Guerre des sexes et mal du neutre, 3.

4. Le triste sort des « neutres »

On dit des langues anciennes comme le latin qu’elles avaient trois genres1 : masculin, féminin, neutre. Prenons l’exemple du latin, plus proche du français. Les noms neutres, en principe, ne désignent jamais des gens. Ils désignent des choses dont on n’attend pas qu’elles prennent l’initiative, ni même qu’elles aient une individualité bien affirmée. Triste sort !

Un temple, mais grec celui-là. En latin, le mot ‘templum’ est depuis des siècles le type malheureux du nom neutre.

D’abord, la question de l’initiative. Les autres noms, « masculins » ou « féminins », ont en principe deux formes distinctes, selon qu’elles ont le rôle actif de sujet d’un verbe (actif surtout si le verbe l’est) ou bien le rôle passif de complément. Si ‘Octave voit Claude’, Octave prend la forme active (dite nominatif) et Claude prend la forme passive (dite accusatif) : Octavius Claudium videt. Si au contraire ‘Claude voit Octave’, on échange les marques : Claudius Octavium videt. Cet échange n’est pas possible avec les noms « neutres », qui n’ont en fait pas de forme active (nominatif). Quand il leur arrive d’être sujet d’un verbe – c’est le plus souvent un verbe d’état où l’agentivité du sujet est très réduite – on utilise la seule des deux formes disponibles, la passive (l’accusatif). Cela donne par exemple templum hortum videt ‘le temple voit [=donne sur] le jardin’ : il ne s’agit évidemment pas d’un individu percevant quelque chose ! Comme on le voit ici, les deux noms, même le sujet, sont en -um, comme l’était plus haut le complément d’objet. Tous les noms « neutres » de la langue latine ne sont pas en -um comme templum, mais tous se comportent de la même façon.

Ensuite, la question de l’individualité. Ces noms neutres n’ont pas vraiment de pluriel. Les « masculins » et les « féminins » ont des pluriels qui se terminent souvent par un -s, celui-là même dont on a hérité comme marque de pluriel en français. Mais les noms neutres n’ont pas ce -s, ils ont un -a. En grec ancien, ce -a quand il marquait le sujet ne provoquait même pas l’accord du verbe au pluriel : le verbe restait au singulier, exactement comme si le nom n’avait pas été au pluriel. Cela signifie que ce faux-pluriel, comme pour le grec zōa ‘les animaux’, indique plutôt un groupement (‘le groupe d’animaux’). Tout se passe comme si les noms « neutres » ne désignaient pas vraiment des individus qui puissent être identifiés ou comptés, avec chacun son nom, mais plutôt des éléments d’une masse. Les deux faits, le manque d’initiative et le caractère peu individualisé, sont cohérents.

Ces caractères font des noms neutres, par rapport aux autres noms, des noms « réduits » : pas de vraie fonction sujet, pas de vrai pluriel. Ils sont comme les autres noms, mais avec des éléments en moins.

Il existe « trois genres » en latin : masculin, féminin, neutre, c’est vrai2. Un nom latin appartient à une et une seule de ces trois classes. Mais les contrastes entre les trois ne sont pas du même ordre3. Pour un vaste ensemble de noms latins, le contraste entre « masculin » et « féminin » fonctionne comme un contraste de classe d’accord, comme c’est expliqué dans notre 2e épisode sur le « genre ». Dans cet ensemble, on entend très bien la différence entre les deux classes, et c’est le but. La différence s’entend soit directement : Octavium n’est pas Octaviam, soit indirectement par les adjectifs : anas beata ‘un canard heureux’ n’est pas anser beatus ‘une oie heureuse’. Dans cet ensemble-là, la différence des noms « neutres » s’entend beaucoup moins : un temple ne sera jamais heureux, et si Claude voit un temple, ce sera indiqué avec -um comme pour Octave : Claudius templum videt et Claudius Octavium videt. C’est d’ailleurs pour cette raison que la distinction entre noms « neutres » et noms « masculins » s’est effacée. Il n’y a plus que deux genres en français.

Pistolet ‘Parabellum’. Du latin ‘Si vis pacem, para bellum’ Si tu veux la paix, prépare la guerre.4 En latin, le mot bellum ‘la guerre’ est neutre…

Revenons un instant à l’emploi de la catégorie du neutre dans la querelle sur les formes féminines des noms de métiers. Rappelons-nous : certains argumentaient que le « genre masculin » ayant hérité de la plupart des noms neutres du latin (pas tous : caput ‘la tête’, mare ‘la mer’, lumen ‘la lumière’, bellum ‘la guerre’), on ne pouvait donc pas le voir comme un vrai « masculin », et on pouvait bien dire Madame le ministre sans vexer personne. Pourtant, l’argument est maladroit. Les noms français « masculins » ont hérité de nombreux noms « neutres » latins, c’est vrai. Mais la majorité des « masculins » latins n’étaient pas plus sexués qu’en français, de toute façon. Donc « l’héritage des neutres » n’a rien à faire avec ce constat : les « masculins » français, pour la plupart, sont masculins autant qu’un canard ou un tabouret.

Quel est alors le vrai rôle des « neutres » dans ce conflit abominable ?

  1. C’est vrai aussi de langues contemporaines comme l’allemand ou le russe. []
  2. Notons que le grand grammairien Donat, au IVe siècle EC, avait une idée un peu différente. Il expliquait qu’il y avait 4 genres en latin. On les repère grâce aux articles qu’on peut mettre devant. (1) hic magister ‘le maître’ (masculin), (2) haec Musa ‘la Muse’ (féminin), (3) hoc scamnum ‘l’escabeau’ (neutre), (4) hic et haec sacerdos ‘ce et cette prétre[esse]’ (commun). Ce 4e genre, dit ‘commun’, rassemble donc les noms qui sont susceptibles d’être féminins ou masculins. Louis Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical, CNRS Editions, 2010 (1981), p. 619. []
  3. C’est ce que soulignait Meillet quand il écrivait que ‘La distinction du masculin et du féminin, en tant qu’elle a une expression linguistique, appartient donc à la théorie de la formation des thèmes nominaux d’adjectifs, tandis que le neutre relève de la déclinaison.’ Introduction à l’étude comparative des langues Indo-européennes, IV, 4, p. 190. []
  4. Source : fr.wikipedia.org/wiki/Luger_P08 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.