaux différents. Ce qu’on lit surtout chez Aristote ou chez Pline, c’est que le corps est nettement “découpé” en trois parties, bien visibles sur l’image de la fourmi ci-dessus, et sur beaucoup d’autres insectes : la tête avec yeux, mandibules, antennes ; puis le thorax, où Aristote voyait la partie fondamentale, auquel s’accrochent les six pattes et les ailes des Insectes au sens moderne ; puis l’abdomen, souvent plus lourd et plus long.

À un autre niveau, que les adultes soient ou non le résultat de métamorphoses, apparaît le caractère segmenté de l’animal au stade larvaire, qui le rattache à l’ensemble plus vaste des Arthropodes, où figurent les Myriapodes pourvus de nombreux segments identiques. Mais il est vrai que les deux extrémités de la bête, même à mille pattes, sont nettement différenciées.

La larve (la chenille) des insectes ressemble davantage aux groupes “primitifs” des Arthropodes, que ne le fait l’insecte adulte, l’imago. L’adulte apparaît, dans le cas des papillons, comme une invraisemblable folie, pourvue de signaux spectaculaires comme dans l’exemple ci-contre. Mais cette signalétique, entre autres fonctions, s’explique par l’ambition de se reproduire – puisqu’en vérité la mission essentielle de ces adultes est d’y pourvoir !

Conclusion

Aussi la différence entre la larve et l’adulte ne doit-elle pas être vue trop vite comme une démonstration qu’autrefois les bêtes étaient quelconques, et qu’aujourd’hui elles sont magnifiques.

Car la larve est est bien là, aujourd’hui encore indispensable dans tous les cas. Le papillon adulte ne serait-il qu’une sorte de faire-valoir de l’espèce, un voyageur-représentant-placier, un voyageur de commerce bien habillé qui va montrer le produit, et le vendre ?

Ce qui incite à la réflexion, c’est que nous aussi, les humains – qui certes ne sommes pas les cibles de ces manœuvres “pour adultes” – ce sont les papillons que nous voyons, leurs couleurs souvent contrastées et éclatantes, les signaux affichés !

Comme si, par delà les frontières des espèces, le monde des signes communiquait.

NOTICES des images (1) Parnassius apollo L. Collection personnelle. Je dois avouer que les Parnassinés sont pour moi le nec plus ultra du papillon – je ne sais pas pourquoi : l’altitude ? (2) Illustration dans Aldrovandi, De Insectis, p. 203. Le De Insectis est consultable en ligne. (3) Le Déjeuner sur l’herbe le plus célèbre est celui de Manet, à cause de la femme nue. Monet en avait fait un gigantesque, qui a mal vieilli et qu’il a dû découper en morceaux. Ce morceau est au Musée d’Orsay. (4) Détail du revers d’une aile postérieure d’un Caligo teucer du Pérou. Collection personnelle. C’est un des “chevaliers achéens” nommés par Linné, voir le caramel ‘Les papillons de la guerre de Troie‘, vers la fin de l’acte 5. (5) L’image de cet iule (j’ai un vague souvenir d’avoir déjà utilisé cette image dans Caramel ?) vient de cet article. (6) L’image, retouchée, vient d’ici. Pour des raisons un peu étranges, qui tiennent en partie au fait que le trilobite standard a une allure de monstre plausible, ce groupe disparu a un succès populaire. (7) Ce schéma bien fait et suggestif, signé PBrieux, sous licence CC BY-SA 4.0 , vient de l’article Wikipedia ‘Sortie des eaux‘. Il porte une légende : ‘Ce schéma illustre l’histoire évolutive des algues, des plantes terrestres, des arthropodes, des insectes, jusqu’aux vertébrés. Sous le schéma figure une frise des ères géologiques allant de l’Hadéen au Cénozoïque.’ (8) Chrysiridia ripheus, Drury. Collection personnelle. (9) La photo de D. Descouens se trouve dans l’article Wikipedia ‘Chenille’. (10) La photo de la femelle de Lymantria dispar L. 1758, vient d’ici. Le mâle a un aspect différent. (11) Cette image d’Acromyrmex versicolor provient du livre de Luc Passera et photos d’Alex Wild, 2022, Formidables fourmis !, Ed. Quae, p. 23. (12) Ocelle d’Apollon. Collection personnelle. (13) Dans la conclusion. Hamadryas (Ageronia) fallax Staud. Coll. personnelle.

  1. En grec aujourd’hui έντομο, qui se prononce éndomo. []
  2. Pline, Histoire naturelle, X, 87 ; le livre XI est consacré aux insectes. La citation est dans la traduction de Littré. []
  3. Aldrovandi, De Insectis, p. 236. []
  4. Aristote, Histoire des animaux, I, 1. Edition et traduction de Pierre Louis, 2002 (1964), Ed. Belles Lettres, vol. 1, p. 4. []
  5. Parties des animaux, IV, 5, § 35. Ma traduction. []
  6. C’est une approximation hors contexte, car Haeckel considérait les formes successives de l’embryon, avant la naissance, comme indicateur des stades évolutionnaires antérieurs. []
  7. Je ne sais pas pourquoi le TLFi ne signale le terme que dans le 2e volume en 1736. Dans le 1er volume, accessible en ligne, on le trouve aux pages 366, 394, 461. []
  8. C’est ainsi que Strabon emploie, en grec, le terme metamorphôsis (en I, 2, 11) pour désigner la transformation par Circé des compagnons d’Ulysse en gorets (Odyssée, chant X). []
  9. Dans le titre de la première édition de son ouvrage célèbre Metamorphosis insectorum surinamensium, consultable en ligne. La 2e édition augmentée est De Generatione et metamorphosibus insectorum surinamensium, 1719. J’avais fait en mars 2019 un caramel sur Anna Maria Merian ; mais depuis, les collègues de la revue La Garance voyageuse l’ont revu et en ont proposé une version bien meilleure dans leur numéro d’été, le 146. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (13 juin 2024). L’enjeu de l’insecte. Caramel. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t9p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search