Le Mineur minuscule

Parmi les débats qui ont remplacé en partie la politique à l’ancienne, se trouve une Cause célèbre : sauver la Nature.

Je n’ironise pas. A mon (humble) avis, il est bon de considérer les conséquences des actes, pas seulement le rapport financier de l’année écoulée. L’exploitation des hommes n’a certainement pas diminué, mais les ravages sur les forêts sont devenus gigantesques, les espèces de plantes et d’insectes diminuent chaque mois, tant en nombre d’espèces qu’en nombre tout court.

Je ne vais pas tenter un examen de la question : les librairies sont pleines de livres, le web plein de sites ou de blogs, sur ce sujet devenu hélas inépuisable.

Comme souvent, Caramel va observer un grand sujet par un bout inattendu. Et comme souvent, le langage est là-dedans.

Acte 1. Comme c’est beau

Une de mes sœurs, ardente et prudente botaniste, a attiré mon attention sur les charmes de l’épicéa. Elle a photographié le cône ci-dessus sous toutes les coutures. A cela près qu’il n’y a pas de coutures. On pourrait donner de très nombreux autres exemples, et les botanistes sont bien placés dans cet inventaire qui comporte des merveilles.

L’abri pour le “palmier de Goethe”, au Jardin botanique de Padoue. Un des Hauts-lieux de l’Europe.

On ne peut pas s’étonner que Goethe, parvenu dans son Voyage italien jusque Padoue au sortir des Alpes, découvre avec émerveillement les palmiers, qu’il n’avait jamais vus. Et qui sont au Jardin botanique de Padoue parce que c’était à cette époque un centre de collection des plantes du monde entier. Comme on sait, il en tire sa théorie de la transformation, son transformisme à lui, considérant que la forme d’une feuille quelconque se déploie à partir d’un type simple et unique. Et que toute chose est développement.

J’ai déjà un peu raconté dans Caramel les heures charmantes passées à l’Orto botanico di Padova1; dont il faudrait raconter l’histoire à tous les enfants du monde. Cela ferait beaucoup de bien, plutôt que leur faire croire que l’ennemi est de l’autre côté de la frontière et qu’il faut absolument porter un uniforme, militaire ou religieux, pour être soi.

Outre nos collègues et amis allemands et italiens, n’oublions pas les anglophones et, célébrité chez eux, le magnifique traité de D’Arcy Thompson, On Growth And Form (1917 et 1942). L’auteur médite avec précision sur la régularité des formes que nous observons dans la nature, où d’autres veulent voir, tantôt en bien tantôt en mal, profusion, chaos, délire.

En fait, explique D’Arcy Thompson, les formes qui se déploient dans la nature trouvent une place dans des irrégularités de la régularité, et le désordre apparent de “la jungle” est à la fois une réfutation de l’ordre tel que les hommes souvent le conçoivent et une réfutation du désordre échevelé à la façon romantique. Je ne veux certainement pas résumer le livre de D’Arcy, et c’est pourquoi j’emprunte ce style négatif.

Acte 2. Le mineur de l’histoire

Un charançon normal. Il est trop mignon. Et tout minuscule : quelques millimètres, y compris la longue tarière foreuse.

Les épicéas sont “attaqués” par plusieurs espèces de petits insectes, mais surtout par des scolytes.

Au cas où, misérable lecteur ! vous ignoreriez ce qu’est un scolyte, c’est une sorte de charançon. Certaines espèces font des galeries dans le bois de certains arbres. Ces galeries sont des nids. Les couples y copulent, comme le dit le mot couple, et les jeunes mamans forent des galeries pour les larves, lesquelles ensuite, une fois écloses, poursuivront l’oeuvre minière. Jusqu’à atteindre la lumière, l’écorce ! Au fond, c’est humain : d’abord dans l’ombre du couffin, puis les premiers pas, puis la planche à roulette !

Galeries de scolytes sous l’écorce. Saint Guilhem le Désert, dans le département de l’Hérault.

Le rapport avec l’Acte 1, ce sont les galeries que creusent les mamans, puis leur progéniture. Diverses espèces de scolytes se sont spécialisées dans “l’exploitation” de certaines espèces d’arbres. On peut difficilement parler d’exploitation, puisqu’il n’y a aucun projet. Ils habitent là, c’est tout.

Le scolyte de l’épicéa. Ouvrage allemand de 1888.

La loge centrale, forée plus ou moins verticalement depuis la surface, est la “chambre”, où les couples produisent (le terme n’est pas élégant – mais ce ne sont que des bêtes) les larves qui ensuite chacune vont tracer leur voie, d’où les radiations. Ils semble que chacune des larves entend l’autre puisque ces radiations ne se touchent presque jamais. D’où l’effet.

Traces du scolyte de l’épicéa.

Les tracés de ces galeries, notamment pour le scolyte “spécialisé” dans l’épicéa, le Bostrychus typographus L. 1758, ou Ips typographus, ont impressionné les humains. D’où l’adjectif “typographe” donné par Linné à cet insecte-là.

Acte 3. Le sens de la mine

Les sémioticiens, les gens qui s’intéressent aux signaux, aux signes, n’ont pas assez (à mon avis) réfléchi à ces objets.

Bien sûr, les signaux sont volontaires. Ce sont des signes construit explicitement pour transmettre à d’autres une information. Cela exclut donc ces tracés des larves d’insectes, qui répondent à une économie en ce sens que chaque larve “suit son tracé”, de même que chaque chenille de papillon dévorant telle plante semble former dans la substance de la feuille d’étonnants signaux – qui ne répondent qu’à une logique mandibulaire. Tout cela ne fait signe à personne. Cela répond simplement au fait que si vous devez manger, il faut aller là où personne n’a déjà mangé.

Pourtant, je crois que les naturalistes, une fois passées les outrances du “plan divin” et de la “main invisible”, qui sont de pauvres masques de l’égoïsme des hommes, ont raison d’attirer notre attention sur la logique des formes. Les étrangetés de “la nature” peuvent être étranges, bien sûr, car tous les efforts pour concevoir des plans ont aussi le mérite de faire apparaître ce qui ne s’y rend pas.

Mais justement, les régularités naturelles, les dispositions des objets du monde, titillent notre idée vaniteuse que la source de l’Ordre, c’est nous. Non pas (à mon avis du moins) parce que la source serait un Dieu explicatif, comme disait l’Abbé Pluche, ce vieil ami, mais parce qu’il existe en effet des contraintes dues à la forme des choses.

Conclusion. La Nature

Je voudrais ajouter un codicille à ce testament amusé. Beaucoup de sectateurs actuels de la Nature, avec un grand N, la voient comme un dieu nouveau (ce qui n’est certes pas nouveau !). Mais s’ils voulaient bien voir que l’épicéa est miné par le scolyte Ips typographus, que choisiraient-ils dans leur vertueuse tentative de sauver le monde ? Sauver le Picea, sauver l’Ips ?

Beaucoup de bons professeurs expliquent aux adolescents les fantaisies des chaînes alimentaires. Le guépard mange la gazelle (mais jusqu’ici la gazelle survit mieux que le guépard), de sorte que les très jeunes gens, qui voudraient bien sauver le monde sont bien embêtés, puisque le monde se mange. La Nature, c’est quoi ?

Ah, que voilà une intéressante question !

NOTICES des images. (1) Photo de ma sœur, Hélène Gillot-Lamure, tout récemment à Riez. (2) Jardin botanique de Padoue, mai 2012. (3) Mon exemplaire un peu décoloré : D’Arcy Thompson, 1997 (1961), On Growth And Form, Cambridge University Press. C’est une édition abrégée, avec un avant-propos de Steven Jay Gould. (4) Le charançon Furcipus rectirostris. L’image vient d’ici. (5) Source de l’image. (6 et 7) Les deux images, retouchées, proviennent de là. (8) Crugny, 18 avril 2024.



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 21 avril). Le Mineur minuscule. Caramel. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w96m

  1. Dans ‘Affaire d’organes‘. Merci Françoise ! []

2 réflexions sur « Le Mineur minuscule »

  1. François,
    Soyez gentil : ne nous dites pas seulement “J’ai déjà raconté dans Caramel les heures charmantes passées à l’Orto botanico di Padova “, donnez-nous, comme vous le faîtes souvent, la référence de ce doux Caramel. Sinon, nombre de vos lecteurs (dont moi) se retrouvent le bec dans l’eau… Merci.
    Françoise

    1. Pardon Françoise, Vous avez raison, et j’ai ajouté une note renvoyant à un billet antérieur. Grâce à vous, je me suis rendu compte que j’étais timide : j’ai peur de parler trop des choses que j’aime, et en avoir parlé une fois me paraît énorme ! Merci, et Vives amitiés, François

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search