Une place pour l’adjectif !

Les linguistes, surtout depuis une cinquantaine d’années, ont essayé de définir des « types de langues ». Traditionnellement, on cherchait quelles langues provenaient – historiquement – de quelles autres, comme avec le français ‘provenant’ du latin. Cette fois, on cherchait quelles langues se ressemblaient en dépit de leur histoire particulière.

La question était : ces ressemblances plus ou moins fortes entre telles et telles langues forment-elles des types définis ? Est-ce qu’on peut classer les langues ?

Acte 1. Greenberg 1963

En 1963, le linguiste américain Joseph Greenberg (1915-2001), d’après un échantillon d’une trentaine de langues, montra qu’on y repérait des tendances assez nettes, par exemple dans l’ordre des mots, ou plutôt des sortes de mots1. Ainsi, dit-il, « dans une phrase avec un verbe, un sujet, et un complément d’objet : le plus souvent le sujet vient avant l’objet. »

Ou encore : « dans les langues qui utilisent des prépositions, le complément du nom vient après le nom. » C’est le cas en français : nous utilisons des PRÉ-positions car dans avant la nuit, ou depuis des lustres ou au feu rouge, l’indication de situation vient avant le nom (et son article ou éventuellement un adjectif aussi etc.) ; et le complément vient après le nom : la loi du stade, la fureur de vivre, la nuit des forains.

C’est donc vérifié en français. Et l’on peut vérifier aussi que dans d’autres langues si, au contraire, on préfère les POST-positions, le complément du nom vient avant le nom. Ainsi par exemple en turc, ou encore en japonais où l’on dit shinden de ‘dans le temple’ (de : ‘dans’) et ushi no atama ‘la tête du boeuf’ (ushi : ‘boeuf’). C’est d’ailleurs cette règle qui fait que dans les noms de personne, le nom de famille vient en tête en japonais, alors que c’est l’inverse en français.

Acte 2. La jolie fille et le thé brûlant

Une autre tendance dégagée par Greenberg, mais prudemment découpée en plusieurs facettes est : « Si le verbe vient avant le sujet, on a des prépositions. » et encore « Si le verbe vient à la fin, on a le plus souvent des postpositions. » Et aussi l’idée que si le complément du nom vient après le nom, l’adjectif aussi. On pourrait commenter longuement tout cela, et les linguistes ont évidemment cherché toutes les exceptions possibles.

Arrivés à ce point, il faut faire deux remarques. L’une, est que Greenberg n’a pas réellement dit qu’il existait des « types de langues ». Il a souligné des implications statistiques, en quelque sorte, qui suggèrent des groupements logiques latents. Je vais y revenir.

L’autre remarque est que, bien sûr, ces tendances opèrent avec des notions comme ‘verbe’, ‘sujet’ etc. qu’on présume « universelles » (il faut bien partir de quelque chose !) mais qu’un examen plus avancé doit peut-être amener à réviser. Depuis cette cinquantaine d’années, il faut avouer que l’examen critique est moins avancé que l’exploration systématique de beaucoup de langues… avec la machinerie donnée au départ !

En outre, il y a des difficultés qui vont avec la méthode. Par exemple en français, nous avons, c’est vrai, une seule place pour le complément du nom (il vient après le nom) mais il y faut une préposition (ce qui complique l’analyse) et nous avons deux places pour l’adjectif : un gros bonhomme mais une fille svelte : renverser l’ordre de l’adjectif et du nom dans ces exemples est presque impossible. Nous savons qu’en vieux français, l’adjectif venait normalement avant le nom, comme aujourd’hui dans bel homme ou jolie fille, mais qu’ensuite on a préféré les mettre après, comme dans un thé brûlant ou canard laqué… tout en gardant le « vieil ordre » dans beaucoup de cas. Dire que c’est le « vieil ordre », en suggérant qu’il est révolu, est évidemment très superficiel, et n’aide pas ceux qui aprennent le français !

Acte 3. Types et contrastes

Les remarques de Joseph Greenberg sont pleines d’intérêt, y compris pour les objections qu’elles soulèvent. Il y a plusieurs façons de voir. On peut décider que la loi est l’avenir de l’homme, et que les langues suivent des types profonds ou cachés que les hommes, dans leur immoralité, barbouillent honteusement. Mais on peut aussi penser qu’il existe une sorte de logique aux recoupements que soulignait Greenberg, et que cette logique peut se manifester souplement à des moments divers, sans qu’aucune origine cachée soit en cause.

C’est vrai que, par exemple en japonais, le verbe (qui ne se conjugue pas) vient normalement à la fin de la phrase, et que l’adjectif vient avant le nom. Ce qui ressemble en gros à de l’ancien français, un peu comme dans Malbrough s’en va-t-en guerre : ‘Madame à la tour monte’ ou ‘Vos beaux yeux vont pleurer’ ! Et convient aux tendances décrites plus haut, qui dessinent un contraste entre la place du déterminant du nom (complément ou adjectif) et la place du verbe : quand celui-ci vient après, le déterminant vient avant.

C’est d’ailleurs de bonne guerre. Car si j’entends la fille jolie, ce n’est pas du français correct et il y a ambiguité : s’il y a la moindre pause2 entre la fille et jolie je vais comprendre <la fille est jolie> (par exemple parce que le débutant hésite à conjuguer le verbe être), tandis que, sans pause, je peux aussi y voir une erreur d’ordre des mots et comprendre <la jolie fille>. La première option est la plus vraisemblable3. Dans les langues assez nombreuses où il n’y a pas de verbe être exprimé dans cette situation, le contraste dans l’ordre des mots devient essentiel.

Conclusion

On pourrait décrire ces faits comme une interaction entre la nécessité de clarté, qui implique des contrastes nets entre des contructions distinctes, et la nécessité de finesse, qui amène des nuances explicitées par des commentaires que l’habitude et l’usage transforment en micro-grammaire.

Les contrastes nets sont en effet pour une part d’ordre logique. Entre l’oiseau bleu et l’oiseau est bleu, il y a plus qu’une nuance puisque le premier est une sorte (complexe) de mot tandis que le second est une phrase : il est donc essentiel de distinguer soigneusement entre tous les déterminants comme les adjectifs épithètes, qui peuvent nourrir les éléments d’une longue phrase, et le verbe qui va la conclure. Car du point de vue narratif, leur fonction est inverse : les déterminants prolongent ce que le verbe termine.

NOTE sur les images. (1) est un détail d’un tableau de Picasso ‘Tête de femme (Juan les pins, été 1926)’, au Musée Picasso d’Antibes. Je l’interprète, sans insister, comme une allégorie de la parole, car j’y vois deux visages qui se parlent. (2) Affiche du film d’Ingmar Bergman (1953), en suédois Gycklarnas afton. (3) Scène-affiche du film d’Ozu, Le Goût du saké. Le film s’appelle en japonais Sanma no aji 秋刀魚の味 ‘le goût du poisson-couteau (d’automne)’ – mais le titre a été adapté pour le public français. L’essentiel demeure : le complément sanma no (avec sa postposition) vient avant le nom. (4) La couverture de la traduction (par Elisabeth Suetsugu) de l’Oreiller d’herbe (1906) de Sôseki. Le titre japonais est Kusamakura 草枕 : kusa ‘herbe’ + makura ‘oreiller’ : le déterminant est placé avant le nom. L’expression, qui évoque les difficultés du voyage, remonte au Manyôshû, la plus ancienne anthologie poétique japonaise, dont le poème daté le plus récent est de 759. (5) illustre la Promenade du Boeuf gras où, paraît-il, en 1783 on entendit la musique de « Malbrough s’en va-t-en guerre », dont les potins disent que Marie Antoinette la joua au piano en entendant la nourrice du dauphin la chanter. Sources. (6) L’Oiseau bleu est une pièce de Maurice Maeterlinck. Elle fut jouée d’abord à Moscou, au théâtre de Stanislavski, en 1908, et c’est pourquoi sur cette image, la légende est en russe ; ensuite à Paris en 1911.

  1. Un résumé en anglais se trouve sur une page Wikipedia ici. Le texte complet de 1963 est accessible ici. []
  2. On pourrait à bon droit discuter l’exactitude de ‘pause’, car il ne s’agit pas seulement de laisser passer une seconde, mais de changer la posture de la voix, le ton. []
  3. Non pas dans ce que voudrait dire le débutant, dont je ne peux rien présumer, mais pour ce que je risque de comprendre. []

Une réflexion sur « Une place pour l’adjectif ! »

  1. Complément du sujet !
    « La jolie fille attire tous les regards. » Évidemment, elle a un singe sur l’épaule.
    « La fille jolie attire tous les regards. » C’est parce qu’elle est jolie qu’ on la regarde. La phrase devient une sorte d’adage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.