Dialogue sur la fin du monde

Je rencontre un ami. Il s’arrête, la mine basse. Il prend soin qu’on ne nous écoute pas.  Puis m’avoue : “ma fille pratique l’affrication. Il paraît que c’est le nom.”

Comme vous, je suis troublé. Je demande une description clinique.

« Mais, tu sais bien » me dit-il agacé « tous ces jeunes qui disent dhyimanche au lieu de dimanche. » Il cherche un meilleur exemple, « Qu’est-ce que tu dhyis ? ».

Oui, je vois. Je lui explique qu’il n’y a plus rien à faire. La déshériter ?

Acte 1. Attention.

– Quel âge a ta fille ?

– Rubycube a sept ans, me dit-il. Nous l’avions pourtant inscrite dans une école correcte. Chère. Une école privée américano-russo-nippone. Avec un uniforme. Rien n’y fait. Elle est gagnée par l’épidémie. Est-ce que tu connais le phénomène ?

– Oui, dis-je. Cela se produit de temps en temps. La dernière fois, c’était il y a deux mille ans.

– Deux mille ?

– Comment dis-tu ‘attention’ ?

– Comment ça, attention ?

– Tu vois : le T devant le E est solide, mais le T devant I a craqué. C’est ancien. Pareil en italien attenzione ou en castillan atención. En roumain atenţie. Ça a eu lieu dans les langues romanes à date ancienne, donc en latin avant ou pendant qu’il se répandait dans les provinces de l’Empire. Bien avant les Sarrazins. Ils ne sont pas coupables.

– Tu me rassures. Mais cette affrication, c’est contagieux ?

– Oui, dis-je. Beaucoup plus que le mot ‘affrication’.

Intermède : vous voulez entendre des exemples ? Ecoutez le podcast (3 mn) de Julie Neveux ! (Merci Catherine !)

Acte 2. Fraternisons, mais prudemment

(Mon ami m’invite à boire un verre. Il a trop peur pour sa fille, il veut un avis d’expert, même au prix actuel d’un spritz au Campari.)

– Oui oui, je vois. Attention (prononce-t-il, avec soin, et une paille d’étonnement). Et pourquoi c’est comme ça ? Je veux dire, comme tu as dit : on dit -ten– mais on dit -sion ? (Il recommence, convaincu mais perplexe : ) Attention.

– C’est parce que la voyelle I est prononcée très en avant dans la bouche. Près des dents. En fait, elle déforme la bouche, si l’on veut. Les consonnes qui sont prononcées encore plus en avant, sur les lèvres comme P ou B, restent le plus souvent intactes. Mais les consonnes qui sont prononcées moins en avant sont tirées en avant par le I, et elles craquent si l’on va trop vite.

Ca s’explique parce que, en général, la consonne s’adapte à la voyelle qui suit. Ou plus exactement, c’est la personne qui prononce qui, pour simplifier l’effort, anticipe la position de la voyelle en prononçant la consonne qui précède.

Si tu préfères, on a l’impression que le T de ‘toutou’ et le T de ‘titi’ sont les mêmes mais c’est faux. Ils sont prononcés différemment. Si l’on force la différence, le T de toutou reste un T normal, mais le T de titi devient ton affriquée, thyithyi.

– C’est horrible.

– Bien sûr. On devrait prononcer aTenTion et pas AtenSion.

– Tu plaisantes ?

-Oui. C’est le spritz.

Acte 3. Remettons le masque, pratiquons la distance sociale

(Mon ami poursuit son enquête. Je devine les questions qui vont venir).

– Mais cette affrication… Tu me dis que la précédente épidémie a eu lieu il y a des siècles. Pourquoi maintenant on a celle-ci ? C’est « les banlieues » ?

– Oui, dis-je. Peut-être qu’avant il n’y avait pas de banlieue. Tout le monde était du Centre-ville.

(Il voit que je blague froidement. Il ne m’en aime pas moins. Mais il voudrait une réponse. Tout le monde veut une réponse. La vraie difficulté est la bonne question. J’ajoute : )

– Ce sont des modes. Si c’était seulement en banlieue, je suis bien sûr que Rubycube resterait intacte.

– Oui.

– Mais les modes transgressent. C’est leur boulot. Les marchands ont inventé depuis quelques décennies que la transgression était chic. Mais ils n’ont rien inventé : c’est un pléonasme. La mode EST transgression. Elle se répand.

– C’est affreux.

– On croit que les modes sont des usages qui distinguent un club fermé, un “milieu”. Mais c’est le contraire : les modes sont des signes, donc imitables. En croyant se singulariser par une mode, en fait on la répand. C’est d’ailleurs pourquoi les marchands, qui ont compris le phénomène, changent les modes.

Acte 4. Une mode cheap

– Oui , dit mon ami. Mais là, ce n’est pas chic, c’est cheap.

– Peut-être pas. Si ta fille a appris dans son école a dire ‘thyitubons’ au lieu de ‘titubons’, c’est micro-chic. Non ? Tu lui as demandé si elle pouvait prononcer la même consonne Thy avec Trump ? Essaie.

(Mon ami, qui a commandé un Fernet-Branca, en répand partout sur la table ronde en formica. Il a honte. Il crache. Il s’étouffe. Le serveur chinois, hilare, lui vient en aide et lui apporte un second verre gratuit. Je suis jaloux.

*

Nous demandons au serveur de prononcer ‘titan’ puis ‘Tite et Bérénice’. Il prononce ‘didan’ puis ‘dide et bélénice’.)

– C’est un vrai Chinois, dis-je. Il confond les T et les D.

(Mon ami est songeur. Je lis dans sa pensée. Il se demande si, au cas où Rubycube épouserait un Chinois pendant plusieurs années, elle redresserait sa prononciation. Si l’effort vaudrait la peine.)

– Mais alors, me dit-il, pourquoi justement dans ‘titan’ ou ‘Tite’, ou ‘titane’, ou ‘titubons’, on a des vrais Ti et pas Si comme dans ‘attention’ ?

(Voilà, il faut savoir attendre les bonnes questions. C’est plus facile avec les amis).

– Parce que ces mots-là se sont répandus en français après que le phénomène romain avait cessé. Les modes, ça n’a qu’un temps.

Acte 5. Abordons les généralités

– Tu m’excuses si je pose une question qui n’a rien à voir ? (dit mon ami, encouragé par son deuxième verre.)

– Ça m’étonnerait.

(Il est confus une seconde, puis il comprend.)

– Ça t’étonnerait que ça n’ait rien à voir ?

– Oui.

– Bon. L’explication que tu m’as donnée pour les T ou les D qui se transforment devant I, elle vaut pour toutes les langues. Mais comme tu as dit, ça ne se produit qu’épisodiquement. N’empêche que la tendance générale est à “casser” certaines consonnes devant I, dans toutes les langues. Or, des T et D devant I, il en reste beaucoup. Tu as dit que c’était des mots introduits après. Pour ‘titane’ par exemple, on comprend bien que c’est un mot savant, comme ‘titan’ ou ‘Titus’, réintroduit depuis une langue où la “cassure” n’avait pas eu lieu. Je comprends tout ça.

(Je l’applaudis chaleureusement, mais en silence. J’attends la suite. Je fais un mouvement d’encouragement. Je ne dis rien.)

Mais j’ai deux remarques. L’une est que si l’on veut réinjecter dans une langue des mots anciens, comme on fait en français avec des mots latins, il faut des témoignages du latin. Donc une tradition écrite. Non ?

Mon autre remarque est que, si la tendance générale est à “casser” certaines consonnes devant I, depuis des milliers ou dizaines de milliers d’années que le phénomène a pu avoir des occasions de se produire, toutes ces consonnes devraient être “cassées”, et il ne devrait plus en rester, non ?

Conclusion

Comme je suis arrivé au bout de l’acte 5, je pense que c’est mieux si les lecteurs et les serveurs chinois et les autres méditent ces questions par eux-mêmes.

Je remercie mes amis, ou des passagers de rencontre, qui produisent hardiment des questions intelligentes. Parfois parce que ce sont des amis proches ; parfois au contraire parce que ce sont des passants qui passent.

Et bien sûr tous les gens gentils qui prononcent des mots et qui, quand on leur demande de redire, veulent bien répéter.

NOTICES des images (1) Félix Vallotton, 1897, Scène de rue à Paris (détail). New York, MET. (2) Auguste Renoir, 1881, Les deux sœurs (détail). Chicago Institute of Art. (3) Gustave Caillebotte, 1880, Un refuge (détail). Coll. particulière. (4) L’obélisque de la place de la Concorde. (5) Félix Vallotton, 1893, La Valse (détail). Le Havre, Musée d’Art moderne André-Malraux. (6) Camille Pissaro, 1898, La Place du théâtre français (détail). Los Angeles, County Museum of Art. (7) Claude Monet, vers 1875, Les Déchargeurs de charbon. Musée d’Orsay. Il ne s’agit pas du pont d’Argenteuil, que Monet a peint plusieurs fois, mais du pont d’Asnières (Merci Anne, pour la confirmation). – Toutes ces photos ont été prises en octobre 2021, lors d’une exposition au Musée d’Orsay, ou pas loin.



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 2 mars). Dialogue sur la fin du monde. Caramel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxyd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search