Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin).

5. Il pleut et dis-le moi

Piove : il pleut : it’s raining. Le Déluge vu par Gustave Doré. Au-dessus des humains, une lionne avec lionceaux.

Pour ce dernier épisode de notre saga sur la guerre des sexes, comme promis nous approchons le « genre » en apparence le plus étranger au conflit, et donc sollicité de toute part : le Neutre.

J’ai expliqué dans l’épisode précédent, plein de bruit et de fureur, qu’en réalité les noms neutres ne sont pas enviables. Mais le vrai ressort de la question du neutre – c’est très rusé – n’est pas dans les noms…

L’installation du « sujet obligatoire » a été lente et tardive en français. En vieux-français jusqu’au XIIIe siècle, les verbes sans sujet ne sont pas rares, et l’ordre des mots dans la phrase était souvent différent ce qu’il est aujourd’hui. Il existait déjà des verbes « impersonnels » comme il faut ou il pleut, mais le plus souvent ils n’avaient pas de sujet – ce qui est logique. Même pour la locution il y a, les textes du XIVe siècle se passent fréquemment du il1. Pour la structure générale de la phrase, c’est en moyen-français (au cours des XIVe et XVe siècle) que le sujet majoritairement vient se placer avant le verbe et, en même temps, que ce sujet devient « obligatoire ». On assiste alors une généralisation des il postiches, comme dans il pleut. Mais cette installation des nouvelles habitudes a été lente : l’affaire n’est réellement scellée qu’au XVIIe siècle2. A vrai dire, le français courant continue parfois de se passer du il : là où l’expression polie est il faut, on entend par exemple faut voir – comme avec l’italien bisogna.

Il faut bien dire que ce n’est pas une histoire en noir et blanc, où les choses changent brusquement. On a des zones en gris constamment. Cet il indéfini existe – mais discret – depuis longtemps. Il y en a des exemples dès la Chanson de Roland, et on a dans la Chanson de saint Alexis (au XIe siècle aussi) : il fut anuitet (il fut anuité : il fit nuit). Ces il sont pour une part des pronoms qui annoncent un élément qui viendra ensuite, comme quand on dit il arrive qu’il pleuve pendant trois jours : le long qu’il pleuve pendant trois jours est, comme on dit, le ‘sujet réel’, et le il est un pronom qui l’annonce. Ils ne sont pas vraiment différents des pronoms qu’on utilise par exemple dans : Si tu viens mardi, dis-le moi ! Dans les deux cas, ce sont des pronoms qui ne désignent pas des personnes, mais des faits.

Dans tous ces cas, on ne dit pas la, on dit le. On ne dit pas elle pleut mais il pleut. Là où nous disons il pleut, les Italiens disent piove (impersonnel) et les Anglais it is raining avec un sujet neutre it qui est distinct de he ‘il’ ou she ‘elle’. Donc les Italiens se gardent bien de mettre un sujet (c’est prudent, en effet), et les Anglais ont une forme spéciale, parce qu’ils ne veulent pas impliquer les sexes dans cette histoire (ils ne croient pas aux dieux qui font la pluie, dirait-on). Nous autres, nous avons dû mettre un sujet parce qu’en français moderne, en tout cas depuis trois siècles au moins, il en faut un absolument. Or, nous n’avions sous la main que il – apparemment personne n’a songé à elle. Il est donc bien vrai, qu’en français le « masculin » n’est souvent masculin que pour faire semblant de quelque chose ; « neutre » si l’on veut. Mais ce neutre-là n’est pas l’héritier du neutre des noms latins.

Je suis donc bien obligé de conclure comme j’avais fait pour le premier épisode : ce n’est pas la grammaire qui est en cause, dans l’affaire du « genre » des noms de métier. Le conflit n’est pas linguistique, il est social ou culturel. Cela ne l’empêche pas d’être important.

Il y a un point curieux, tout de même, c’est ce mot de « genre »… A suivre ?

  1. Ainsi : ‘Et pour ce a cy bon exemple ‘et pour cela [il] a ici [=y] bon exemple’. Marchello-Nizia, La Langue française aux XIVe et XVe siècles. Nathan, 1997, p. 139. []
  2. Jacqueline Picoche et Christiane Marchello-Nizia, Histoire de la langue française, Nathan, 4e édition 1996, p. 311. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.