Les végétaux, héros secrets du Déluge

Noé, qui a envoyé la colombe pour la seconde fois, la reçoit dans l’arche : elle apporte un rameau d’olivier. Les végétaux ont survécu !

Avant le Déluge, Noé embarque dans l’arche des couples d’animaux pour que leurs lignées survivent au massacre. On en déduit que les animaux ne sont pas coupables, du moins en tant que lignées, parce que la majorité d’entre eux va périr quand même. Mais pour les plantes ?

Les végétaux auraient péri aussi ? même les rosiers et les géraniums ? Peut-être les graines sont-elles restées coincées dans les oreilles des girafes, et ont survécu ? Car elles ont survécu.

Acte 1. Les végétaux ont existé

Prenons les choses à la racine. Établissons d’abord que les végétaux ont existé. La preuve, c’est qu’au 3e jour, Dieu les crée. Nous lisons ceci1 :

L’anneau central de la Coupole de la Création, à Saint Marc de Venise. La dernière étape, en bas à gauche, est celle de la création des végétaux. Pour l’ensemble de la coupole, voir la fin du billet.

“Élohim dit : Que la terre produise du gazon, de l’herbe émettant de la semence, des arbres fruitiers faisant du fruit selon leur espèce, qui aient en eux leur semence sur la terre !’ Et il en fut ainsi : La terre fit sortir du gazon, de l’herbe émettant de la semence selon son espèce, des arbres faisant du fruit, qui ont en eux leur semence selon leur espèce.”

C’est avec ces végétaux qu’apparaît le principe de la production automatique. Jusqu’à présent, Dieu a discerné et isolé des grandes masses, dégagé le sol de l’emprise des eaux : il a tout fait. Mais là, il innove : il crée des organismes qui vont se reproduire tout seuls.

Les traductions diffèrent un peu sur la désignation des végétaux (ici : gazon, herbe, arbre), mais pas sur trois points décisifs. (1) L’automatisme : ces organismes sont tous pourvus de ‘semence’. (2) La spécificité : ‘selon son espèce’. (3) La différence entre herbe avec semence directe, et l’arbre dont la semence est portée par un fruit. Ces distinctions sont pleines d’intérêt et, si tous ces végétaux ont été anéantis (il n’est pas question ici2 de plantes aquatiques), ceux que nous avons aujourd’hui leur ressemblent assez.

Cette vignette montre Dieu et les anges et la création des végétaux. Sous les arbres à droite on lit ‘lignum pomi’, l’arbre fruitier.

La juxtaposition de ‘gazon’, ou mieux ‘végétaux’ pour Élie Munk3, et de ‘herbe’ a posé un problème. Au XIe siècle en Champagne, Rachi voit la difficulté, et explique que dèšè est une désignation générique ; il donne un équivalent français : arbirîṣ ‘(h)erberies’4. Pour lui, dèšè est la ‘végétation’ tandis que ‘éśèb est ‘une plante’. Il ne dit pas s’il voit ‘éṣ ‘arbre’ comme une catégorie distincte de ‘éśèb ; ce qui donnerait une sorte de classification en ‘éśèb ‘herbacé’ et ‘éṣ ‘ligneux’. Mais la différence, c’est l’existence du fruit. Le grec a choisi botanēn khortou ‘plante de pâture’, et le latin herbam virentem ‘herbe vivante ou verdoyante’. Ils ont donc amalgamé les deux mots en une seule expression.

Mais le fait même que nous discutions les détails souligne fermement l’essentiel : les végétaux étaient bien là.

Acte 2. Végétal et animal

La création des animaux, par couples.

Quand Dieu crée le couple humain (Genèse 1, 27), il lui donne autorité ‘sur les poissons de la mer et les oiseaux des cieux, sur tout vivant qui remue sur la terre’, et il ajoute :

“Voici que je vous ai donné toute herbe émettant semence, qui se trouve sur la surface de toute la terre, et tout arbre qui a en lui fruit d’arbre, qui émet semence : ce sera pour votre nourriture. A toute bête sauvage, à tout oiseau des cieux, à tout ce qui rampe sur la terre, à tout ce qui a en soi âme vivante, j’ai donné toute herbe verte en nourriture.”

Dieu introduit l’adam dans le jardin d’Eden. Au pied des arbres, on voit quatre personnages symbolisant les quatre fleuves du Paradis, à la façon antique.

Et c’est fini pour le 6e jour, et pour tout ! Pour Dieu, il existe donc deux strates distinctes : les végétaux, qui n’ont pas d’âme, et les animaux qui en ont une. Les premiers sont faits pour être mangés par les seconds. Et sur les seconds, le couple humain a autorité.

Que les végétaux n’aient pas d’âme, est peut-être la raison pourquoi, au moment du Déluge (Genèse 7, 21-23), quand on énumère tout ce qui meurt, il est question uniquement des animaux et des hommes, et donc pourquoi ce sont aussi les animaux et les hommes qui devaient être sauvés dans l’arche5. Le narrateur met les points sur les i :

Le déluge (détail). On voit la pluie qui tombe et, derrière ce rideau de pluie et les noyés, on devine la silhouette de l’arche et sa fenêtre.

“tout ce qui avait en ses narines une haleine d’esprit de vie, parmi tout ce qui existait sur la terre ferme, tout mourut.”

Un rabbin du Talmud, rav Ḥisda, a noté6 : ‘le décret n’a pas frappé les poissons de la mer !’ Et plus tard, à la Renaissance, Ovadia Sforno souligne le point crucial :

“Il effaça toute l’existence : des créatures vivantes, mais pas des plantes et des végétaux7.”

Ainsi, pour le narrateur biblique du Déluge, les plantes n’ont pas de souffle de vie, d’âme ; leur mort ou leur vie n’a pas le même sens que pour les animaux.

Acte 3. La seconde création

Puis vient le second scénario de création, dont j’ai parlé à propos d’Ève dans un autre billet8. Pour les végétaux, la situation de départ n’est pas favorable9 :

“Au jour où Iahvé Elohim fit la terre et les cieux, il n’y avait encore sur la terre aucun buisson des champs et aucune herbe des champs n’avait encore germé, car Iahvé Elohim n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol.”

Heureusement, Dieu se préoccupe d’arroser, et crée l’homme-jardinier. Cette fois, non seulement l’eau est bienvenue, mais l’homme apparaît comme au service des plantes. D’ailleurs, il est aussitôt question du Jardin en Eden. Dieu lui-même “planta un jardin” et “il y plaça l’homme qu’il avait formé”. Peut-on rêver un Dieu plus botanique ?

Dieu observe l’adam en train de donner des noms aux animaux.

Ce Jardin est très bien tenu : les arbres ont déjà poussé : “de tout arbre tu pourras manger”. Et c’est à ce moment que va apparaître l’immortel épisode de la naissance d’Ève.

“Alors Iahvé Elohim forma du sol tout animal des champs et tout oiseau des cieux10 et il les amena à l’homme pour voir comment il les appellerait.”

Dieu amène les animaux à l’homme. Pas les plantes. Les animaux vont avoir des noms, mais pas les plantes. Cela n’empêche pas la Bible de comporter de nombreux noms de plante, du cèdre à l’hysope11 – mais ce n’est pas Adam qui les a trouvés…

Conclusion

Dans le premier scénario, qui porte une attention à la reproduction des espèces végétales, on a une chaîne alimentaire, qui se double d’une hiérarchie explicite et implicite : les plantes sont mangées par les animaux, qui sont dominés par l’homme. Dans le second scénario, on a un dieu botanique et l’homme est le gardien de son jardin ; il se fait mettre à la porte pour incompétence, ou insubordination.

Après la faute. Dieu dispute les deux contrevenants. Adam désigne Eve comme coupable, tandis qu’elle accuse le serpent. Ils sont habillés : heureusement qu’il y a des végétaux pour la décence.

À y bien regarder, l’univers végétal joue un rôle central dans ces aventures diverses du début biblique. Et puisque nous avons commencé par Noé, en suggérant que les plantes ont survécu au Déluge, rappelons que c’est Noé qui cultive la vigne12 (notre Rachi champenois ne pouvait que s’en réjouir), avec les hardiesses et les risques du jardinier qui expérimente, puisqu’il s’enivre ! Ce Noé, avec son audace expérimentale, son bateau bizarre et la vigne toxique, c’était un chercheur courageux !

NOTE sur les images. Toutes proviennent des mosaïques du narthex de Saint-Marc de Venise. La coupole dite de la Création comporte, comme on le voit ci-dessous, trois anneaux concentriques d’images. Ces images sont légendées par des inscriptions en latin qui courent en cercle au-dessus d’elles.

La coupole de la Création, dans le narthex de Saint-Marc. XIIIe siècle.

La “lecture” débute par l’anneau central de 5 scènes (illustré au début de ce billet), commençant à gauche par la colombe qui figure l’esprit de Dieu planant sur les eaux, et se terminant par la création du sol terrestre. Le second anneau commence au long du même rayon du cercle avec la création du ciel et des étoiles et comporte 8 scènes, la dernière étant illustrée auparavant : l’adam est introduit au jardin d’Eden. Le 3e anneau, le plus extérieur, commence de la même façon, avec l’homme nommant les animaux (illustré auparavant) et avec 13 scènes. Ce 3e cercle est essentiellement consacré aux affaires humaines, et raconte pas à pas l’histoire du couple au Paradis, puis dehors. On a souvent dit que c’était une sorte de bande dessinée ; ce n’est pas si faux. Je reviendrai certainement sur cette question un autre jour.

  1. Genèse 1, 11-12, traduction d’Édouard Dhorme. []
  2. À ma connaissance, aucune plante aquatique n’est mentionnée dans la Bible. Les mots d’aujourd’hui, par exemple, pour ‘algue’, aṣṣah, ou ‘nénuphar’ nûfar, sont inconnus du registre biblique ou même talmudique. Un cas particulier est celui du roseau ou ajonc, comme dans la Mer Rouge, en hébreu yam sûf ‘Mer des joncs’ ; mais il ne s’agit pas d’une plante aquatique. []
  3. Élie Munk, La Voix de la thora, vol. Genèse. []
  4. Le -s du pluriel était encore prononcé au XIe siècle. []
  5. Il en va de même dans l’Epopée de Gilgamesh, XI, 84-85 : ‘Je fis monter sur le bateau les parents et les familles ; les animaux domestiques et sauvages, les artisans de tout métier, je les y fis monter.’ Edition et trad. de Jacques Tournay et Aaron Schaffer, Ed. du Cerf, 2007. []
  6. Traité Zebaḥim 113b. Ce passage du traité, consacré aux caractéristiques et implications du déluge, contient aussi la remarque que le reém, une bête énorme parfois identifiée comme un buffle sauvage, parfois comme une licorne, n’a pas pu entrer dans l’arche… mais ses petits, oui ! []
  7. Son expression est lo ‘aśabîm û-ṣmaḥîm. Ce premier mot est le pluriel de ‘éśèb ‘herbe’ qui figure dans le tableau plus haut. Le second le pluriel de ṣèmaḥ ‘germination, croissance’. On trouve le verbe correspondant ‘pousser, croître’ en Genèse 2, 5 et 9, puis le nom en 19, 25 quand il est question de la destruction de Sodome et Gomorrhe : ‘il anéantit ces villes, ainsi que tout le circuit, tous les habitants des villes et les germes du sol’ ṣèmaḥ ha-adamah. []
  8. Dans deux billets surtout, ceux des 8 juin et 10 juin 2019. []
  9. Genèse 2, 4-5 []
  10. Notez qu’il n’est pas question de poisson, ici, c’est très agricole. []
  11. Cette expression, passée dans l’usage pour désigner ‘du plus grand au plus petit’ est employée dans la Bible pour décrire l’ampleur de la sagesse de Salomon (1 Rois 5,13) : ‘Il a parlé des arbres, depuis le cèdre qui se trouve au Liban jusqu’à l’hysope qui pousse sur le mur’. []
  12. Genèse 9, 20-21. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.