Ville des signes

Les Japonais sont célèbres, entre autres choses, pour écrire leur langue de façon compliquée. J’en dirai un mot plus loin, mais ce qui m’occupe est autre chose : ils veulent tout indiquer.

Peut-être est-ce leur écriture qui rend pour nous si évident ce souci minutieux d’indiquer – alors qu’il en va de même chez nous ? Je vais donner des exemples depuis Kyōto.

Acte 1 : Dans le métro

Je ne pense pas surprendre beaucoup de contemporains si je dis : ceci est un plan de métro (dans le centre de Kyōto). La plupart d’entre vous auront déjà compris que, sauf singularité japonaise, les lignes plus petites en gris ne sont certainement pas des métros, que le tracé bleu à droite est probablement une rivière, que les lignes en pointillé sont des autobus (ils sont dessinés en haut à gauche), et que certainement, au vu de ce que j’ai annoncé, les lignes de métro sont en fait deux : la verte dont les stations sont codées par K, la rouge codée par T.

Les plus astucieux (j’en suis sûr) voient aussi que les numéros des stations commencent à droite pour T, en haut pour K (c’est en effet le sens de la lecture des livres) ; que ces numéros sont dans des ronds, mais dans des carrés quand il y a une correspondance. Ainsi au milieu entre les deux lignes de métro (T13xK08), qui se croisent à Karasuma Oike, mais aussi à droite (T11) où la ligne rouge croise une ligne fine mais noire – et ce noir même suggère le chemin de fer. En effet, la couleur emblématique quasi-universelle du chemin de fer est le noir, depuis les locomotives à charbon. Avec l’électrification, les motrices sont devenues vertes (longtemps en France), rouges ou d’autres couleurs, mais le noir est resté dans la symbolique.

Finissons cette première exploration avec deux points plus évidents. Pour la station K06, nommée Imadegawa, les indications sont portées dans un rectangle à fond blanc et rouge qui tranche par rapport aux autres. Vous avez deviné : cette photo a été prise sur un plan dans cette station, et le ‘cartouche’ spécial signifie « Vous êtes ici ». L’autre point, c’est qu’ici tous les noms sont en caractères japonais ET en caractères latins – une aide très appréciable pour le visiteur. En fait, très souvent c’est écrit en deux écritures japonaises. Ainsi dans l’exemple suivant :

Nous sommes toujours dans le métro, à la station Imadegawa, mais plus sur le plan général : c’est un panneau lumineux dans la station : on voit discrètement KO6 dans un coin, l’inscription Imadegawa en lettres latines au dessus du ruban, et au-dessous les trois mêmes signes que dans le cartouche rouge. Le dernier des trois signes, qui comporte trois traits presque parallèles, est le symbole pour ‘cours d’eau, rivière’ et correspond ici à -gawa. Mais au-dessus de l’inscription en lettres latines, on voit une autre inscription bizarre composée de cinq signes (et non plus trois), qui indiquent la prononciation, syllabe par syllabe : i-ma-de-ga-wa. Il y a donc deux écritures japonaises : l’une qui procède par symboles (1 seul signe pour ‘rivière’ gawa), l’autre qui note des syllabes.

Enfin, le ruban de ce panneau (une seule couleur sur fond noir) indique par une flèche la direction où va votre rame, donc le nom de la station suivante (Marutamachi) et, logiquement, la station précédente (Kuramaguchi).

Les deux signalétiques sont remarquablement conçues : le plan général qui joue sur formes et couleurs, pour un lecteur qui s’arrête, et le panneau indicateur qui donne de nombreux renseignements rapidement.

Acte 2 : Polyglotte et polygraphe

A Kyōto, le goût de la signalétique est poussé très loin. Il existe de nombreuses villes du monde où les indications urbaines sont dans deux langues (à Strasbourg, par exemple) et éventuellement dans deux écritures différentes ; plus rarement dans trois langues et écritures, comme à Jérusalem. Mais trouver quatre langues et écritures est (je crois) très rare. Je vais donc donner plusieurs exemples à Kyōto. Le premier paraît « basique » : un arrêt de bus.

Il y a là 6 éléments : chacun des deux symboles dans les carrés à gauche est accompagné d’un texte : le pictogramme du bus avec l’expression anglaise, puis la lettre A avec une mention en japonais. Suit le nom de la station de bus, d’abord en japonais, puis (en plus petit) en anglais, coréen et chinois.

Ce panneau se trouve au bout d’une rue qui aboutit à la rivière ; il indique que si l’on veut trouver un pont, on a le choix entre tourner à gauche et faire 220 m, ou à droite un peu plus loin. De même : le japonais en gros, puis dans l’ordre : anglais, chinois, coréen. Au-dessous, le nom de la rivière est obligeamment indiqué. Dans la partie japonaise (et dans la chinoise), le lecteur reconnaîtra le symbole pour ‘rivière’ gawa.

Enfin, voici un cas plus original. Dans le centre touristique de Kyōto, et sur les sites fréquentés par des visiteurs, on trouve des toilettes d’une propreté irréprochable. Toutefois, les cultures des visiteurs peuvent ici différer. On trouve donc aussi des indications avec des dessins. L’imagette ci-contre vous montre le dispositif général d’un des types de toilettes et, sur le mur carrelé du fond, les explications qui se développent en trois étapes. Ci-dessous la première.

Dans ce dernier exemple, nous avons une complication supplémentaire. Sur fond noir, nous avons à gauche le japonais ; puis au milieu l’anglais en haut et le coréen en bas ; puis à droite deux formes de chinois : en haut, le chinois standard de Pékin, et en bas on a utilisé une variante pour le mot ‘toilette’ qui est supposée correspondre aux usages de Taiwan.1

Acte 3. L’empire des signes

Cet intérêt soigneux porté à la signalétique ne s’exprime pas que pour les étrangers ou les touristes. Elle est omniprésente en ville2. On s’en rend compte en observant, sur les panneaux et supports, les indications qui ne sont qu’en japonais. Leur variété est considérable. Les illustrations de Hiroshige pour les différentes versions de la Route du Tōkaidō (la 1re a été publiée en 1833-34) nous ont fait connaître les premiers pas de cette signalétique japonaise, par exemple les entrées des agglomérations, signalées par un poteau gravé ou peint, ou les enseignes des boutiques, toujours inscrites. Les choses se sont compliquées et diversifiées depuis.

Quelques exemples classiques d’abord. A Kyōto, il est souvent interdit de fumer au-dehors, et l’interdiction est respectée. Il est également interdit de laisser traîner son vélo ; il y a donc des parkings payants, avec des explications détaillées.

Bien sûr, le fait que je choisisse ici des interdictions rend tout cela peu sympathique. On se demande si tout ce soin porté à l’ordre et la santé n’a pas quelque chose de maléfique. D’autant que les caméras sont très communes.

Mon dernier exemple d’interdit est plus léger : lassés d’être inondés de mariés en costume venus dans le seul but de transformer tel temple en décor, les autorités locales ont décidé de surveiller les costumes. Notons que le panneau, qui est en japonais, est aussi en anglais.

Mais il n’y a pas que des interdits. Même si, ici, il n’est pas permis d’entrer en deux langues, les inscriptions de part et d’autre de la grande porte ont d’autres propos. Un dernier aspect de cette “folie de l’écriture” se voit dans certains endroits aménagés, par l’étiquetage des plantes, qu’elles soient sur pied, en pot, ou dormant dans l’eau.

Conclusion

Tous ces exemples sont publics, dans les transports, métros, gares, voies, ponts, jardins etc. Mais il n’est pas si facile de les classer, et ils sont nombreux à posséder aussi schémas ou dessins, souvent très explicites.

On peut aussi constater que la signalétique urbaine, à Kyōto, parvient à ne pas saturer l’espace. Car trop d’indications font tourner la tête, et se détruisent réciproquement en s’accumulant. Mais le seuil de tolérance change avec les habitudes, et il est très probable que nous subissons maintenant avec patience (est-ce de la patience ?) ce qui aurait paru intolérable il y a 100 ou même 50 ans.

Ainsi, il est intéressant de constater que, jusqu’à Rambuteau devenu préfet de la Seine en 1833 (les années du Tōkaidō d’Hiroshige !), qui fit par exemple apposer à Paris les plaques émaillées pour les noms de rue, une très grande ville comme Paris était à peu près vide d’indications. Sans parler de la Venise des peintres des paysages urbains du XVIIIe siècle, Guardi et Canaletto par exemple, absolument vide d’inscriptions – alors qu’aujourd’hui…

  1. Je dois plusieurs corrections et précisions à Alexandre François : merci ! []
  2. Sur cet aspect assez maniaque, on peut lire de plus savants que moi : Karyn Poupée, 2012, Les Japonais, coll. Texto, p. 150 et suivantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.