En mode modes !

Le mot ‘mode’ aujourd’hui (fin 2023) a surtout deux sens. D’abord le sens de ‘maintenant’, comme dans moderne. Ce sens-là est ancien, mais il colore en douce tous les autres.

Car l’autre sens est celui de ‘manière’, comme dans je passe en mode grincheux.

Les dévots du dieu Genre vont dire : “Oui, mais le premier est féminin, comme dans ‘la mode’, qui est moderne, tandis que le second est masculin, ‘le mode’.

Ils se recoupent, parce que la mode1, c’est maintenant, mais c’est aussi la manière de maintenant, non ? D’autre part, maintenant qu’on ne dit plus ‘morale’, que ‘éthique’ est déjà un peu déclassé, et qu’on vénère “les bonnes pratiques”, on se croirait revenu chez les bourgeois des bonnes manières. Finalement, mode, c’est un mot “trans” !

Acte 1.

Avec une amie, nous sommes allés au Musée des Arts décoratifs, à Paris, qui se trouve dans une des ailes du Palais du Louvre, celle qui longe la rue de Rivoli (et qui, pour les vieux Parisiens, “abritait” autrefois le Ministère des Finances). Comme dans beaucoup de musées, il y a une collection permanente, dont une partie est exposée, et des expos.

La collection permanente s’accompagne d’une bibliothèque étonnante. Un des créateurs du Musée, Jules Maciet, avait trouvé utile de rassembler dans des centaines de dossiers-albums des documents sur papier, collés sur des pages. Il avait trouvé que cela pouvait être utile, même aux gens qui ne savent pas trop bien lire. Et il pensait que pour les Arts décoratifs, il fallait d’abord VOIR. Et sinon sur pièces, comme sur certains objets conservés dans la collection permanente du Musée, au moins sur des exemples visuels. Qu’il n’y avait pas de honte à montrer des reproductions ou des copies.

C’était l’époque de William Morris, qui pensait qu’il ne fallait pas dissocier les arts et les artisanats.2 Cela évoque aussi, dans les années 1930 cette fois, les essais de Walter Benjamin sur Paris, sur la photographie ou sur ‘L’Oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique’.

Ces dossiers, qui concernent des quantités de thèmes, des lions aux grillons et des portes aux lampadaires, dont beaucoup sont couverts dans des papiers peints étonnants (voir ci-contre), tapissent tout le tour de la salle de lecture, et il y a un tableau qui permet de s’orienter. Il y a aussi beaucoup d’autres choses.

Acte 2.

Pour ma part, je voulais voir la petite expo des anciennes photos du Japon (jusqu’au 28 janvier). Il y a des photos passionnantes. Celle qui est ci-dessous (au cas où des ‘réseaux sociaux’, soudain pris d’une affectation de pruderie, censureraient les femmes nues, comme Facebook pour une célèbre Vénus néolithique)3 évoque un tableau européen qui se trouve dans la collection permanente. La photo n’a évidemment pas besoin de la caution d’un tableau de l’Ecole de Fontainebleau. Simplement, les promoteurs de “l’intelligence automatique” seraient un peu plus modestes, que ce ne serait pas plus mal.

J’ajoute que cette photo4 nous repose un peu, avant le déchaînement des robes qu’on va voir dans un instant.

L’expo est habilement prolongée par plusieurs albums-dossiers que Maciet et d’autres ont rassemblés à propos d’Arts décoratifs japonais. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet est vaste. Il l’est toujours. On peut feuilleter ces albums-là, même si l’on n’est pas inscrit à la bibliothèque.

Les Européens ont en effet découvert le Japon, en grande partie, à l’époque des “arts décoratifs”. Ils y ont vu un immense répertoire d’images, ce qui n’a pas peu profité aux ‘estampes japonaises’, l’ukiyo-e. Il y a eu à ce moment une sorte de paradigme de la “rencontre entre les cultures” qui mérite d’être étudié encore maintenant, alors même que de grands savants s’en sont occupé sous des aspects multiples.

Acte 3. Robes ?

Mon amie voulait aussi voir l’expo ‘Iris van Herpen. Sculpting the senses’. Je suppose qu’on a laissé le titre en anglais pour flatter les Français. Iris van Herpen, née en 1984, est une créatrice de mode néerlandaise, mais les Hollandais, qui adorent leur langue entre eux, ne voient pas pourquoi les étrangers s’en mêleraient, et trouvent normal de leur parler anglais. Cela les protège, d’une certaine façon.

L’expo mêle les créations de madame Van Herpen et celles de certains créateurs5 travaillant dans le même sens. L’expo est ornée de nombreuses références à des curiosités naturelles, étranges par leur forme, texture (plus rarement leur couleur), et parfois à des ouvrages anciens célèbres qui les ont dessinées, ou des artistes moins anciens qui s’y sont intéressé.

D’une façon générale, les commentaires grand format affichent des références naturalistes assez clin d’œil ; je ne suis pas sûr que les naturalistes soient convaincus, et les historiens de l’histoire naturelle encore moins. De toute façon il ne s’agit que de faire-valoir, convoqués pour donner toute leur ampleur aux créations sous nos yeux.

Ces créations ont un double aspect. D’une part, au long de l’exposition, elles sont disposées pour afficher d’abord la réserve que nous (et les Hollandais !) attribuons au Noir & Blanc, une sorte de décence de bonne famille, pour glisser ensuite à une façon orgiastique colorée assez amusante.

D’autre part, et cette fois tout au long, on ne peut manquer d’admirer le côté spectaculaire des “robes” – d’autant que l’aspect érotique est minimal, voire effacé – faites de matières aussi inattendues qu’étonnantes, avec un art consommé qui tend les deux mains à un artisanat plus ou moins fantastique (ah, William Morris, où es-tu ?!), et bien sûr seuls les esprits plats et rustiques se diront : mais ces choses sont-elles faites pour être portées par des dames humaines ?

Pour effacer d’un trait tous ces esprits plats, nous avons vers la fin plusieurs vidéos de défilés de mode. Des mannequins apparaissent quelques secondes portant certains de ces costumes étonnants. On a peur qu’un abruti sorte un briquet et y mette feu. Mais les fumeurs sont relégués dans les vestiaires.

*

Puisque vous me demandez ce que j’en pense, je dirais que j’aime mieux ces robes quand elles ne bougent pas, et pour deux raisons. D’une part parce que pour les défilés de mode, il est évident qu’Iris van Herpen a fait un choix parmi ses créations. Je n’ai pas reçu ses confidences, mais il me semble que certaines des robes les plus audacieuses se prêtent mal à un défilé ; je peux avoir tort, bien sûr.

D’autre part parce qu’il me semble que ce sont moins des robes que des spectacles, du théâtre si vous préférez. Ce sont des costumes de grande allure, précieux – mais spectaculaires dans tous les sens du mot.

A ce titre, ils méritent l’admiration : pour le savoir faire technique et matériel, l’emploi des matières et des façons (nous y revenons : le mode est dans la mode), l’originalité qui est mise en avant par tous les bouts.

Mais comme pour tout costume de scène, ils sont dépendants des lumières (c’est évident dans l’expo, où les éclairages jouent un rôle essentiel), donc des jeux d’ombre, et de la mise en scène plus généralement.

Dans l’exposition, ils sont mis en valeur au mieux possible, et c’est bien.

Conclusion

Mais on ne peut manquer de se demander ce qui se passerait s’il y avait un orage. Que deviendraient ces papiers, ces éco-cuirs, ces fantaisies bien abritées. Le moins qu’on puisse dire, est qu’il s’agit de robes d’intérieur. En fait, il s’agit même de robes intériorisées – des sortes de songes mis en forme à l’abri des fers à repasser, et proposés en spectacle.

Qui serait contre ? Mais cela montre combien la mode, c’est le mode.

NOTICES sur les images. Les photos ont été prises le 12 décembre 2023. Les photos (1 et 2) et (6 à 10) dans l’expo ; donc même la photo (6), celle du squelette de la tête de reptile, qui était dans l’expo Van Herpen pour illustrer le rapport entre les formes de la Nature et celles des Créateurs. Les photos (3 à 5) ont été prises dans la Bibliothèque où se trouvait l’exposition des photos du Japon. Merci au personnel de la Bibliothèque, qui a aimablement fourni de nombreux renseignements.

  1. Musées de la mode, en France. []
  2. William Morris (1834-1896) est un personnage essentiel de l’histoire des arts au XIXe siècle. Jules Maciet (1846-1911), est donc de 12 ans plus jeune que Morris. []
  3. Voir ‘Le marteau et la faucille‘ à propos de la Vénus de Willendorf, image 4. []
  4. Une amie japonaise me dit : à mon avis ce n’est pas une photo prise par un Japonais ; plutôt une photo posée, prise par un Européen. On ne peut que l’approuver. []
  5. On ne dit pas ‘artistes’. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (25 décembre 2023). En mode modes ! Caramel. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vere


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search