Souvenirs de Florence

Je suis allé écouter hier soir un programme musical où se « trouvaient » deux mouvements, le 1er et le 4e, des Souvenirs de Florence de P.I. Tchaïkovsky. Les jeunes musiciens étaient très vifs, et ils démontraient très bien que, cette musique-là, il fallait la VOIR jouer. Je vais essayer de le montrer grâce à eux.

Il y a par exemple plusieurs moments, dans le 1er mouvement, où la phrase musicale est jouée successivement par chacun des instruments ; et ils sont six. Quoique je ne sois pas musicien, je suis allé essayer de regarder la partition, et en effet cela se voit. Comme ci-dessous1) :

Le côté très visible de cette distribution en succession n’est pas évident seulement sur la partition, ni seulement audible si vous écoutez un enregistrement2, il est visible si vous regardez les musiciens. Vous « voyez », littéralement, la phrase glisser d’un instrument au suivant, comme s’ils se passaient le mot. Car les instrumentistes sont disposés sur la scène comme sur la partition : le 1er violon à gauche (son instrument sonne donc vers les auditeurs), puis successivement le 2e violon, les deux altos, puis les deux violoncelles.

Vous n’aurez pas de photos des instrumentistes d’hier, et c’est bien dommage, parce que les photographies ne sont pas autorisées à l’Opéra Bastille. Mais la plupart des enregistrements vidéo que vous pouvez voir en ligne montreront cette disposition.

Certains de mes collègues et amis étudient – c’est une curiosité qui peut avoir des motivations très différentes selon les époques et les « milieux » – comment les arts échangent ou communiquent. C’est un sujet fascinant. Dès avant le début du XVIIe siècle, de nombreux peintres se sont amusés, parfois avec un grand déploiement de science, à représenter les Cinq sens. Souvent cela donne cinq tableaux différents, mais comme ils forment une série de cinq, le peintre a pu jouer de mille façons à renvoyer « l’observateur » de l’un à l’autre.

Jan Breughel l’Ancien et Pierre-Paul Rubens, 1617-18, L’Ouïe (dans une série de cinq tableaux). Musée du Prado, Madrid.

Dans celui de Jan Breughel et de Rubens, illustré ci-dessus3, on peut presque littéralement se « promener ». Non seulement parce que le nombre des objets est très grand, tantôt aux premiers plans et tantôt vers les fonds successifs, mais parce qu’il faut, pour ainsi dire, les regarder pour les écouter : s’arrêter devant les pendules, les partitions (dont les sept disposées sur autant de lutrins adaptés à la table ronde), les instruments, les oiseaux très nombreux, le concert lui-même au fond à gauche, et de nombreux autres éléments plus discrets que la taille de l’image, ici, ne permet pas de voir.

Evidemment, il y a une sorte d’étrangeté à « donner à voir » ce qui est sonore. Mais c’est bien ce qui est en cause dans le fait qu’on puisse « écrire la musique », comme sur une partition. Le linguiste est intéressé, parce qu’il est constamment confronté à la question compliquée de la relation entre l’oral et l’écrit. Lui aussi, bien sûr, est un professionnel du « sonore ».

Mais dans le cas de Tchaïkovsky – et c’est sans doute ce qui explique en partie les réactions souvent très virulentes à l’égard de sa « musique de spectacle » – le compositeur a vraiment essayé de faire voir la musique. Même pour un ignorant comme moi, qui n’a pas du tout l’habitude de lire les partitions, on se sent poussé à aller les regarder.

  1. Voir : https://imslp.org/wiki/Souvenir_de_Florence,Op.70(Tchaikovsky,_Pyotr_Ilyich []
  2. Si vous écoutez l’enregistrement sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=Q6X2XcqjqMw, cette « promenade de la phrase » est à peu près à 2’40 » du début. []
  3. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27994506 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.