Les papillons de la guerre de Troie

Les papillons, êtres fragiles quoique velus, associés au rêve, à l’âme, à la prairie, aux gens distraits et gentils, quel rapport avec la guerre ? Même de Troie ?

Pharmacophagus antenor

C’est un sujet d’histoire des sciences, au XVIIIe siècle. Il va s’agir de Linné, des éditions successives d’un livre fondateur de l’époque moderne : le ‘Système de la Nature’, dont la 1re édition est de 1735, et l’édition la plus célèbre de 1758.

C’est un sujet sur le langage aussi : quels noms vont utiliser les savants pour identifier de façon sûre les espèces vivantes qu’ils découvrent ? C’est un sujet actuel, car les espèces vivantes disparaissent. En laissant leurs noms…

De toute façon, la science et le langage, c’est plus qu’un mariage d’amour.

Acte 1. Linné au début

Le “Pistachier de Vaillant”, au Jardin des Plantes de Paris. En étudiant ce pistachier, planté vers 1700, Sébastien Vaillant (1669-1722) démontra la reproduction sexuelle des plantes.

Carl Linnaeus (1707-1778), ou Linné, est un naturaliste suédois. Je vous laisse explorer sa biographie, et vous recommande d’explorer aussi celle de ses principaux élèves, dont plusieurs ont payé de leur vie leur amour des voyages d’exploration scientifique1. A Lund, quand Linné avait entre 17 et 20 ans, Johan Rothman lui fit découvrir la classification des plantes de Tournefort, et aussi les découvertes de Vaillant sur la sexualité des plantes – un sujet tout nouveau. Rothman appuya aussi son élève pour qu’il entre à l’université d’Uppsala.

Le voyage de Linné en Laponie, dans la biographie de Wilfrid Blunt.

La thèse de Linné, en 1729, portait sur la sexualité des plantes. Le professeur Rudbeck décida qu’on pouvait lui donner la responsabilité d’un cours. Linné n’était pas riche, et Rudbeck le finança en en faisant le professeur privé de certains de ses enfants. Pendant l’hiver 1730/31, Linné commença à trouver que le système de Tournefort avait des limites, et à en imaginer un meilleur.

En avril 1732, Linné obtint une bourse pour voyager en Laponie. Son récit de voyage existe toujours, et est traduit en français.2 Il s’intéressait aux mousses et aux lichens, évidemment en nombre sur son chemin ; mais à tout le reste aussi. Il avait 25 ans. Son voyage, à pied et à cheval, dura six mois, de mai à septembre.

En 1735, Linné alla poursuivre ses études aux Pays-Bas, ce qui était plutôt chic. Il y rencontra Gronovius, un savant connu, et lui montra divers essais d’une classification des espèces qu’il avait essayé de commencer. Gronovius voulut financer la publication, et c’est comme ça qu’est née la première édition (1735), une brochure de quinze pages, d’un ouvrage qui irait grossissant à force d’expériences et d’amitiés, jusqu’à devenir la pierre de touche des sciences naturelles modernes.

Acte 2. La Nature en format poche

La brochure de 1735 a ceci d’étonnant qu’elle propose une façon de s’y retrouver dans la diversité des “trois règnes” : minéral, végétal, animal. De nombreux naturalistes, dans l’Antiquité, au Moyen âge et bien sûr depuis la Renaissance, avaient donné de nombreuses indications. Tout au long de ses publications (on en verra des exemples) Linné citera avec soin les travaux qui lui servent de point d’appui. Mais justement, la difficulté était de s’y retrouver – et une idée fondamentale de Linné était qu’il ne s’agissait pas d’entasser des récits, de faire de la bibliographie à répétition, mais de s’occuper de ce qui existe vraiment : sous nos yeux.

Il fallait commencer par ce qu’on avait chez soi – et cela faisait déjà beaucoup ! Son expérience lapone le lui avait montré. En Laponie, peu propice à l’exubérance floristique, il avait trouvé plus de cent plantes qui n’avaient jamais été décrites. Il s’était rendu compte que pour les identifier, il fallait les décrire. L’identité d’une espèce nouvelle était sa description. Elle n’avait pas de nom.

Linné, Systema naturae I (1735). Le tableau des “Angioptères”. Linné trouve 9 types d’insectes à placer dans cette catégorie. Les noms sont en latin ou en grec latinisé. A chacun correspond une description (3e colonne) et souvent (4e colonne) des subdivisions correspondant à des insectes courants. Par exemple sous la catégorie Apis ‘abeille’, il range 4 animaux : Crabro ‘frelon’, Vespa ‘guêpe’, Bombylius ‘bourdon’, Apis ‘abeille’.

Dans la brochure de 1735, les Animaux sont divisés en 6 classes ; la Classe des Insectes est divisée en 4 ordres, et l’Ordre des Angioptères (le nom a disparu ensuite) comportait 9 subdivisions dont Papilio – lui même divisé en 3. C’est ce qu’on voit ci-dessus, en haut à droite : Papilio, Psyche, Phalaena. Papilio est un mot latin, les deux suivants sont grecs, ou plutôt en grec latinisé.

Le papillon qu’on appelle aujourd’hui Neptis sappho3 Pallas 1771.4 C’est un papillon qu’on voit de l’Europe orientale jusqu’au Japon.5

Les publications savantes sont en latin, parce que c’est la langue des études universitaires dans de nombreux pays d’Europe. Papilio est décrit comme aliis erectis ‘ailes dressés (au repos)’, par opposition à Psyche, aliis planis ‘ailes à plat’, et à Phalaena, aliis compressis ‘ailes serrées (contre le corps)’. Les papilio sont en gros les papillons de jour, les psyche et les phalaena des nocturnes.

Cette tripartition sera encore, avec des nuances, celle de la publication la plus importante de la fin du XVIIIe siècle, les 8 tomes d’Engramelle, reproduisant la collection de papillons du Cabinet d’histoire naturelle de Gigot d’Orcy, place Vendôme.6

Tableau des tomes des Papillons d’Europe peints d’après nature par M. Ernst, gravés par M. Gérardin, et coloriés sous leur direction, décrits par le R.P. Engramelle. Tous sont accessibles sur Gallica.

Acte 3. Les éditions de plus en plus épaisses

La 2e édition du Système de la Nature de Linné est de 1740. Cette fois, c’est un livre, mais pas bien gros (136 pages). Le plan général est le même qu’avant. Les Animaux sont toujours divisés en 6 classes, mais ils portent cette fois des numéros qui permettent des références faciles. Parmi les Insectes (p. 58-62, numéros 132 à 180), on a toujours 4 ordres, mais le 2e s’appelle Gymnoptera ‘Ailes nues’ ; il comporte toujours 9 types (de Papilio à Musca), comme nous avons vu – mais avec beaucoup de détails nouveaux. Intéressons-nous au premier “type”, Papilio – le numéro 153.

La section 153 dans le Systema Naturae II (1740). Linné y a distingué 9 cas.

La trinité papilio psyche phalaena n’apparaît pas ici. Mais après la description ou définition de Papilio (queue simple, quatre ailes, trompe en spirale) puis le nom suédois (fjärill), on trouve une liste de 9 cas, distingués par des critères.

Parmi ces critères, on voit celui des antennes qui sont en massue (clavatis) – ce qui distingue à peu près les papillons diurnes -, en peigne (barbatis) ou en fil (subulatis)7 ; le nombre des pattes (4 au début8, 6 ensuite), et on retrouve la question des ailes mais d’une façon un peu différente (erectis, patentibus, reflexis). Rappelons aux lecteurs d’aujourd’hui que ce petit livre, ni les suivants, ne comprennent AUCUNE illustration… Plus tard Linné va trouver des astuces.9

*

La 4e édition, en 1744, paraît à Paris, mais surtout est “corrigée et augmentée”. La langue est toujours le latin mais on a tenu compte du lectorat !

Systema Naturae IV, Paris 1744, p. 94.

Même s’ils ne sont pas habitués au latin, les lecteurs voient que, si l’arrangement est nouveau, on retrouve les 9 cas de la 2e édition (celle qui est illustrée auparavant : la 1re image de l’acte 3). Que l’arrangement soit nouveau n’est pas indifférent.

(1) la catégorie ne s’appelle plus ‘Papilio’ mais ‘Lepidoptera’. Ce nom nouveau, qui est né ici, restera jusqu’à nos jours. Linné a trouvé bon de présenter des noms différents pour des niveaux différents de la nomenclature. Il en résulte que les numéros ont changé aussi : l’ancien numéro 153 est devenu Lepidoptera et est maintenant divisé en deux numéros : 160 et 161.10

(2) Il n’y a plus 3 sous-catégories, mais 2 : n° 160 Papilio (papillons diurnes) et n°161 Phalaena (nocturnes).11

Acte 4. Un débat européen

Avec la 6e édition, publiée à Stockholm en 1748, l’entreprise change d’aspect, grâce à plusieurs innovations.

Linné dit dans l’introduction qu’il a tenu compte des observations sur les insectes faites par Réaumur, par De Geer, et par lui. L’Histoire des insectes, de Réaumur, avait paru en 1734 à Paris, puis en 1737 à Amsterdam. L’ouvrage de Carolus De Geer a une histoire éditoriale plus compliquée parce qu’il est paru en livraisons successives, par fascicules, à partir de 1740.

Devant ces discussions fructueuses et la multiplications de types et sous-types, Linné conserve l’opposition entre Papilio et Phalaena qu’il avait mise en place dans l’édition de 1744, et trouve utile de donner des noms aux sous-types, comme on le voit dans la liste ci-dessus à droite.

Un Morio photographié en Finlande ; celui-ci a un peu souffert. C’est un papillon de plus en plus rare. Il est encore plus beau en vrai.

C’est la naissance tranquille de la complémentarité entre nom de “type”, en gros le futur Genre, et les “sous-types”, en gros les futures espèces. Vous pouvez les compter ci-dessus : les papillons diurnes (sous Papilio n°185) sont ici 16, de Morio à Butyracea ; les nocturnes (sous Phalaena n°186) sont ici 24, de Sphinx à Humularia.

Certains des noms actuels naissent ici, par exemple morio, polychloros. D’autres sont transparents pour les connaisseurs : oculus pavonis ‘oeil de paon’, en français le ‘Paon du jour’ ; aurora, ‘l’Aurore’. La mixité entre “nom savant” et “nom vernaculaire”, qui est patente dès cette édition, est un sujet plein d’avenir12.

Un ‘Paon du jour’. Son nom lui vient des ocelles13 qui évoquent les “yeux” sur les plumes du paon.

Linné explique que pour beaucoup de ces noms, il s’est servi de ceux qu’il avait utilisés dans sa Fauna svecica ‘Faune de la Suède’, un ouvrage qu’il a publié deux ans avant, en 1746. C’est cet ouvrage qui est désigné par l’abréviation “Fn” dans l’image ci-dessus.

Quand on lit cet ouvrage (les Lepidoptera sont p. 232 et ensuite), on aperçoit une révolution, qu’on peut résumer d’une phrase : ce sont désormais les espèces qui comptent, et qui sont numérotées, et non plus les genres ou les types. Les Insectes y occupent 234 pages, et les Lépidoptères 50 pages ! Ils comptent 151 numéros : 772 à 922. Le Systema Naturae, ouvrage de synthèse par excellence, tendrait à nous cacher qu’il existe “au-dessous” des études détaillées, celles des savants que Linné a nommés, et de lui-même.

Le premier papillon cité dans la Faune de Suède (1746), le Morio. Cette “fiche” définit d’abord l’animal par une brève description (une description plus ample est en bas de la fiche) : papillon à 4 pattes, aux ailes anguleuses noires, avec une marge extérieure blanche. Suivent des références à 3 auteurs : Hoefnagel 1692 (1630) qui donne des images, Jonstonus 1653, et ici surtout Johannes Rajus [le naturaliste anglais John Ray] 1710.
Ensuite vient la mention ‘vulgo’, c’est-à-dire ‘ordinairement (nommé)’ : Morio.
Enfin : Habite très souvent le bouleau, la chenille (larva) se nourrit sur les feuilles de bouleau.

Le jeu, bien sûr, comme tous les chercheurs le savent, c’est d’essayer de “remonter” les sources de Linné, pour comprendre ce qu’il doit aux autres, et comment il organise l’ensemble. Une part de son génie, est d’organiser les choses.

Acte 5. Vers 1758

Les naturalistes savent que c’est la 10e édition du Systema Naturae de Linné, en 1758, qui a fait référence. “Fait référence” au sens propre. C’est-à-dire que les noms que Linné a donné aux choses, en latin, dans ce livre-là, sont le point de départ de la nomenclature scientifique mondiale.

La méthode qu’il met en oeuvre consiste, quand on “découvre une espèce nouvelle”, à lui donner un nom composé de deux mots : le nom d’espèce qui identifie ce nouvel être, et le nom de Genre qui indique dans quel groupe on le range. Le nom du Genre a une majuscule, parce qu’il indique (comme le nom de famille) une appartenance à un domaine plus vaste ; le nom d’espèce n’a qu’une minuscule, parce que c’est le “petit nom” de l’animal, son nom propre, qu’il ne partage avec aucune autre espèce. Depuis Linné, c’est de cette façon qu’on procède.

Les 20 et 22 juillet 1938, près de Moulinet dans les Alpes Maritimes (France), Vladimir Nabokov captura un papillon (voir ci-contre) qui, à l’étude, se révéla assez original pour mériter une publication dans un périodique savant en 1941. Il s’appelle Plebejus (Lysandra) cormion Nabokov. Plebejus est le nom du genre, Lysandra celui du sous-genre (car ce genre est très fréquenté), enfin cormion celui de l’espèce, choisi par l’auteur, ou l’inventeur si vous préférez. L’insecte, comme Nabokov lui-même le laisse entendre, est un hybride.

*

Voyages d’exploration de certains des élèves de Linné, plaisamment appelés les apôtres. Au moins une dizaine d’entre eux sont des personnages de premier plan. L’activité de Thunberg au Cap et au Japon, par exemple, est pleine d’intérêt, à la fois pour l’entomologie et la botanique.

En 1758, donc, paraît à Stockholm en deux volumes la 10e éditon ‘reformata’, refondue. Le 1er volume comprend les animaux, dont la classe V, les Insecta commence à la p. 339. Parmi eux, les Lépidoptères occupent les pages 458-542. Ils sont subdivisés en 3 groupes comme autrefois : Papilio, Sphinx, Phalaena – d’où l’organisation des collections de papillons en Europe ensuite. Les Papilio sont les papillons de jour, pages 458-488. En bas de la page 458, Linné explique qu’il a divisé les Papilio en “six phalanges” – les phalanges étant dans l’Antiquité l’équivalent de ‘bataillon’.

Systema Naturae, 10e édition (1758), vol. 1, p. 458.
Linné explique sa subdivision des papillons de jour.
Version simplifiée de l’image précédente.

On reconnaît facilement une hiérarchie dans les niveaux I à VI, même s’il s’agit d’une hiérarchie de fantaisie : Equites ‘Chevaliers’, Heliconii ‘Muses (domiciliées sur la montagne Hélicon)’, Danéens (qui peuvent être candidi ‘blancs’ ou festivi ‘en tenue de fête’), Nymphales (liés aux nymphes), les Plébéiens (qui peuvent être rurales ‘campagnards’ ou bien urbicolae ‘habitant les villes’) puis les Barbares.

Papilio machaon, Jardin botanique de Padoue, juillet 2021.

Concentrons-nous sur les Equites ‘Chevaliers’ répartis entre ‘Troyens’ et ‘Achéens’ – les deux camps adverses de la guerre de Troie ! Au total 40 espèces. Mais cette nomenclature d’opérette, affichant le caractère fictif de son arrière-plan, répond à une ambition très sérieuse : intégrer “les étrangers” dans une nomenclature qui, au départ, s’était constituée en Europe.

Car parmi les Equites qu’aligne la 10e édition du ‘Système de la nature’, devenu mondial, presque aucun n’est européen ! Voici le tableau des Chevaliers troyens. J’ai ajouté à droite les noms des genres où, de nos jours, sont placés ces papillons.

Les “Chevaliers troyens” dans la 10e édition.

Les noms spécifiques (abusivement pourvus d’une majuscule dans la tableau ci-contre), sont empruntés aux guerriers troyens cités par l’Iliade d’Homère. La classement en VI catégories a été laissé de côté depuis, mais la plupart des noms attribués à cette occasion sont restés.

Dans la catégorie des “Chevaliers achéens” (les assaillants grecs), les papillons portent des noms emprunté à l’autre camp ! Voici la liste :

“Chevaliers achéens”

Sur ces papillons-là, n°18 à 40, tous sont exotiques sauf un, le n°27, un des papillons les plus connus en France : le Machaon.

Et en effet : qui était Machaon ? C’était dans l’Iliade un des médecins de l’armée des Grecs.

Ainsi se trouvait astucieusement résolu un problème de grande ampleur : comment nommer – puisqu’il le fallait, désormais – ces beaux et grands papillons exotiques qui, pour la plupart, n’avaient pas de nom connu ?

Il est vrai que certains d’entre eux pouvaient avoir un nom local, comme pour les insectes et les plantes que Maria Sibylla Merian14 avait étudiés en Guyane, et dont elle nous a parfois rapportés les noms locaux.

Conclusion

Mais Linné évitait les noms locaux. Il préférait donner à chaque élément de la nomenclature scientifique, et ceci d’autant plus qu’elle prenait une dimension mondiale, un nom délibérément “déraciné” afin de ne pas favoriser une langue ou une nation particulière, et afin de favoriser une nomenclature universaliste, libérée.

Pour finir sur une note plus libérée encore, notons que Linné n’avait pas exploité à fond tous les Troyens de l’Iliade ! La femme de Priam, roi de la ville de Troie, s’appelait Hécube ; elle avait une sœur nommée Théano, qui avait épousé Anténor – un vieil homme déjà au temps de la Guerre de Troie. La légende veut qu’il ait pu quitter Troie après la ruine de la ville et qu’il soit arrivé au fond de la Mer Adriatique : il y aurait fondé Antenore, la future Padoue…

En 1773, Drew Drury repère l’oubli et s’empresse de nommer Papilio antenor un superbe papillon de Madagascar – celui qui est en tête de notre billet.

Un tableau des liens vers les éditions du Systema Naturae se trouve ici.

NOTICE des images. (1) Ce grand papillon porte aujourd’hui le nom de Pharmacophagus antenor : le nom du genre a changé depuis Drury. Voir la conclusion de ce billet. Source de l’image. (2) Le Pistachier de Vaillant, au bord du Jardin alpin, dans le Jardin des plantes. Photo octobre 2022. (3) Cette carte est publiée dans Wilfred Blunt, 1986 (1971 en anglais), Linné, le prince des botanistes, traduit de l’anglais par Françoise Robert, avec une préface et des notes de G. G. Aymonin, Ed. Belin. La biographie de Blunt consacre deux chapitres (IV et V, pp. 51-92) au voyage. La carte que je copie est p. 56. (4) Systema Naturae I (1735), l’opuscule est consultable ici. (5) Neptis sappho Pallas 1771, tel qu’il est peint dans le tome II d’Engramelle (voir les notes 4 et 5), à la planche II pour le tome II. (6) Systema Naturae II (1740), voir à cet endroit. (7) La 4e édition, celle de Paris, se trouve ici, nos papillons sont p. 94. (8) Dans la 6e édition, celle de Stockholm 1748, les Lépidopteres sont p. 63. (9) Cette photo de Nymphalis antiopa, le Morio, vient d’ici. (10) La photo, recoupée du Paon du jour, Inachis io L., vient de ce site où il est par erreur nommé “Aglais io”. Ce papillon est répandu de l’Europe au Japon, à travers l’Asie tempérée. (11) Fauna Svecica. Le meilleur site pour y avoir accès est le BHL (Biodervisty Heritage Library) et en particulier ici. (12) Cette (mauvaise) photo de Plebejus cormion Nabokov est scannée de son livre Vladimir Nabokov, 1966 (1947), Speak Memory, An Autobiography Revisited, Ed. Paragon Books, p. 274. Vous n’avez ici que la moitié gauche de l’image ; la moitié droite contient le paratype. (13) Cette petite carte vient de la biographie de Linné par W. Blunt, p. 242. (14) Pour une vue de l’ensemble, voir ici. (15) Je me trouvai là.

Les petites peintures de “papillons” qui accompagnent les barres des actes successifs sont des bestioles dans les marges des Très belles heures du duc de Berry, aux pages 120, 56, 84, 13 et 166. Ce manuscrit est consultable en ligne ici. Celui qui accompagne la barre de Conclusion vient des Très belles heures de Notre-Dame, 49v, consultable sur Gallica ; le dessinateur, malgré ses très nombreux défauts, a repéré que la bête a six pattes.



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 10 février). Les papillons de la guerre de Troie. Caramel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsum

  1. On trouve une liste ici. []
  2. Ce Voyage, dit Blunt dans sa biographie de Linné (p. 54, en note), parut d’abord dans une traduction anglaise en 1811. Il ne parut dans le texte original, en suédois, qu’en 1889. La traduction en français, de P. A. Gette, a paru aux Ed. de la Différence en 1983 ; republié en 2002. []
  3. C’est bien sûr un clin d’œil amical au caramel récent consacré à Sappho. []
  4. Il est représenté, sans doute pour la 1re fois (1780), dans le 2e tome d’Engramelle, planche II, n°12. []
  5. Sa notice est dans le même volume, p. 315-316. Il est dit être un papillon très rare dans les collections. []
  6. Pour qui s’intéresse aux noms donnés aux papillons, ces volumes sont importants. La liste d’espèces donnés à la fin du tome II, 1780, donc en conclusion des Papillons de jour, donne des “noms d’usage” qui sont encore presque tous les nôtres. Ils datent donc de la 2e moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Le terme latin subulatus ‘terminé en pointe comme un alène (subula)’ est typiquement du latin scientifique ; il est inconnu dans l’Antiquité. Pour le latin botanique, on peut utiliser ce lexique en ligne, qui est un peu court. La 3e éd. (1983) du Botanical Latin de William T. Stearn se trouve en ligne sous plusieurs formats. Notre subulatus est p. 524a. []
  8. Les ‘papillons à 4 pattes’, les Nymphalidae, ont leur première paire de pattes atrophiées. On peut aller voir l’article Wikipedia, court et bien fait. []
  9. Paraît dans la ville germanophone de Halle, en 1740 aussi, une “3e édition” bilingue latin & allemand, basée entièrement sur celle de 1735. []
  10. Ajoutons que ce mot Lépidoptères est utile puisqu’il rassemble l’ensemble des papillons, de nuit comme de jour. Cela paraît naturel aux francophones, mais il existe des langues où il n’existe pas de mots rassemblant les deux catégories. En anglais par exemple, on dit butterfly pour les diurnes, et plutôt moth pour les nocturnes. En russe on dit babotchka plutôt pour les diurnes et plutôt moly ou motylyok pour les nocturnes. []
  11. La 5e édition du Systema naturae (Halle, 1747) revient à celles qui ont précédé celle de Paris. []
  12. voir un billet de Caramel, ‘Les noms des petites bêtes‘, à propos des coccinelles. []
  13. Le terme ‘ocelle’ est une adaptation savante, au XIXe siècle, d’un terme latin ancien intéressant. En latin, le mot pour ‘oeil’ est oculus. Le diminutif affectueux régulier est ocellus qu’on trouve dans Plaute et de nombreux auteurs ensuite “mon petit oeil !”. Mais l’emprunt savant désigne d’abord (1825) les parties de l’oeil composé de nombreux insectes et, un peu plus tard (1840) ces “taches” en forme d’oeil dont nous parlons. Je n’ai pas vérifié les dates ; ma source est le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey. []
  14. Voir le caramel ‘Maria Sibylla Merian‘. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search