Pythagore au Japon

PI

Cécile Boulaire m’écrit (j’adapte beaucoup son message) : mon pauvre ami, votre ignorance est insondable, même la Famille Souris de Kazuo Iwamura, vous ne la connaissez pas ! Et c’était vrai ! Piqué au vif, je lis quelques albums et en parle à une autre amie, japonaise cette fois-ci, Sawako François. Elle me raconte qu’en effet, ses enfants ont été bercés par les Douze albums de Kazuo

et, ajoute-elle avec une naïveté bien jouée, par « Pythagora Switch »1. Elle ajoute un lien. Je clique, je tombe en sidération positive et passe mon temps, depuis – heureusement Caramel m’arrache à cette transe – à regarder ce débat titanesque entre la pesanteur et la malice. Allons-y.

Acte 1 : PI.

Comme vous savez, les Japonais jouent avec plusieurs types d’écriture. Au début, vers le VIIIe siècle, quand la mode à la cour était de faire chic et chinois, ils ont adopté les caractères chinois, à la fois pour écrire en chinois et pour écrire leur langue.

Dans le principe, c’est simple. Supposez le caractère chinois prononcé PI, qui signifie ‘comparer’. Vous pouvez l’utiliser pour le sens ou pour le son. Vous pouviez l’utiliser pour le sens si vous voulez écrire ‘comparer’, ou l’utiliser pour écrire le son PI.

Evidemment, mélanger les deux méthodes amène à des confusions pénibles : à chaque fois, vous allez devoir vous demander s’il s’agit du sens ou du son – et c’était d’autant plus ambigu que les mots n’étaient pas séparés. C’est pourquoi les Japonais ont vite utilisé des formes simplifiées des caractères chinois quand il s’agissait du son. Visuellement, cela lève l’ambiguïté : la forme compliquée, chinoise, indique un sens ; la forme simplifiée, typiquement japonaise, indique un son.

Si vous aviez le caractère , chinois, vous comprenez ‘comparer ; sorte, classe (d’éléments)’ et vous pouvez bien sûr le prononcer en japonais, comme tagui ‘sorte, classe’. Si vous avez le caractère simplifié qui en dérive, ぴ , vous savez que c’est la syllabe PI.

Acte 2 : TA

Donc, pour le son PI, ou le son TA, les Japonais ont simplifié des caractères chinois. Ils l’ont fait de deux façons, parce qu’ils se trouvaient – par rapport à l’écriture chinoise – devant deux problèmes très différents, et même opposés.

Comme la langue japonaise est sans rapport avec la chinoise, elle utilise pour construire les phrases, même les plus simples, de nombreux mots grammaticaux qui n’existent pas du tout en chinois : tous ces petits mots comme en français à, de, par, le, si, et, ou etc., qui sont très courants et dont on ne peut pas se passer2.

Dans la série japonaise Pitagora switch, chaque parcours aboutit à révéler le nom du programme, sous une forme toujours ludique et inattendue.

Pour écrire ‘papillon’ ou ‘maison’, vous êtes presque sûr que le mot existe en chinois, et qu’il y a un caractère en chinois – que vous pouvez donc utiliser, en le prononçant à votre façon. Et cela fonctionne bien même si, au Japon, les maisons et les papillons ne sont pas toujours comme en Chine.

En revanche, pour les mots grammaticaux qui n’existent pas du tout en chinois, il faut de toute urgence les écrire, sinon on ne comprend rien. Très souvent, il s’agit de mots courts, qu’on avait avantage à écrire selon la prononciation. Pour eux on a utilisé une première série de formes simplifiées – ce qu’on appelle les hiragana.

Par exemple NO, qui signifie ‘de’ comme dans ‘le goût du silence’ et qui est très fréquent, a été écrit の parce qu’il est simplifié d’un caractère chinois qui se prononçait de cette manière, mais dont le sens était tout différent.

Une partie de la description du mot NO dans la grammaire de Catherine Garnier.

Acte 3 : GO

Puis il y avait une raison inverse, qui faisait aussi que les caractères chinois ne suffisaient pas. Cette fois, ce n’était pas pour noter les mots très japonais, mais au contraire pour noter des mots pas du tout japonais. Supposons que vous vouliez écrire ‘Pythagore’ en japonais. Aucun caractère chinois n’existe, ni même approchant. La seule solution est de noter ce qu’on prononce.

PI TA GO RA

Evidemment, les Japonais vont prononcer (comme nous faisons aussi) Pythagore à leur façon, et cela donne « Pitagora ». Il faut donc noter quatre syllabes PI TA GO RA. Mais ce ne sont plus des petits mots grammaticaux typiques du japonais : c’est le contraire.

Les Japonais ont très bien vu la différence, et ils ont utilisé une autre série de simplifications de caractères chinois – ce qu’on appelle les katakana.

A l’œil non prévenu, ces deux séries se ressemblent, et c’est normal puisque toutes les deux résultent de la même méthode : simplifier une écriture compliquée pour que (1) ce soit facile et rapide à tracer (2) on ne confonde pas avec l’écriture d’origine.

Ci-dessus, j’ai extrait d’un dictionnaire un petit tableau qui compare les deux systèmes : H est pour hiragana et K pour katakana. Parfois les deux se ressemblent, parfois à peine. On voit bien que les katakana, ceux qui notent la prononciation japonaise des mots étrangers, sont souvent plus simples.

Si vous voulez écrire PITAGORA, il faudra quelques astuces supplémentaires, mais vous allez obtenir finalement ピタゴラ. Le premier signe possède un petit rond pour le dériver de HI ヒ, le troisième signe possède deux petits traits pour le dériver de KO コ. Mais au bout du compte, le système marche bien.

Conclusion

Le but de ce billet est multiforme, mais le centre de cette constellation, c’est l’amusement intense que représentent les épisodes de Pythagora Switch, mini ou non. Au départ, c’était une série japonaise destinée à éveiller (ou à survolter, on ne sait jamais très bien) l’inventivité des enfants japonais. Certains, sous le format “mini” (souvent les plus plus séduisants) sont simples, d’autres (ou encore ici) sont incroyablement complexes et évoquent des horloges remontées pour des destins parodiques.

Il y a une curieuse part de démesure dans cette pédagogie, et le jeu des adultes semble exploiter ce qu’on prête aux enfants. C’est pourquoi les exemples les plus simples ont une poésie bien supérieure.

On assiste à une flamboyante pyrotechnie de billes qui roulent, tombent, chutent, choient, glissent, de poches, de cartes, de glissières à crans et à trous, qui déchaînent des conséquences en séries – dont l’amusement principal est qu’on ne les voit pas trop venir.

Aussi, il y a toujours l’idée (du moins pour mes préoccupations d’observateur des récits) qu’il s’agit d’un parcours linéaire saturé de diversions, de chicanes, d’astuces où la bille un instant coincée est décoincée par un choc adventice, plus tard, comme une carte jouée dans mille ans libère un fantôme exigu mais méritant, aujourd’hui.

Cette mécanique inutile et sublimée, qui évoque Dada, les machines de Jean Tinguely, l’Oulipo dans ses bons jours, ramène à cette fameuse histoire du papillon qui dans un rêve est votre image (vous vous rappelez très bien), et dont l’envol sur la fleur du printemps soulage de l’hiver – quand on y pense.

NOTE sur les images. (1, 3, 4, 6, 8, 9) proviennent d’épisodes de Pythagora Switch. La série est entièrement japonaise, mais distribuée sur une chaîne étatsunienne, de sorte que certains épisodes sont bloqués sur Youtube. D’autres sont accessibles. (2) est un détail d’une image de l’album (version française) de Kazuo Iwamura, La famille Souris et le potiron, Ecole des Loisirs, 1997, adapté du japonais par Jean-Christian Bouvier. L’adaptation en français de ces albums a suscité des réflexions pénétrantes d’Anne-Louise Martinat dans un article ‘La Famille Souris au risque du français’. (5) est dans Catherine Garnier, 2016, Grammaire du japonais, Assimil, avec une préface de Claude Hagège, p. 95. (7) est extrait de Seigo Nakao, 1999, Japanese-English, English-Japanese Dictionary. New York, Random House, p. XIX.

  1. Chacun trouvera ses épisodes préférés. On en trouve par exemple ici. []
  2. Les mots les plus courants en japonais, comme dans les autres langues, sont des mots grammaticaux ou des verbes incontournables comme ‘être’, ‘faire’, ‘dire’. On trouve sur le web des listes de mots japonais rangés par fréquence d’emploi (mais la source du classement est rarement indiquée), comme celle-ci ; on y vérifie facilement que les plus fréquents sont comme je viens de dire, et écrits majoritairement en hiragana. Sur la question des petits mots qui sont les plus fréquents, on peut consulter mon article, ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.