Guerre des sexes et mal du neutre, 2.

Athènes. Porte de l’église des Saints-Apôtres. Paons affrontés.

3. Le genre

3.1. Les genres sont des classes où ranger les noms

Il n’existe que deux genres grammaticaux en français. Malgré un usage bien installé, il est abusif de les appeler « masculin » et « féminin » puisque ces deux genres ne décrivent de binôme sexué que dans une minorité de cas parmi les noms, et qu’en outre la plupart des noms d’animaux sexués ont un genre qu’on emploie pour les deux sexes1 : une libellule, un papillon, un chamois, une buse etc.

Cet usage de nommer « masculin » et « féminin » ces deux genres remonte aux grammairiens de l’Antiquité, d’abord en grec, puis en latin. Ils voyaient bien, comme tout le monde, qu’un couple de formes servait à opposer masculin et féminin dans les noms propres de personnes. En latin Octavius était un homme, Octavia était une femme, de même avec Antonius et Antonia, Sylvius et Sylvia etc. Des noms sexuellement couplés (homme / femme, père/mère, fils/fille etc.) étaient classés de la même façon, ce que le nom indiquait parfois clairement de lui-même (filius / filia = ‘fils / fille’), mais parfois pas (pater / mater = ‘père / mère’).

Le latin, comme le grec et d’autres langues (mais pas l’arménien, par exemple), oppose deux genres pour tous les noms. Tous les noms de la langue grecque, tous les noms de la langue latine, appartiennent à l’une de ces deux classes – qu’on a plus tard appelées ‘masculin (avec le neutre, comme on verra plus loin)’ et ‘féminin’. Quand un nouveau nom est introduit dans ces langues, qu’il s’agisse d’un dérivé nouveau sur un nom ancien, d’un néologisme, ou d’un emprunt à une langue étrangère, ce nom nouveau devra être classé dans l’une ou l’autre des deux catégories. Comme on l’a vu ci-dessus, l’appartenance à cette catégorie peut être explicite (comme dans filius, explicitement masculin à cause du -us), ou pas (rien ne montre dans pater qu’il est masculin).

(Pour le genre neutre, le lecteur devra patienter un peu.)

3.2. Pourquoi on classe les noms

Une corneille, un corbeau, un oiseau. Musée de Delphes, Grèce.

La nécessité de classer les noms résulte d’un fait grammatical propre à ces langues : les mots qui « vont ensemble » sont marqués par un accord formel, exactement comme en français où on dit un beau corbeau, mais une belle corneille, même si l’on dit un bel oiseau. Pour savoir quels mots vont ensemble, on utilise des marques distinctives ; si je dis je la vois, ce sera la corneille, pas le corbeau. On a donc en principe, dans les langues de ce type, une série de marques dont la fonction est d’indiquer les groupes de mots (les adjectifs avec les noms, par exemple), et d’exclure ceux qui ne font pas partie de ce groupe, dans une phrase donnée.

Pour utiliser ces marques qui associent les groupes de mots, on décide qu’il y a un mot central, souvent le nom ; celui-ci impose à tous les mots qui « vont avec lui » (adjectifs, articles, possessifs etc.) une marque typique. Pour que ce système fonctionne, il faut qu’il existe au moins deux classes de noms, pour pouvoir les distinguer dans une même phrase. Supposons que vous ayez dans une phrase deux noms Na et Nb. Pour savoir si les autres mots (M, O, P etc.) vont avec l’un ou l’autre, il suffit d’imposer à ces mots annexés l’indice de classe du nom. On aura alors par exemple Na Oa Pb Nb, et vous saurez que P va avec Nb, tandis que O va avec Na. Si vous n’avez pas ce système, vous serez obligé, comme souvent en français, de mettre réellement ensemble, au même endroit de la phrase, les mots qui « vont ensemble » : vous serez obligé de grouper physiquement les mots qui sont associés par le sens. Mais si vous avez ce système, la nécessité du groupement physique des mots au même endroit de la phrase est beaucoup moindre. L’ordre des mots, sans devenir aléatoire ou fantaisiste, devient tout de même beaucoup plus libre.

Les genres grammaticaux sont une forme simple de ce système de classes de noms. Ce sont des classes dont la fonction est de distinguer les noms entre eux, non pas tant en eux-mêmes, mais pour savoir comment les autres mots se groupent avec lequel. Dans certaines langues (les langues bantoues, notoirement) il existe dix ou quinze classes de ce type, parfois davantage. Si vous avez un grand nombre de classes différentes où « ranger » vos noms, ils seront « mieux rangés », et le groupement des mots dans les énoncés sera plus clair ; mais la mémoire devra retenir tous les indices pour chaque classe. Si vous avez moins de classes, la mémoire sera allégée mais vous aurez plus de chances de tomber sur deux noms de la même classe dans une même phrase. De toute façon, dans ce système de codage pour les mots appartenant à un même groupe dans un énoncé, on ne peut pas avoir moins de deux classes ; sinon, bien sûr, il ne distingue plus rien du tout.

Mais on comprend que le but du procédé n’est pas tant de « classer les noms » eux-mêmes que de signaler les groupes nominaux dans un énoncé donné. Que le nom qui est au centre du groupe soit explicitement marqué est secondaire ; ce qui est essentiel est que les autres mots, ceux qui « vont avec lui », eux le soient. Ceci explique que ce sont souvent les adjectifs qui sont explicitement marqués en classe (beaucoup ont des formes distinctes pour chacune des classes) ou – dans le vocabulaire grammatical du latin : ce sont les adjectifs qui « s’accordent en genre ». Vous direz donc pater beatus ‘un père heureux’, mais mater beata ‘une mère heureuse’. Les noms pater ou mater ne sont pas explicitement marqués en genre (il faut savoir de quel genre ils sont), ce sont plus souvent les mots « qui vont avec » qui doivent l’être. De la même façon, vous direz anas beata ‘un canard heureux’ et anser beatus ‘une oie heureuse’ : où vous voyez que ‘canard’ est féminin en latin, alors que ‘oie’ est masculin – quel que soit le sexe de l’individu. Donc si ensuite vous dites : heu non illam vīdi ‘dommage, je ne l’ai pas vu’, comme votre pronom illam est au féminin, vous savez que c’est le canard que vous avez raté.

Avec pater et mater, vous avez l’impression que le système est interprétable sexuellement et dans ce cadre particulier vous avez raison. Mais la logique du système est tout autre. C’est pourquoi l’interprétation sexuelle ne fonctionne plus avec les canards !

  1. Les gens qui s’occupent de certains animaux, qui les élèvent et surtout quand ils s’occupent de leur reproduction distinguent souvent la vache du bœuf et du taureau, le cheval, l’étalon et la jument, l’âne de l’ânesse, y compris parmi les insectes où les mots spécifiques manquent souvent. Mais dans l’usage commun, on dit « la vache » ou « le cheval » pour désigner l’espèce dans son ensemble, comme on fait pour les autres animaux. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.