Jouets

L’intérêt savant pour les jeux et jouets est assez récent, à la fois chez les ethnographes, les historiens et les philosophes ; plus ancien chez les pédagogues.

Par ailleurs, jeu et jouet ne sont pas la même chose : on peut jouer sans aucun objet, par exemple quand des enfants se poursuivent ; mais un jouet est en principe fait pour jouer, même si les dérives sont nombreuses.

Ce billet n’a pas de prétention. Nous allons profiter de la visite à un musée du jouet1 pour en donner des photos, et commenter un peu.

Acte 1. Jouer et jouet

Le mot français ‘jouer’ a des homologues dans d’autres langues romanes, mais pas le mot ‘jouet’. Pour ‘jouer’ : espagnol ou catalan jugar, italien giocare, roumain a juca etc. et on avait en latin un verbe jocāri, qui est normalement sans complément direct et signifie ‘s’amuser’.

Dans les langues slaves par exemple, il existe au moins deux verbes, comme en français s’amuser et jouer. En polonais, dont nous allons reparler, ‘jouer’ au sens de ‘s’amuser’ est plutôt bawić się et, sans le pronom réfléchi, bawić signifie ‘amuser quelqu’un’ ; Un ‘jouet’ est zabawić, et un ‘musée du jouet’ est muzeum zabawek ! Quand le jeu implique un instrument de musique, un ballon, un jeu électronique, le verbe est grać. En russe, un jouet se dit игрушка igruchka, en bulgare играчка igratchka – ces derniers mots sont comparables au terme polonais grać.

En français, les termes ‘jeu’ et ‘jouer’ sont anciens ; on les trouve dès le XIe siècle. En revanche le mot dérivé ‘jouet’ n’est pas attesté avant le XVIe siècle ; il est bien présent chez Montaigne.2

Il existe beaucoup de nom de jeux, souvent rebordant ceux des sports, plus que de noms de jouets. Deux exemples quasi « totémiques » de nom de jouet en français sont ‘toupie’, autrefois plutôt ‘toton’, et ‘poupée’. Mais comme souvent, il existait des emplois sérieux de ces objets, liés à l’évocation du sort pour la toupie, comme pour les jeux de dés, ou à la magie pour la poupée. Et il est souvent difficile d’opposer radicalement l’emploi ‘ludique’ à l’emploi ‘sérieux’.

Acte 2. En petit

Quand on visite un musée du jouet, on est confronté au « monde en petit ». Les trains électriques ou non, les maisons de poupée, les petits animaux de la ferme, les petits soldats etc. forment un vaste groupe d’objets qui ont plusieurs caractéristiques communes : ce sont des imitations du « monde en grand », ce sont des objets en réduction, et très souvent ce sont des objets pluriels : des collections, des ensembles. Un autre exemple, à peine différent, est celui des crèches de Noël.

Il n’est pas certain qu’il s’agisse simplement d’objets à la taille de l’enfant. Les « petits soldats » sont beaucoup plus réduits par rapport aux vrais que ne le sont les enfants par rapport aux adultes ! De même pour les animaux, y compris les dinosaures, ou les « modèles réduits » d’automobiles ou camions, d’avions ou bateaux. Il est vrai que pour ces derniers, nous touchons au maquettisme, activité d’adultes plus que d’enfants.

On a parfois décrit l’aspect presque « psychotrope » des mondes en réduction, où s’absorber à l’écart de “la vie réelle”. Le collectionneur de modèles réduits, souvent un adulte, a lui aussi les yeux ronds !

Un aspect important du « monde en petit » est celui des marionnettes et des castelets. Mais cette fois, nous retrouvons la dimension des poupées. Et le rapport de taille devient homologue de celui de l’adulte à l’enfant.

Acte 3. Construire ou bouger ?

Un autre façon d’aborder les jouets ou les jeux, est d’opposer les jeux tranquilles (à la maison) aux jeux remuants (dehors). Cette opposition ne recoupe pas exactement celle de l’individuel et du collectif. Un jouet individuel et indémodable comme le cerceau est un jeu où l’on court ; le hula-hoop, dont la version américaine date des années 1950, et qui est devenu une sorte d’exercice sportif, provient d’Australie ; c’est du cerceau en salle.

Les jeux où l’on bouge sont très exploités par les marchands, qui parviennent à convaincre les municipalités de construire, pour le patin à roulette, puis la planche à roulette et ses variantes, des « espaces dévoués »3. On a vu récemment l’extension de la trottinette, transformée en chose sérieuse autant qu’urbaine ; comme jouet, l’instrument ne paraît pas antérieur aux années 1920. Bien sûr, un cas spécial est celui du vélo, dont on a assez vite fait des modèles réduits – mais fonctionnels – pour les enfants, avec les roulettes amovibles ! et la version tricycle.

Les jeux où l’on bouge ont aussi une grande notoriété, depuis longtemps, chez les adultes, comme on le sait par les célèbres tableaux de Breughel. Ceci (si nous y cédions !) ouvrirait le très vaste et passionnant thème de l’ennui.

Mais il existe aussi des jeux et des jouets d’intérieur. Il faut évoquer ici tout ce qui a trait aux jeux d’équilibre, comme le célèbre « mikado » qu’on appelait autrefois jeu de jonchets, et les jeux de cubes qui, quand ils sont décorés, sont une voie directe pour évoquer aussi les « puzzles ». On a inventé, mais là encore assez récemment, divers jeux d’assemblage comme le Meccano (il en existe plusieurs autres marques) ; ou des jeux de montage en bois.

Le puzzle porte à bon droit un nom anglais puisque c’est un cartographe britannique du XVIIIe siècle, John Spilsbury, qui a inventé de peindre des cartes sur de minces planchettes, pour les découper avec une scie à bande fine, en anglais a jigsaw – d’où le nom anglais de jigsaw puzzle ; puzzle signifie quelque chose entre ‘surprise’ et ‘énigme’.

Bien entendu, il faudrait parler ici de tous les jeux « de rivalité », jeux de cartes, de dames et d’échecs sur tissu ou sur table, jeux collectifs demandant une feuille imprimée – devenus nombreux dès que l’impression en couleurs a été moins coûteuse : jeux de l’oie, de petits chevaux ou Monopoly etc.

Acte 4. La mécanique et l’art cru ou cuit

Nous finirons ce survol par une autre façon encore d’envisager les jouets : la question des automates, jouets à ressort ou boîtes à musique, qui très souvent (quand ils ne sont pas trop cassés !) finissent en pièces de musée ou atteignent des prix inconfortables chez les antiquaires spécialisés. Il existe des châteaux princiers où, dans une chambre écartée, on a rassemblé les joujoux de prix offerts par d’absurdes courtisans à de futurs rajahs. On essaie de savoir s’ils recevaient avec le flegme qu’on attend d’eux leur troisième girafe en sucre d’orge ou leur vingtième bilboquet.

Les jouets mécaniques peuvent reposer sur des principes simples (un kaléidoscope est-il un jouet ?)4 comme des billes descendant une pente5 ou des équilibristes en bois, ou être aussi compliqués que des montres ou des serrures. Un des types ordinaires naguère est le mouvement produit par un ressort qu’on a tendu, grâce à une clé sur le côté ; il s’agit souvent d’objets en métal, plus récemment en plastiques diversifiés. La miniaturisation des moteurs a profondément modifié le marché et la fabrication.

Un certain nombre de jouets, ou de jeux, sont considérés maintenant comme des initiations artistiques : dessin, peinture, architecture, musique, apprentissage des langues, de la lecture. Ces objets pour les enfants seront considérés avec grand sérieux par les éducateurs.

Johan Huizinga, dans son livre pionnier (1938 en néerlandais) Homo ludens, avait d’ailleurs considéré que beaucoup d’activités humaines « sérieuses » avaient pu commencer par jeu, ou comme des jeux – par exemple le langage. Cette conception a beaucoup d’intérêt parce que, outre qu’elle explique un appétit apparemment universel pour les jeux de mots et les double-sens, et les astuces des contraintes liées aux formes poétiques, elle permet aussi de concevoir des créations diverses des formes linguistiques, pour lesquelles il n’est pas indispensable de poser des formes ancestrales uniques.

Conclusion

Une des contributions majeures de Johan Huizinga à la réflexion sur le jeu et les jouets est d’avoir expliqué que la notion de « sérieux » ne se comprend qu’en excluant le jeu, alors que l’inverse n’est pas vrai. C’est-à-dire que la notion de jeu est plus vaste que son apparent contraire. Il n’est pas indispensable, pour décrire des jeux ou la pratique des jouets, d’indiquer que ce n’est pas sérieux.

On peut, au choix, considérer avec intérêt un enfant qui joue, parfois avec presque rien, ou avec des jouets que les adultes ne voient pas du tout comme des jouets, et constater qu’il y est absorbé avec « le plus grand sérieux ». On peut aussi constater que bien des activités dites sérieuses possèdent une part de jeu.

Ou encore que les activités qui cherchent absolument à exclure le jeu, à le proscrire, sont à peu près ce qu’on a inventé de pire ! Ce qui n’exclut nullement la valeur d’un sérieux mesuré.

Pour citer ce billet : François Jacquesson, "Jouets", dans Caramel, le 09/11/2023. https://caramel.hypotheses.org/38119.

NOTICES des images. Toutes les photos ont été faites au Muzeum Zabawek (Musée des jouets) de Kudowa-Zdroja, à l’ouest de Kłodzko, dans le Sud-ouest de la Pologne, novembre 2023.

  1. Muzeum Zabawek, à Kudowa-Zdroja, dans le SO de la Pologne. []
  2. Le terme se trouve 5 fois dans les Essais. Par exemple en III, 3 : “Si quelqu’un me dict que c’est avillir les muses de s’en servir seulement de jouet et de passe-temps, il ne sçait pas, comme moy, combien vaut le plaisir, le jeu et le passetemps.” []
  3. Cet emploi du mot dévoué est un anglicisme. []
  4. L’inventeur du kaléidoscope est David Brewster, le savant évoqué par Edgard Poe dans son enquête sur le Joueur d’échecs de Maëlzel ; il en a été question dans un caramel récent. []
  5. Voir le caramel ‘Pythagore au Japon‘. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search