L’anglais et “nous”

La plupart des Français n’ont rien contre les Anglais, mais des sentiments mitigés à l’égard de leur langue, à cause de sa domination. Il s’agit alors sans doute moins de nos voisins les Britanniques que des Étasuniens.

Emploi des mots ‘roman policier’ (bleu) et ‘thriller’ (rouge) entre 1980 et 2010.

On entend dire que le français est “envahi” de mots anglais. Mais envahi est un mot dangereux – puisque beaucoup de francophones ont accueilli avec joie les “envahisseurs” !

Serions-nous colonisés ?

Colonisation a aussi le défaut de prendre en masse un phénomène plus subtil, plus intéressant. Ce qui n’oblige nullement à accepter ce que le phénomène peut avoir, en effet, de colonial.

En Annexe : black et white, blog, brunch, burn-out, CD et DVD, care, cash, clean, clip, club, cold-case, come-back, coming-out, cool, crash, crooner, deal, design, devil, fan, fashion, fast-food, gag, game, hard et soft, joker, look, loser, lounge, non-fiction, pass, playlist, quizz, remake, strip-tease, trash, trip, zoom.

Ce ‘caramel’ est dédié à Gallicagram et à ses inventeurs,
Benjamin Azoulay et Benoît de Courson.

Acte 1. Colonialisme et anglophonie

La francophonie et la France ont donné des écrivains pionniers à l’anti-colonialisme : Aimé Césaire, Franz Fanon, Albert Memmi, mais aussi Albert Camus, Henri Alleg, Germaine Tillon. La critique du colonialisme n’est pas seulement le fait des colonisés, mais aussi le fait de nombreux Français qui ont protesté avec vigueur.

En Europe, l’effondrement du colonialisme politique n’est pas le seul résultat des combattants des colonies, souvent embarrassés par des querelles intestines. Il est aussi le résultat des protestations des citoyens nationaux, de même que ce sont les nationaux qui avaient, lors de la Révolution française, obtenu une première abolition de l’esclavage. Non sans contacts solides et amitiés réciproques avec les colonisés.

Colonisation de l’Amérique du Nord, vers 1750.
Rouge, GB ; violet, territoires cédés par la France à la GB en 1713 ; bleu, France ; jaune, Espagne.1

Les anciens colonisés aiment souvent croire, d’une façon militaire, qu’ils se sont victorieusement révolté, ont repoussé l’ennemi. C’est ce qui s’est passé, à la fin du XVIIIe siècle, aux États-Unis, quand les anglophones locaux ont repoussé les anglophones britanniques au prix de batailles rangées2 ; il ne s’agissait que d’une petite partie des États-Unis actuels. Est venue plus tard la Guerre de Sécession, résultat de l’expansion coloniale vers l’ouest et le sud. L’abolition de l’esclavage, en 1865, a été entravée dans le Sud par les lois de ségrégation raciale qui ne disparaîtront, au plan légal, que dans les années 1960.

Cette histoire des Etats-Unis, qui se sont créés sur la colonisation d’espaces toujours plus vastes vers le Sud puis vers l’Ouest (comme l’Empire russe à la même époque étendait sa colonisation vers l’Est)3, peut expliquer la tentation de beaucoup d’Américains d’occulter que leur pays (comme la Russie) est bâti sur la colonisation, et rend aujourd’hui étonnant le fait que des courants intellectuels nés aux E.U. prennent les Français pour des colonisateurs endurcis, qui devraient bien prendre des leçons sur les campus américains !

Acte 2. L’anglais “chez nous” par les exemples

Des mots anglais se sont installés en France, lentement, dès l’Après-Guerre4. Certains, comme chewing-gum, sont typiques de la Libération et des produits américains adoptés par les Français. D’autres mots se sont installés dès cette période, mais en gagnant peu à peu leur “francité”.

Tous les gallicagrammes qui vont suivre (obtenus avec l’outil Gallicagram) s’appuient sur les archives du quotidien Le Monde entre 1950 et 2022 – le seul quotidien, pour l’instant, qui ait accepté de laisser “fouiller” ses archives par l’outil en question.

Gallicagramme n °1 : ‘week-end’.

D’autres mots que week-end participent du même courant, pourrait-on croire, mais il est curieux qu’ils soient plus tardifs :

N°2 : ‘shopping’ en bleu et ‘marketing’ en rouge.

Il est normal que marketing, terme resté plus ou moins technique, n’ait pas vraiment de succès. Sa notoriété modérée n’est pas antérieure aux années 1990 et est alourdie par le soupçon que le marketing est essentiellement du mensonge. En revanche, shopping naît au milieu des prospères années 1960 et s’envole dans les années 1980. On peut se demander si Le Monde, journal qui a pu paraître un peu guindé, donc rétif aux anglicismes populaires, ne marque pas le succès de ces mots-là avec du retard.

C’est possible, mais pas certain. Raymond Queneau ou Boris Vian, eux aussi, aimaient joyeusement se moquer de ces anglicismes, dans les romans et les textes des chansons.

N°3 : ‘jeans’ en rouge et ‘blue-jeans’ en bleu.

Dans cet exemple classique, on assiste à deux moment successifs. D’abord le début du marché à la fin des années 1950 où le terme est généralement blue-jeans. Puis, accompagnant la multiplication des marques et le succès du produit devenu “générique”, le mot jeans, qui va lentement réduire blue-jeans à rien. Si aujourd’hui dans un magasin vous demandez des blue-jeans, vous risquez un certain succès.

Beaucoup d’anglicismes, en français, servent d’étiquettes à des produits plus ou moins nouveaux, dont le nom anglais veut souligner la nouveauté. C’est particulièrement vrai dans l’industrie des loisirs. Voici deux exemples.

N°4 : ‘live’

Les enregistrements ‘live’, à la différence des enregistrements en studio, sont supposés moins soignés mais plus spontanés. Ce terme concurrence ‘en concert’. Sa carrière est encore assez terne dans les années 1980, et ne démarre que dans les années 2000.

N°5 : ‘on-line’ en bleu et ‘online’ en rouge

Dans la mouvance de la diffusion des ordinateurs (pas d’ordinateurs personnels avant la fin des années 1970, pas de lecteur ou graveur de DVD avant la fin des années 1990, pas de processeur 64bits avant 2003) vient le terme on line, qui dépend en fait de la diffusion web. En français, on constate que pendant les années 1990 une orthographe on-line tente de franciser l’expression. L’expansion de online vers 2000, quand le www se répand, a fait disparaître le rival.

N°6 : ‘vintage’.

Plus tardif encore, et plus curieux, le terme vintage signifie d’abord ‘millésime’ en anglais. Au vu des relations allergiques de beaucoup d’Américains avec le passé, notoirement différentes de celles qu’entretiennent la plupart des autres pays du monde, le terme vintage a d’abord désigné, dans les années 1960 et 70, les objets vendables d’Après-guerre : vieux fauteuils ronds, vieux appareils de radio, comme on voit dans Blake & Mortimer !

Mais à mesure que l’Après-guerre devenait comme le paléolithique, le terme vintage a été bloqué sur un sens comme “du temps de mes parents” – ce qui représente une époque archaïque, paraît-il, pour un teenager moyen. C’est à ce moment que le mot a commencé sa carrière en français, pour désigner une sorte d’objet d’antiquariat déclassifié, ou des produits d’imitation. En France, où le mot est maintenant sans doute plus fréquent qu’en pays anglophone, la prononciation est souvent francisée, signature d’adoption.

N°7 : ‘cosy’

*

Dans les gallicagrammes que nous venons de parcourir, l’échelle de fréquence à gauche a de l’importance, mais elle est peu visible. Voici un tableau donnant les fréquences les plus hautes affichées à gauche dans chaque tableau. Cela signifie que week-end est presque 10 fois plus fréquent que live, qui est 4 fois plus fréquent que jeans. Il faut tenir compte du fait, si nous rapprochons les divers graphes, qu’il s’agit (a) du journal Le Monde, (b) de la fréquence la plus haute dans la période suivie. En réalité, rapprocher les divers tableaux présente des difficultés liées au contexte où le mot apparaît. En revanche, l’évolution de la fréquence d’un mot est fiable, et même la comparaison de l’évolution des divers mots présentés puisque le corpus est le même pour une même période.

*

Revenons brièvement sur le “graphe agressif” affiché en tête de ce billet. Il n’est pas faux, mais il simplifie les choses. Il compare (toujours d’après le journal Le Monde) les fréquences de roman policier et de thriller entre 1980 et 2010, et montrait la stagnation puis le recul de l’expression française au profit du progrès continu de thriller5. On comprend mieux l’histoire en utilisant une enquête plus longue et moins confinée.

N°8. Entre 1950 et 2022. ‘roman policier’ (rouge), ‘polar’ (bleu) et ‘thriller’ (vert).

Ce graphe plus ample montre a posteriori que celui du début du billet a “saisi” la période la plus dramatique (1980-2010) et a éclipsé polar, de sorte qu’on avait l’impression que le méchant thriller écrasait le bon roman policier. Il y a du vrai, puisque (a) le succès de polar est né de celui de roman policier (comme on voit par les deux pics des années 1985 et 1995-2000), mais que (b) le déclin de roman policier n’est pas lié à un progrès de polar dans les mêmes années. Il est donc raisonnable de penser que le déclin de roman policier est plutôt lié au progrès de thriller. Toutefois, sur les années 2005-2020, les expressions polar et thriller semblent suivre la même variation générale.

Acte 3. Le récit tombe en enfer

Depuis une vingtaine d’années, une partie de l’analyse politique repose sur des termes comme ‘récit’, ‘grand récit’ et, plus récemment et importé des E.U., ‘le narratif’ – termes généralement dévalorisants.

L’idée est ancienne. Elle repose sur la croyance que sa propre conviction est authentique et vivante, tandis que celle de l’ennemi n’est qu’un baratin, du discours. On oppose la vérité à l’ornement, l’honnêteté à la dissimulation, l’esprit à la lettre. Cette tactique pour discréditer l’autre (il répète un discours tout fait) au profit de sa cause (elle est animée par une conviction) trouve un nouveau départ. Le propos ici n’est pas de mettre à jour les sources de ce renouveau, mais de l’illustrer dans des exemples.

N°9 : ‘narratif’ en rouge et ‘grand récit’ en bleu.
N°10 : ‘récit national’

L’expression de grand récit pouvant avoir plusieurs contextes, il est plus efficace de rechercher la fréquence de ‘récit national’ (N°10). Quant au mot narratif, c’est normalement un adjectif un peu technique ; l’emploi comme nom ‘le narratif’ est récent. Notre graphe N°9 est donc à voir avec prudence. D’où le suivant.

N°11 : ‘le/un narratif’

Le gallicagramme ci-dessus donne les fréquences additionnées (faibles, mais on les trouve !) de ‘le narratif’ et ‘un narratif’. Le fait que si narratif était adjectif, il viendrait (sauf ellipse) après le nom qu’il qualifie, nous donne une assurance sérieuse qu’ici, il s’agit du substantif. Son emploi comme nom est, à l’époque contemporaine, emprunté à l’anglais où narrative est l’équivalent le plus courant du mot français récit – même s’il y a par ailleurs le cas de story. En anglais, le mot narrative comme substantif est ordinaire, et quand on dit the modern narrative, c’est narrative qui est le nom, et modern qui est l’adjectif.6

Quand l’analyse politique a voulu un terme spécifique, moins chargé de sens ou ambigu que récit, ou même que grand récit qui décrivait un récit statufié, il a paru utile de faire comme les publicistes : prendre le mot anglais pour “solidifier” un emploi particulier. On voit dans le graphe n°11 que cet usage reste confidentiel (moins d’un mot sur 10.000, et dans le journal Le Monde) entre 1975 et 2010, mais qu’à cette date il décolle. On l’entend maintenant dans la bouche des ministres, et on le lit chez des gens sérieux.

*

On peut, pour la santé de l’exercice, comparer avec postcolonial, où l’on rejoint le cas de online. Rappelez-vous : il y a eu deux orthographes, on-line puis online, la 1re typiquement française, la seconde américaine. Il y a eu aussi, en France, post-colonial puis postcolonial – qui s’est imposé d’autant plus vite que ce vocabulaire surtout universitaire servait à des sessions de colonial studies – on ne peut guère plus colonisé ! Sourions.

N°12 : ‘post-colonial’ en bleu, ‘postcolonial’ en rouge.

On peut voir que, jusque vers 2000, la graphie avec le trait d’union apparaît nettement, et qu’ensuite après quelques années de “résilience” elle s’effondre au profit de l’orthographe américaine.

Les graphes de plusieurs autres mots se trouvent en Annexe

Acte 4. Vive “nous” !

Chez les professeurs de français, il y a peu de sujets plus “réchauffés” que la “concurrence de l’anglais”. Certains souhaitent secrètement qu’on soit rapidement conquis par les Chinois, pour éviter les derniers stades d’asservissement abject à l’anglais ! Il faut les dénoncer, bien entendu.

Les causes de cette aigreur sont connues : Vous êtes aujourd’hui ce qu’autrefois je fus, dirais-je en suivant Don Diègue. Les Français ont cru un temps que le monde parlait français, même s’il ne s’agissait que du Grand Monde, qui est tout petit. Les Étasuniens, humiliés d’avoir servi la Couronne britannique, tout farauds d’être devenus indépendants, n’allaient pas laisser passer l’occasion de se moquer de la vanité des Français.

Pour les Chinois, nous verrons bien. Il est probable qu’ils n’apprendront pas massivement le français, pas plus que les Étasuniens ne semblent l’avoir fait. C’est bien triste. Je proposerais bien que nous, les francophones, nous apprenions en secret massivement le chinois. Quand ils seraient là, les Envahisseurs seraient bien surpris ! Ils ne pourraient même plus parler entre eux dans le métro : tout le monde les comprendrait. Nous pourrions leur faire des sourires narquois et chinois.

Dans une histoire du Musée du Louvre7, j’ai lu une histoire intéressante, à retenir pour quand nous serons envahis. A la chute de Napoléon, les puissances étrangères arrivent à Paris, et le directeur du Louvre craint que tous les objets précieux volés par les armées impériales ne soient réclamés bruyamment. Et puis non, les choses se passent bien. Ces braves gens pensent que nous pouvons garder tout ça, parce que cela constitue une collection intéressante. Le tsar, qui visite le Louvre et parle un français parfait, fait des commentaires adroits, voire malicieux.8

Conclusion étonnée

Et puis, paf, voilà les Cent-Jours. Napoléon fait le malin, rameute ses fidèles entre mars et juillet 1815, puis est vaincu de nouveau à Waterloo, morne plaine.

Cette fois, les souverains nos ennemis ne sont pas contents. On pouvait approuver un ennemi vaincu, mais pas un rebelle ! Et là, un certain nombre d’objets ont disparu du Louvre. Il nous en reste, heureusement.

Le colonialisme, ce n’est pas seulement une relation entre un Empire et ses domaines, mais sans doute plus encore entre un Empire et les autres Empires.

ANNEXE : black (et white), blog, brunch, burn-out, CD (et DVD), care, cash, clean, clip, club, cold-case, come-back, coming-out, cool, crash, crooner, deal, design, devil, fan, fashion, fast-food, gag, game, hard (et soft), joker, look, loser, lounge, non-fiction, playlist, quizz, remake, strip-tease, trash, trip, zoom.

Ces termes ont été choisis parce que leur succès est postérieur à 1950 ; challenge, corner, flirt, K. O., jazz, match, ring, shoot, turf9 (par exemple) sont antérieurs aux années 1950. Leur sens en français a pu changer depuis. J’ai évité les termes trop rares, ou liés à des événements internationaux (peut-être) ponctuels (ex. leak), ou qui risquaient d’être liés à des publicités (ex. smart).

Sont indiqués le ou les termes en cause et (PHFR) la plus haute fréquence référencée sur la gauche du graphe, rapportée après la virgule10. En simplifiant, on peut dire que les nombres qui n’ont que 00 (comme ‘black’ ci-dessous : 0035) notent les termes fréquents, tandis que ceux qui ont 0000 (comme ‘brunch’, ‘cold-case’, ‘non-fiction’, ‘quizz’) sont rares. Ceux qui ont 000 sont entre les deux.

‘black’ en bleu, ‘white’ en rouge. PHFR 0035.
‘blog’. PHFR 0070.
‘brunch’. PHFR 000080.
‘burn-out’. PHFR 00060.
‘CD’ en bleu et ‘DVD’ en rouge. PHFR 0060.
‘care’. PHFR 00040.
‘cash’. PHFR 0014.
‘clean’. PHFR 00025
‘clip’. PHFR 0010.
‘club’. PHFR 016.
‘cold-case’. PHFR 000060.
‘come-back’. PHFR 00030.
‘coming-out’. PHFR 00035.
‘cool’. PHFR 0010.
‘crash’. PHFR 0025.
‘crooner’. PHFR 00016.
‘deal’ en bleu et ‘dealer’ en rouge. PHFR 0025.
‘design’. PHFR 0040.
‘devil’. PHFR 00014.
‘fan’. PHFR 0015.
‘fashion’. PHFR 0014.
‘fast-food’. PHFR 00040.
‘gag’ en bleu. ‘Gotlib’ en rouge. Marcel Gotlib (1934-2016). PHFR 00025.
‘game’. PHFR 0016.
‘hard’ en bleu, ‘soft’ en rouge. PHFR 00070.
‘joker’. PHFR 00030.
‘look’. PHFR 0012.
‘loser’. PHFR 00012.
‘lounge’. PHFR 00010.
‘non-fiction’. PHFR 00008.
‘pass’. PHFR 00070.
‘playlist’. PHFR 00030.
‘quizz’. PHFR 000070.
‘remake’. PHFR 00060.
‘strip-tease’ en bleu, ‘striptease’ en rouge. PHFR 00025.
‘trash’. PHFR 00025.
‘trip’. PHFR 00035.
‘zoom’. PHFR 0010.

c



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 11 avril). L’anglais et “nous” Caramel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w73n

  1. Source de l’image. []
  2. Le typhus, développé sur les champs de bataille, a fait dix fois plus de morts que les combats eux-mêmes. []
  3. Le parallèle entre le Canada (vers l’Ouest) et le Nord de la Russie (vers l’Est) est presque parfait : la conquête s’est d’abord faite soft, grâce aux trappeurs et au commerce des fourrures. Les deux mouvements se sont rencontrés en Alaska. Dans les deux cas, il a existé de nombreux “Blancs” qui ont vécu avec les “tribus” et, quand il le fallait, ont défendu leur cause. Le rapprochement entre Davy Crockett (1786-1836) et Vladimir Arséniev (1872-1930), l’ami de Dersou Ouzala, est imparfait, mais pas superficiel ; il attire l’attention sur des sensibilités coloniales beaucoup moins “impérialistes” que les idéologues ne le répètent. []
  4. Bien sûr il existe des emprunts du français à l’anglais, et réciproquement, depuis plus longtemps. Nous nous concentrons sur la période récente. []
  5. Le terme thriller s’applique, en anglais, autant à des films qu’à des romans ; ce qui semble moins vrai en français. []
  6. L’histoire est compliquée parce que la source est un mot latin savant (XIVe siècle) narrativus, qui en français a d’abord existé, outre son emploi adjectif, comme un nom masculin ou féminin, le narratif ou la narrative. C’est à cette époque qu’il est emprunté du français en anglais comme un nom. Cet emploi comme nom, encore assez vivant en français au XVIIe siècle, disparaît au XVIIIe. Voir le CNRTL du CNRS, à ce mot. []
  7. Michel Carmona, 2004, Le Louvre et les Tuileries, Ed. de La Martinière, ch. VIII, pp. 287-288. []
  8. Je serais bien en peine de dire lequel des actuels dirigeants de la République Populaire de Chine parle un français parfait. Cependant, j’ai rencontré à Paris d’excellents étudiants chinois qui parlaient le français remarquablement. []
  9. Les mots turf (1828) et son dérivé turfiste (1853), très présents dans l’Avant-guerre, tombent dans les années 1980. []
  10. Sur l’interprétation de ce nombre, voir la fin de l’Acte 2, entre les N°7 et 8. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search