La Ville descendue du ciel

Thomas et la topaze. On dirait qu’on les voit à travers un trou de serrure.

A la fin de l’Apocalypse, après des batailles tumultueuses qui ont réglé le sort du Vieux monde, le narrateur dit « J’ai vu un nouveau ciel et une nouvelle terre ». Lui apparaît alors, descendant du ciel, la ville du Futur, la Nouvelle Jérusalem.

Dans les années 780, sur les contreforts méridionaux des Picos de Europa, en Espagne, un moine nommé Beatus rédige, sur une vieille traduction latine de l’Apocalypse, un commentaire savant. 

Entre Xe et XIIe siècle, dans une Espagne latine où pénétrait la culture des Arabes conquérants, une trentaine de versions illustrées du Commentaire de Beatus ont été copiées et peintes. Ces manuscrits sont des trésors.

Nous allons regarder l’image peinte de la Jérusalem céleste.

Acte 1. Peindre une vision ?

Beatus de Saint-Sever, BNF Latin 8878, Gallica. La double page avec une partie du texte (latin) de l’Apocalypse à gauche et la peinture de la Jérusalem céleste.

Il est naturel qu’un peintre veuille peindre une vision, puisque ça se voit. Mais ici, la “vision” a été transmise par des mots dans un texte. Le peintre lit le texte, puis il imagine ce que le texte “dit”, ce que l’auteur “a vu”. On lit qu’un ange emmène le narrateur sur une montagne pour lui montrer la ville (Apocalypse 21, 12)1 :

Elle a une grande et haute muraille et douze portes, et douze anges sur les portes avec des noms inscrits qui sont ceux des douze tribus des fils d’Israël : trois portes au levant, trois portes au nord, trois portes au sud, trois portes au couchant. La muraille de la ville a douze assises et, sur elles, douze noms, ceux des douze apôtres de l’agneau.

(Un texte bilingue est en Annexe)

Puis il donne des détails (21, 19-20) :

Ho themelios ho prôtos iaspis, ho deuteros sapphiros, ho tritos khalkêdôn, ho tetartos smaragdos, 20ho pemptos sardonux, ho ektos sardion, ho hebdomos khrusolithos, ho ogdoos bêrullos, ho henatos topazion, ho dekatos khrusoprasos, ho hedekatos huakintos, ho dôdekatos amethustos.
La première assise est de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d’émeraude, la cinquième de sardonyx, la sixième de sardoine, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d’hyacinthe, la douzième d’améthyste.

Les lecteurs, s’ils comparent les noms français des pierres précieuses avec les noms grecs voient que le traducteur n’a fait que les transcrire. L’exception apparente est émeraude, mais à travers le latin smaragdus, ce mot est l’origine du mot français… comme du nom Esmeralda !

Plus compliqué est le cas du grec themelios, traduit par ‘assise’. C’est bien le sens du mot grec, mais cela oblige à concevoir des murailles (en jaspe) bâties sur douze couches successives de pierres précieuses – assez étrange.

Acte 2. Le château des mots croisés

Beatus de Ferdinand y Sancha

Vous avez bien compris : cette ville est carrée, a 12 portes, 3 de chaque côté, mais aussi 12 “assises”, chacune avec un nom d’apôtre. Chacune a aussi une pierre précieuse.

Très souvent les peintres ont simplifié cette affaire “d’assise” et ont donné à chaque porte un apôtre avec une pierre précieuse.

Voyez par exemple la page du manuscrit dit “de Ferdinand et Sancha”, ici à gauche. Celui qui a fait l’entrée de l’Acte 1 est le manuscrit dit de Saint-Sever, qui propose une page très semblable. Chaque manuscrit représente donc une “ville” en carré pourvue de 12 portes, et pour chacune une personne et un disque coloré. Dans le manuscrit de Ferdinand et Sancha, ci-dessus, le disque est posé sur la tête du personnage. Mais dans les deux cas, on peut lire deux noms dans chaque porte : celui de la pierre précieuse, celui de l’apôtre.

Ce tableau donne la liste des noms en question dans le manuscrit de Ferdinand et Sancha, où ils sont bien lisibles (la liste est identique ailleurs, à l’orthographe près). La liste de l’Apocalypse est respectée, comme vous pouvez le vérifier, et on y a ajouté une liste d’apôtres, avec des correspondances entre pierres et apôtres que l’Apocalypse elle-même ne précisait pas. Ci-dessous, le détail d’une autre page encore, pour que vous puissiez vérifier que là, associée à droite à Thomas (dont le nom est illisible), le nom de la topaze est écrit thopazion !

Beatus de Morgan. Jérusalem céleste. Partie basse mise à l’endroit.
Beatus de Saint-Sever. Les noms des pierres précieuses en latin.

Vous pourriez objecter que les noms des pierres ici sont en latin, pas en grec comme ils devraient être dans l’Apocalypse.

C’est vrai. Mais Beatus, qui vivait en Espagne au VIIIe siècle, a écrit son Commentaire en latin. Et il a utilisé une traduction latine de l’Apocalypse, celle que vous voyez ci-dessus pour le passage qui donne les noms latins des pierres précieuses. Il n’a pas utilisé la traduction latine qui deviendra classique, celle de Jérôme, mais une traduction plus ancienne.

Acte 3. Qui dit quoi ?

Correspondances normatives en Chine, selon le dictionnaire de Couvreur. Les points cardinaux sont la 3e colonne en partant de la gauche avec de haut en bas : est, ouest, centre, nord, sud. Voir le ‘caramel‘ sur la question. Les couleurs sont après la liste des planètes, de haut en bas : vert-bleu, blanc, jaune, noir, rouge.

Les jeux d’équivalence, par exemple en Chine ancienne entre points cardinaux et couleurs, ou en Europe ancienne entre métaux et planètes, n’ont rien d’une rareté. La tentation est grande, quand on veut tout expliquer, de décider qu’entre tel domaine et tel autre se tissent de secrètes équivalences. L’alchimie reposait sur cette idée – et un bon nombre de “théories conspirationnistes” aussi !

Ici , nos douze portes orientées vers les points cardinaux de la Jérusalem céleste, celle de la vision de l’Apocalypse, correspondent à douze personnages et (avec un scrupule) à douze pierres précieuses. Le scrupule vient du fait que les noms des apôtres sont inscrits sur les “assises” en pierres précieuse. Car pour les portes, le texte dit (nous l’avons cité dans l’Acte 1) :

douze anges sur les portes avec des noms inscrits qui sont ceux des douze tribus des fils d’Israël

C’est pourquoi, dans l’image du Beatus de Saint-Sever, on voit les deux séries de personnages, les apôtres dans les portes, mais au-dessus les bustes des anges2 :

Beatus de Saint-Sever, un détail de la page de la Jérusalem céleste. On voit trois des apôtres, avec à leurs pieds le disque coloré qui représente la pierre précieuse, et au-dessus d’eux les anges qui représentent les ‘tribus’ d’Israël.

C’est un indice essentiel, parce qu’en vérité cette liste de 12 pierres précieuses est un renvoi à une autre liste de 12 pierres précieuses qui, dans le livre biblique de l’Exode3, est associée justement aux 12 ‘tribus’, et donc aux 12 fils de Jacob, qui sont supposés être les ancêtres vénérables des 12 tribus.

Les noms grecs des 12 pierres dans l’Apocalypse. Les noms en rouge sont communs avec le tableau ci-dessous.

Il n’est d’ailleurs pas indifférent que l’auteur de l’Apocalypse, tout en citant soigneusement les 12 pierres et l’association aux ‘tribus’, ait voulu y substituer les 12 apôtres. C’est une manœuvre classique, semblable à celle qui remplace en France un lieu-dit gaulois ou romain par une édifice dédié à un saint chrétien ou même, plus récemment, le remplacement des noms des lieux-dits ou de hameaux par des indices kilométriques. Dans le livre de l’Exode, les 12 pierres précieuses sont nommées parce qu’elles sont présentes sur un vêtement rituel que porte le grand-prêtre du Temple de Jérusalem. Sur ce vêtement, elles sont disposées en 4 rangées de 3 pierres – comme sur les 4 faces avec 3 portes de la Jérusalem renouvelée.

Les noms des pierres précieuses dans l’Exode traduite en grec, quelques siècles avant la rédaction de l’Apocalypse.

La traduction en grec de la Bible a commencé, à Alexandrie, au IIIe siècle AEC, soit environ quatre siècles avant la rédaction de l’Apocalypse. La liste des pierres a été alors traduite de l’hébreu en grec, ce qui ne devait pas être simple, car les noms anciens de pierres précieuses sont notoirement difficiles à traduire. L’auteur de l’Apocalypse a utilisé 8 de ces noms de pierre sur les 12 – ceux qui sont en rouge dans les deux tableaux. Sans doute parce que les 4 autres ne disaient plus grand chose à personne. J’ai montré ailleurs4 que la liste de l’Apocalypse provient effectivement, malgré les apparences, de la liste de la traduction grecque de l’Exode.

Ce sont des soucis philologiques, si l’on veut : l’enquête sur les traces, les chemins dans la forêt des textes, des langues et des traditions.

Beatus de Ferdinand et Sancha.

Acte 4. “Couleurs de notre temps”

Mais le lecteur ou, comment dire ? le spectateur des manuscrits illustrés du Commentaire de Beatus, même s’il a un sens aigu des héritages textuels et des traditions érudites, ne peut qu’être frappé par la puissance coloriste de ces pages.

A nos yeux, elles n’ont rien à voir, ni dans les saisissants contrastes de couleurs en à-plat, ni dans le choix des couleurs, ni dans le graphisme des dessins, avec rien d’autre – sinon sans doute les peintures d’Ethiopie ou des manuscrits coptes ; ou au contraire certains pages d’entrelacs des manuscrits irlandais !

Il faut laisser (en les écoutant) les spécialistes des couleurs explorer les échanges entre “l’Europe” et ses voisins, tant il est vrai que l’Europe a varié, et les voisins aussi. Que la vérité soit différente au-delà des Pyrénées, on le voit bien dans ces peintures espagnoles, dont pourtant les figures et les tracés gagnaient (horribile dictu !) jusqu’à Moissac. Mais s’agit-il de vérité ?

Chacun, en feuilletant de loin les images de ces livres incomparables, se fera ses réflexions. Il est vrai que rares sont ceux qui les verront jamais en vrai, ces livres. Mais d’abord des publications en couleur (notamment les Manuscrits espagnols du Haut Moyen Âge de John Williams en 1977), et de nos jours les “accès en ligne” mis au point par les bibliothèques, les conservateurs des bibliothèques et les ingénieurs des services de scannage – tous cela nous rend moins insensibles à la beauté virulente et la puissance étonnée de ces images d’il y a environ mille ans.

Conclusion

Commentaire de l’Apocalypse d’Haimon d’Auxerre (IXe siècle). Manuscrit Bodleian Library 352, 13r (détail), XIIe siècle.

Les représentations figurées de la Jérusalem céleste qui mentionnent les noms des apôtres associés à ceux des pierres précieuses ne sont pas très nombreuses. Il n’y a pourtant pas que la tradition picturale du Commentaire de Beatus, comme on peut le vérifier avec l’image ci-dessus, le haut de la page peinte.

Le lecteur attentif verra que, si les trois premières pierres sont bien les mêmes, jaspe saphir et calcédoine (elles sont figurées sur les tours : le saphir y est curieusement jaune), les personnages associés se sont déplacés d’un cran : ici Jean Pierre et André, au lieu de Pierre André et Jude. La roue tourne !

Annexe : le texte des pierres précieuses dans l’Apocalypse, ch. 21.

16Kai hê polis tetragônos keitai
kai to mêkos autês hoson kai to platos.
kai emetrêsen tên polin tôi kalômôi epi stadiôn dôdeka khiliadôn,
to mêkos kai to platos kai to hupsos autês isa estin.

La ville est quadrangulaire
et sa longueur égale à sa largeur.
Il a mesuré la ville avec son roseau soit douze mille stades,
La longueur, la largeur et la hauteur sont égales.

17kai emetrêsen to teikhos autês tesserakonta tessarôn pêkhôn
metron anthrôpou ho estin aggelou.

Il a mesuré la muraille, soit cent quarante quatre coudées,
mesure d’homme, c’est-à-dire d’ange.

18kai hê endômêsis tou teikhous autês iaspis
kai hê polis khrusion katharon homoion hualôi katharôi

La muraille est construite en jaspe
et la ville en un or pur pareil à du verre pur.

19hoi themelioi tou teikhous tês poleôs panti lithôi timiôi kekosmenoi.

Les assises de la muraille de la ville sont faites de toute pierre précieuse.

Ho themelios ho prôtos iaspis, ho deuteros sapphiros, ho tritos khalkêdôn, ho tetartos smaragdos, 20ho pemptos sardonux, ho ektos sardion, ho hebdomos khrusolithos, ho ogdoos bêrullos, ho henatos topazion, ho dekatos khrusoprasos, ho hedekatos huakintos, ho dôdekatos amethustos.

La première assise est de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d’émeraude, la cinquième de sardonyx, la sixième da sardoine, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d’hyacinthe, la douzième d’améthyste.

NOTICES des images.

On peut trouver les images des manuscrits importants en ligne : (a) le manuscrit du Beatus de Saint-Sever, qui est à la BNF, est accessible ici. (b) le manuscrit du Beatus de Ferdinand et Sancha, qui est à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, est accessible ici. (c) Le manuscrit dit Beatus de Morgan, à la Morgan Collection, est accessible là. Il y en a d’autres.

Des pages Wikipedia française ou plus directement l’anglaise , permettent d’accéder aux pages dédiées aux principaux manuscrits du Commentaire de Beatus. Bonne visite !

(1) Beatus de Derdinand et Sancha. Thomas est en bas, ici je l’ai redressé. (2) B. de Saint-Sever, la double page. (3) B. de Ferdinand et Sancha. (4) B. de Morgan (5) B. de Saint-Sever. (6) Tableaux des correspondances, à la fin du Dictionnaire classique de la langue chinoise (Ici Kuangchi Press, 1966) de Séraphin Couvreur, p. 1073 en bas. (7) B. de Saint-Sever (8 et 9) B. de Ferdinand et Sancha. (10) L’aigle noté Aquilam volantem ‘aigle en vol’ provient du B. de Ferdinand et Sancha. (11) Pour trouver le scan du manuscrit de la Bodléienne, aller ici.



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 1 avril). La Ville descendue du ciel. Caramel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w558

  1. Les traductions sont celles de Jean Grosjean, dans La Bible. Nouveau Testament. Textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy, Ed. Gallimard, coll. La Pléiade. []
  2. Dans son Commentaire, Beatus ne parle pas des pierres précieuses. La tradition picturale ne repose pas sur le texte. Pour le texte du Commentaire du Beatus, je me suis servi de l’ancienne édition (1770, Madrid) d’Entique Florez, moine augustinien, en ligne ici. []
  3. Exode 28, 17-21. []
  4. Dans une petite étude ‘Deux listes de pierres précieuses. Exode et Apocalypse.’ La même étude à une autre adresse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search