Allons au Louvre dire bonjour

Dans le précédent billet de Caramel, il a été question du ‘tu’, du ‘vous’, et des façons de s’adresser aux gens.

Je vous propose une visite de certains tableaux du Louvre représentant des gens, pour voir si, à votre avis, on leur dit ‘tu’ ou ‘vous’.

Je vais raconter comment on disait dans les histoires qui ont inspiré les tableaux (les solutions des énigmes sont à la fin), mais vous pouvez aussi chercher comment VOUS, vous auriez dit.

Numéro 1. Orphée et son Eurydice

Nicolas Poussin (Les Andelys 1594-Rome 1665), Orphée et Eurydice (détail). Musée du Louvre. Collection de Louis XIV, achat 1665. Inv. 7307.

Si vous regardez bien ce détail du tableau, à gauche du pied de la jeune femme, vous voyez dans l’herbe un serpent. Le serpent a mordu Eurydice, qui va mourir. Comme vous le savez peut-être, son amoureux, Orphée, va essayer d’aller la rechercher dans le royaume des morts.

Orphée est une métaphore de la puissance émotionnelle des arts : en jouant de la lyre, il attire à lui les animaux qui viennent l’écouter, car la musique est comme un langage universel. Il descend au royaume des morts avec sa lyre, émeut le chien Cerbère qui garde les Enfers, puis les divinités d’En-bas. On lui accorde le retour d’Eurydice en surface, à condition qu’il ne se retourne pas pour la regarder, aussi longtemps qu’ils seront En-bas. Mais l’amour est un tyran cruel : Orphée se retourne, Eurydice disparaît.

Ma question : Orphée & Eurydice, ils se disent ‘tu’ ou ‘vous’ ?
Toutes les réponses sont à la fin du billet.

Numéro 2. Suzanne au bain

Jean-Baptiste Santerre (Magny-en-Vexin, 1651 – Paris, 1717) Suzanne au bain, 1704. Morceau de réception à l’Académie. Collection de l’Académie. Inv. 7836.

Il s’agit du roman policier biblique de ‘Suzanne et les vieillards’, une dénonciation du sexisme. Deux vieillards influents surprennent au bain la jeune & jolie Suzanne, et lui disent : ‘si tu refuses de coucher, on raconte partout que tu es une putain misérable’. Suzanne crie, les gens accourent, mais les deux conspirateurs séniles accusent Suzanne. Heureusement, un avocat astucieux les confond, et Suzanne est sauvée tandis que les deux vieux dégoûtants sont lapidés.

Le tableau de Santerre a rangé les deux vieillards concupiscents dans l’ombre en haut à droite, et il a ajusté l’objectif et la lumière sur une jeune femme qui pose. Au Louvre, deux dames regardaient aussi le tableau pendant que j’étais là. L’une d’elles a dit : ‘on est transformé en voyeur’.

Ma question : les vieillards disent ‘tu’ ou ‘vous’ à Suzanne ?

Numéro 3. Angélique et Médor

Toussaint Dubreuil et atelier. Paris vers 1561 – Paris 1602. Angélique et Médor, vers 1600. Don de Sir Bruce Ingram, 1951; R. F. 1951-4.

C’est l’épisode clé du Roland furieux de l’Arioste (1re éd. 1516) : La superbe Angélique, fille de l’empereur de Chine, est amoureuse du fantassin Médor qu’elle a récupéré sur un champ de bataille, un peu amoché. Pas si moche, puisqu’elle s’en amourache, comme vous voyez. Médor écrit leurs noms enlacés sur tous les troncs qu’il trouve, comme ici sur l’image. C’est en voyant ces inscriptions d’amour que le paladin Roland, bêtement amoureux de la même Angélique, va devenir fou. C’est peut-être lui qui apparaît au fond de l’image.

Ma question : Angélique et Médor se disent ‘tu’ ou ‘vous’ ?

Numéro 4. Adam & Ève

Joos van Cleve (Cleve ? vers 1485 – Anvers 1540-1541), Adam, Ève, huile sur bois, 1507. Revers des volets latéraux d’un triptyque. Don de Paul Lemonnier 1894. R. F. 839 et 840.

Évidemment, on se dit que si ces deux-là se vouvoyaient, on se demande d’où sortirait ce ‘vous’, puisqu’il n’existait qu’eux ! Il n’y avait pas de pluriel, donc pas de quoi fabriquer un ‘vous’. C’était un monde avec seulement des ‘tu’ ! Puis on réfléchit qu’on a tort : il y avait non seulement Dieu, mais aussi le Serpent, encore pourvu de pattes à cette époque.

Maintenant, voici de quoi vous empêcher de dormir. En Genèse II, 15, Dieu conduit l’adam dans le jardin pour qu’il fasse le jardinier ; il l’autorise à manger de tout et, torture ! lui défend de manger d’un arbre spécial. Après quoi Dieu fait défiler les animaux devant l’adam (dans le jardin, je suppose), pour écouter quels noms il distribue aux bêtes. Ensuite il l’endort, lui prend un côté, referme la plaie, et avec le côté fait la femme. C’est pourquoi, nous dit Rachi, certains disent que l’Adam d’Avant avait deux têtes. Arrive le Serpent (III, 1) qui dit à la femme : Dieu a dit ‘vous ne mangerez pas etc.’ Le Serpent lui dit ‘vous’ au pluriel, à la femme. Or, quand Dieu a posé son interdit, il n’y avait que l’adam, pas encore la femme. Ou bien j’ai mal lu ?

Ensuite, on ne nous dit pas le dialogue entre Ève et Adam, c’est dommage ; seulement que Dieu furibond cherche l’adam partout. Et là (III, 9) il le tutoie : éyyèkah ? (en araméen c’est plus clair : an at) : ‘où es-tu ?’ Les traducteurs de tous les pays se sont unis pour conserver le ‘tu’.

Je ne sais pas si je me trompe mais dans le texte, on ne nous rapporte aucune parole de l’homme à la femme, ni inversement. Ils se parlaient, ces gens-là ?

Numéro 5. Bethsabée devant sa lettre

Rembrandt Harmensz van Rijn, dit Rembrandt (Leyde 1606-Amsterdam 1669), Bethsabée au bain tenant le lettre du roi David, 1654. Legs du Dr Louis La Caze, 1869. M.I. 957.

C’est une histoire triste. Je l’ai racontée plus en détail dans un autre billet, mais voici les faits : le roi David a repéré une jolie brune dans un jardin voisin (on a déjà vu cela quelque part). C’est la jeune femme d’un vaillant militaire. Le roi David va s’arranger pour envoyer le militaire au casse-pipe, et il envoie un billet doux à la future jeune veuve. Dans l’histoire, elle s’appelle Bethsabée.

Ma question : David vouvoie-t-il Bethsabée (dans sa lettre) ?

Numéro 6. En visite

Domenico Ghirlandaio (Florence 1449-Florence 1494), La Visitation, (détail) peinture sur bois de peuplier, 1491. Commandé par Lorenzo Tornabuoni pour sa chapelle dans l’église de Castello (auj. Sta Maria dei Pazzi). Saisie napoléonienne, 1812 ; laissée au Louvre lors des restitutions de 1815. Inv. 297.

Dans les Évangiles, il y a beaucoup de dialogues, entre hommes, entre femmes et hommes et, plus rarement, entre femmes. Un épisode que les peintres ont adoré est celui de la ‘Visitation’. Ce terme un peu guindé désigne la rencontre entre deux femmes enceintes, une jeune, Marie, et une vieille, Élisabeth. Un messager nommé Gabriel vient d’annoncer à Marie (on ne sait pas son âge) qu’elle est enceinte, ce qui trouble beaucoup la jeune femme. Le messager dit aussi à Marie que sa parente, Élisabeth, est enceinte de six mois.

Le jeune Marie, peut-être pour se renseigner un peu sur ce phénomène, va voir Élisabeth, qui habite dans un bourg montagnard, dans le Sud. Le tableau de Ghirlandaio montre une Élisabeth en dévotion devant la jeune Marie – ce qui n’est pas très convenable, vu son âge.

Ma question : Elles se tutoient ?

Numéro 7. Dialogue du crâne

Domenico Fetti (Rome 1588 – Venise 1623), La Mélancolie, huile sur toile, vers 1618-1623 (?). Collection de Louis XIV, 1685. Inv. 281.

Le mot mélancolie signifie ‘humeur noire’. Il est un terme clé de la “théorie des humeurs”, qui essayait d’expliquer les dérèglements du corps et des conduites par l’équilibre perturbé des liquides importants dans l’organisme humain.

C’était une théorie matérialiste, en ce sens qu’elle s’efforçait de ramener les comportements à des faits concrets. C’était aussi une théorie pleine d’espoir, puisqu’elle suggérait qu’en mettant à jour des causes objectives, on allait pouvoir guérir les troubles. On n’est pas étonné que Fetti ait aussi fait un portrait d’Archimède et on aperçoit ici, dans l’ombre à gauche, un modèle métallique du monde.

Il existe plusieurs versions de ce tableau, dont une (à l’Accademia à Venise, 1618 ?) couronnée par des plantes énormes, sans doute pour occuper le vide. Le chien a peut-être le rôle du lion dans les tableaux représentant Jérôme au désert, ou dans son bureau.

Ma question : faut-il vouvoyer un crâne ?

Numéro 8. Faut-il tutoyer les stars ?

Jacques-Louis David (Paris 1748-Bruxelles 1825), Portrait de Juliette Récamier née Bernard (1777-1849) (détail), huile sur toile (inachevée), 1800. Achat de l’Etat à la vente après décès de l’atelier de l’artiste, 1826. Inv. 3708.

Juliette Récamier, c’est la première star après Cléopâtre. Ou à peu près. On ne sait pas très bien comment était Cléopâtre, mais on sait que Juliette était vive d’esprit, simple, élégante, et charmait l’Europe entière.

Son portrait par Gérard, en 1805, est encore plus connu, mais il est au musée Carnavalet (détail ci-contre). Son mari portait le prénom de Jacques-Rose ; elle avait 15 ans quand elle l’a épousé, en avril 1793.

Madame Récamier avait un salon, son mari étant riche. Mais Napoléon perçant sous Bonaparte, le salon Récamier passe à l’opposition. Les Récamier doivent quitter Paris. Elle rentre à Paris à la chute de l’empire.

Elle reçoit beaucoup de gens remarquables, dont la liste ressemblerait à un menu un peu étouffant, mais varié. Citons seulement Chateaubriand, qui lui rendit visite avec assiduité pendant des années à “l’Abbaye au Bois”, un endroit disparu du VIe arrondissement.

Ma question : Auriez-vous osé seulement lui adresser la parole ?

Numéro 9. La bonté dit-elle tu ?

Louis Hersent (Paris 1777-Paris 1860), Les religieux du mont Saint-Gothard (Suisse). Salon de 1824. Huile sur toile. Commandé par Charles de France, comte d’Artois. Inv. 5328.

Comme le titre le suggère, ainsi que le tableau entier que vous verrez un peu plus bas, nous sommes en montagne, il fait très froid, et le moine a bien raison d’être couvert ; il offre à l’évaporée quelques gouttes de bénédictine ou un équivalent. On se demande vraiment pourquoi la jeune maman est aussi découverte. Sans doute pour accentuer la pitié chez le spectateur, et par conséquent l’admiration que nous nous sentons pour les braves religieux.

Nous sentons aussi, de mieux en mieux à mesure que nos exemples s’accumulent, que nous ne sommes pas toujours de plain pied avec nos personnages. Souvent ils sont bien au-dessus de nous, d’abord parce qu’ils ont les honneurs de la peinture – ce serait aussi vrai s’ils étaient sculptés. Il est donc difficile de se sentir tout à fait à l’aise avec eux.

C’est pourquoi j’ai essayé ici de nous mettre en présence de personnages réclamant notre secours.

Ma question : Pour les réconforter, faut-il leur dire tu ?

Numéro 10. Revenons au discours

Pierre Subleyras (Saint-Gilles du Gard 1699 – Rome 1749). Le faucon, d’après Les Contes du poète Jean de La Fontaine. Vers 1732-1735. Huile sur toile. Saisie révolutionnaire de la collection de Montregard en 1794. Inv. 8010.

‘Le Faucon’ fait partie des Contes de 1671. C’est une histoire triste, vaguement misogyne dans le ton du temps. Un gentilhomme amoureux se ruine pour une dame qui reste inflexible. Ruiné, il se retire en province. La dame, devenue veuve, a un enfant colérique qui réclame à grands hurlements le beau faucon qui reste au monsieur ruiné. La dame, pour plaire à son fils, se résout à rendre visite à son amoureux. Bien, vous lirez la suite par vous-même.

Ma question : Ils se tutoient ?

Numéro 11. Encore des amoureux !

François Gérard (Rome 1770-Paris 1837), Psyché et l’amour ou Psyché recevant le premier baiser de l’amour, Salon de 1798, huile sur toile, acquise à la vente publique après décès du comte Rapp en 1822, Inv. 4739.

Vous avez reconnu peut-être les tonalités du second portrait de Mme Récamier. Ce tableau-ci de Gérard est en effet au Louvre. Le père de François Gérard était l’intendant du cardinal de Bernis, qui était une sorte d’ambassadeur de France auprès du pape ; il avait épousé une italienne. Leur fils est né à Rome, et a fait ensuite une carrière européenne comme ‘peintre des gens célèbres’. De temps en temps, il faisait autre chose que des people, comme ici.

L’histoire d’Amour et Psyché est un épisode détachable du roman latin d’Apulée, L’Âne d’or. La Fontaine aussi en a fabriqué une imitation. Ici, on croirait une affiche publicitaire pour un shampoing : monsieur regarde madame, qui nous regarde. Le papillon (une Piéride très ordinaire) au-dessus de Psyché nous rappelle que psyché, en grec, signifie aussi ‘papillon’.

Ma question : la tutoie-t-il ?

Numéro 12. Sa fille, Julie.

Elisabeth-Louise Vigée-Lebrun (Paris 1755-Paris 1842), Madame Vigée-Lebrun et sa fille Jeanne-Lucie dite Julie (1780-1819), 1786, huile sur bois. Don de Mme Tripier Le Franc, suivant le voeu de sa tante Mme Vigée-Le Brun, 1843. Inv. 3069.

La fillette a donc six ans, la maman-peintre la petite trentaine. Ce bel autoportrait sentimental est à peu près de la même époque que le tableau précédent. Mais cette fois, les deux personnages regardent le spectateur. Le cartel du Louvre remarque que cette mise en scène de la tendresse maternelle “fait écho à l’intérêt marqué pour l’enfance, à la suite des écrits du philosophe Jean-Jacques Rousseau.”

Il y a peu d’enfants dans notre collection d’aujourd’hui : le seul se trouve au n°9. Mais L’Enfant au toton (à la toupie) de Chardin est de 1738.

Le Jeune mendiant de Murillo, est datable vers 1650. Le petit bonhomme du tableau de Le Nain qui est en tête du caramel précédent, est légèrement antérieur encore, 1642.

La fillette de Van Dyck

Le tableau de Van Dyck, Portrait d’une mère avec sa fille (Inv. 1243) a été peint vers 1630. Le célèbre tableau de Rubens (Inv. 1795), Portrait d’Hélène Fourment, épouse de l’artiste et de deux de ses enfants, Clara Johanna et Frans, a été peint vers 1636.

Il est difficile, comme l’a montré Elisabeth Badinter dans son essai historique L’Amour en plus (1980), de ramener les comportements à l’égard des enfants à la seule notion de “tendresse”.

Ma question : Faut-il tutoyer les enfants ?

*

Quelques réponses aux questions.

1. Eurydice & Orphée

Bien sûr, pas de vouvoiement dans l’Antiquité. La version latine d’Ovide (Métamorphoses, X, 62) ne rapporte pas leurs derniers échanges. Apollodore (I, 3, § 2) dit nettement qu’il ne l’a que regardée. Mais un rapport plus complet se trouve dans les Géorgiques de Virgile. Le berger Aristée, poursuivi par un sort mauvais, vient demander conseil à sa mère Cyrènè, qui l’envoie interroger le dieu Protée. Celui-ci lui révèle que quand il (Aristée) poursuivait Eurydice, celle-ci a été mordue par un serpent (hydrum), qu’elle est morte, et qu’Orphée a voulu aller la rechercher aux Enfers. Au moment de disparaître une seconde fois, Eurydice tutoie Orphée : Quis et me inquit miseram et te perdidit Orpheu, quis tantus furor (IV, 494) ‘Quelle est, dit-elle, cette passion qui m’a perdue, malheureuse, et qui t’a perdu, Orphée – quelle est cette passion ?’

La situation se poursuit avec les opéras de l’époque Baroque. Le texte de Rinuccini, en 1600 (pour le mariage de Maria de’ Medici et Henri IV) qui sert de base aux deux premiers, celui de Giulio Caccini et celui de Jacopo Peri, raconte qu’Orphée a réussi à ramener Eurydice vivante, et non seulement il ne donne donc pas leur ultime dialogue, mais il ne les fait pas dialoguer au retour ; en revanche, Orfeo tutoie Euridice morte (chi mi t’ha tolto) à la fin de la scène 2. Dans le livret de Striggio utilisé par Monteverdi (1607) pour son Orfeo, les deux amoureux se tutoient au début (Io non diro qual sia / Nel tuo gioir, Orfeo, la gioia mia) et à la fin (Dove ten vai, mia vita?).

2. Suzanne et les vieillards

L’histoire biblique de Suzanne est en grec. Les deux vieillards disent à Suzanne : en epithumia sou esmen ‘nous sommes en désir de toi’. Dans la Bible anglaise de 1611 (ci-contre) , nous lisons pour le verset 20 : Behold, the garden doores are shut, that no man can see us, and we are in love with thee : therefore consent unto us, and lie with us. ‘Regarde, les portes du jardin sont fermées et personne ne peut nous voir. Nous sommes amoureux de toi. Donne-nous ton consentement [ou : ‘laisse-toi faire’], et couche avec nous.’

3. Angélique et Médor

Au chant XIX de l’Orlando furioso, Angelica trouve Medoro blessé et, se souvenant des remèdes de l’Inde, le soigne. Sa blessure se guérit, tandis que s’ouvre la blessure d’amour. Et c’est dans ces plaisirs (XIX, 36) que l’auteur nous dit comment les deux amants indiquent partout leurs noms. Mais il ne nous dit jamais que les amoureux se parlent, ou du moins ne nous en dit rien ! De sorte qu’à cette énigme, pas de solution.

4. Adam et Ève.

Je vous invite à vérifier : jamais Adam ne parle à Ève, ni inversement. En Genèse II, 23, ‘L’adam dit : celle-ci, cette-fois, est os de mes os etc.’ mais il s’adresse à Dieu. Ensuite, le serpent s’adresse à Ève, qui mange du fruit, et en donne (III, 6) à ‘son homme’, mais on ne rapporte aucune parole. Après quoi on a le dialogue aigre entre Dieu et l’adam, puis la distribution des punitions. Dieu dit à l’adam (III, 17) ‘Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et mangé etc.’ mais la voix d’Ève à Adam, nous, nous ne l’avons pas entendue.

Je traduis l’hébreu ha-adam par ‘l’adam’ parce qu’en hébreu, on ne peut pas placer un article (ici ha-) devant un nom propre ; cet -adam est donc un nom commun.

5. Bethsabée savait-elle lire ?

La version de Van Loo

Le caramel auquel j’ai fait allusion est ‘la lettre‘ ; le caramel suivant ‘Le regard, le mot‘ était sur le même thème. L’histoire originale est dans la Bible, en II Samuel XI. Il n’y est pas question de lettre écrite. Le texte dit (trad. Dhorme) ‘Alors David envoya la quérir par des messagers (וַיִּשְׁלַח דָּוִד מַלְאָכִים), elle vint vers lui et il coucha avec elle’. J’ai raconté dans un essai comment comprendre ce mot hébreu, et la traduction par ‘messagers’ est très-bien. D’autres peintres en effet ont fait agir des messagers, comme dans le tableau de Jan Metsys dont je parle dans le 2e des caramels évoqués ici ; ou comme l’entremetteuse dans le tableau de Jacob Van Loo, peint vers 1650, et rentré au Louvre après la 2e Guerre mondiale, en 1960, déposé par l’Office des biens et intérêts privés. On ne saura donc jamais comment David a écrit à Bethsabée : il ne lui a pas écrit.

6. Visitation.

Le voyage de Marie vers Élisabeth n’est raconté que dans l’Évangile de Luc, I, 39-44. Quand Marie entre dans sa maison ‘elle salua Élisabeth.’ Et ‘quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressauta dans son ventre’. Le mot grec original pour ‘salutation’ est aspasmon et le verbe ‘salua’ est ēspasato, un mot du même groupe. Tout ce groupe a une nette orientation amicale – et un peu plus loin (I, 44) Elisabeth explique à sa jeune amie ‘Quand ta salutation etc.’ avec un ‘tu’. Mais nous savons qu’en grec ancien c’est la règle.

7. Parler aux crânes

Il existe une vaste littérature sur les “humeurs” au sens médical, et sur la “mélancolie” en particulier, notamment The Anatomy of Melancholy ‘L’Anatomie de la mélancolie’ (1621) de Robert Burton. Quand, dans l’acte V de la pièce de Shakespeare, Hamlet parle au crâne du bouffon de cour Yorick, qu’on vient d’exhumer, il lui dit ‘you’ : Where be your gibes now? Your gambols, your songs, your flashes of merriment ‘Où sont passées vos blagues, vos galipettes, vos chansons, vos impromptus si drôles ?’ Hamlet avait dit ‘tu’ à Ophélie : get thee to a nunnery, go! Et aussitôt il dit ‘tu’ à Horatio.

8. Juliette Récamier

Je n’aurais jamais osé.

9. Secourir en tutoyant ?

Les généralités sur le secours sont déjà difficiles. Je ne me souviens pas d’un manuel où l’on ait détaillé cette question.

10. Le conte de La Fontaine

Les personnages se vouvoient.

11. Amour et Psyché

Evidemment, en latin les jeunes gens se tutoient. Le conte d’Amour et Psyché (il n’a pas de titre particulier dans le roman) est, dans L’Âne d’or ou les Métamorphoses d’Apulée, raconté aux ivres IV à VI par une vieille femme afin de divertir une jeune prisonnière. Le conte d’Apulée est un petit roman subtil et plein d’entrain ; c’est aussi pourquoi il a été souvent détaché de son contexte et repris à part. Psyché transportée par un dieu atterrit dans un palais merveilleux et une voix lui dit (V, 2) : ‘Ces richesses t’étonnent, maîtresse ? Et pourquoi donc ? Tous ces trésors sont à toi’ (Quid, inquit, domina, tantis obstupescis opibus ? Tua sunt haec omnia.) Ne comptez pas sur moi pour poursuivre l’histoire.

La Fontaine, en adaptant, abrège la première nuit de Psyché avec son amant : “On n’a jamais su ce qu’ils se dirent, ni même d’autres circonstances bien plus importantes que celles-là.” – c’est peut-être amusant, mais n’arrange pas notre enquête.

En revanche, dans le divertissement royal de Carnaval 1671, auquel Corneille, Molière, Quinault et Lully participèrent, Psyché dit ‘tu’ à son amant.

12. Dire ‘tu’ à Émile.

Saisissons au bond la balle du cartel du Louvre, et cherchons si, dans le principal ouvrage de Rousseau consacré à l’éducation des enfants, nous y trouvons des conseils pour nous. Cet ouvrage se nomme Émile, en 1762. Émile est le nom du petit garçon qu’imagine Jean-Jacques Rousseau pour décrire pas à pas comment veiller à son éducation. Une 5e partie s’ajoute aux 4 premières pour décrire l’éducation de la jeune Sophie.

La 1re fois que le mot ‘tu’ apparaît dans le livre, c’est pour disputer les pères inattentifs (édition de 1782, Partie I, p. 28) : Mais que fait cet homme riche, ce pere de famille si affairé, & forcé, selon lui, de laisser ses enfans à l’abandon ? il paye un autre homme pour remplir ces soins qui lui sont à charge. Ame vénale ! crois-tu donner à ton fils un autre pere avec de l’argent ? Ne t’y trompe point ; ce n’est pas même un maître que tu lui donnes, c’est un valet.

La difficulté pour nous, est qu’Émile est abstrait, il est un symbole sans visage qui reçoit sans frémir, comme le père imprévoyant, les conseils qu’on lui donne. Aussi, dans ce livre si influent, tous les ‘tu’ sont-ils à peu près des ‘on’ : Je ne dis pas à Emile : Apprends l’agriculture ; il la sait. Tous les travaux rustiques lui sont familiers ; c’est par eux qu’il a commencé, c’est à eux qu’il revient sans cesse. je lui dis donc : Cultive l’héritage de tes pères. Mais si tu perds cet héritage, ou si tu n’en as point, que faire ? Apprends un métier. (Partie III, p. 330).

C’est pourquoi aussi les tableaux des peintres sont bienvenus : ils nous montrent des gens.

NOTICE sur les images. Presque toutes viennent de photographies faites au Louvre en janvier 2024. Dans la Réponse au N°2 (Suzanne), l’extrait de la Bible de 1611 vient d’ici.



Citer ce billet
François Jacquesson (2024, 27 janvier). Allons au Louvre dire bonjour. Caramel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vopx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search